Happiness VS Freedom

french flag pastel

For years, I’ve said: ‘I don’t care about being happy. I don’t have time for that. I’m too busy trying to be free’. It was a sentence I first used when someone asked me if the lifestyle I imposed myself wasn’t too difficult: no leisure or so little, sleep deprivation, etc. I found my own formulation to be quite effective, as in it reassured me. So I cherished it. It became my motto, my leitmotif.

At the time, I thought that looking for happiness was a weakness. I thought, look, if you want to be happy:
– you’re going to get attached to people. And when they’re going to leave – because of course they are, – it’s going to be awful
– you’ll need to be selfish all the time, ignorant even, because how would you dare trying to be happy considering everything that happens around you?
– You’re going to be shallow. Happiness seems to be a synonym for superficiality. Because deep down, you can’t really be happy. That’s a statement: you just can’t.
– Yeah, that’s right, if you’re happy, you’re a liar.

I didn’t think that any of these beliefs reflected my depressive tendency, because I thought that I wanted to be free instead.

So clearly, this craving for freedom meant that I had a goal, and I considered it a good one, a worthy one. Now let’s see what freedom meant to me:
– Be on my own, so that I won’t be a burden to anyone.
– Be perfect, so that no one could reproach me anything. I would then break free from criticism. – What do you mean, this sounds like a paradox?
– Constantly looking for intellectual challenges, so that I would never get shallow. No superficiality tolerated (this includes rest and sleep– you can’t learn by sleeping, you see.)

Needless to say, these goals were not only unattainable, but also highly toxic.

I remember that during my first years at Uni, a lecturer that I truly admire told me: “you really need to take care of yourself”. It was quite a surprise to me that such a brilliant mind would consider the bodily needs, the unintellectual, to be important… And of course culture seemed to me the first necessary step to a certain freedom. Much more necessary than a healthy relationship with my body.

I think a mix of factors encouraged me to wish that I would become this thinking shell I’m describing here. Firstly, as a woman, I had to look twice as clever to be considered a potential interlocutor in some debates and discussions. Secondly, some people would look down on me from liking popular culture, so I had to get twice as many legitimate references to stop people from saying: ‘yes, but you listen to Beyonce anyway, so you can’t have real opinions about art.’ Thirdly, I was lacking self-confidence. Finally, and quite simply, I thought that happiness was a myth invented by people who were scared of the absurdity of life, and couldn’t accept the fact that it had no meaning – that is, other than being oppressed and oppressing others.

Don’t worry, it gets better. I’ve felt so incredibly powerful moments of joy recently, in the simplest things, that I can no longer say happiness doesn’t exist. Especially since only a few months before, I thought that I had nothing else to experience, ever, that I was done, that it was all meaningless.

Even better: I don’t mind if what I just said makes me look weak, naive, or dumb.

Let me take an example here. For years, I thought that I could never live with someone I loved. Because it would be too dangerous. I would make compromises (the horror!), I would ‘belong’ to someone, and this someone will necessarily end up telling me what I should or shouldn’t do. Also, I’d become so busy cooking for two that I would never read a single line again. And I would be obliged to get married and to have children, because why else would you need to be a couple?

I live with someone now. Sure, we make compromises. But they’re so minimal compare to what I used to think they would be. Also, my partner clearly doesn’t tell me what I should or shouldn’t do. Likewise, I never felt he needed my guidance to live his life the way he wants.

I’m not saying: ‘you should get in a couple to be happy’. Not at all. This is the opposite of what I’m trying to say, actually. What I’m saying is: don’t think it’s a weakness to look for happiness, and don’t see yourself as weak if elements of your potential happiness don’t match your life-long principles.

Because I hated the very institution of the couple, I never considered whether or not I would like to experience it. Equally, some other people would never experience being alone, even though they would love to, because they feel forced, in some way, to live with someone.

If you feel that in order to be happy, you should travel the world on your own from tomorrow on, quit your job and do it. And bon voyage!

If you feel that on the contrary, you need a very strong base to feel secure and therefore happy, because the two have to go together for you, then don’t be afraid to share these needs with people you care about. If they escape, let them go: they can’t represent that secure base you need.

If you feel that getting married and having children is necessary for you to be happy, then I wish that your dreams come true.

If you’d rather have ten lovers, then I also hope this will come true too.

If (that’s my case) you neither want to get married nor to have children: do it and enjoy your life. But allow you the right to get attached to people too. It doesn’t mean you have to marry them.

In any case, don’t try to convince others that what you think works for you is happiness for everyone. It sure isn’t. Happiness is polymorphous. But it isn’t a myth.



Bonheur contre Liberté

Pendant des années, j’ai dit: « je me fous d’être heureuse. Je n’ai pas le temps pour ça. Je suis trop occupée à essayer d’être libre. » C’est une phrase que j’ai utilisée la première fois quand quelqu’un m’a demandé si le style de vie que je m’imposais n’étais pas trop difficile : pas de loisirs ou si peu, manque de sommeil, etc. J’ai trouvé ma formulation plutôt efficace, en ce qu’elle me rassurait. Alors je l’ai chérie. C’est devenu ma devise, mon leitmotiv.

À ce moment-là, je pensais que le bonheur était une faiblesse. Je pensais, regarde, si tu veux être heureuse :
– Tu vas t’attacher aux gens. Et quand ils vont partir – car bien sûr ils partiront – ça va être horrible.
– Tu vas devoir être égoïste constamment, ignorante même, car comment oserais-tu essayer d’être heureuse avec ce qui se passe autour de toi ?
– Tu vas devenir superficielle. Le bonheur a même l’air d’être un synonyme de « superficialité ». Parce qu’au fond, tu ne peux pas vraiment être heureuse. C’est une affirmation : tu ne peux pas l’être.
– Ouais, en fait, c’est ça : si tu es heureuse, c’est que tu mens.

Je pensais qu’aucun de ces arguments ne reflétait une tendance dépressive, parce que je pensais que je voulais être libre à la place. Alors clairement, ce puissant désir de liberté signifiait que j’avais un but, et je pensais que c’était un bon objectif, un objectif digne. Mais voyons ce que « liberté » signifiait pour moi :
– Etre toute seule, pour n’être un poids pour personne.
– Etre parfaite, pour que personne ne me reproche rien. Je serais alors libérée de la critique (Qu’est-ce que vous voulez dire, ça m’a l’air d’un paradoxe ?)
– Toujours chercher des défis intellectuels, pour que je ne devienne jamais superficielle. Aucune futilité tolérée. Ceci inclut le repos et le sommeil, car on ne peut pas apprendre en dormant, voyez-vous.

Inutile de le préciser, ces objectifs étaient non seulement inatteignables, mais également hautement toxiques.

Je me souviens que pendant mes premières années à la fac, un prof que j’admire réellement m’avait dit : « tu dois absolument prendre soin de toi ». Ça avait été une véritable surprise qu’un esprit aussi brillant considère les besoins du corps, le non-intellectuel, comme important(s). Et bien sûr, la culture me semblait, plus qu’un rapport sain à mon corps, la première étape vers une certaine liberté.

Je pense qu’un ensemble de facteurs m’a poussé à vouloir devenir cette coquille pensante que je décris ici. D’abord, en tant que femme, je devais avoir l’air deux fois plus intelligente pour être considérée comme une interlocutrice potentielle dans certains débats et lors de certaines discussions. De plus, certaines personnes me méprisaient parce que j’aimais la culture populaire, donc je devais acquérir deux fois plus de références légitimes pour ne pas que les gens me répondent : « oui, mais toi en même temps tu écoutes Beyonce, alors tu ne peux pas vraiment avoir d’avis sur l’art. » Ensuite, parce que je manquais de confiance en moi. Finalement, et plutôt simplement, je pensais que le bonheur était un mythe inventé par des gens effrayés par l’absurdité de la vie, et qui ne pouvaient accepter qu’elle n’ait aucun sens, sinon d’être oppressé et d’oppresser les autres.

Ne vous inquiétez pas, ça s’arrange par la suite… J’ai ressenti des moments de joie tellement puissants récemment, dans les choses les plus simples, que je ne peux plus dire que le bonheur n’existe pas. Particulièrement du fait qu’il y a quelques mois à peine, je pensais que je ne vivrai plus rien, que c’était fini, que ça n’avait absolument aucun sens.

Mieux même: cela m’importe peu maintenant si ce que je viens de dire me fait passer pour une naïve, une faible ou une abrutie.

Laissez-moi prendre un exemple ici. Pendant des années, j’ai pensé que je ne pourrais jamais vivre avec quelqu’un que j’aimais. Parce que ça serait trop dangereux. Je devrais faire des compromis (quelle horreur !), j’ « appartiendrais » à quelqu’un, et ce quelqu’un finirait forcément par me dire ce que je devrais ou ne devrais pas faire. De plus, je serais si occupée à faire la cuisine pour deux que je ne lirai plus jamais une ligne. Et je serais obligée de me marier et d’avoir des enfants, parce que pourquoi, autrement, est-ce qu’on aurait besoin d’être en couple ?

Maintenant je vis avec quelqu’un. C’est sûr, on fait des compromis. Mais ils sont minimes par rapport à ceux à quoi je m’attendais. Et puis, très clairement, mon partenaire ne me dit absolument pas ce que je dois ou ne dois pas faire. De la même manière que je n’ai jamais pensé qu’il avait besoin de mes consignes pour vivre sa vie comme il l’entendait.

Je ne suis pas en train de dire: « vous devriez vous mettre en couple pour être heureux ». Pas du tout. C’est l’opposé de ce que j’essaie de dire. Ce que je dis, c’est: ne pensez pas que vouloir être heureux est une preuve de faiblesse, ne vous voyez pas comme faible si certains éléments de ce bonheur potentiel ne correspondent pas aux principes de toute une vie.

Parce que j’avais en horreur l’institution du couple, je ne m’étais jamais demandé si je voulais ou non la vivre. De la même manière que certaines personnes ne seront jamais seules, même si elles en rêvent, parce qu’elles se sentent obligées, quelque part, de vivre avec quelqu’un.

Si vous pensez que pour être heureux, vous devriez voyager dans le monde entier, seul, dès demain, alors démissionnez et faites-le. Et bon voyage !

Si vous pensez au contraire que vous avez besoin d’une base solide pour vous sentir heureux et en sécurité, car les deux vont ensemble pour vous, alors n’ayez pas peur de parler de ces besoins aux personnes qui vous sont proches. Si elles s’enfuient, laissez-les partir : elles ne peuvent pas représenter cette base sécurisante dont vous avez besoin.

Si vous pensez que vous marier et avoir des enfants est nécessaire à votre bonheur, alors j’espère que ces rêves se réaliseront.

Si vous voulez avoir dix amants et/ou amantes plutôt qu’un couple, je vous le souhaite également.

Si (et c’est mon cas) vous ne voulez ni vous marier ni avoir d’enfants, faites et profitez de votre vie. Mais sachez que vous avez aussi le droit de vous attacher à quelqu’un… Vous n’avez pas forcément à vous marier.

Dans tous les cas, n’essayez pas de convaincre les autres que ce qui marche pour vous, c’est le bonheur assuré pour tout le monde. Ça ne l’est pas. Le bonheur est polymorphe. Mais ça n’est pas un mythe.

Top

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s