How Depression Saved My Life – Part I

french flag pastel

I’m fully aware that this is quite an awkward intro, but today I’d like to talk about how an extremely severe depression (ending with a glorious burn-out) saved my life. I guess you have a few questions in mind right now…

First question: Am I a masochist? Well, if I am, I’m a very lousy masochist, then, because I don’t remember having any pleasure in it.

Second question: am I saying that depression is the best thing that happened to me? No, you see, I’m not that stupid (it depends though…). I wish you will never suffer from any mental health illness. But the truth is, if you’re lucky as I am, it will make you consider life and events as you never, ever experienced them before.


So third question: am I seriously writing a post to say, with very long and therefore useless sentences, that what doesn’t kill you make you stronger? No. I’m not stronger. I have the same strengths and weaknesses. But what has changed forever is the way I consider these strengths and weaknesses.

Not only am I way better than I was one year or two years ago, when I was sleeping an average of four hours per night, and not even in a bed but anywhere uncomfortable enough – self-loathing can lead you quite far. As I was saying, not only am I way feeling better, but depression changed my life forever, and never would I have been so optimistic if it wasn’t for this incredibly difficult time I had to go through.

Before sinking into OCD – obsessive-compulsive disorder – which was diagnosed for the first time more than ten years ago, and before getting completely stuck in a depressive state of mind, I was a pessimist. Except that I thought it was, in fact, lucidity. Sadly, to me, an optimist was just a proud ignorant…

I was also, which could appear contradictory at first, sincerely enthusiastic at times. My friends and family know that it was very common for me to get passionate about a good movie, beautiful landscapes, or a cup of jasmine tea. I could almost scream my passion away. But then, all alone, the whole day would go dark again, leaving me only to remember that good things weren’t significant, they were only short lies in a lifetime of painful discourse.

To keep it short, I certainly wouldn’t have called myself a positive person.

I was harsh. Especially towards me. I could get really happy for someone else, but very rarely for me. And everything great happening was soon overcome by negative thoughts: OK, so now, the next challenge is going to be even harder. I used to question every single objective I met.

Because of my OCD (to those who don’t know what that is, I encourage you to consult the NHS page here), I became exceptionally creative when it came to questioning my achievements, and proving myself that I didn’t deserve any reward nor satisfaction.


Although it’s still really hard for me to admit that I did those things, I believe I need to give specific examples here. Not because I’m a narcissistic – clearly, what I’m about to say is not going to make you think: dude, she’s so cool… But having talked to many people lately, who were ashamed and scared of their own mental health issues, I realised that acknowledging true events can help some people out there. Should it be just to make you think for five seconds: you’re not alone, don’t worry, and it can get so much better, it would be worth it.

I’ll stick to academic requirements and achievements this time, since as I previously said, an unhealthy relationship to work can be a very powerful and destructive trigger.

So here it goes. Here’s the sort of things I used to do for self-destruction:

– After submitting a first draft of an essay (not even graded), I spent ten days crying because I thought that for one paragraph in these 15 pages, I didn’t use the correct font… I called two people to ask them how I could steal the essay, correct it, and then put it back again… Yes, just because the font of one paragraph seemed to me incorrect. (– by the way, it was the correct one). Then I called the same two people to ask them whether just thinking about such a plan (obviously, there was no way I was going to do it with my guilt!) was against the academic regulation of my institution.

– Because I was afraid that the post would lose my thesis and that I would need to reimburse my three-year studentship, or that I wouldn’t be able to re-enrol for the extension period – which I didn’t use at all – I bought a £300 flight to bring it in person, which of course wasn’t necessary.

– I printed my thesis five times to correct, each time, two typos, thinking that the examiners would fail me because of them.

– When I was waiting for my graduation, I called my former university to ask them if I really was awarded a Master, as I was terrified that I lied on my CV without even being aware.

– When the secretary kindly told me that of course I was awarded a Masters degree, I asked the poor woman: ‘but do you think I really deserved it?…’ To which, of course, there was no other answer than: ‘Ma’m… are you okay??’

I could go on and on. But I guess you got the idea. Every success or achievement had to be sabotaged by my troubled mind. I swear that I’ve tried for years to change. I was stuck. I was ill.

I remember people saying: you have to put things in perspectives. But HOW do you do that? I had no idea. People told me: ‘look, it’s just a non-graded essay’. But I can swear I thought that something terrible would happen to someone because of a stupid mistake of mine. My biggest fear has always been to hurt someone.

– I thought that if I didn’t use the right font, my lecturer would get so disappointed by my performance that he would think it wasn’t worth being a teacher. He would then question her or his professional choices for weeks.

– I thought that if I failed my thesis, an article would be written in some newspapers about how bad support was at my Uni, and people would get fired because of me.

– I thought that if I had lied on having a Masters degree, I was completely crazy, not really living in my own body, having no memories of my own… I thought my life itself was ghostly, the product of someone else’s imagination.

As you read this, you may think: oh, dear. That’s a one-way road. How can you even think straight after that?
Well, thanks to the incredibly supportive environment I have benefited from (and I mean partner, family, friends, colleagues, doctors and even complete strangers in the street sometimes), not only am I recovering, but I’m discovering a new me. Sounds cliché, I don’t care.

Finally, I live in the moment. No: ‘oh, today’s gonna be hard…’ Instead: ‘waking up is the GREATEST feeling ever! And I see baby ducks from my window! How cool is that??’

Finally, I’ve understood that work, however fascinating, is work. And life, well… There’s a difference here, and you must see it. How good is a great job anyway if you’re burned-out?

Of course there are still times I struggle, days I cry because I can’t feel sure that I locked the door. There are still times I fear that I lack reality… Of course I still wake up at night screaming sometimes, because the guilt and doubt will forever live in my entrails. But even with these down sides, I know that life is awesome, and that I’m incredibly lucky. I’ve met more extraordinary people in my life than I would ever be able to love as much as they deserve. I’m so happy that depression finally changed me. I was broken, now I know I’m getting fixed.

So I’m thinking: well, if I can feel this way about life, although I’m still having terrible nightmares even when I’m awake… I just can’t believe how fucking great life’s gonna be when I’ll have fully recovered. I can’t wait.


Comment la dépression m’a sauvé la vie – 1ère partie

Je suis bien consciente que cette introduction est plutôt étrange, mais aujourd’hui j’aimerais raconter comment une dépression sévère (qui a fini en glorieux burn-out) m’a sauvé la vie. J’imagine que vous avez quelques questions à l’esprit, du coup…

Première question : suis-je masochiste ? Ben disons que si j’en suis une, je ne suis vraiment pas terrible en masochiste, parce que je ne me rappelle pas avoir pris du plaisir là-dedans.

Deuxième question : suis-je en train de dire que la dépression est la meilleure chose qui me soit arrivée ? Non, vous voyez, je ne suis quand même pas stupide (enfin disons que ça dépend). Je souhaite que vous ne souffriez jamais d’un trouble mental. Mais la vérité, c’est que si vous avez autant de chance que moi, alors la dépression vous amènera à envisager la vie et ses événements comme vous ne les aviez jamais, ô grand jamais envisagé.

Alors, troisième question : suis-je sérieusement en train d’écrire un post pour dire, à travers de très longues phrases forcément inutiles, que ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort ? Non. Je ne suis pas plus forte. J’ai les mêmes forces, les mêmes faiblesses. Mais ce qui a changé, c’est la manière que j’ai d’envisager ces forces et ces faiblesses.

Non seulement je me sens beaucoup mieux qu’il y a un ou deux an(s), à l’époque où je dormais en moyenne quatre heures par nuit, et même pas dans un lit, mais n’importe où de suffisamment inconfortable (le dégoût de soi peut nous emmener relativement loin), mais je peux dire que la dépression a définitivement changé ma vie, et je n’aurais jamais été aussi optimiste si je ne n’avais pas traversé cette phase douloureuse.

Avant de plonger définitivement avec mes TOC (troubles obsessionnels-compulsifs), dont le diagnostic fut posé pour la première fois il y a dix ans, et avant de me retrouver complètement coincée dans un état d’esprit dépressif, j’étais pessimiste. Sauf que je croyais que c’était de la lucidité. Malheureusement, pour moi, un optimiste était simplement un ignorant fier de l’être.

Mais j’étais également, de temps en temps, sincèrement enthousiaste. Je sais que cela peut sembler contradictoire au premier abord. Mes amis et ma famille savent qu’il était courant que je me passionne pour un bon film, de beaux paysages ou une tasse de thé au jasmin. Ma passion, j’en criais presque dans ces moments-là. Mais ensuite, revenue seule, la journée renoircirait, me laissant simplement le souvenir que les choses positives n’étaient pas représentatives, qu’elles n’étaient que de courts mensonges au milieu d’une vie de discours douloureux.

Bref, je ne me serais certainement pas définie comme étant une personne positive.

J’étais dure. Surtout avec moi-même. Je pouvais être vraiment heureuse pour quelqu’un d’autre, mais très rarement pour moi. Et tout ce qui se passait de bien était bientôt enterré par des pensées négatives : D’accord, alors maintenant, le prochain défi sera encore plus dur. Je remettais en question chaque objectif que j’atteignais.

A cause de mes TOC (pour ceux qui ne savent pas ce que c’est, je vous encourage à consulter cette page), je suis devenue infiniment créative en ce qui concerne la remise en question de mes accomplissements, pour me prouver que je ne méritais aucune récompense ni satisfaction.

Bien qu’il soit encore dur pour moi d’admettre que j’ai fait ces choses-là, j’ai le sentiment qu’il me faut ici donner des exemples précis. Pas parce que je suis narcissique – clairement, ce que je suis sur le point de dire ne va pas vous amener à penser : regarde mec, elle est tellement cool… Mais ayant récemment parlé à beaucoup de gens qui avaient honte ou peur de leur propre problèmes mentaux, j’en suis venu à réaliser que reconnaître des éléments réels pouvait peut-être aider quelqu’un ici. Ne serait-ce que si pendant cinq minutes, vous pouvez vous dire que vous n’êtes pas seul, qu’il ne faut pas vous inquiéter car cela peut aller incroyablement mieux, alors ça aura valu le coup.


Je m’en tiendrai aux accomplissements en lien à l’université cette fois, puisque comme je l’ai déjà dit, une relation malsaine au travail peut être un facteur très puissant de destruction.

Alors voilà. Oui voilà le genre de trucs que je faisais en rapport à l’auto-destruction :

– Après avoir rendu une dissertation n’ayant pas même vocation à être notée, j’ai passé dix jours à pleurer parce que je pensais que pour un des paragraphes présents dans un ensemble de 15 pages, je n’avais pas utilisé la bonne police de caractère. J’ai appelé deux personnes pour leur demander comment je pourrais voler la dissertation, la corriger, et la remettre à sa place… Oui, simplement parce que la police de caractère me semblait ne pas être la bonne (d’ailleurs, pour information, c’était la bonne…). J’ai ensuite rappelé ces deux mêmes personnes pour leur demander si simplement penser à un tel stratagème (bien sûr, il était évident que je n’allais pas le faire, vu mes problèmes de culpabilité !) allait à l’encontre du règlement de mon institution.

– Parce que j’avais peur que la poste perde ma thèse et que je devrais donc rembourser trois ans de bourse doctorale, ou que je ne pourrais pas me réinscrire pour la période supplémentaire donnée d’office (que je n’ai pas du tout utilisée), j’ai acheté un billet d’avion à trois cent livres sterling pour l’amener en personne, ce qui n’était évidemment pas nécessaire.

– J’ai imprimé cinq fois ma thèse pour corriger, à chaque fois, deux fautes de frappe, car je pensais que mon jury ne validerait pas mon doctorat à cause de ces fautes-là.

– Alors que j’attendais ma remise de diplôme, j’ai appelé mon université précédente pour leur demander si j’avais vraiment obtenu un diplôme de Master, parce que j’étais terrifiée d’avoir menti sur mon CV sans même m’en être rendre compte.

– Quand la secrétaire m’a gentiment dit qu’en effet, on m’avait bien délivré le diplôme de Master, j’ai demandé à cette pauvre femme : « mais est-ce que vous pensez que je le méritais ?… » Ce à quoi, bien sûr, la seule réponse possible avait été : « euh… Madame, vous vous sentez bien ? »

Je pourrais continuer cette liste. Mais je pense que vous avez saisi l’idée. Chaque succès, chaque accomplissement devait être saboté, dans mon esprit confus. Je jure que pendant des années j’ai essayé de changer. J’étais coincée. J’étais malade.

Je me rappelle que les gens me disaient: tu dois relativiser les choses. Mais COMMENT est-ce qu’on fait ça ? Les gens me disaient : « non mais regarde, ça n’est même pas un essai noté ». Mais je peux jurer que j’étais persuadée que quelque chose de terrible allait arriver à quelqu’un à cause d’une de mes stupides erreurs. Ma plus grande peur a toujours été de faire du mal à quelqu’un.

– Je pensais que si je n’avais pas utilisé la bonne police de caractère, mon professeur serait tellement déçu par ma faible performance qu’il penserait que ça ne valait même pas le coup d’être prof. Il remettrait alors en question ses choix professionnels pendant des semaines.

– Je pensais que si je n’obtenais pas ma thèse, on écrirait un article dans un journal quelconque, insistant sur le soutien non adapté fourni par mon université, et des gens seraient virés à cause de moi.

– Je pendais que si j’avais menti à propos de mon Master, j’étais complètement folle, que je ne vivais pas dans mon propre corps, que je n’avais pas de souvenirs en propre… Que ma vie était fantomatique, le produit de l’imagination de quelqu’un d’autre.

Pendant que vous êtes en train de lire ça, vous devez vous dire : oh ma pauvre. Ça, c’est une route à sens unique. Comment tu arrives à repenser normalement après ça ?

Eh bien, grâce au soutien incroyablement fort dont j’ai bénéficié (et je pense à mon partenaire, à ma famille, à mes amis, à mes collègues, à mes médecins, et aussi à de véritables étrangers dans la rue parfois), non seulement je suis en train de m’en remettre, mais je me découvre un autre moi. Ça a l’air cliché, mais je m’en fous.

Enfin, je vis dans le moment présent. Pas de : « Oh non, aujourd’hui ça va encore être dur… » A la place, je me dis « se lever, c’est la MEILLEURE sensation du monde ! Et je vois des bébés canards depuis ma fenêtre, c’est pas excellent, ça ? »

Enfin, j’ai compris que le travail, même fascinant, restait un travail. Et que la vie, ben… Il y avait une différence ici, et qu’on devait la voir. Et comment un boulot pouvait-il être super si de toute façon, on était en burn-out complet ? »

Bien sûr qu’il y a encore des moments où je lutte, des jours où je pleure parce que je n’arrive pas à être sûre que j’ai bien fermé la porte à clef. Bien sûr que je me réveille encore certaines nuits en criant, parce que la culpabilité vivra pour toujours dans mes entrailles. Mais même avec ces inconvénients, je me dis que vivre est génial, et que j’ai énormément de chance. J’ai rencontré plus de gens extraordinaires dans ma vie que je pourrais en aimer autant qu’ils le méritent. Je suis tellement heureuse que la dépression m’ait transformée. J’étais cassée, maintenant on me répare.

Alors voilà ce que je me dis : hé bien si j’arrive à penser ça de la vie alors que j’ai encore de terribles cauchemars, même éveillée… Merde, je n’imagine même pas comme vivre sera excellent quand je serai vraiment guérie. Putain, j’ai hâte.

Top

Advertisements

4 thoughts on “How Depression Saved My Life – Part I

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s