A Material Girl

french flag pastel

About ten to fifteen years ago, I decided that my body and I would live completely different lives. I didn’t like my body at all. Now I’m not just talking about not liking my legs, my left arm, the shape of my right ear, or anything like that. I loathed the fact that I needed to exist as a physical being. My only aim was to become a floating mind, so that:

– I would be able to forget all physical needs.

– I wouldn’t be dependent on anything. (Yeah, that’s what I thought… because really, if you’re not even dependent on yourself, who or what could ever keep you down?)

– I would never EVER be superficial. (Because it’s a well-known fact that people who have a body are superficial.)

– I would no longer care about being ‘pretty’ for anyone, I would no longer care about their beauty standards. (Except that this was a huge lie, you see. I wouldn’t have worn a skirt with my legs unwaxed, even when I got less than two hours of sleep at night. That was certainly not because I loved waxing more than sleeping, but because I knew people would judge me if I did show hairs on my bare legs. Dude, what an independent mind indeed!)

During all these years, every time someone commented on my physical appearance, I thought it was because they were so awfully superficial and resentful that they couldn’t deal with a free mind. – Yeah, right… That’s self-defence according to me, not going to be a best-seller I know.

Let me explain. A few people had enough guts, or cared enough about me, to say: ‘hey Lou, you look extremely tired.’ Here’s what I heard: ‘Fuck you Lou, you look so awful that I would be ashamed to go out if I were you. Social conventions force me to say that the reason for your ugly self is tiredness, but really you just look crap, no mitigating circumstances.’

When they said: ‘Lou, don’t you think you need to sleep a little bit more at night?’ I heard: ‘For God’s sake, Lou, can’t you hide your ugly face from the world? Do I really have to see that thing every day? At least if you slept, right now, I wouldn’t have to look at you. Why can’t you be as fresh as so and so?’

Until very recently, I thought that not listening to their comments and warnings was resistance to oppressing norms.

Then one day my body slapped me in the face. First time. I slept for three days and developed several infections. Didn’t pay attention.

Following that, my body kicked me in the back, stomach and shoulders for years. Never listened. Kept walking, goddamn it!

Then there was this day when my body headbutted me so hard I couldn’t get up anymore. Fucking bully.


What I had to accept, then, was unacceptable to me: like it or not, you’re living in a material world, and you’re a material girl. Now that doesn’t mean you need to shop at H & M every week. It doesn’t mean you have to worship money. I don’t. I don’t despise it either. It means you’re physical, period. You’re a material girl. You’re made of flesh and organs, just as everyone is. Which means that you can continue denying your own body, it will always remind you that it’s tougher than your mind. Because, guess what? No body, no mind. – Feel free to adapt this to a Bob Marley song, and then get up, stand up for your rights.


Acknowledging that the world is a material one helps us keep our feet on the ground. It helps us know our limits. Because we do have limits. We’re not abstract ideas or concepts. We’re real.

Also, if people remind you that you’re living in a material world, don’t get too upset. It might not be because they’re arrogant superficial capitalists, only concerned by appearances. Actually, after a while, I realised that no one told me that I look tired or sick because they wanted me to lack self-confidence. Let’s put things into perspective one more time. People are too busy living in a material world of their own to judge your every dark circle.

Don’t overthink friendly observations. People who really want to judge you and make you feel miserable wouldn’t stop at a mere: ‘oh dear, you look tired’. They would probably say: ‘you look like shit, you’re worthless’. That’s called harassment. And you certainly don’t have to listen to this bullshit. Try to find people who can help you, try not to be alone if you can. Your body is as precious as your mind, no one can make you feel otherwise.

And if you’re the one harassing yourself, similarly, try to find people who can help you. Try not to be alone if you can. Your body is as precious as your mind, even yourself can’t make you feel otherwise.


Une fille matérielle

Il y a à peu près dix ou quinze ans, j’ai décidé que mon corps et moi vivrions des vies complètement différentes. Je n’aimais pas du tout mon corps. Et je ne parle pas de ne pas aimer mes jambes, mon bras gauche, ou la forme de mon oreille droite. Non. Je détestais le fait que je dusse (comme quoi apprendre le subjonctif imparfait ça peut servir pour écrire un blog) exister en tant qu’être physique. Mon unique but était de devenir un esprit flottant, afin que :

– Je puisse oublier tout besoin physique.

– Je ne sois plus dépendante de rien (ouais, c’est ce que je pensais… Parce que sérieusement, si vous ne dépendez même pas de vous-mêmes, qui ou qu’est-ce qui pourrait bien vous maintenir la tête baissée ?)

– Je ne sois jamais, ô grand jamais, superficielle (Parce que c’est bien connu que les gens qui ont un corps sont superficiels).

– Je puisse enfin me foutre d’être « belle » pour quelqu’un, afin que je puisse enfin ignorer les standards de beauté (à part que ceci était un mensonge énorme, voyez-vous. Je ne serais jamais sortie en jupe avec les jambes non épilées, même quand je m’accordais moins de deux heures par nuit pour dormir. Ce n’était certainement pas parce que je préfèrais l’épilation au sommeil, mais parce que je savais que les gens me jugeraient si je montrais des poils sur mes jambes nues. Hé mec, quel esprit indépendant, un truc de ouf !)

Durant toutes ces années, chaque fois que quelqu’un a fait un commentaire sur mon apparence, j’ai pensé que c’était parce qu’ils étaient tellement superficiels et frustrés qu’ils ne pouvaient pas accepter un esprit libre (Ouais, c’est ça… C’est ma technique de self-défense, ça vendra pas des masses je sais bien).

Laissez-moi vous expliquer. Quelques personnes ont eu le courage de me dire, ou m’appréciait suffisamment pour me dire : « Hé, Lou, tu as vraiment l’air fatiguée ». Et ça, c’est ce que j’entendais : « Putain, Lou, tu es tellement horrible que j’aurais honte de sortir si j’étais toi. Les conventions sociales me forcent à dire que la raison à ta laideur c’est la fatigue, mais en fait tu ressembles juste à rien, aucune circonstance atténuante. »

Et quand ils disaient : « Lou, tu crois pas que tu devrais dormir un petit peu plus la nuit ? », j’entendais : « Pour l’amour du ciel, Lou, tu peux pas éviter d’imposer au monde ta sale tronche ? Est-ce que j’ai vraiment besoin de voir ça tous les jours ? Au moins si tu dormais, là, j’aurais pas à te regarder. Pourquoi tu peux pas être aussi fraîche qu’untel ou unetelle ? »

Jusqu’à très récemment, je pensais que ne pas écouter ces commentaires et ces avertissements était une forme de résistance face à des normes oppressives.

Et puis un jour mon corps m’a giflé en pleine tête. Première fois. J’ai dormi pendant trois jours et développé plusieurs infections. Je n’en ai pas tenu compte.

Suite à ça, mon corps m’a donné pas mal de coups dans le dos, l’estomac et les épaules. Jamais écouté. J’ai continué à avancer, bordel !

Quand il y a eu ce jour où mon corps, ce fouteur de merde, m’a foutu un tel coup de boule que je n’ai plus pu me lever.


Ce que j’ai eu à accepter alors m’était inacceptable : que tu le veuilles ou non, tu vis dans un monde matériel, et tu es une fille matérielle. Ça ne veut pas dire que tu dois aller faire du shopping à H & M toutes les semaines. Ça ne veut même pas dire que tu dois vouer un culte à l’argent. Ça tombe bien, je ne lui voue pas un culte. Je ne le méprise pas non plus. Bref ça veut juste dire que tu existes physiquement, un point c’est tout. Tu es une fille matérielle. Tu es faite de chair et d’organes, comme tout le monde. Ce qui signifie que tu peux continuer à nier l’existence même de ton corps, mais il te rappellera toujours qu’il est plus fort que ton esprit. Tu sais pourquoi ? Parce que no body, no mind – Libre à vous de chanter ça sur un air de Bob Marley pour mettre un peu l’ambiance.


Reconnaître que le monde est matériel nous aide à garder les pieds sur terre. Nous aide à connaître nos limites. Parce qu’on a des limites. Nous ne sommes pas des idées abstraites ou des concepts. Nous sommes réels.

Aussi, si des gens vous rappellent que vous vivez dans un monde matériel, ne vous énervez pas trop vite. Ce n’est peut-être pas parce que ce sont d’arrogants capitalistes superficiels, qui se préoccupent uniquement des apparences. En fait, au bout d’un moment, j’ai réalisé que personne ne me disait que j’avais l’air fatiguée ou malade parce qu’ils voulaient que je manque de confiance en moi. Prenons encore une fois un peu de recul. Les gens sont trop occupés à vivre dans leur propre monde matériel pour juger chacune de nos cernes.

N’interprétez pas démesurément des observations amicales. Les gens qui veulent vraiment vous juger, et qui veulent que vous vous sentiez vraiment mal, ne s’arrêteront probablement pas à un simple : « oh ma pauvre, tu as l’air fatiguée ». Ils diront probablement : « Tu ressembles à que dalle, tu vaux rien. » Ça s’appelle du harcèlement. Et vous n’avez certainement pas à écouter ces conneries. Essayez de trouver quelqu’un pour vous aider, essayez de n’être pas seul, si vous le pouvez. Votre corps est aussi précieux que votre esprit, personne ne peut vous dire le contraire.

Et si c’est vous qui vous harcelez vous-même, mêmes conseils : essayez de trouver quelqu’un pour vous aider. Ne restez pas seul si vous le pouvez. Votre corps est aussi précieux que votre esprit, et pas même vous ne pouvez dire le contraire.

Top

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s