How to save time by doing less

french flag pastel

The web is full of ideas of how to save time by doing more. Apparently it all comes down to organisational skills. Do more schedules, more exercises, more emails and more social networking, and somehow you’ll have saved 20 minutes. At least. You’ll be the perfect modern individual.

I’d rather tell you how to save time, energy and faith by doing less.

This isn’t some sort of malicious post. I know we’re doing too much. But I’m not talking about chores, or work, or anything like that. I’m talking about the time and energy we spend trying to convince people who could never, ever be convinced.

My partner and I are both very interested in sharing ideas and thoughts. Hence we often talk about having different views, and trying to express one’s opinion. I guess we both like to be surprised by an idea we’d never considered before, and which suddenly seems particularly valid…

One day, my partner made me realise precisely what I had been sensing for a long time but hadn’t been able to clearly express so far: the fact that no one can ever be convinced by what you’re saying. If you manage to change someone’s mind, it’s not because your speech was great, or your ideas excellent. It’s because that person was open to changing their mind. And that’s their choice, their reflection. Not yours.

I have strong beliefs, clear political ideas and a real interest in a range of humanist issues – yes, you can call me a caricature of the leftist, I’m okay with that. But while I’m saying that, I remember that just a few days ago, I was telling you that getting your ideas more flexible could save you from sinking into low mood and depression… You might think I’m contradictory. I don’t think I am.

For instance, I’ve got this stupidly stubborn belief that everyone, whatever their age, sexuality, gender or ethnical background should be considered equal to others. This is fucking inflexible. There’s no way I would ever trade that for some ‘Oh, well, you know… If from time to time you think that women deserve to be treated like slaves, then be it, that’s only your opinion’. Hell no. I’m not flexible on respect or consent, you see.

I’ve always been inflexible on such issues. When I was interested in politics and sociology, aged 15, some grown-ups used to tell me, filled with their adult’s arrogance: ‘you’ll see, cutie, you’ll change your mind’… Sure I did. I’m even more inflexible than I used to be. People told me: ‘yes, but you’ll see, when you husband is rich and can offer you expensive jewellery and make beautiful and strong babies to you, then you won’t hate sexism so much, and you’ll accept that he tells you to shut up. Hahaha.’ Hahaha indeed.

Since my teenage years, how many useless conversations did I have with people judging me? How many times did I try to talk to people who were – and still are – convinced that not laughing at their offensive rape jokes means that you’re an uptight bitch? How painful has it been to hear these people giving their insulting arguments over and over again, where a man has to be ‘real’, and therefore a woman has to be fucked? ‘You’ll see, you’ll like that too, hahaha’!

Hahaha again.

None of these guys was I able to truly change.

Fortunately, I’ve been lucky enough to discuss with more open-minded people. People who admitted that seeing something in a different light really made them think… Don’t get me wrong though. I didn’t change them at all. They decided to change. Same thing when what they said to me helped me figure out something in my life. It meant that I was finally willing to figure it out.

Say you’re at a party, and you meet Mr X. You talk together. The only problem is that you’re an antiracist, and Mr X is a racist guy. Or you’re a vegan, and he’s a meat-eater. Or you’re the meat-eater, and he’s a radical antispecist. Or you’re a Liverpool fan, and he’s supporting Manchester. Or you’ve just bought a new Chanel handbag and he’s an anticapitalist. Anyway. This works with everything, so just replace the characteristics by what best describes the sort of difficult and judgmental encounters you may have…

There you are, facing Mr X, trying to teach him to think differently. Admit it. Of course you’re lecturing him. Don’t we all enjoy the easy arrogance of rhetorical questions? You know, when we say: ‘and you really can’t see why the way you’re thinking is wrong, can you?’

I’m not saying you shouldn’t lecture the guy. It’s up to you to do so, and it’s up to him to listen. But sadly, there’s absolutely no way he’s ever going to change if he has already decided that he won’t. (See how religion works, for instance…)

Because as far as I’m aware, using obvious violence to impose ideas or principles isn’t considered a good thing. I’m not saying people don’t do it, I’m saying that morally, most people (I truly hope) would think it’s unethical.

I’m not talking about people changing their minds because they’ve been interiorising domination for years, sometimes generations; because they have had to pray some sort of god not to be killed or assaulted; I’m not talking either about those who say something because if they don’t, their entire family would be tortured.

I’m talking about people, like me and I hope like you, who are fortunate enough to have the minimum amount of freedom necessary to make up our own mind.

I’m talking about that racist guy sitting next to you at that party, kindly offering you to refill your glass. And you can’t stop thinking: I can’t let that racist man refill my glass!

Don’t let him. You don’t need him.

Thing is, he doesn’t need you either.

So here’s what can happen: either he’s ready for a change, and you’re only gonna make him see what he hasn’t already. Either he isn’t ready for any sort of change, and at best, you’ll waste 3 hours of your precious time lecturing someone who would think, at the end of the day, that you’re the biggest prick ever – and that you’re far too talkative. During that time, you won’t have enjoyed anything at that party. And if you’re anything like me, you’re going to feel the pain of this conversation for days, for weeks, after that: what didn’t I say that I should have said to convince him? Why can’t I be articulate enough to make him understand he’s no better than Black people? What’s wrong with me, and why is this world so fucked up? Yes, I’ll forever be a teenager, I’m okay with that too.

I find it hard to believe that hate speech is considered normal and fun by so many people. See, they call it freedom of expression, or humour. And no, I don’t think that lecturing someone on antiracism equates lecturing someone on how to be a good racist. It’s still a lecture, fair enough. But one is here to help you live with others, while the other is just… the opposite.

What I’m saying, however, is that there are millions of people who are ready for change, and they want to change their minds, but hey, where do you start? This is what I’d suggest: don’t focus on those who can’t ever be convinced. Use your energy to talk to those who are interested in what you’re saying. This way, you’ll make quite an impact. Plus as you respect them, there’s a good chance they’ll enjoy being respected even if you two disagree, and they might even… yeah, respect you in return.

I do believe in the power of speech to make someone understand something. But I do believe that this power can only be activated if you accept to let it question you. If you admit that you don’t know everything.

That’s the only common factor for any change of opinion: deciding to change.

No argument will ever be good enough to someone who has already decided you’re a stupid bastard, and that they know better. And even when things are screaming ‘FACTS’, they’ll pretend they don’t see them. See religion again for more details.

Let me repeat this once again so that we’re perfectly clear: I’m not saying one should accept all sorts of opinions. Some opinions are unacceptable, especially when they involve not accepting other human beings, you see. While you have no real say over what people think, there’s something you can change, though. You can decide that you don’t even care enough to spend hours trying to argue. You can decide to acknowledge that someone won’t change right now, and just move on.

It can be really hurtful for someone with humanist beliefs to hear hate speeches. Remember the should, could, would paradigm? In an ideal world, no one would ever say such things. But we’re not in an ideal world. So would you rather focus on the part that will always be as-far-from-ideal-as-can-be, or the part that is not-ideal-okay-but-only-needs-to-open-up-a-little-to-see-things-differently? And which category do you want to belong to?

Stop trying to convince people. No one will ever be convinced.

Unless you use violence, whether it be physical or psychological, people can be inspired, but never convinced.

However, try to meet at least a few of the millions of people who look for great, genuine discussions. People who don’t think they’re always right. People who discuss things to be better people, not better politicians.



Please, do spread good words and great ideas. But don’t feel sad or weak if the ones that need to hear you the most only insult or ignore you. Don’t let them convince you. No, don’t get ready for that change.
You too can resist.


Comment gagner du temps en en faisant moins

La toile regorge d’idées pour gagner du temps en en faisant plus. Apparemment, tout est une histoire de qualités organisationnelles. Faites davantage de plannings, d’exercices, écrivez d’avantage d’emails et faites davantage fonctionner vos réseaux, et vous aurez gagné 20 minutes. Au moins. Vous serez le parfait individu moderne.

J’aimerais plutôt vous dire comment gagner de temps, de l’énergie et de la foi en en faisant moins.

Ceci n’est pas un jeu de mots malicieux. Je sais que nous en faisons trop. Mais je ne parle pas des corvées ou du travail, ou de quoi que ce soit de ce genre. Je parle du temps que l’on passe à essayer de convaincre des gens qui ne pourront jamais, ô grand jamais, être convaincu.

Mon partenaire et moi sommes tous deux très intéressés par le partage des idées et des pensées. De ce fait, nous parlons souvent du fait d’avoir des avis divergents, et de quelle manière exprimer sa propre opinion. J’imagine qu’on aime tous les deux être surpris par une idée que l’on n’avait jamais envisagée avant, et qui soudain paraît particulièrement pertinente…

Un jour, mon partenaire m’a fait réaliser ce que je pressentais depuis longtemps sans pouvoir l’exprimer clairement : le fait que personne ne peut être convaincu par ce qu’on dit. Si on parvient à changer l’opinion de quelqu’un, ce n’est pas parce que notre discours était formidable, ou nos idées excellentes. C’est parce que cette personne était ouverte à la possibilité de changer d’avis. Et ça, c’est son choix, sa réflexion, et non la nôtre.

J’ai des croyances ancrées, des idées politiques claires et un intérêt réel pour un ensemble de questions humanistes. Oui, vous pouvez me voir comme une caricature de la gaucho, ça me va. Mais je vous dis ça alors que, il y a à peine quelques jours, je vous disais que rendre ses idées plus flexibles pouvait vous sauver d’un enfoncement dans l’état dépressif et négatif. Vous pensez peut-être que je suis contradictoire. Je ne le crois pas.

Par exemple, j’ai cette croyance têtue selon laquelle chacun, quels que soient son sexe, sa sexualité, son genre et ses origines, devrait être considéré comme l’égal des autres. Et ça, oui, c’est 100 % inflexible. Il n’y a aucune chance que j’échange ça pour un truc du style : « Oh, bon, tu sais… Si de temps à autre tu penses que les femmes doivent être traitées comme des esclaves, et bien qu’il en soit ainsi, c’est seulement ton opinion… » Pas question. Je suis pas flexible en ce qui concerne le respect et le consentement, voyez-vous.

Et j’ai toujours été inflexible sur ces questions-là. Quand je m’intéressais vers 15 ans à la politique et à la sociologie, quelques grands me disaient, gonflés de leur arrogance d’adulte : « oui, mais tu vois, ma petite, quand ton mari sera riche et pourra t’acheter des bijoux très chers et te faire des bébées grands et forts, alors tu ne détesteras plus autant le sexisme, et tu accepteras qu’il te dise de la fermer un peu. Hahaha. » Hahaha, en effet.

Depuis mes années d’adolescence, combien de conversations inutiles ai-je eues avec des gens prompts à me juger? Combien de fois ai-je essayé de parler à des gens qui étaient convaincus – et le sont toujours – que ne pas rire à leurs blagues aggressives concernant le viol signifie que je ne suis qu’une connasse coincée ? Quelle douleur a-t-il fallu ressentir en écoutant ces gens énumérer des arguments insultants, dans lesquels un homme se doit d’être un « vrai homme », et que donc une femme doit être baisée ? « Tu verras, t’aimeras aussi, hahaha ! »

Hahaha oui, encore une fois.

Je n’ai réussi à changer aucun de ces gars-là.

Heureusement, j’ai eu la chance de discuter avec des gens plus ouverts d’esprit. Des gens qui ont admis que voir les choses d’une autre manière les avait vraiment amenés à réfléchir… Ne vous méprenez pas. Ce n’est pas moi qui les ai changés. Ils ont décidé de changer. Même chose quand ce qu’ils m’ont dit m’a permis de comprendre quelque chose de ma propre vie. Ça signifiait que j’avais enfin envie de comprendre.

Disons que vous êtes à une soirée, et que vous rencontrez Monsieur X. Vous discutez. Le seul problème c’est que vous êtes anti-raciste, et Monsieur X est raciste. Ou alors vous êtes végétalien, et lui est un mangeur de viande. Ou alors c’est vous le mangeur de viande, et lui est un antispéciste radical. Ou bien vous êtes un supporter de Liverpool, et lui un supporter de Manchester. Ou vous venez juste d’acheter un sac Chanel et lui est anticapitaliste. Bref. Ça marche avec tout, alors remplacez juste ces caractéristiques par ce qui représente le mieux ce qui pourrait être pour vous une rencontre problématique, une possibilité de jugement.

Et vous voilà, à essayer de lui apprendre à penser différemment. Avouez-le. Bien sûr que vous lui faites la leçon. Est-ce qu’on n’adore pas tous l’arrogance facile des questions rhétoriques? Vous savez, quand on dit : « et tu ne vois vraiment pas le problème avec ta façon de penser ? Vraiment ? »

Je ne dis pas que vous ne devez pas faire la leçon à ce gars-là. C’est à vous de voir si vous le faites, et c’est à lui de voir s’il écoute. Mais malheureusement, il n’y a absolument aucune chance qu’il change s’il a déjà décidé qu’il ne changerait pas. (Voyez comment marche la religion, par exemple…)

Parce qu’il me semble qu’utiliser une violence évidente pour imposer des idées ou des principes n’est pas considéré comme une bonne chose. Je ne dis pas que les gens ne le font pas, je dis que moralement, la plupart des gens (j’espère) penseraient que cela n’est pas éthique.

Je ne parle pas des gens qui changent d’avis parce qu’il ont intériorisé une domination pendant des années, parfois des générations. Je ne parle pas de ceux qui doivent prier en un dieu quelconque pour n’être ni tué ni agressé. Je ne parle pas non plus de ceux qui disent une chose parce que s’il ne la disent pas, leur famille entière serait torturée.

Je parle des gens comme moi, et j’espère comme vous, qui ont suffisamment de chance pour avoir le quota minimum de liberté nécessaire à la formation de sa propre opinion.

Je vous parle de ce gars raciste assis à côté de vous pendant cette fête, offrant généreusement de vous remplir votre verre. Et vous, vous n’arrêtez pas de penser : je ne peux pas laisser ce raciste me remplir mon verre !

Ne le laissez pas, alors. Vous n’avez pas besoin de lui.

Le truc, cela dit, c’est qu’il n’a pas non plus besoin de vous.

Alors voici ce qui peut arriver: soit il est prêt à changer, et vous êtes simplement sur le point de lui montrer un truc qu’il n’a pas encore vu en lui-même. Soit il n’est pas prêt pour un quelconque changement, et, au mieux, vous perdrez trois heures de votre précieux temps à faire la leçon à quelqu’un qui pensera, à la fin, que vous êtes vraiment un con, et qu’en plus vous êtes beaucoup trop bavard. Pendant ce temps-là, vous n’aurez pas profité de la soirée. Et si vous êtes un tout petit peu comme moi, vous ressentirez la douleur de cette blessure pendant des jours, des semaines, après ça : qu’est-ce que je n’ai pas dit que j’aurais dû dire pour le convaincre ? Pourquoi est-ce que je ne peux pas être suffisamment claire quand j’essaie de lui faire comprendre qu’il n’est pas mieux que ses semblables noir ? Qu’est-ce qui ne va pas chez moi, et pourquoi ce monde est tellement pourri jusqu’aux tréfonds? Oui, je serai pour toujours une adolescente, j’assume ça aussi, pas de souci.

Il m’est difficile de noter que le discours haineux est considéré comme normal, et marrant, par tant de gens. Voyez-vous, ils appellent ça la liberté d’expression. Et non, je ne pense pas que faire la leçon à quelqu’un sur l’antiracisme est la même chose que faire la leçon à quelqu’un pour qu’il devienne un bon raciste. C’est toujours une leçon, d’accord. Mais l’une d’elle nous aide à vivre avec les autres, alors que l’autre, ben c’est le contraire.

Ce que je dis, c’est qu’il y a des millions de gens prêts pour un changement, et ils veulent changer d’avis, mais, hé, on commence par où ? Voilà ce que je suggère : ne vous concentrez pas sur ceux qui ne pourront être convaincus. Utilisez votre énergie pour parler à ceux qui s’intéressent réellement à ce que vous dites. De cette façon, vous aurez un impact. De plus, comme vous respecterez ces gens-là, il y a de bonnes chances qu’ils apprécient d’être respectés même s’ils ne sont pas de votre avis, et ils pourraient même… oui, ils pourraient même vous respecter en retour.

Je crois au pouvoir du discours pour aider quelqu’un à comprendre quelque chose. Mais je crois aussi que ce pouvoir ne peut être opérant que si on accepte qu’il nous questionne, qu’il nous remette en question. Si l’on accepte de ne pas tout savoir.

C’est le seul facteur commun à tous les changements d’avis: la décision de changer.

Aucun argument ne sera jamais suffisamment bon pour quelqu’un qui a déjà décidé que vous êtes un imbécile, et qu’il en sait plus que vous. Et même quand les choses crient « CE SONT LES FAITS », ils prétendront ne pas les voir. Voir encore la religion pour de plus amples détails.

Laissez-moi répéter ça une dernière fois pour plus de clarté : je ne dis pas que nous devrions accepter toutes sortes d’opinions. Certaines opinions sont inacceptables, en particulier quand elles incitent à ne pas accepter les autres. Mais alors que vous n’avez rien à dire sur la manière dont pensent les gens, il y a quelque chose que vous pouvez néanmoins changer. Vous pouvez décider que vous vous en fichez suffisamment pour ne pas perdre des heures à vous prendre la tête avec eux. Vous pouvez décider d’accepter que ce quelqu’un ne changera pas maintenant, et continuer votre route.

Il peut être vraiment douloureux pour quelqu’un avec des croyances humanistes d’entendre des discours de haine. Vous vous souvenez du paradigme impératif/conditionnel ? Dans un monde idéal, personne ne dirait ce genre de choses. Mais nous ne sommes pas dans un monde idéal. Alors, préféreriez-vous vous concentrer que la partie des gens qui sont aussi loin de l’idéal qu’il est possible de l’être, ou la partie des gens qui ont simplement besoin de discuter et de s’ouvrir pour voir les choses différemment ? Et à quelle catégorie voulez-vous appartenir ?

Arrêtez d’essayer de convaincre les gens. Personne ne sera jamais convaincu.

A moins que vous n’utilisiez la violence, qu’elle soit physique ou psychologique, vous pouvez être une inspiration pour les gens, jamais une source de conviction.

Cependant, essayez de rencontrer quelques-uns des millions de gens qui sont en recherche de profondes discussions. Des gens qui ne pensent pas avoir toujours raison. Des gens qui discutent de ces choses-là afin de devenir des individus meilleurs, pas de meilleurs politiciens.

Je vous en prie, continuez de répandre bons mots et bonnes idées. Mais ne vous sentez pas triste ou faible si ceux qui ont le plus de besoin d’entendre vos mots ne vous écoutent pas ou vous insultent. Ne les laissez pas vous convaincre de ça. Non, ne soyez pas prêt pour ce changement. Vous aussi pouvez résister.

Top

Advertisements

3 thoughts on “How to save time by doing less

  1. This may be of interest.

    http://www.geocities.jp/mickindex/wittgenstein/witt_lec_et_en.html

    There is a lot in it, but what I’ve brought away from it is that one’s ethical stances are ultimately unconnected to facts, or even to how much one knows about facts. I think he says somewhere in here that even if knew absolutely everything about the past history, present behaviour and future destiny of every atom in the universe, we still would not have provided a tenable “factual” ground for a properly ethical discourse. As later philosophers have argued, “ought” cannot be derived from “is”. Therefore to “show” someone that they are wrong is, as you say, impossible unless they are willing to admit they may be wrong; in other words, if they don’t assume that their opinions are ipso facto correct.

    One interesting experiment in this connection is to argue passionately for what you don’t believe. Next time you meet a random racist at a party, you may want to argue for genocide of the whole humankind, or something.

    Like

    • Thank you so much for this link, Andrea. It’s a very interesting text, and yes, I really like the bit with the book of all existing facts being no ethical propositions of any kind – this reminds me of Nietzsche, but how is it possible to ever avoid him, really?

      What I like also, is that the idea of ethical stances being unconnected to facts can at first appear depressing. Quite frankly, it reminds me how little our intellect make sense… But I love how the end of the text shows nonetheless a real defense and even passion for ethics, even though we do not gain any knowledge nor understanding from it.

      As for the arguing passionately, I don’t even need to argue for something I don’t believe in. Since my ideas have changed quite a lot through times, I only have to remember – or indeed be remembered by an old friend – the crap I was saying before, and it is the most shameful of all experiment-remembrance.

      Edit: oh and arguing for something you don’t believe also shows the incredible power (if not superiority) of language – which, as you will have guessed from my life-long interest in linguistics, writing and literature, I love to question.

      Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s