Family Matters: Why Developing a Positive Attitude Doesn’t Mean Welcoming Everyone and Accepting Everything

french flag pastel

I’ve mentioned my family several times on this blog already. I’ve said they are wise, great, clever, kind people.
Have I grown up in a child’s fantasy with unicorns, where everyone’s happy and eternally kind to one another? Are all of my family members flawless? Are my family perfect?

Of course they aren’t.


Yes, my parents and brothers are great people.

But have they hurt me?
Sure they have.

And have I hurt them?
Sadly, of course I have…

I want to send a positive message out there – through this blog and other means. But it doesn’t mean that I want you to believe that when people are great, it means they’re 100% great. And actually, what sort of human relationship do you build with someone you consider 100% perfect? A fantasy. Or a submissive sort of one-way relationship. Careful, there, that what I’d say…

My family members, just as my friends, are not perfect. And that’s a good thing, because I’m no one to decide what ‘perfect’ is anyway. I’m really far from perfection myself, even if I do my best every day trying to be a better person.

So why am I presenting family, friends, acquaintances in such a great light?

Well, I’ve told you so already: because they are great. I don’t need people to be perfect to love them and admire them. That’s lucky for me, otherwise, I guess I’d be living on my own, never talking to anyone. Not even to myself, it goes without saying.

Also, I don’t flatter people. I have far too much to say to people I sincerely like and love to waste my time flattering some other people’s ego. – And that’s probably why I’ve always been bad at networking. Yes, that’s no good for my CV, but I’ve never been able to talk to the most important or most influential people in a room. Stupid that I am, I talked to people I wanted to talk to! Sometimes they were the most influential people in the room. But more often than not, they weren’t. And I’ve had great conversations with them.

Having said that, I want to see the good in people because we too often focus on the negative. I’ve decided I’ve no longer time for the negative stuff. It’s not that negative things won’t happen, and that negative people won’t try to approach me, but I don’t want to be focusing on these for long.

The fact that I don’t want to focus on the negative doesn’t mean that I forgive everything. Actually, that’s one of my big flaws: I’ve real trouble forgiving. Yeah, I know, you can lecture me about it, I understand it’s bad.

Two possible scenarios here, then:
– Either what you’ve done isn’t really serious, and although I won’t forget or forgive, I’ll live with it, and without reminding you of it. Ever. We’ll talk about other things, because I don’t often reduce people to one single action.
– Or what you’ve done is really serious, and I’m afraid I don’t have the time and energy to even find the resources to forgive you – let alone understand you. I’ll move on. And I’ll wish you all the best. Yes, sincerely.


Oh, I’m no Gandhi.


I wish I was that perfect girl, capable of forgiving everything.
No, wait… Actually, you know what? I don’t wish I was. I’m quite happy with the fact that there are certain things I find unforgivable. Unacceptable. And that they won’t make me bend easily.

Anyway, it’s not because I don’t forgive that I’m always right. I’m quite aware of that. What I might find unacceptable, of course, others will say: ‘oh, but that was nothing’! That’s also why I don’t want to discuss it. Morality and ethics are complex notions, we’re not going to resolve them by a 10-minute, or 10-hour, conversation.

I’m not living in a fantasy. People around me are real, and just like me, they have issues, they make mistakes, they apologise – or they don’t.

I don’t expect people to act perfectly with me. How could they, when we have so different definitions of what ‘acting in a good way’ means?

I’ll tell you what I mean when I say that I love my family so much, then. I mean I love them. But yes, I don’t love them because we share the same blood. Sorry, I don’t care all that much about that. If we get along, fine. But if we don’t, we don’t have to. We’d be strangers with the same blood, that’s fine by me.

I’ve always thought you must give your family a fair chance. Yes, you could forgive them a bit more than others, maybe. But there has to be limits too. You can’t accept any kind of behaviour under the pretext of family – or friendship, or romanticism, by the way.

They are cases when family members do more harm than good. In which case, the only solution might be to never see them again. I don’t judge people who do that. People who try to escape toxic relationships. I’ve never been in their shoes, I’ve never heard what they’ve heard, I wasn’t the one suffering in silence at the end of every family dinner.


I’m not a defensor of family values. I only hope these people gave their family relationship a chance. When a chance (and often several chances…) has been given, and it’s not deserved because it’s been wasted for pride or selfishness, well… it’s only fair to leave it there, and to move on.

I’m telling you again, because it’s no secret. I love my family. Deeply. Not because everything that they’ve done has always been nice. They were some nasty comments and clumsy acts along the way (including mine, don’t get me wrong, I remember my acts more than I remember anyone else’s – I don’t forgive other people, so you can imagine how easy it is to actually forgive myself…).

I don’t give my family unconditional love. Just like I don’t expect to be loved unconditionally.


That’s right. You’ve read that correctly: I don’t want to be loved unconditionally. Just like I don’t want to love unconditionally.

Oh I know what some will think: ‘she says that because she doesn’t have any kids.’ And you see, that’s one of the reasons why I don’t want kids. I don’t know if I can, and if I want to love unconditionally. Not that I find it suspicious, or bad, or anything. I’m sure to some people, it’s the one thing they’re hoping for, and I’m really happy that they have it.

I can love passionately. In fact, I seem to not know any other form of love. But willingly unconditionally? I don’t know.

I don’t like my brothers are parents because we are a ‘family’, and therefore have to respect traditional family values. If they were bad people, they would still be bad, and we would be a crappy family. I’m not saying it would be easy disliking them. But that’s definitely a possibility in all human relationships.

I love my parents and brothers because if we weren’t from the same family, and if I had met them under any other circumstances in my life, I would have wanted to know them more. I would have thought: damn, they’re interesting people! I would have admired them. I would have let them know that I did admire them. I tend to say this quite a bit when it’s true…

I don’t feel, and have never (or almost never) felt any obligation to love my family. If they’re good people, I’m happy to make this family happen. Otherwise, I won’t pretend we’re anything more than the result of some now fully-understandable biological interactions.

From a very early age, I felt the same way regarding respect. People told me: ‘you must respect the grown-ups and/or the elderly.’ I remember thinking: ‘sorry, but singling out one category makes no sense.’ I still believe it. I believe that everyone owes everyone respect. I hate it that adults expect to be respected by children when they don’t even respect them. I’ve hated being criticized because I was part of ‘this young generation’, allegedly stupid, uninformed and disrespectful. People were assuming I behaved in a nasty way just because of my age… Wait a minute… Isn’t that the same than thinking all old people are dumb, slow and racist? We don’t owe the elderly respect. We owe everyone respect. As a child, it was as important to me to respect my fellow comrades than to respect my parents or grandparents – and god knows I’ve respected – and still respect them. But equally, if I felt they didn’t respect me, I didn’t feel any submissive duty…

That’s why I believe in the unconditional approach. It means that at first, I’ll respect you. At first, even, I’ll like you. That would be my only prejudice: for all I know, or rather for all I don’t know yet, you can be an awesome person.

But I believe in the conditional aftermath. You’re responsible of what you’re saying to me, just as I’m responsible of what I’m saying to you. If I insult you, thinking that it’s okay because hey, I’m your sister/best friend/lover, then I’m too selfish to deserve unconditional love anyway.

I am a fervent believer of kindness. I think kindness can go a very, very long way… But I’m not willing to sacrifice myself in the name of kindness.

However, I’ll be so incredibly happy to see, encourage and highlight the kindness in you. I’ll see kindness way more than what you think are mistakes. Kindness, to some extent, can even make someone half blind.

For all of these reasons, when I was a teenager, I decided to never talk to my family in a way I wouldn’t talk to a nice stranger. Too often with love and proximity comes the idea that you can say everything… I guess you can, but people can remember everything to. And it’s not always pretty.

I haven’t grown up in any fantasy world, and I still don’t live there. Being positive doesn’t mean lying, it doesn’t mean forgetting or even forgiving the bad stuff. It’s deciding what you accept, what you don’t, and create the life you want depending on those two things.

I don’t necessarily want to love unconditionally. But I now want to be unconditionally positive. These aren’t the same things… Or at least they aren’t to me.


Affaires de famille: Développer une attitude positive ne signifie ni tout accepter, ni accueillir tout le monde à bras ouverts

J’ai mentionné ma famille plusieurs fois déjà sur ce blog. J’ai dit que les gens qui en faisaient partie étaient sages, géniaux, intelligents, gentils.

Aurais-je donc grandi au pays des Bisounours, où tout le monde est heureux et éternellement aimable envers son prochain ? Tous les membres de ma famille sont-ils sans défaut aucun ? Ma famille est-elle parfaite ?

Bien sûr que non.

Oui, mes frères et mes parents sont géniaux.

Mais est-ce qu’ils m’ont fait du mal ?
Bien sûr qu’ils m’en ont fait.

Et est-ce que je leur ai fait du mal ?
Malheureusement, bien sûr que je leur en ai fait.

Mon souhait est de véhiculer un message positif, à travers ce blog mais aussi par d’autres moyens. Ça ne signifie pas pour autant que je veux que vous pensiez que quand les gens sont formidables, ils le sont à 100%. D’ailleurs, quel genre de relation humaine pourrait-on construire avec quelqu’un qu’on voit comme parfait à 100% ? Un fantasme. Ou une relation dominée n’allant que dans un sens. Je vous dirais plutôt de vous méfier, dès lors…

Les membres de ma famille, tout comme mes amis, ne sont pas parfaits. Et c’est une bonne chose, parce que je n’ai aucune légitimité à décider de ce qui est « parfait » de toute façon. J’en suis très loin moi-même, de cette perfection, même si j’essaie tous les jours de devenir une meilleure personne.

Alors pourquoi est-ce que je présente ma famille, mes amis, mes connaissances, sous un angle si positif ?

Parce que, comme je vous l’ai déjà dit: ils le sont, formidables. Je n’ai pas besoin que les gens soient parfaits avec moi pour que je les aime et que je les admire. Tant mieux pour moi, parce qu’autrement, j’imagine que je vivrais confinée seule chez moi, ne parlant à personne, pas même à moi d’ailleurs, cela va sans dire.

De plus, je ne flatte pas les gens. J’ai déjà tellement de choses à dire aux gens que j’apprécie et que j’aime que je ne perdrais pas mon temps à flatter les égos des autres. Tiens, c’est sûrement la raison pour laquelle j’ai toujours été nulle en copinage. Oui, je sais, ça n’est pas bon pour mon CV, mais je n’ai jamais été capable de parler aux gens les plus importants ou les plus influents dans une pièce. Stupide que je suis, je parlais aux gens à qui j’avais envie de parler ! Des fois, ils étaient en effet les gens les plus influents de la salle. Mais le plus souvent, ils ne l’étaient pas. Et j’ai partagé de super conversations avec eux.

Ceci étant dit, je désire voir le bon chez les gens parce qu’on se concentre trop souvent sur le négatif. J’ai décidé que je n’avais plus de temps à consacrer au négatif à présent. Non pas que des choses négatives n’arriveront plus, ni que je ne rencontrerai plus de gens négatifs, mais je ne veux pas m’y pencher pendant longtemps.

Le fait que je ne veuille pas me concentrer sur le négatif ne signifie pas que je pardonne tout. D’ailleurs, c’est au contraire l’un de mes plus grands défauts : j’ai du mal à pardonner. Ouais, je sais, vous pouvez me faire la leçon, je comprends que ça n’est pas bien.


Deux scénarios possibles, ici:
– Soit ce qu’on m’a fait n’est pas vraiment grave, et bien que je n’oublierai pas, pas plus que je ne pardonnerai, je vivrai avec, et sans le rappeler. Sans jamais le rappeler, même. On parlera d’autres trucs, parce que ça ne m’arrive pas souvent de réduire les gens à une seule de leurs actions.
– Soit ce qu’on m’a fait est vraiment grave, et j’ai bien peur de n’avoir ni le temps ni la force de chercher les ressources nécessaires au pardon – encore moins celles qui me permettraient de comprendre. J’irai de l’avant. Et je souhaiterais à ces gens tout le meilleur. Oui, sincèrement.


C’est clair, je ne suis pas Gandhi.

J’aimerais tellement être cette fille parfaite, capable de tout pardonner.
Non, attendez… En fait, vous savez quoi ? Je n’aimerais pas ça. Je suis satisfaite de savoir qu’il y a certaines choses que je trouve impardonnables. Inacceptables. Et que je ne plierai pas aisément.

Mais par ailleurs, ce n’est pas parce que je ne pardonne pas certaines choses que j’ai toujours raison. Je suis bien consciente de ça. Ce que je trouve inacceptable, bien sûr, d’autres en diront : « oh, mais c’était rien ! » C’est aussi la raison pour laquelle je ne tiens pas à en débattre. La morale et l’éthique sont des notions complexes, on ne parviendra pas à les démêler par une conversation de 10 minutes, ni même de 10 heures.

Je ne vis pas dans un fantasme. Les gens autour de moi sont réels, et tout comme moi, ils ont leurs problèmes, font des erreurs, demandent pardon – ou pas.

Je n’attends pas des gens qu’ils se comportent de manière parfaite avec moi. Comment le pourraient-ils, alors que nous avons des définitions si différentes de ce que signifie « bien se comporter » ?

Je vais donc vous dire ce que j’entends quand je dis que j’aime ma famille. Je veux dire que je les aime. Mais en effet, je ne les aime pas parce qu’on partage le même sang. Ça, désolée, mais ça ne me semble pas être le facteur le plus déterminant. Si on s’entend bien, tant mieux. Mais si on ne s’entend pas, eh bien on n’a pas à s’entendre coûte que coûte. Dans ce cas, on sera juste des étrangers avec le même sang, et ça me va très bien.

J’ai toujours pensé qu’on devait donner une vraie chance à sa famille. Oui, c’est vrai, on peut les pardonner davantage que les autres, peut-être. Mais il y a des limites à avoir aussi. On ne peut pas accepter n’importe quel type de comportement sous prétexte qu’on est une famille, ou des amis, ou un couple, d’ailleurs.

Il est des cas où les membres de la famille font plus de mal que de bien. Dans ces cas-là, la meilleure solution peut être de ne plus jamais les voir. Je ne juge pas les gens qui font ça. Ces gens qui essaient d’échapper à des relations toxiques. Je n’ai jamais été à leur place, je n’ai pas entendu ce qu’ils ont entendu, je n’étais pas celle qui souffrait en silence à la fin de chaque repas de famille.

Je ne défends pas les valeurs familiales. J’espère juste que ces gens ont donné une chance à leur famille. Mais quand cette chance (et même en général, plusieurs chances…) a été donnée, et qu’elle n’est plus méritée parce qu’elle a été gâchée par fierté ou par égoïsme, eh bien… c’est logique de laisser les choses où elles sont, et de passer à autre chose.

Je vous le dis encore, parce que ça n’est pas un secret. J’aime ma famille. Je l’aime profondément. Pas parce que tout ce qu’ils ont fait était adorable. Il y a eu des commentaires blessants et des actes maladroits en cours de route (y compris les miens, de commentaires et d’actes. Je me souviens de ceux-là plus que de ceux des autres. Je ne pardonne pas facilement les autres, alors vous pouvez imaginer comme j’ai du mal à me pardonner moi-même…)

Je ne donne pas à ma famille un amour inconditionnel. De la même façon que je n’attends pas d’être aimée de manière inconditionnelle.

Oui, oui, vous avez bien lu: je ne veux pas qu’on m’aime de manière inconditionnelle. De même, je ne désire pas aimer de manière inconditionnelle.

Oh, je sais bien ce que certains en penseront : « elle dit ça parce qu’elle n’a pas d’enfants ». Et vous voyez, c’est précisément l’une des raisons pour lesquelles je ne veux pas d’enfant. Je ne sais pas si je peux aimer de manière inconditionnelle. Et franchement, je ne sais même pas si je veux. Non pas que je trouve cet amour inconditionel critiquable, ou suspect, ou mauvais. Pour certains, c’est sûrement la chose qu’ils espèrent le plus dans leur vie, et je suis profondément heureuse qu’il la vive.

J’aime avec passion. En fait, je crois bien que je ne connais d’ailleurs pas d’autre façon d’aimer. Aimer sans limites, oui. Mais aimer sans conditions? Je ne sais pas.

Je n’aime pas mes frères et mes parents parce qu’on est une « famille », et que de ce fait on doit respecter les valeurs familiales traditionnelles. S’ils étaient des gens néfastes, ils seraient néfastes, et on serait une famille pourrie. Je ne dis pas que ça serait facile de ne pas les apprécier. Mais c’est clairement une des possibilités dans toute relation humaine.

J’aime mes parents et mes frères parce que si nous n’étions pas de la même famille, et si je les avais connus dans d’autres circonstances de ma vie, j’aurais voulu les connaître mieux. Je me serais dit : « ah bah tiens, en voilà des gens intéressants ! » Je les aurais admirés. Je leur aurais dit que je les admirais. J’ai tendance à le dire pas mal quand c’est vrai…

Je ne ressens pas, et n’ai jamais ressenti (enfin presque jamais) d’obligation d’aimer ma famille. Si ce sont des gens bien, je suis heureuse de rendre possible cette famille. Sinon, je ne prétendrai pas qu’on est quoi que ce soit d’autre que le résultat maintenant parfaitement compris de quelques interactions biologiques.

Depuis un très jeune âge, je pense la même chose du respect. Les gens me disaient : « tu dois respecter les adultes et/ou les personnes âgées ». Je me rappelle penser, à ces moments-là : « alors là, séparer une catégorie des autres n’a aucun sens ». Je le pense toujours. Je pense que tout le monde doit le respect à tout le monde. Je hais le fait que les adultes exigent d’être respectés par des enfants quand eux-mêmes ne les respectent pas. J’ai détesté être maintes fois critiquée parce que je faisais partie de « cette jeune génération », soi-disant stupide, ignorante et irrespectueuse. Certains supposaient donc que je me conduisais mal simplement en raison de mon âge. Attends deux secondes… N’est-ce pas exactement la même chose que de penser que toutes les personnes âgées sont stupides, lentes et racistes ? On ne doit pas le respect aux vieux. On doit le respect à tout le monde. Quand j’étais enfant, il était aussi important pour moi de respecter mes camarades que de respecter mes parents ou mes grands-parents – et dieu que je les respectais, et que je les respecte toujours. Mais inversement, s’ils ne me respectaient pas, je ne me sentais aucun devoir de soumission…

C’est pourquoi je crois en une approche inconditionnelle. Ça signifie qu’au premier abord, je vous respecterai. Et même, au premier abord, je vous apprécierai. Ce sera mon unique préjugé : pour autant que je sache (ou plutôt que je ne sache pas, à ce stade), vous pouvez être une personne formidable.

Mais je crois aux dommages conditionnels, à un après sous conditions. Vous êtes responsables de ce que vous me dites, de le même façon que je suis responsable de ce que je vous dis. Si je vous insulte, et que je pense que ce n’est pas grave, parce que je suis votre sœur/votre meilleure amie/votre amante, alors je suis trop égoïste pour mériter un amour inconditionnel de toute façon.

Je crois à la gentillesse, j’en suis même une croyante fervente. Je pense que la gentillesse peut créer des choses extraordinaires, et résoudre beaucoup. Mais je ne désire pas me sacrifier au nom de la gentillesse.

Cependant, je serai tellement heureuse de voir, d’encourager et de remarquer la gentillesse en vous. Je la verrai beaucoup plus que ce que vous pensez être des erreurs. La gentillesse, dans une certaine mesure, peut rendre quelqu’un en partie aveugle.

Pour toutes ces raisons, quand j’étais adolescente, j’ai décidé de ne jamais m’adresser à ma famille d’une manière autre que celle que j’emploierai pour m’adresser à quelqu’un de gentil que je ne connais pas. Trop souvent avec l’amour et la proximité s’impose l’idée qu’on peut tout dire. Je pense qu’on peut, en effet, mais il convient de savoir que les gens peuvent eux aussi se souvenir de tout. Et ça n’est pas toujours beau à voir.

Je n’ai pas grandi chez les Bisounours, et je n’y vis toujours pas. Etre positif, ça ne veut pas dire mentir, ça ne veut pas dire oublier ni même pardonner. C’est décider ce qu’on accepte, ce qu’on n’accepte pas, et créer sa vie en fonction de ces deux choses-là.

Je ne veux pas nécessairement aimer de manière inconditionnelle. Mais maintenant, je veux être positive de manière inconditionnelle. Ce n’est pas la même chose… Ou en tout cas, ça ne l’est pas pour moi.

Top

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s