The Good, the Bad and the Unacceptable

french flag pastel

As you noticed yesterday, I can get rather angry. In fact, anger lies in me as much as doubt and self-hatred. So many apologies if I hurt your feelings with that post. Because even though most of the time, this anger is clearly targeted at myself, sometimes, it targets something bigger, and other people might find it hard to comprehend.


Was I lecturing you? I believe I wasn’t. And I’m going to try and explain why: I didn’t care about the bad or the good, I only focused on the unacceptable.

I can’t believe that after so many debates, we’re still convinced that we can decide for other people what they should do with their lives. I could accept any sort of desire, fantasy, ambition and way of life. As long as, and that’s the non-negotiable part, everyone involved in it in reality – directly or indirectly – is consenting to it.

What do I mean? Simply that’s it’s absolutely fine by me if you don’t want to divide the chores equally in your couple, for instance. I wouldn’t want that personally, but I’m not the one teaching you how to live. As long as the two – or three, or four, etc. – of you are happy with the life you’re living, that’s perfectly fine.

For years I’ve thought: oh yeah, so that’s how I’m going to live my life. And you know, it was all clear, precise and neat, with a very specific schedule and a life-long planning. God was that reassuring. Except that it never happened. Because you’re not the only one choosing, if you want to live with others, that is. You discuss. You share. You argue sometimes. And then you find what works for you all. But then, you don’t have to explain your choices to the rest of the world. If people don’t accept it, then just be it.

Sure, there will be people out there telling you: you should do this, you should do that. Most of the time, you can forget about what they say. There’s one thing though: you can only forget about what they say if you’re not denying or neglecting the consent of the person/people living with you. If the person/people you live with is/are happy for you to behave the way you do, that’s fine. If anyone close to you suffers from it, tells you and you still ignore it… I’m sorry to say that this is not freedom. It’s domination. And that’s the one thing I wouldn’t accept, to any extent.

And manipulation is therefore included is the non-acceptable part. As goes any form of violence.


But how can we talk about those issues? How difficult is it to talk about consent? Even between partners it can be incredibly hard. And not for domination-related reasons necessarily. But because you want to be kind to the other person. You want to show love, or interest, or friendship. So if it’s that difficult between really close people, how difficult can it be to talk about it with strangers?

That’s where I stand. If in doubt, that’s a NO. And let me be clear here. This ‘no’ is non-gender specific.

You men have a long way to go to express your consent too. It’s not because you’re on the dominating part of society that we listen to what you truly want. We expect you to like naked women, for instance, at any time and in any circumstances. Because hey, you’re guys, oh oh oh!

I value male consent as much as I value any human being’s consent. I’m not going to assume you want something if you didn’t express it. I don’t make assumptions. I talk and discuss to know what you want. The power of communication again…


I’ve talked about women yesterday. Please allow me to talk about men today. Now here’s my disclaimer: I’m not a man, so I’m definitely not going to talk from an insider’s perspective. I can only talk about what I’ve heard, what men have told me, and I’m very happy to hear about men’s perspectives on this if I’m just blatantly wrong. I will not speak in your name, just hope for a change, and ask you whether you agree.


See, because I’ve been depressed, no matter my gender, some people probably thought that they could talk to me more than they usually do. Because I’m not scared of touching on any subject, people surely thought they could forget their usual taboos and social conventions. And because consent is my biggest principle, men who thought their consent weren’t respected felt the need, or the urge, I don’t know, to tell their own stories.

Now again, I value people’s consent far too much to give details about anyone private’s life. However, there’s one thing that I’ve noticed over and over again: it’s the fact that in the same way that some people criticize a woman for wearing a skirt (she deserved it…), we claim and take for granted that men are only sex-oriented creature. Always ready and looking for sex. Always hoping for heterosexual sex. In fact, it is as if they lived for heterosexual sex and female nudity alone, everything else being just a break from their sex-centered brains.


I’ve met great guys. Open-minded guys. Clever guys. But most of the time, even if they were confident in many areas, in their work or sport activities for instance, in some others they were… just lost, lacking confidence, and lacking the very ability to confide to anyone.

You’re a man. So basically you’re expected to be strong, powerful, and to like naked women. Let me kindly remind that homophobia first comes from this assumption: of course you want to fuck girls. Now suppose you don’t want that… Dude, there’s going to be a problem. If you’re gay, that’s an issue because so many people still think it’s not okay to be gay… And if you’re straight… Well, that’s an issue too because people will assume you’re gay, and it goes back to the same story: so many people think it’s not okay to be gay… That’s the great oppressive circle.

I feel the need to be explicit: whether or not you’re gay, there’s absolutely no problem in not wanting to have sex with a girl. And just like a woman doesn’t have to give a list of arguments (no is no – period), a man doesn’t have to explain to the world why oh why he doesn’t want to have heterosexual sex, or to be dragged in situations of sexual nature. No is no, and doubt is no.

Let me take an example here. Say you’re a straight man, and your friends know it. Say that one of your female friends is attracted to you. Say that she wants to do something sexual about it, and you don’t. Now I bet it’s not going to be an easy one. Especially is she’s pretty, because who can understand why you wouldn’t want to sleep with a pretty girl? Dude, are you normal?


You shouldn’t fear being classified as gay, because there isn’t anything wrong in being gay. I don’t care if someone thinks I’m a lesbian, a bisexual, an asexual or a heterosexual. But having talked to many guys, I know that the pressure is incredibly high, even for non-homophobic guys. That’s where you’re stuck: you don’t want people to call you gay, but you can’t say that, because that would make you an homophobic… Or drag the attention… So when that girl comes along with clear intentions, well… You avoid the confrontation altogether by just doing what guys are supposed to do.

Another example. Say you’ve been drunk one night and you don’t remember anything from the night before. Say that while you were blacked out, a woman thought it was cool to give you oral sex. Now, instead of being shocked by the fact that you were unconscious and abused, a male friend of yours, himself trying to prove he’s so-not-gay, will probably slap you in the back, screaming: “well done, dude, she’s hot!” And you’re going to both laugh and brag to hide the fact that you both feel uncomfortable.


Can we please stop these assumptions altogether? It’s not because you’re a guy that you want sex, any kind of sex, and that’s fine. This isn’t a factor on which to question your normality, your sexual orientation, your very existence as a human being. You can also not want sex at all. That’s fine. But why is that so hard to understand?

Because men can’t talk about this. It goes alongside with the whole virility package.

For a very long time I thought that male spectators watching James Bond movies were expecting the femme fatale’s naked body at some point. Actually, having discussed with several men, I was quite surprised to learn that they thought these sex scenes were useless, and that they weren’t the reason why they came to watch the movie anyway… I asked: “so would you like the movie as much if there wasn’t any naked woman in there?” They said: “Well, of course, if I want to see naked women, that’s not a James Bond movie I’m going to watch anyway, so they might as well cut the whole scene off…” So even when straight men would actually prefer not to see a naked women – they told me they prefer the action, the big explosions and the fight scenes on the train etc. – female nudity had to be there because hey, what do you expect from a guy? Let alone the fact that this type of movies is incredibly normative and exclude any other sexual orientation…


Men, if there’s only one thing I can tell you, it’s the fact that I hate knowing that you’re ashamed of what you are just as much as I hate women being ashamed of what they are. I hate images being forced upon you just as much as I hate images being forced upon me or any woman, or any gender-neutral person. Well, I hate images to be forced upon anyone, let’s put it that way.

I don’t believe in easy stereotypes. You can watch porn every day, have three sexual partners and be an antisexist man. You can be very sexually active and never wanting to deny anyone’s consent. You can hate porn, disrespect women and despise so-called “deviant” orientations. You can call you wife a ‘bitch’ and a ‘slut’ when in bed because that’s her fantasy, and never wanting to be violent towards her. You can be an amazing lover, with a very attractive partner in your bed, and not wanting to have sex tonight. You can be attracted to someone but just want a tender hug. You can be an intellectual pretending to respect everyone, saying a great speech on equality, and rape someone. Life’s complicated. I refuse to believe that most men don’t care about women’s consent. I refuse to see men as the limited individuals popular culture try to promote. But guys, we need your consent too, and you too have to voice it, so that we stop pretending all you always ask for is sex…


I treat my boyfriend as I treat any human being. I love him for treating me as any human being too. That is: we don’t assume what the other wants.

It’s not just about intimacy. For instance, I haven’t worked for nine months. That means that I haven’t had any salary for a very long period of time. Now I didn’t assume that just because my boyfriend and I wanted to live together, he had to accept that situation – or that he had to be the breadwinner. We talked about it. He’s been incredibly supportive, but he also knew that if at any point he changed his mind, I would have changed something myself.

Whatever the functioning of your couple or imaginary, I don’t judge that. I’ve come to learn that as long as you’re all happy with it, that’s great. But guys, that’s an area where there’s a real need for a talk… to free yourself from so many clichés, and so that we can all have more fun.


Le bon, la brute et l’inacceptable

Comme vous vous en êtes rendu compte hier, je peux être plutôt en colère. De fait, la colère gît en moi au même titre que le doute et le dégoût de soi. Alors toutes mes excuses si je vous ai blessé. Parce que même si la plupart du temps, la colère est clairement dirigée contre moi-même, parfois, elle prend pour cible quelque chose de plus grand, et les autres peuvent trouver ça difficile à comprendre.

Est-ce que je vous faisais la morale? Je ne crois pas, non. Et je vais essayer d’expliquer pourquoi : je me fichais du bien ou du mal, je me suis seulement focalisée sur l’inacceptable.

Je n’arrive pas à croire qu’après tant de débats, on est encore convaincus de pouvoir décider pour les autres ce qu’ils doivent faire de leur vie. Je pourrais accepter n’importe quel désir, n’importe quel fantasme, n’importe quelle ambition et n’importe quel mode de vie, du moment que (et voici la part non-négociable) toute personne impliquée en réalité, directement ou indirectement, y consentisse.

Qu’est-ce que je veux dire? Simplement qu’il me convient parfaitement que vous ne souhaitiez pas diviser les tâches ménagères équitablement dans votre couple, par exemple. Ce n’est pas ce que je voudrais personnellement, mais je ne suis pas là pour vous enseigner de quelle façon vivre. Du moment que vous deux (ou vous trois, ou vous quatre, etc.) êtes heureux de la vie que vous menez, tout va très bien.

Pendant des années, voilà ce qu’était ma manière de penser : ah oui, donc c’est comme ça que je vais vivre ma vie. Et vous savez, c’était clair, net et précis, avec un emploi de temps spécifique et la planification de toute une vie. Dieu que c’était rassurant. Sauf que ça n’est jamais arrivé. Parce qu’on n’est pas le ou la seul(e) à choisir, en tout cas si on veut vivre avec quelqu’un d’autre. On discute. On échange. On s’engueule parfois. Et ensuite on trouve ce qui nous convient à tous. Mais ensuite, on n’a pas à expliquer nos choix au reste du monde. Si les gens ne les acceptent pas, eh bien qu’il en soit ainsi.

Bien sûr que vous trouverez des gens pour vous dire : tu devrais faire ci ou tu devrais faire ça. La plupart du temps, vous pouvez juste oublier ce qu’ils vous disent. Il y a un truc cependant : vous pouvez oublier ce qu’ils vous disent du moment que vous ne niez pas ou ne négligez pas le consentement de la personne ou des gens qui vivent avec vous. Si la personne (les gens) qui vit (vivent) avec vous est (sont) d’accord(s) avec votre comportement, pas de souci. Si quelqu’un proche de vous en souffre, vous le dit et que vous continuez à l’ignorer… Je suis désolée de vous dire que ça n’est pas une liberté. C’est de la domination. Et c’est la chose que je n’accepte pas, à n’importe quel degré.

La manipulation est donc inacceptable. Tout comme l’est toute forme de violence.


Mais comment est-ce qu’on parle de ça? Il est si difficile de parler de consentement… Même entre partenaires cela peut être extrêmement difficile. Et pas nécessairement pour des raisons liées à la domination. On veut montrer de l’amour, ou de l’intérêt, ou de l’amitié. Mais si c’est si difficile entre gens proches, comment peut-on imaginer en parler entre étrangers ?


Voilà où je me situe. S’il y a un doute, c’est un NON. Et laissez-moi être claire ici. Ce « non » n’est pas spécifique à un sexe.

Vous, les hommes, vous avez du chemin à faire pour exprimer votre consentement vous aussi. Ce n’est pas parce que vous appartenez au pôle dominant de la société qu’on écoute ce que vous voulez vraiment. On attend de vous que vous aimiez les femmes nues, par exemple, à n’importe quel moment et dans n’importe quelles circonstances. Parce que, hé, vous êtes des mecs, ha ha ha !

Je tiens le consentement masculin pour aussi précieux que n’importe quel consentement humain. Je ne vais pas supposer que vous voulez quelque chose si vous ne l’exprimez pas. Je ne fais pas d’hypothèses. Je parle et discute avec vous pour savoir ce que vous voulez. Le pouvoir de la communication, encore une fois…


J’ai parlé des femmes hier. Permettez-moi je vous prie de parler des hommes aujourd’hui. Voici un avertissement avant toute chose : je ne suis pas un homme, alors je ne vais certainement pas parler d’un point de vue interne au sujet. Je peux seulement parler de ce que j’ai entendu, de ce que des hommes m’ont dit, et je serais très heureuse d’avoir des perspectives masculines là-dessus si je suis complètement à côté de la plaque. Je ne parlerai pas en votre nom, j’espère juste un changement, et je vous demander simplement si vous l’espérez aussi.


Voyez-vous, parce que j’ai été dépressive, quel que soit mon sexe, des gens ont probablement pu penser qu’ils pouvaient me parler plus ouvertement qu’ils ne le font généralement. Parce que je n’ai peur d’aborder aucun sujet, les gens ont sûrement pensé qu’ils pouvaient oublier leurs tabous et certaines conventions sociales. Et parce que le consentement est le plus grand de mes principes, des hommes qui ont pensé que leur consentement n’avait pas été respecté ont ressenti le besoin, ou l’envie, je ne sais pas, de me raconter leur histoire.

Encore une fois, je donne trop d’importance au consentement des gens pour donner des détails concernant la vie privée de quiconque. Cependant, il y a une chose que j’ai remarqué encore et encore : c’est le fait que de la même manière que certains critiquent une femme pour porter une jupe (elle l’a bien cherché…), on prend pour acquis que les hommes sont et sont seulement des créatures portées sur la sexualité. Toujours prêt pour le sexe, toujours en ayant envie. Souhaitant toujours des relations (hétéro)sexuelles. En fait, c’est un peu comme s’ils ne vivaient que pour le sexe hétéro et la nudité féminine, tout le reste n’étant qu’une pause dans leur cerveau sur-sexualisés.

J’ai rencontré des gars géniaux. J’ai rencontré des gars ouverts. J’ai rencontré des gars intelligents. Mais la plupart du temps, même s’ils avaient confiance en eux dans certains domaines, comme leur travail ou le sport par exemple, dans d’autres domaines ils étaient juste… complètement perdus, manquant de confiance en eux, et ne disposant pas même de la capacité de se confier à quelqu’un.

Tu es un homme. On attend donc de toi que tu sois fort, puissant, et que tu aimes les femmes nues. Laissez-moi gentiment rappeler que l’homophobie vient d’abord de cette hypothèse : bien sûr que tu veux baiser des femmes. Mais imaginons que tu ne le veuilles pas. Mec, ça va poser souci là. Si tu es homo, c’est un problème parce que beaucoup de gens pensent encore que ce n’est pas possible d’être homo… Et si tu es hétéro… Ben, c’est un problème parce que les gens vont s’imaginer que tu es homo, et on repart dans la même histoire : tellement de gens pensent qu’il n’est pas possible d’être homo… C’est le formidable cercle de l’oppression.

J’ai besoin d’être explicite : que tu sois ou non homo, il n’y a aucun souci à ne pas vouloir de relation sexuelle avec une fille. Et de la même façon qu’une femme n’a pas à présenter une liste d’arguments (non c’est non, point à la ligne), un homme n’a pas à expliquer au monde pourquoi ô pourquoi il n’a pas envie de relation (hétéro)sexuelle, ou d’être entraîné dans des situations à caractère sexuel. Non c’est non, et un doute, c’est non aussi.


Laissez-moi prendre un exemple. Imaginons que tu es un homme hétéro, et que tes copains le savent. Maintenant imaginons qu’une de tes amies féminines te trouve très attirant. Imaginons qu’elle veuille en tirer quelque chose de sexuel, mais que toi tu ne le veuilles pas. Alors là je parie que ça va pas être évident. Surtout si elle est jolie, hein, parce que qui comprendrait pourquoi tu n’as pas envie de coucher avec une jolie fille ? Mec, t’es normal ou quoi ?

Tu ne devrais pas avoir peur qu’on te qualifie d’homo, parce qu’il n’y a rien de mal à être homo. Je m’en fous si quelqu’un pense que je suis lesbienne, ou bisexuelle, ou asexuelle ou hétérosexuelle. Mais après avoir parlé à pas mal d’hommes, je me rends compte que la pression est éminemment puissante, même pour des gars non-homophobes. C’est là que vous êtes coincés : vous ne voulez pas que les gens vous voient comme un homo, mais vous ne pouvez pas dire ça, parce que ça ferait de vous un homophobe… Ou ça attirerait l’attention… Alors quand une fille se ramène avec de claires intentions, ben… Vous évitez la confrontation tout court en faisant tout simplement ce qu’on attend des gars.

Un autre exemple. Disons que tu as été ivre une fois et que tu ne te rappelles de rien de la nuit précédente. Disons que pendant que tu étais en coma, une femme a trouvé marrant d’appliquer sur toi une pratique sexuelle orale. Au lieu d’être choqué par le fait que tu étais inconscient et qu’on a abusé de toi, un de tes potes, essayant lui-même de prouver qu’il est tellement pas-un-homo, te frappera probablement dans le dos en gueulant : « bien joué, mon gars, elle est bonne ! » Et vous rirez tous les deux pour masquer le fait qu’aucun d’entre vous ne se sent à l’aise.


Est-ce qu’on peut juste, s’il vous plaît, arrêter ces suppositions ? Ce n’est pas parce que tu es un gars que tu as envie de sexe, de n’importe quelle forme de sexe, et ça n’est pas un souci. Ça n’est aucunement un facteur qui doit t’amener à questionner ta normalité, ton orientation sexuelle ou ton existence même en tant qu’être humain. Tu peux aussi ne pas vouloir de sexe tout court. C’est très bien. Mais pourquoi est-ce que c’est si dur à comprendre ?

Parce que les hommes ne peuvent pas parler de ça. Ça va avec le package virilité qu’on leur refile.

Pendant très longtemps j’ai cru que les gens qui regardaient les James Bond attendaient la femme fatale nue à un moment ou à un autre. Mais en fait, après avoir discuté avec plusieurs hommes, j’ai été plutôt surprise de constater qu’ils pensaient que ces scènes ne servaient à rien, et que ça n’était de toute façon pas la raison pour laquelle ils étaient venus voir le film… Je leur ai demandé : « mais alors est-ce vous aimeriez autant le film s’il n’y avait aucun femme nue dedans ? » Ils ont dit : « Clairement oui, parce que si on veut voir des femmes nues, c’est de toute manière pas un James Bond qu’on va regarder, alors ils peuvent bien couper la scène complètement… » Ainsi, même quand des gars hétéros préféreraient en fait ne pas voir de femme nue (ils m’ont dit qu’ils préféraient l’action, les grosses explosions et les scènes de combat sur un train), la nudité féminine devait quand même être présente parce que hé ho, qu’est-ce qu’on attend d’un mec ? Sans parler du fait que ce genre de films est complètement normatif et excluant en matière d’orientation sexuelle…


Les gars, s’il y a une chose que je peux vous dire, c’est que je déteste savoir que vous avez honte de ce que vous êtes de la même manière que des femmes ont honte d’être ce qu’elles sont. Je déteste qu’on vous impose des images, tout comme je déteste qu’on m’impose des images à moi ou à n’importe quelle femme, ou à n’importe quel personne de genre neutre. Bref je déteste qu’on impose des images à quiconque, disons-le comme ça.

Je ne crois pas aux stéréotypes faciles. On peut regarder du porno tous les jours, avoir trois partenaires sexuels et être un homme antisexiste. On peut être très actif sexuellement et ne jamais avoir envie d’ignorer le consentement de quelqu’un. On peut détester le porno, manquer de respect aux femmes et mépriser les soi-disant pratiques « déviantes ». On peut appeler sa femme “chienne” ou “salope” au lit parce que c’est son fantasme, et ne jamais ressentir l’envie d’être violent contre elle. On peut être un amant extraordinaire, avec quelqu’un de très attirant dans son lit, mais ne pas avoir envie de sexe ce soir-là. On peut être attiré par quelqu’un et juste vouloir une tendre embrassade. On peut être un intellectuel qui prétend respecter tout le monde, prononcer de grands discours sur l’égalité, et violer quelqu’un. La vie est compliquée. Je refuse de penser que la plupart des hommes se fichent du consentement des femmes. Je refuse de dire que les hommes sont ces individus limités que voudrait promouvoir la culture populaire. Mais les gars, on a besoin de votre consentement aussi, et il vous faut l’exprimer clairement, pour que tout le monde arrête de prétendre que la seule chose que vous demandez c’est du sexe.


Je traite mon copain comme n’importe quel être humain. Je l’aime de me traiter lui aussi comme n’importe quel être humain. C’est-à-dire qu’on ne présume pas de ce que souhaite l’autre.

Et ça n’a pas juste à voir avec l’intimité. Par exemple, ne j’ai pas travaillé pendant neuf mois. Ça signifie que je n’ai pas eu de salaire pendant une très longue période. Mais je n’ai pas supposé que comme mon copain et moi voulions vivre ensemble, il devait accepter la situation telle quelle, ou qu’il avait à être celui qui ramène l’argent du foyer. On en a parlé. Il m’a énormément soutenue, mais il savait également que si à n’importe quel moment il changeait d’avis, je changerai alors quelque chose moi aussi.

Quel que soit le fonctionnement de votre couple ou de votre imaginaire, je ne vous juge pas. Je suis parvenue à la conclusion que du moment que vous en étiez satisfait, c’était super. Mais les gars, ça c’est un domaine où il y a un vrai besoin de parole… pour que vous vous libériez de tellement de clichés et qu’on s’éclate tous beaucoup plus.

Top

Advertisements

2 thoughts on “The Good, the Bad and the Unacceptable

    • Franchement merci 200 fois Patrick pour ton commentaire, ça me fait vraiment plaisir car je ne veux pas du tout faire du “je sais tout et ta gueule”! Au contraire, moi, plus les gens l’ouvrent, et plus j’apprends…

      Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s