Open-mindedness

french flag pastel

It’s really tempting to look for clear, external signs of open-mindedness in people. Actually, it’s even more tempting to define yourself as open-minded, so that you can use your own characteristics as the standard on which any subsequent assessment will be made. How convenient! Because who, apart from conservative leaders perhaps, doesn’t like to picture herself or himself as open-minded?

When I was a child, I believed that travelling automatically made people more open-minded. It seemed obvious. You go to new places, meet new people, open yourself up to new cultures. I’m sorry to admit that at that time, I equally thought that anyone who hadn’t travelled was necessarily less open-minded that someone who had.

This naive prejudice is all the more important since I belong to the Ryanair generation. For instance, as a very young adult, I’ve flown to – and back from – Scotland or Italy for around fifteen euros.

Abroad, I met my peers. The Ryanair-generation individuals. Of course we were convinced that we knew what ‘real life’ meant – it meant doing like us. So when travelling, we talked about all these sad people, never leaving their native town, condemned to an eternal boring routine we’d never experience, as we were en route for our exciting adventure. How many times have I heard, during these trips, tourists – because yes, that’s what we were – say: “Nah, I don’t like that place you see… Too many tourists…” ?

I travelled a little. I lived abroad, too. Which is not the same thing, by the way.
Now I definitely see my young self as a young privileged arrogant. But I guess the arrogance you show at that age is the one you need to form your own opinion. If I wasn’t so sure I was right, I wouldn’t have travelled. I’m glad I’ve travelled. To find out just how wrong I was.

Here’s some basic knowledge about travelling and open-mindedness: yes, travellers can be awesome people, and I’ve met many great travellers. This can be said of expatriates too. Sadly, however, travellers and expatriates can also be real assholes. It has to be said: some travellers and expatriates are more narrow-minded than self-declared racist sectarians who would never set a foot outside of their fence.

So why was I so wrong?

Well, firstly, because I was a lucky young arrogant. Of course it’s fun to visit other countries when no disability whatsoever prevent you from going anywhere you want, when you have enough money to go back home whenever you want, when your life’s not at risk. Because travelling has become somehow trendy, many don’t see the difference between someone living on the road and someone (like me) who travelled mostly for leisure, having a stable base somewhere. Anytime I used ‘should’, as in ‘people should travel more’, I obviously forgot that not everyone could.

Secondly, travelling doesn’t mean that you know anything about the country you’re visiting. Yes, it’s true: people travel. And what do they do? (me included – I’m not pretending I’m any better.) They probably stay in the same area for two weeks, taking pics for their friends, buying souvenirs and never speaking to a local. Oh, yes, sometimes they speak to locals… To tell them how wrong they are. Or to see how poor they are, and feel even richer when they go back home.

The travelling prick and slut-shaming: a demonstration

It’d be no mystery for anyone who has walked the streets at night in Ireland, Scotland or England, that women don’t wear the same clothes as women do in France. Let me stop you there: I’m not saying one is better or worse than the other. Quite frankly, I just don’t care, as long as they can wear whatever they want.

The problem is that I’ve heard far too many times French people, men and women alike, comment on these women’s outfits with this sort of eloquent discourse: ‘oh my god, they dress like sluts!’

Just so that there’s no misunderstanding. It’s not that these women wear skirts that really is the issue… It’s that non-standard-looking women ALSO wear whatever they want. Now that’s something the French-normative brain can’t accept. ‘What? Women wearing stuff? We can’t tolerate that. Give me my boundaries back so that I can feel ashamed of my own body by insulting others!’

Let’s not be naive however. I’m not saying that there’s no social judgement at all there. I’m saying that when it comes to clothes and style especially, as well as gender-stereotypes, we’re so much behind in France that I’m in no rush of getting back there.

Please let me set you the scene, so that you get an idea of what I’m talking about.

I’m 22 at the time. I just arrived in Ireland a few days before. I go out, order my first Guinness with a guy I met in Dublin when it was pouring rain, on my first day. We danced the night away. It was nice. It was also six in the morning.
Two days later, in that pub, I’m so impressed. I’m the only one wearing a casual outfit. In fact, I’m the only woman wearing jeans and no make-up. Women wear yellow dresses, glittery skirts… And just when I was thinking: great! that’s one thing I’m not used to!, I hear a French voice behind me : “Oh putain, regarde-moi toutes ces salopes! Et elles boivent en plus! Ben putain si elles faisaient ça en France on les niquerait direct !” [‘Oh fuck, look at all these bitches ! And they drink ! Fuck, if they did that in France, we’d screw them straightaway!’]

I turn around, to see what kind of supra-asshole could say something like that. A very elegant, white, privileged men. The perfect avatar of my Ryanair-generation. Sad story: he wasn’t there for one night. He was there to spend one full year abroad. Now of course he never visited Ireland during that year, but took many pictures to show his children someday. ‘See honey, daddy was so adventurous!’

Obviously, that guy remained convinced that Irish women were all sluts, never questioning his own stupid behaviour and speech. To be fair though, there’s so much to question, I understand it could seem a daunting task. Anyway. That man could have gone abroad looking for a change. He clearly didn’t.

I don’t mind that people like him travel. What I care about, however, is that he’s the kind of people judging others at home for not travelling, when all he knows about travelling is to sit in a plane and wait, and then, in a luxurious room, wait for the room service.

The same goes for people mocking someone’s accent or appearance.

It’s heartbreaking, isn’t it? You can travel the whole world and still be a prick.

Travel doesn’t necessarily change you. I tend to think that it’s a bit like alcohol: it reveals who you really are. It’s just going to be more visible after a sip or two.

Since my very first day in Ireland, for it was the first time I was gone for more than 3 weeks, I decided to forget this clear divide: people who travel = nice open-minded people, people who don’t = narrow-minded sectarians.

Because actually, it goes like this: travel = people. No better or worse than those you already know.

Be ready for no change, other than the ones occurring in yourself.

Thank you for choosing predictedprose airlines, we hope you had a pleasant flight.


Ouverture d’esprit

Il est très tentant de chercher chez les gens des signes extérieurs, visibles, d’ouverture d’esprit. En fait, c’est même encore plus tentant de se définir soi-même comme étant ouvert d’esprit, pour pouvoir ainsi instituer ses propres caractéristiques en standard du genre, ce qui nous permettra de mieux juger les autres par la suite. Comme c’est pratique ! Parce que qui donc, à part des politiques conservateurs, n’aime pas s’imaginer comme étant ouvert d’esprit ?

Quand j’étais enfant, je croyais que voyager rendait automatiquement les gens plus ouverts d’esprit. Le processus me semblait évident. On se rend à de nouveaux endroits, on rencontre de nouvelles personnes, on s’ouvre à d’autres cultures. Je suis désolée d’admettre qu’à l’époque, je pensais de la même façon que quelqu’un qui n’avait pas voyagé était nécessairement moins ouvert d’esprit que quelqu’un qui l’avait fait.

Ce préjugé naïf est d’autant plus important que j’appartiens à la génération Ryanair. Par exemple, en tant que jeune adulte, je suis allée en Écosse ou en Italie pour environ 15 euros.

A l’étranger, j’ai rencontré mes pairs. Les individus de la génération Ryanair. Bien sûr, nous étions convaincus de savoir ce que c’était que la « vraie vie ». Ça voulait dire faire comme nous. Alors en voyageant, on parlait de ces gens si tristes, qui ne quittaient jamais leur ville d’origine, condamnés à une mortelle routine que nous ne connaîtrions jamais, nous qui étions en route pour notre épatante aventure. Combien de fois ai-je entendu, pendant ces voyages, des touristes (car oui, c’est bien ce que nous étions) dire : « Nan, je n’aime pas cet endroit tu vois… Trop de touristes… » ?

J’ai voyagé un peu. J’ai habité à l’étranger, aussi. Ce qui n’est pas la même chose, d’ailleurs.
Maintenant, je considère vraiment mes pensées de l’époque comme celles d’une jeune arrogante privilégiée. Je pense que l’arrogance dont on fait preuve à cet âge est celle dont on a besoin pour former sa propre opinion. Si je n’avais pas été si persuadée d’avoir raison, je n’aurais pas voyagé. Je suis heureuse d’avoir voyagé, justement. Pour me rendre compte à quel point j’avais tort.

Voici quelques connaissances de base concernant le voyage et l’ouverture d’esprit : oui, les voyageurs peuvent être des gens géniaux, et j’en ai rencontré des formidables. Même chose pour les expatriés. Malheureusement, cependant, voyageurs et expatriés peuvent aussi être de vrais connards. Ceci doit être dit : certains voyageurs et expatriés sont plus étroits d’esprit que des racistes sectaires assumés qui ne mettrait jamais un pied hors de leur enclos.

Alors pourquoi est-ce que j’avais tant eu tort ?

Tout d’abord parce que j’étais une arrogante chanceuse. Bien sûr que c’est marrant de visiter d’autres pays quand aucun handicap ne nous empêche d’aller nulle part, quand on a assez d’argent pour rentrer à la maison dès qu’on le souhaite, quand notre vie n’est pas en danger. Parce que voyager est devenu tendance, beaucoup ne font pas la différence entre quelqu’un qui vit sur la route et quelqu’un (comme moi) qui a surtout voyagé pour son loisir, tout en ayant une base stable quelque part. Toutes les fois où j’ai utilisé « devrait », en disant par exemple « les gens devraient voyager davantage », j’oubliais clairement que tout le monde ne le pouvait pas.

Deuxièmement, voyager ne signifie aucunement connaître le pays qu’on visite. Oui, c’est vrai : les gens voyagent. Mais qu’est-ce qu’ils font alors (Moi y comprise, je ne prétends pas être meilleure)? Ils restent probablement au même endroit pendant deux semaines, prennent des photos pour leurs amis, achètent des souvenirs et ne parlent pas aux gens du coin. Ah, si, des fois ils leurs parlent. Pour leur dire qu’ils ont tort. Or pour voir combien ils sont pauvres, et se sentir plus riches encore une fois rentrés à la maison.

L’enfoiré voyageur et le slut-shaming: une démonstration

Cela n’est en rien un mystère pour quiconque a marché dans les rues la nuit en Irlande, en Écosse ou en Angleterre ; les femmes ne portent pas les mêmes vêtements que les femmes en France. Je vous arrête tout de suite : je ne dis pas que l’un est meilleur que l’autre, pour la bonne raison que franchement, je m’en fous complètement, du moment qu’elles portent ce qu’elles veulent.
Le problème, c’est que j’ai entendu beaucoup trop de Français, hommes comme femmes, commenter les tenues de ces femmes avec ce discours fort éloquent : « mon dieu, elles s’habillent comme des salopes ! »

Simplement pour qu’il n’y ait pas de malentendu : ce n’est pas le fait que ces femmes portent des jupes qui pose problème… C’est que les femmes dont l’apparence ne correspond pas aux standards habituels portent aussi ce qu’elles veulent. Et ça, c’est quelque chose que le cerveau normatif français ne peut pas accepter : « quoi ? Des femmes portent des trucs ? On ne peut pas le tolérer. Redonne-moi mes limites pour que je puisse avoir honte de mon corps en insultant les autres! »

Ne soyons toutefois pas naïfs. Je ne dis pas qu’il n’y a pas de jugement social, là. Je dis qu’en ce qui concerne les vêtements et le style vestimentaire en particulier, tout comme en ce qui concerne les stéréotypes de genre, la France est tellement loin derrière que je n’ai aucune envie de précipiter mon retour.

Permettez-moi de vous dresser le décor, pour que vous ayez une idée de ce dont je parle.

J’ai 22 ans à l’époque. Je viens d’arriver en Irlande quelques jours plus tôt. Je sors, commande ma première Guinness avec un gars que j’ai rencontré à Dublin alors qu’il tombait une pluie torrentielle, le premier jour. On a dansé toute la nuit. C’était chouette. C’était aussi six heures du matin.

Deux jours plus tard, dans ce pub, je suis hyper impressionnée. Je suis la seule à porter des fringues décontractées. En fait, je suis la seule femme à porter un jean et pas de maquillage. Les femmes portent des robes jaunes, des jupes à paillettes… Et juste au moment où je me dis tiens, voilà une chose à laquelle je ne suis guère habituée, j’entends une voix française derrière moi : « Oh putain, regarde-moi toutes ces salopes! Et elles boivent en plus! Ben putain si elles faisaient ça en France on les niquerait direct ! »

Je me retourne, histoire de voir quel genre d’enfoiré peut dire un truc pareil. Un homme blanc, très élégant, privilégié. Le parfait avatar de ma génération Ryanair. Triste histoire : il n’était pas là pour une nuit seulement. Il s’apprêtait à passer toute une année à l’étranger. Bien sûr, il n’a jamais vraiment visité l’Irlande cette année-là, mais il a pris beaucoup de photos pour les montrer à ses enfants plus tard. « Regarde, chéri, papa était un vrai aventurier ! »

Évidemment, ce gars est resté persuadé que les Irlandaises étaient toutes des salopes, et n’a jamais questionné son propre comportement, ni son propre discours. Pour être honnête, cela dit, il y a tellement à remettre en question, je comprends que la tâche lui ait paru intimidante. Bref. Cet homme aurait pu partir à l’étranger pour changer. Ce n’était clairement pas le cas.

Je me fiche que des gens comme lui voyagent. Ce qui m’embête, toutefois, c’est qu’il est le genre de personne à juger ceux qui ne voyagent pas, alors que tout ce qu’il connaît du voyage, c’est comment s’asseoir dans un avion et attendre pour, plus tard, installé dans une chambre luxueuse, appeler le room service.

Même chose pour les gens qui se moquent de l’accent de quelqu’un, ou de son apparence.

C’est tragique, non ? On peut faire le tour du monde et rester un beauf.

Le voyage ne nous transforme pas forcément. J’ai tendance à penser que c’est un peu comme l’alcool : ça révèle qui on est vraiment. Car ça devient juste plus visible après une gorgée ou deux.

Depuis mon premier jour en Irlande, comme c’était la première fois que je partais pour plus de trois semaines, j’ai décidé d’oublier cette division : gens qui voyagent = gentils et ouverts, gens qui ne voyagent pas = sectaires étroits d’esprit.
Parce qu’en fait, c’est plutôt comme ça : voyage = gens. Ni mieux ni moins bien que ceux qu’on connaît déjà.

Soyez prêts à ne pas voir d’autres changements que ceux qui s’opèrent en vous-mêmes.

Merci d’avoir choisi Air predictedprose, nous espérons que vous avez fait bon vol.

Top

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s