Guilt

french flag pastel

I suffer from obsessions. Now if the main obsession was about being good to myself and have fun, it wouldn’t be too much of a problem. Sadly, however, that’s not it.

My obsessions all have something in common: guilt.

So I’m going to save you the trouble of psychoanalysing me from your couch. Yes, catholicism probably didn’t do any good for me in that respect. We’re being taught that we’re responsible for everything. I’m responsible for the death of someone who died 2000 years ago… Now that’s quite a responsibility, you’ll admit it easily, I’m sure.
But it goes further than that, and I’m certainly not saying that all of my guilt obsessions came from any religious background.

As you know, there are too high standards everywhere.

The standards and expectations I’d like to focus on first are those associated with work. I see far too many people feeling guilty or ashamed about their professional lives, and the choices they made in that domain.

I’ve seen really clever people worry because they didn’t have a degree, and therefore thought they must be stupid…

I’ve seen people going from award to award, working constantly, never being satisfied with what they had achieved, because guess what? Each time, there’s a new award to compete for…

I’ve seen incredibly strong and smart women feel ashamed for being on maternity leave, or for deciding to be housewives or go part-time, because people would tell them that they didn’t even respect themselves by doing so. ‘How do you dare call yourself a feminist, or even just a ‘modern woman’, if you stay at home?’

I’ve seen guys strongly believing that they’d never find a girlfriend, because they didn’t earn enough for a woman… Even if no woman had never told them that…

I’ve seen people, whatever their gender, not forgiving themselves for earning a lot less than their partner, even if they loved what they were doing…

I’ve seen close friends and relatives fear that I was judging them because I went to university, and they didn’t. Even if they know me enough to know that I couldn’t care less about whether or not you got a university degree.

And each time I thought: they’re so hard on themselves. They’re the ones who are judging them in such a negative light.

Then one day it was my turn to think that I couldn’t choose my own path because people would think I was an imbecile.

I had a degree, for which I worked a lot, and spent quite a few years of my life. Then I worked in an academic environment. It could have been great, and I know it is for some people, but it definitely wasn’t for me.
Now there I was: me and the outside world.

To me, changing my professional goals was perfectly fine, because I never cared about having a ‘career’. If I wanted to get a career, get promotions and earn a lot, I probably wouldn’t have chosen to study… that’s right, literature.
I studied literature because I thought that on the contrary, what mattered was what you did with yourself when you were lucky enough to choose. Now let me choose between a hundred possibilities, and I’ll always take books. (Okay, and chocolate, sometimes.)

But I was convinced that if I left my job at a university, everyone would say: ‘look at her, this stupid bourgeoise, she can’t even understand how lucky she is. Now she’s done a PhD and she’s gonna leave everything behind just because of… of a guy, probably. I’m telling you, she’s submissive like you wouldn’t believe.’

It took months for me to accept the idea that actually… No one gave a damn about whether or not I worked in academia.

I quit. It was one of the hardest decisions of my life. But also the one I had absolutely no doubt about, once it had been made.

And there they were: other people. So scary with their potential judgements. If I had known for one minute how easy they would make it…

Every single of my friends was happy for me. They said: ‘well if that’s what you want, it’s fantastic!’ And not with the ironic tone that I was expecting, meaning ‘yeaaaaah, if you want your life to be shit, just do it, whatever…’
They truly meant it, when they said it was fantastic to quit a job for… well, nothing, at the time. Work-wise, that is. They all rejoiced for me. They said oh take some time for yourself, you’ll see what’s next.

That’s when I realised the incredible truth: I’m not that important… Don’t get me wrong. I’m not saying this in a bitter say. It’s one of the most liberating thoughts I’ve ever had.

I had always been convinced that if I did something wrong, if my choices were considered bad, people would talk about how stupid I was for hours. That they’ll never forget me. That they’ll still talk about it in years.

Because that’s how the world works, right? People, when they get home, talk about you all the time. When they watch a film, they think about how crap you are. When they have dinner with their partner, they share thoughts on why you should be executed for making a bad decision. And even at night, they dream about your silly face and your career choices.

Well, the most liberating thing I’ve ever seen is that they didn’t give a damn about what I was doing.
And what I mean is that they cared too much about me to care about my choices.

I told them my choice, and they said: ‘great’! Then they went to the movies. Or to play with their dogs. Or to have sex with their lover. And they forgot everything about me. There I was: free from all judgement. Except mine of course. This one takes some time…

So be happy for yourself. Everyone else is too busy having their own life to criticize your own. You’re not that important and that’s the most fantastic news. You’re just unique.


Coupable

Je souffre d’obsessions. Si mon obsession principale consistait à être sympa envers moi-même et à m’amuser, ça ne serait pas vraiment un problème. Malheureusement, cependant, il ne s’agit pas de ça.

Mes obsessions ont toutes quelque chose en commun : la culpabilité.

Alors je vais vous économiser la peine de me psychanalyser depuis votre canapé. En effet, le catholicisme ne m’a sûrement pas beaucoup aidée à cet égard. On nous apprend qu’on est responsable de tout. Je suis responsable de la mort de quelqu’un, qui est mort il y a 2000 ans. Alors ça, c’est de la responsabilité, vous en conviendrez aisément.

Mais ça va bien plus loin que ça, et je ne suis sûrement pas en train de dire que toutes mes obsessions de culpabilité viennent d’un contexte religieux.

Comme vous le savez, on place la barre relativement haut, de partout.

Les exigences et attentes élevées sur lesquelles j’aimerais d’abord me concentrer sont celles qui concernent le travail. Je vois beaucoup trop de gens qui se sentent coupables ou qui ont honte de leur parcours professionnel, des choix qu’ils ont fait dans ce domaine.

J’ai vu des gens vraiment intelligents s’inquiéter de ne pas avoir de diplôme, ce qui signifiait selon eux qu’ils devaient être stupides.

J’ai vu des gens aller de distinction en récompense, travaillant sans relâche, tout en n’étant jamais satisfaits de ce qu’ils avaient atteint, car devinez quoi ? Il y a toujours une nouvelle distinction pour laquelle entrer en compétition.

J’ai vu des femmes incroyablement fortes et intelligentes avoir honte d’être en congé maternité, ou d’avoir choisi d’être femme au foyer ou de travailler à temps partiel, parce que les gens leur disaient qu’elles ne se respectaient même pas elles-mêmes en faisant de tels choix. « Comment oses-tu te dire féministe, ou même te croire « femme moderne » si tu restes à la maison ? »

J’ai vu des gars croire fermement qu’ils ne trouveraient jamais de copine, parce qu’ils ne gagnaient pas assez pour une femme… Même si aucune femme ne leur avait jamais dit ça…

J’ai vu des gens, quel que soit leur genre, ne pas se pardonner de gagner si peu par rapport à leur partenaire, même si elles ou ils adoraient ce qu’elles ou ils faisaient.

J’ai vu des amis ou des parents proches être sûrs que j’étais en train de les juger, juste parce que je suis allée à l’université, et qu’eux non. Même s’ils me connaissaient suffisamment pour savoir justement que je me fiche éperdument qu’on ait ou pas de diplôme.

Et à chaque fois, je me suis dit : ils sont tellement durs avec eux-mêmes. Ce sont eux, ou elles, en fait, qui se jugent si sévèrement.

Et puis un jour ça a été mon tour de penser que je ne pouvais pas choisir le chemin que je voulais prendre parce que les gens penseraient que je suis une idiote.

J’avais obtenu un diplôme universitaire, pour lequel j’avais beaucoup travaillé, et qui m’avait pris plusieurs années. Et je travaillais à la fac. Ça aurait pu être génial, et je sais que pour certains ça l’est, mais ça n’était pas pour moi.

Alors j’en étais là : moi face au monde extérieur.

Personnellement, changer d’objectifs professionnels ne me posait aucun problème, parce que l’idée de ‘carrière’ ne m’avait jamais vraiment intéressée. Si j’avais voulu faire carrière, connaître les promotions et gagner un maximum, j’aurais sûrement choisi autre chose que d’étudier…en effet… la littérature.
J’ai étudié la littérature parce que je pensais au contraire que ce qui comptait, c’est ce qu’on faisait de soi quand on avait la chance de choisir. Je vous le dis : laissez-moi choisir entre cent possibilités, je prendrai toujours les livres. (Bon d’accord, et des fois, le chocolat.)

Cependant j’étais convaincue sur si je démissionnais de mon poste à la fac, tout le monde dirait : « regarde-là, cette connasse de bourgeoise, elle n’arrive même pas à comprendre la chance qu’elle a. Maintenant elle a un doctorat mais elle va se barrer en laissant tout derrière, juste à cause… d’un mec, probablement. Je te le dis, elle est soumise, un truc de dingue. »

Il m’a fallu des mois pour accepter l’idée qu’en fait… tout le monde se foutait de savoir si oui ou non je bosserai dans une université.

J’ai démissionné. Ça a été une des décisions les plus difficiles de ma vie. Mais aussi une dont je n’ai pas douté une seule fois, une fois qu’elle était prise.

Et ils étaient là : les autres. Effrayants, avec leurs jugements potentiels. Si seulement j’avais su comme ils le rendraient facile.

Tous mes amis ont été contents pour moi. Ils disaient : « Ben si c’est ce que tu veux c’est génial ! » Et pas avec ce ton ironique que je craignais de leur part, qui aurait voulu dire « ouais, c’est ça, si tu veux que ta vie ce soit de la merde, vas-y, tu fais ta life. »
Non, ils étaient réellement contents pour moi, que j’aie quitté mon travail pour… en vérité, absolument rien, à l’époque. Professionnellement parlant, je veux dire. Ils se sont tous réjouis pour moi. Ils m’ont dit oui, prends du temps pour toi, tu verras bien ensuite.

C’est là que j’ai compris cette vérité-là : je n’ai pas l’importance que je me donnais. Que ça soit bien clair : je ne dis pas ça de manière amère. C’est l’une des pensées les plus libératrices que j’aie jamais eues.

J’avais toujours été convaincue que si je faisais quelque chose de travers, ou si mes choix pouvaient ne pas être perçus comme étant les bons, les gens passeraient des heures à parler de mon niveau de connerie. Qu’ils ne me pardonneraient jamais. Qu’ils en parleraient encore dans des années.

Parce que c’est comme ça que marche le monde, pas vrai? Les gens, quand ils rentrent à la maison, parlent de nous constamment. Quand ils regardent un film, ils pensent à quel point on est con. Quand ils mangent avec leur partenaire, ils partagent leurs opinions quant à savoir pourquoi on devrait être exécuté pour avoir pris les mauvaises décisions. Et même la nuit, ils rêvent de notre sale tronche et de nos choix de carrière.

Hé bien la chose la plus libératrice que j’ai jamais vue, c’est que les gens se foutent complètement de ce que je fais.

Et ce que je veux dire, c’est que justement je compte suffisamment pour eux pour qu’ils ne comptent pas sur le fait que tous mes choix correspondent à une illusoire perfection.

Je leur ai fait part de mon choix, ils ont dit : « cool ! » Et ils sont allés au cinéma. Ou sont allés jouer avec leur chien. Ou ils ont couché avec leur amant, leur amante. Et ils m’ont complètement oubliée. J’en étais là: libérée de tout jugement. À part le mien, évidemment. Celui-là, il prend un peu plus de temps.

Alors réjouissez-vous. Le reste du monde est trop occupé à vivre sa vie pour critiquer la vôtre. Vous n’avez pas autant d’importance que ça, et c’est formidable. Vous êtes juste uniques.

Top

Advertisements

One thought on “Guilt

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s