Re-defining Rigid Beliefs for a Better Life

french flag pastel

Since there are things that cannot be changed, you and I both know that in order to feel better, you need to change the way you think. Because the only thing you can change is you. You’ve heard that before, haven’t you? In a sweet or a motivational quote on facebook, probably. Personally, I used to laugh at the thought. Hahaha, sure, and how do you do that?

I wasn’t laughing any more last year, when I literally burned out. Then I thought: I might as well give a try. Worst case scenario, nothing will change. Best case scenario: I could be… happier?

So here, I’m going to talk about what I learned from CBT – Cognitive Behavioural Therapy – when I was trying to cure the most severe symptoms of my OCD. But I believe this can be helpful for everyone. Or, at least, a great deal of people. We can all suffer from inflexible thinking and a disproportionate feeling of guilt.

This post has been inspired by many self-help books on OCD, worry and anxiety, and by my psychological CBT sessions.

I believe in examples more than mere speech. So let’s take an example. Say you had a bad day. First, you arrived at work late, because your bus didn’t arrive on time. Then, a customer yelled at you for no apparent reason, probably because they were having a bad day too… Two hours later, you realised you forgot your lunch in your fridge this morning, and had to eat a very unappetising sandwich from a vending machine. Finally, you went back home looking forward to a skype session with your friends, but the wifi didn’t work. Great! Now even the evening is ruined!


There are two ways you can look at this story: either the facts were terrible, therefore you were upset. Or your expectations in general were extremely high, your beliefs very rigid, and that’s why you’re upset, because reality is then overwhelming.

I used to think that I was the first type of worrier: I was only worried when bad things happened to me. But I’ve come to realise that I was definitely the second type. For the good reason that there’s no such things as type 1: only bad things happening to you.


Let me be more explicit though: I’m not, of course, talking about anything traumatic. Obviously, there are horrible facts and events, and dealing with them requires other tools, that I don’t have at my disposal right now… Help from professionals can be a good start. Also, confiding in friends, family, etc. What I’ll be focusing on in this post is not the worst events that can happen in a lifetime – and we all have to experience a few, sadly, sometimes a lot of them, even… – but the daily contrarieties which make you feel frustrated, worried and irritable. Everything that prevents you from enjoying every day.


So, back to the point.

Living a day such as the one I described to you a few lines ago would have made me feel devastated. Yes, really. Maybe I only have first-world problems. But the fact that these were first-world problems didn’t make me feel any better at the time, and it certainly didn’t make me worry less. On the contrary, I blamed myself constantly for having upper-class concerns…

So let’s start the whole day again. But this time, instead of looking at events, the so-called ‘facts’, I’ll look into the expectations or beliefs that you can hold about these events. This will prove, hopefully, that it’s not the fact/event itself that is upsetting you, but your rigid beliefs about it.


First: you arrived at work late because the bus was late.

Why you’re frustrated: because you’re convinced that if you arrive late at work this one time, either you’ll get fired or you’re a terrible human being. You think that you should never be late to work. You don’t forgive yourself for being late, even if they are mitigating circumstances, even if this is the first time.

What you could have done: not much, really. Oh, yes, you could have left home two hours earlier every morning just to make sure that in the case the bus is late that day, you on the other hand won’t be late… We can’t always predict what’s going to happen. And it’s a reasonable assumption that you made, to think that the bus will be on time, if it is on time every other day.


Second: a customer yelled at you for no apparent reason, probably because they were having a bad day too…

Why you’re frustrated: because you think that people should never speak to anyone like this. Because it affects you deep down, and you’re afraid you’re going to think less of yourself because this person was aggressive, perhaps insulting. Because you think that once a customer at yelled at you at work, there is no way the day can be good.

What you could have done: well, again, you’re not responsible for other people’s behaviour, especially if they’re being abusive. If you’ve been polite and your interlocutor hasn’t, there really is nothing you could have done better. Don’t blame yourself for that. Don’t think about the scene over and over again. Because now, at least, it’s gone.

Third: You realised you forgot your lunch in your fridge this morning, and had to eat a very unappetising sandwich from a vending machine.

Why you’re frustrated: because you think you’re an imbecile. Because you think you must always remember to take your lunch with you. Because no one is as stupid as you. Is it that complicated to think about one’s lunch? Yes, you hate yourself… for a sandwich.

What you could have done: yes, you could have taken your lunch with you. Or you could have not prepared any. Because really, to what extent is this lunch really going to affect your day anyway? Will you remember it in a month? A year? Is it food that you’ve wasted, or you can have it tonight? Is it the kind of meal you can only do once in a lifetime? – if so, please contact me, I’d love the recipe. Anyway, the bad sandwich will only make your dinner taste better.

Fourth: you went back home looking forward to a skype session with your friends, but the wifi didn’t work. Great! Now even the evening is ruined!

Why you’re frustrated: because you think that the wifi should work every day, all the time. Because a technical failure is preventing you from enjoying your time at home. Really? Are you sure you can’t do anything else tonight, and worry about it when the wifi is back on? What is making you waste more time: trying to get it to work for two hours for nothing, or, during these two hours, watching a movie that’s been sitting on your shelf for months?

What you could have done: well, you could have considered a career as a wifi expert with Free or Virgin. Other than that, there’s really nothing you could have done. It’s not your fault, it may also be no one’s fault.

So in all of those cases, it’s not the events that you have to change in order to be more relaxed and happier. What you need to change is your system of beliefs.

Are you constantly, like I do, speaking or thinking with terms such as: ‘must’, ‘should always’, ‘have to’? Then there’s probably something incredibly unrealistic here. It’s good to have ideals. It’s terrible to think you’re a failure if you can’t always make them work.

Example: The wifi should work.

No.

In an ideal world, the wifi would work all the time – well, you see what I mean… But this is reality. Sometimes it doesn’t. So what’s the best way to deal with it? Stick to your belief, or let it go?


Another example: People should always be nice to one another.

Man, I’d love that.

Although sadly it’s not realistic. In an ideal world, people would always be nice to one another. Thing is, they’re not. So what would make you happier? Stick to your belief and be disappointed pretty much every day, or show a little flexibility, so that you are better prepared when it happens? When you accept the fact that it’s going to happen, you’re going to develop strategies to cope with it afterwards, I guarantee it…

There are more posts to come about these issues. But personally, changing ‘should always’ to ‘could’ or ‘would’ changed my life. I no longer think that everything should be perfect. I think that it’d be nice if it was, but it’s not. So I find ways to make the best out of it.


Last thing before I go: is this post about not being responsible for what we are doing? Not at all. I will soon write a post about making mistakes, actually, and also about political opinions…

Letting go of rigid beliefs doesn’t mean accepting everything. It means having ethics, but developing ways to cope with reality too. If you’re late at work not because your bus has been late, for instance, but because you’ve overslept, yes, it is indeed your fault. But again, there are two ways to look at it.

Option 1: I’m such a failure, I should never oversleep, no one other than me has ever overslept in the whole history of humanity, and if I do oversleep my company is going to make half the profit for this year…

Option 2: In an ideal world, I would not oversleep. But I did, and I’m frustrated enough, so if I remain frustrated I’m running the risk to not be very professional at work… Let’s forget about it for the time being, concentrate on today’s tasks. Tonight, when I’ll get back home, I won’t blame myself, but I’ll try to understand what happened. If my body needed more sleep, there’s a reason. Is it a one-off or a regular thing? Is it likely to happen again in the near future, and why? And then, see if there’s something I need to change. But I can’t change what’s done.


Be responsible, but stop blaming yourself for every mistake you make, and even worse, for facts you’re not even responsible of…


Redéfinir ses croyances rigides pour vivre mieux

Puisqu’il est des choses qu’on ne peut pas changer, vous et moi savons bien que pour se sentir mieux, c’est notre façon de penser qu’on doit changer. Parce que la seule chose qu’on peut changer, c’est soi-même. Vous avez déjà entendu ça quelque part, non ? Dans un bonbon ou une citation motivante sur facebook, sûrement. Personnellement, je me marrais quand je lisais ça. Hahaha, et comment tu y arrives, à ça ?

Je ne rigolais plus après mon burn-out de l’année dernière. Et c’est là que je me suis dit : autant essayer. Dans le pire des cas, rien ne changera. Et dans le meilleur des cas : je pourrais être… plus heureuse ?

Ici, je vais parler de ce que j’ai appris grâce à la thérapie cognitivo-comportementale – TCC – quand j’essayais de guérir les symptômes les plus sévères de mes TOC. Mais je pense que ça peut être utile à tous. Ou en tout cas, à pas mal de gens. On peut tous souffrir de pensées inflexibles et d’une culpabilité disproportionnée.


Ce post m’a été inspiré par des livres de développement personnel sur les TOC, les inquiétudes et l’anxiété, et par mes sessions pscyhologiques de thérapie cognitivo-comportementale.

Je crois davantage aux exemples qu’au simple discours. Alors prenons un exemple. Disons que vous avez passé une mauvaise journée. D’abord, vous êtes arrivé en retard au travail, parce que le bus n’est pas arrivé à l’heure. Ensuite, l’un de vos clients vous a hurlé dessus sans raison apparente, sûrement parce qu’il ou elle avait aussi passé une mauvaise journée. Deux heures plus tard, vous vous rendez compte que vous avez oublié votre déjeuner dans votre frigo ce matin, et vous devez manger un sandwich peu appétissant au distributeur. Enfin, vous êtes rentré impatient de faire un skype avec vos amis, mais le wifi ne marchait pas. Super ! Maintenant même la soirée va être pourrie !

Il y a deux façons de lire cette histoire : soit les faits ont été terribles, et c’est pour ça que vous êtes contrarié. Soit vos attentes en général étaient très élevées, vos croyances inflexibles, et c’est pour cela que vous êtres contrarié, parce que la réalité, c’est simplement trop à gérer.


Avant, je pensais que je faisais partie du premier type d’inquiet : j’étais inquiète et contrariée quand de mauvaises choses m’arrivaient. Mais j’ai progressivement réalisé que j’étais le second type. Pour la bonne raison qu’il n’y a pas de type 1 : seulement des choses horribles vous arrivent.

Laissez-moi être plus explicite cependant: je ne suis évidemment pas en train de parler de quelque chose de traumatisant. Bien sûr, il existe des faits horribles, et y faire face nécessite des outils que je n’ai pas à ma disposition tout de suite… De l’aide de la part de professionnels peut être un bon début. De même, se confier à des amis ou à sa famille. Ce sur quoi je vais me concentrer ici, ce ne sont pas les pires événements qui peuvent arriver en une vie (et malheureusement nous aurons tous à faire face à quelques-uns, ou à beaucoup de ces événements), mais les petites contrariétés qui nous frustrent, nous stressent, nous inquiètent, nous rendent irritables. Tout ce qui nous empêche de vraiment profiter de chaque jour.


Revenons donc à la conversation d’origine.

Vivre une telle journée, celle que je vous ai décrite quelques lignes plus haut, m’aurait dévastée, avant. Oui, vraiment dévastée. Peut-être que ce ne sont que des problèmes de riches. Mais le fait que ces problèmes soient des problèmes de riche ne me faisait pas me sentir mieux, et ça ne m’empêchait cartainement pas d’être anxieuse. Au contraire, je m’auto-flagellais constamment pour pleurer de problèmes de bourges.


Alors recommencçons la journée du début. Mais cette fois, au lieu de regarder les événements, les soi-disant « faits », je me concentrerai sur les croyances que l’on a à leur propos. Ce qui prouvera, je l’espère, que ce ne sont pas les événements ou les faits eux-mêmes qui nous contrarient, mais nos profondes croyances à leur égard.

Premièrement: vous arrivez en retard au travail parce que le bus était en retard.

Pourquoi vous êtres frustré, irrité : parce que vous êtes convaincu que si vous arrivez en retard au travail cette unique fois, vous allez vous faire virer, ou que vous êtes un être humain abominable. Vous pensez que vous ne devriez jamais être en retard au travail. Vous ne vous pardonnez pas de n’être pas à l’heure, même s’il y a des circonstances qui l’expliquent, et même si c’est la première fois.

Ce que vous auriez pu faire: pas grand-chose, en fait. Oui, vous auriez pu partir de la maison deux heures plus tôt chaque matin juste pour être sûr que si un jour le bus était en retard¸ vous ne le seriez pas. On ne peut pas toujours prédire ce qui va se passer. Et c’est une hypothèse raisonnable que vous avez formulée en vous-mêmes, en pensant que le bus serait à l’heure, s’il est à l’heure tous les autres jours.


Deuxièmement: l’un(e) de vos client(e)s vous hurle dessus sans raison apparente, probablement car il ou elle a passé une mauvaise journée également…

Pourquoi vous êtres frustré, irrité : parce que vous pensez que les gens ne devrait jamais s’adresser à personne comme ça. Parce que cela vous affecte profondément, et vous avez peur de vous dénigrer vous-mêmes parce que cette personne était agressive, voire insultante. Parce que vous pensez qu’une fois qu’un de vos clients vous a hurlé dessus au travail, il est impossible que la journée se passe bien.

Ce que vous auriez pu faire: une fois de plus vous n’êtes pas responsable du comportement des autres, surtout s’ils vont trop loin. Si vous étiez poli et que votre interlocuteur ne l’était pas, il n’y a vraiment rien que vous auriez pu améliorer. Ne vous accusez pas vous-même pour ça. Ne repensez pas à la scène encore et encore. Parce que maintenant, au moins, elle est passée.



Troisièmement : vous réalisez que vous avez oublié votre déjeuner dans votre frigo ce matin, et vous devez manger un sandwich peu appétissant au distributeur.

Pourquoi vous êtres frustré, irrité : parce que vous pensez que vous êtes un(e) imbécile. Parce que vous pensez que vous devez toujours prendre votre déjeuner avec vous. Parce que personne n’est aussi stupide que vous. Est-ce que c’est si compliqué de penser à son repas ? Oui, vous vous haïssez… pour un sandwich.

Ce que vous auriez pu faire: oui, vous auriez pu prendre votre déjeuner avec vous. Ou bien vous pourriez n’en avoir préparé aucun. Parce qu’en vérité, dans quelle mesure ce déjeuner va-t-il affecter votre journée de toute façon ? Est-ce que vous vous en souviendrez dans un mois ? Dans un an ? Est-ce de la nourriture gaspillée, ou pouvez-vous la manger le soir venu ? Est-ce un type de repas qu’on ne peut préparer qu’une seule et unique fois dans sa vie ? (Si c’est le cas, envoyez-moi la recette SVP) Quoi qu’il en soit, votre mauvais sandwich vous fera simplement davantage apprécier votre dîner.

Quatrièmement: vous êtes rentré chez vous impatient de faire un skype avec vos amis, mais le wifi ne marchait pas.Super ! Maintenant même la soirée va être pourrie !

Pourquoi vous êtres frustré, irrité : parce que vous pensez que le wifi devrait marcher tous les jours, à toute heure. Parce qu’une défaillance technique vous empêche de profiter de votre temps de repos à la maison. Vraiment ? Etes-vous de ne rien pouvoir faire d’autre ce soir, et vous inquiétez de tout ça une fois que le wifi sera revenu ? Et qu’est-ce qui vous fait perdre le plus de temps : essayez de faire marcher le wifi pendant deux heures pour rien, ou, pendant ces deux heures, regarder un film qui traîne sur votre étagère depuis des mois ?

Ce que vous auriez pu faire: vous auriez pu envisager une carrière en tant qu’expert wifi chez Free ou Virgin. A part ça, il n’y a rien que vous auriez pu faire. Ce n’est pas de votre faute, et il se pourrait bien que ça ne soit la faute de personne.

Bref, dans tous ces cas, ce ne sont pas les événements que vous devez changer pour être moins stressé et plus heureux. Ce que vous devez changer, c’est votre système de pensée.

Est-ce que, comme moi, vous pensez ou parlez constamment en utilisant des mots tels que : “devoir” (“je dois toujours”, “nous devons”, “cela devrait”…), “il faut absolument” ? Alors il y a sûrement quelque chose de tout à fait irréaliste là-dedans.

C’est bien d’avoir des idéaux. C’est terrible de penser que vous n’êtes qu’une incarnation de l’échec si vous ne pouvez pas toujours faire en sorte qu’ils marchent.

Exemple: le wifi devrait marcher.

Non.

Dans un monde idéal (enfin on se comprend…), le wifi marcherait tout le temps. Mais ce qu’on vit, c’est la réalité. Parfois, il ne fonctionne pas. Alors quel est le meilleur moyen de gérer ça ? Rester accroché à sa croyance, ou lâcher prise?


Un autre exemple: les gens devraient toujours êtres bons les uns envers les autres.

Attends, j’adorerais ça moi aussi!

Mais malheureusement c’est irréaliste. Dans un monde ideal, les gens serait toujours bons les uns envers les autres. Mais le fait est qu’ils ne le sont pas. Alors qu’est-ce qui vous rendrait le plus heureux ? Vous accrocher à cette croyance et être déçu quasiment tous les jours, ou montrer un peu plus de flexibilité, et ainsi être mieux préparé quand ça arrive ? Quand on accepte le fait que ça va arriver, on développe des stratégies pour le gérer au mieux ensuite, je vous le garantis…

Je publierai d’autres posts à ce sujet. Mais personnellement, transformer les impératifs catégoriques en conditionnels modérés a changé ma vie. Je ne pense plus que tout doit être parfait. Je pense que c’est bien si ça l’est, mais ça ne l’est pas. Alors je trouve des moyens pour gérer ça au mieux.


Dernière chose avant que je m’en aille : est-ce que ce post parle de ne pas assumer la responsabilité de nos actions ? Pas du tout. J’écrirai bientôt un billet sur le fait de faire des erreurs, d’ailleurs, et aussi sur les opinions politiques…

Lâcher prise face à des croyances rigides ne signifie pas tout accepter. Ça signifie avoir une éthique, mais développer des moyens de gérer la réalité également. Si vous n’êtes pas en retard au travail parce que votre bus était en retard, mais parce que vous n’avez pas entendu le réveil, en effet, c’est de votre faute. Mais encore une fois, il y a deux manières de le voir.

Première option : je suis un incapable, je devrais toujours entendre mon réveil, personne d’autre que moi n’a jamais ignoré son réveil dans toute l’histoire de l’humanité, et si je ne me lève pas à l’heure alors mon entreprise fera moitié moins de profit que les années précédentes…

Deuxième option : dans un monde idéal, j’entendrais mon réveil. Mais je ne l’ai pas entendu, et je suis suffisamment frustré, si bien que si je reste frustré ainsi je risque de ne pas avoir une attitude très professionnelle au travail… Oublions ça pour le moment, que je puisse me concentrer sur les tâches à effectuer ce jour. Ce soir, quand je serai chez moi, je ne m’accuserai pas, mais j’essaierai de comprendre ce qui s’est passé. Si mon corps a besoin de plus de sommeil, il y a une raison. Est-ce que ça n’est arrivé qu’une fois, ou est-ce que ça arrive régulièrement ? Est-il probable que cela arrive dans un futur proche, et pour quelle raison ? Enfin, je verrai s’il y a quelque chose que je dois changer. Mais je ne peux changer ce qui s’est déjà réalisé.


Soyez responsable, mais ne vous accusez pas sans cesse pour chaque erreur que vous faites et, pire encore, pour des faits dont vous n’êtes pas même les responsables.

Top

Advertisements

2 thoughts on “Re-defining Rigid Beliefs for a Better Life

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s