Gratefulness

french flag pastel

For a very long time I thought you had to be optimistic to be grateful. Or that you had to be at least lucky. To me being grateful meant one of those two options: either you had a great future ahead, or you had a great past behind you. Gratefulness was a way to celebrate the happy few, the lucky ones.

Then I realised that being grateful could be, if I wanted it to be, the complete opposite of that. That it needn’t include the past nor the future. That it could all be about here and now.



How many times have I rolled my eyes? People were talking about gratefulness next to me. What I heard was: ‘I’m some sort of masochist guru, you see. I love the suffering I went through so I pretend it’s taught me stuff – when in fact the only thing that matters is that I love pain.’

Gratefulness – wasn’t that another buzz word which simply meant that you couldn’t accept that your life had sucked, or will suck? Wasn’t that just a flowery way of pretending that life was something more than the absurd chain of events it appeared to be?

No it wasn’t. It still isn’t.



I don’t need people to agree with me on the definition of gratefulness. But I’d love to stretch that notion a little.

So let me rephrase what I just said: gratefulness doesn’t have to be about the past. And it definitely doesn’t have to be about the future. It might be, if you want. But it doesn’t have to.

In other words, you don’t have to have been lucky to be grateful. And you don’t have to remain lucky to be grateful.



Last Christmas, I felt immensely grateful. So grateful, in fact, about what the present was offering me, that I had no time and no word left to come here and say it. I went blog-silent to be as present as can be, elsewhere.

You see, it was as simple as that: it was Christmas, and people were alive. I mean alive. I mean sitting just next to me, joking between courses as if life was just about how many times a day you can laugh.

Months ago, my dad was diagnosed with oesophageal cancer.

I don’t think I need to say anything more than this: it’s been a tough year for him, for my mum, for my whole family.

And a few weeks ago, my dad was considered cured.

Now we all know what cancer is. Yes it can still be around quietly in a corner, waiting for a good time to come say hi again. But for the time being, it will have to shut up.

My dad is a cancer survivor.

I’m saying this to give you hope if you ever need any.

But most importantly I’m saying this because my dad is.

He isn’t his illness.

My dad and I have always talked openly about living, so we didn’t see why we would avoid talking about death. No, it wasn’t about pessimism. On the contrary. Do you think pessimistic and negative people would say: ‘I have (not had) a wonderful life, there’s nothing I regret. I certainly don’t want to go now, I’ve still got plenty of happiness to experience, but if it’s happening now, then remember I have absolutely no regret, life is great. Even with a cancer down my throat somewhere, yes. Life’s amazing.’

My dad is that kind of guy. My dad likes history, but he doesn’t live in the past. He likes sci-fi novels and movies, but to him, the biggest challenge is to live right now, not to escape a bunch of human-looking androids.

When we were all around the table, at Christmas, I don’t think the most important part of the dinner was: ‘dear, we’re so lucky, because with the terrible year that we had, it could have been so terribly different…’ It was more about: ‘dear, we’re so grateful, let’s not think about the past, there’s no time for this, but here, take some more potatoes! Don’t think about your diet either, I told you already that the future’s an asshole.’

So no, I don’t want to investigate the positive side of every single event.

I’m not grateful about that cancer crap. I didn’t need it to know what a great man my dad is. I can’t tell you how much I despise hypocriticals who don’t care about someone their whole life, and then walk like depressed-best-friends at funerals pretending they knew them.

I’m grateful because I know my dad. Whatever happens, I know him. He’s no stranger to me. And he knows me, too.

Clearly, what doesn’t kill you doesn’t make you stronger either. Go ask my dad how easy it is now to climb the stairs, once you’ve developed pneumonia in the intensive care unit. Go ask him how easy it is to walk after losing muscles and strength. Go ask him how great you feel after a seven-hour surgery, after hearing people die in the room next to you, for weeks.

My dad isn’t stronger now.

He didn’t wait for a deadly illness to make him realise that life was precarious.

I’m not grateful for what happened, the cancer and all. No I’m not going to give you this ‘oh yeah, it taught me so much, I realise it now’.

It didn’t teach me anything. I can’t see no positive side in fearing to lose someone you love that much.

However, I’m incredibly grateful. Because being grateful doesn’t need to embrace everything that happened in the past. And it’s not about liking all of the future either. I’m grateful for what my life is, here and now. Because here and now is with my dad and my entire family.

Should anything happen to him or anyone I love, I swear I won’t be grateful about it. I’ve got no respect left for pain. It would be damn hard to face. But whether I like it or not, I’ll have to face it at some point. We’ll all have to.


But let’s live one day at a time, and today is about being there. I need no promise to be grateful, I need no heaven, I need no perfect childhood. I just need to breathe in daily treasures.

And the gratitude we once felt never fades away.
Gratitude is a today that never really ends.


Gratitude

Pendant très longtemps j’ai cru qu’il fallait être optimiste pour ressentir de la gratitude. Ou que du moins, il fallait avoir de la chance. Selon moi, ressentir de la gratitude envers la vie signifiait faire partie de l’une de ces deux options : soit avoir un futur prometteur devant soi, soit avoir un passé génial derrière soi. La gratitude, c’était pour moi une façon de célébrer les chanceux, les happy few.

Et puis j’ai réalisé qu’être reconnaissant, ressentir cette gratitude, cela pouvait être, si je le souhaitais, l’exact opposé. Que ça n’avait à inclure ni le passé, ni l’avenir. Que ça pouvait entièrement se concentrer sur l’ici et le maintenant.

Combien de fois est-ce que j’ai levé les yeux au ciel? Des gens parlaient de leur sentiment de gratitude envers la vie à côté de moi. Ce que j’entendais, c’était ça : « je suis une sorte de gourou du masochisme, tu vois. J’adore la souffrance par laquelle je suis passé(e) donc je prétends que ça m’a appris des trucs – alors qu’en fait la seule chose qui compte, ici, c’est que j’aime la douleur. »

Gratitude, reconnaissance, être “remerciant”: n’était-ce pas simplement des mots à la mode – issus de l’anglais, c’est un signe – pour signifier qu’on ne savait pas accepter que notre vie n’était pas terrible, et ne serait peut-être pas terrible au futur non plus ? N’était-ce pas simplement une manière pompeuse de prétendre que la vie était autre chose que l’absurde enchaînement d’événements qu’elle semblait être ?

Non, ces mots ne signifiaient pas ça. Ils ne le signifient toujours pas, d’ailleurs.

Je n’ai pas besoin que les gens tombent d’accord avec moi sur la definition de la gratitude. Mais j’aimerais étirer un peu cette notion.

Laissez-moi donc reformuler ce que je viens de dire: la gratitude n’a pas à se cantonner au passé. Et elle n’a pas non plus à se cantonner à l’avenir. Elle peut y être liée, si vous le souhaitez, mais ce n’est pas un impératif.

En d’autres termes, vous n’avez pas à avoir eu du bol pour être reconnaissant. Et vous n’avez pas à rester chanceux pour être reconnaissants.

Ce dernier Noël, je me suis sentie immensément reconnaissante. Tellement reconnaissante, en fait, de ce que le présent m’offrait, qu’il ne m’est resté ni temps ni mots pour venir l’exprimer ici. J’ai fait silence sur le blog pour être aussi présente que possible ailleurs.

Voyez-vous, c’est aussi simple que ça: c’était Noël, et les gens étaient vivants. Je veux dire : vivants. Je veux dire qu’ils étaient assis à côté de moi, à rire entre les plats comme si la vie, c’était rien que de savoir combien de fois on pouvait rire par jour.

Il y a quelques mois, on a diagnostiqué à mon père un cancer de l’œsophage.

Je ne pense pas que j’aie besoin de m’étendre: ça a été une année difficile pour lui, pour ma mère, pour toute ma famille.

Et depuis quelques semaines, mon père est guéri.

Bien sûr qu’on sait tous ce que ça veut dire, un cancer. Oui, il peut bien encore se cacher silencieux dans un coin, à attendre le bon moment pour revenir dire bonjour. Mais pour le moment, il devra se la fermer.

Mon père a survécu au cancer.

Je vous dis ça au cas où vous ayez un jour besoin d’espoir.

Mais je vous dis surtout cela parce que mon père est.

Il n’est pas sa maladie.



Mon père et moi avons toujours ouvertement parlé du fait de vivre, nous n’avions donc aucune raison de ne pas aborder la mort. Non, ça n’avait rien à voir avec du pessimisme. Au contraire. Vous en connaissez beaucoup, des gens pessimistes et négatifs, qui diraient : « j’ai (non pas j’ai eu) une vie merveilleuse, il n’y a rien que je regrette. Je ne tiens vraiment pas à partir maintenant, mais si c’est maintenant que ça doit arriver, alors souvenez-vous que je n’ai absolument aucun regret, et que la vie est géniale. Même avec un cancer quelque part loin au fond de ma gorge, oui. La vie c’est excellent. »

Mon père est ce genre de gars. Mon père aime l’histoire, mais il ne vit pas tourné vers le passé. Il aime les films et les romans de science-fiction, mais pour lui, le plus grand des défis c’est de vivre maintenant, pas d’échapper à une équipe de robots à l’allure humaine.

Quand nous étions tous autour de la table, à Noël, je ne pense pas que la part la plus importante du repas ait été : « oh mon dieu, on a tellement de chance, parce qu’avec l’année terrible qu’on vient de passer, cela aurait pu être si différent… » C’était plutôt un truc du genre : « oh mon dieu, on est tellement reconnaissants, ne pensons pas au passé, on n’a pas le temps pour ça, mais tiens, reprends donc des patates ! Pense pas à ton régime non plus, je te l’ai déjà dit, que l’avenir était un enfoiré. »

Alors, non, je ne vais pas enquêter sur le côté positif de chaque évènement.

Je ne suis pas reconnaissante vis-à-vis de cette merde de cancer. Je n’en avais pas besoin pour savoir quel genre de grand homme est mon père. Je ne peux pas vous dire à quel point je méprise les hypocrites qui négligent quelqu’un toute leur vie, et qui se montrent comme des meilleurs amis en phase de dépression à l’enterrement, feignant qu’ils se connaissaient si bien.

Je ressens une gratitude immense de connaître mon père. Quoi qu’il arrive, je le connais. Il n’est pas pour moi un étranger. Et il me connaît, lui aussi.

Clairement, ce qui ne nous tue pas ne nous rend pas plus fort pour autant. Allez demander à mon père comme c’est facile maintenant de monter les escaliers, une fois qu’on a développé une pneumonie à l’étage des soins intensifs. Allez lui demander si c’est plus facile dorénavant de marcher, après qu’il a perdu ses muscles et sa force. Allez lui demander dans quelle forme olympique on se sent après une opération de sept heures, et après avoir entendu des gens mourir dans la pièce d’à côté durant des semaines.

Mon père n’est pas plus fort maintenant.

Il n’a pas attendu une maladie mortelle pour prendre conscience que la vie était fragile.

Je ne suis pas reconnaissante face à ce qui est arrivé, le cancer et tout ça. Non, je ne vais pas vous dire : « oh, ça m’a appris tellement, je le sais dorénavant. »

Ça ne m’a rien appris. Je ne vois aucun côté positif au fait de craindre de perdre quelqu’un qu’on aime autant.

Et pourtant, je suis incroyablement reconnaissante. Parce qu’être reconnaissante ne signifie pas embrasser tout ce qui est arrivé par le passé. Et ça n’a rien à voir avec le fait d’aimer inconditionnellement le futur non plus. Je suis reconnaissante de ce qu’est ma vie, ici et maintenant. Parce qu’ici et maintenant, ça se vit avec mon père, et ma famille entière.


S’il lui arrivait quoi que ce soit, ou s’il arrivait quoi que ce soit à quelqu’un que j’aime, je jure que je n’en serais pas reconnaissante. Il ne me reste plus aucun respect pour la douleur. Ça serait putain de difficile à encaisser. Mais que je le veuille ou non, j’aurais à l’encaisser un jour. On aura tous à le faire.

Alors vivons un jour à la fois, et ce jour-là, aujourd’hui, c’est d’être là. Je n’ai besoin d’aucune promesse pour être reconnaissante, je n’ai besoin d’aucun paradis, je n’ai pas besoin d’une enfance parfaite. J’ai juste besoin de respirer les trésors quotidiens.


Et la gratitude qu’on a ressentie une fois ne s’efface jamais.

La gratitude, cet aujourd’hui qui n’en finit pas.

Top

Advertisements

You’re an Actor, So Start Performing. But This Time, Decide What the Performance is Going to Be

french flag pastel

I’ve been thinking a lot about self-esteem lately. Not as something that you magically lack or have, but as something you can work on, something you can build up.

Surely, even the worst narcissists have had a few bad days, when they felt they were worthless. Days when they had no self-esteem.

Some suffer from this lack of self-esteem to severe degrees everyday. And sadly, experiencing depression, or any mental health disorder, isn’t going to help…

So what if you don’t like yourself? Well, I’ve got no magic wand, but I can tell you this: you have a huge impact on the way you see yourself. You can change. Right now.

In a previous post, perhaps you’ll remember it, I said that there were things you cannot change, but then you could at least change the way you see them. Let’s take an example. A physical one, since I’m acutely aware about the shitty way society makes us all feel for not being perfect Barbie and Ken dolls.

Maybe people find you ugly.

Maybe people find me ugly.


Maybe you and I don’t have the right size, the appropriate skin, the adequate genitals.

Maybe you, or I, have a big butt, one boob twice as big as the other one, eczema all over our bodies, and hair that looks dirty, even when you’ve/I’ve just had a shower.

Yes, it may be sad. It’s true that some people are prettier than you and me. So many are more handsome, more successful and more popular.


Let’s face it, though. There are only two possibilities: either you can change the way you look or you can’t.

That’s why I won’t ever blame people for undertaking plastic surgery, over-exercising or putting too much make-up because it’s too painful for them to be who they naturally are. If what you are is painful to you, you can find a way to change it, either physically or psychologically. Maybe you’ll have a boob or a nose job, maybe you’ll starve yourself to get skinnier. I won’t blame you. I’ll be concerned for you, sure, if you put yourself at risk, but it’s not you I’d ever blame. I’d blame society for making you feel that being you was so terribly painful that you had to take drastic measures. I’d love to talk to you, to hear what you have to say. I won’t accuse you of conforming to society stereotypes any more than I do. Because I’m quite aware that even though I really don’t fancy a boob job, I try to conform to society’s standards, whether I like it or not, whether or not I dare to admit it.

However, maybe changing the way you look isn’t an option you can consider. Maybe it’s too expensive. Maybe you don’t have the time. Maybe you can’t be bothered. And maybe that’s not the physical aspect you want to change, but the way you see it. Maybe you have no problem with your huge chin, but you do have a problem with people staring at you because of it. In that case, there’s even better news: you can change drastically. And it won’t imply starving yourself, exercising four hours a day, or putting on make-up on your face for two hours each morning.

The only important question is this: what do you truly want to change in you? I don’t mean: what do you wish you’d look like? Of course, I’d love to look like Nathalie Portman, if you give me the chance. But I mean: truly, what makes looking at your own body painful?

Are you not liking the fact that you’re too fat or too skinny? Get some help or read books to know what you can do to change it.

Do you think that you’d look better with green hair? Dye your hair green.

But equally important: if you’re okay with the fact that you are, in relation with to society’s stupid standards, either too big, too small, too fat, too masculine, or too hairy, then stay just the way you are. Actively decide that you don’t give a damn about what others think. I’m not saying it’ll happen overnight. But yeah, it will happen eventually.

And you know why? Because confident people truly are unattainable. I’ve witnessed this a thousand times: my most popular friends have never been the most perfect ones. They were – no freaking exception – those who thought : ‘you know, you’d be lucky to be my friend/lover/partner’. Not as arrogance. But they didn’t need others’ approval to know they were worth living and enjoying their time. They truly liked themselves. More accurately: they made themselves like themselves. That’s something you can learn.

Probably just like you if you’re reading this, I remember being a teenager. A ‘normal’ teenager. And by ‘normal’ I mean that I totally was the average teenager: I wasn’t the hottest girl in the place, I wasn’t hideous either. And yet, I spent days and nights thinking about how disgusting I was, and fat, and oh my god look at my ass, it’s terrible, I’ll never be beautiful.


I’ve tried diets, I’ve experienced eating disorders – not severe disorders, but still. People in high school will probably remember a time when all I had for lunch was the bread they brought me from the canteen (thank you guys, you’ve been the best for not judging, even though it was painful for you at times to see me mess up with my body). I made myself threw up on several occasions because someone talked about how much I’d had for dinner. I’m not ashamed – but I’m sad – to say that this happened again not so long ago. I was in a restaurant, and I had a pizza. You see, in that restaurant, you could choose the size of your pizza. I chose a big one, because dear, do I love pizza! My boyfriend had a smaller one, because he wasn’t as hungry as I was. And then the couple sitting next to us started to comment on my pizza. They noted how big it was, and that it was bigger than my boyfriend’s. They made jokes about my pizza’s size, haha. I waited for 10 minutes as to not look suspicious, and then I threw up in the bathroom. I didn’t say anything to my boyfriend at the time. Nobody noticed anything, and I felt slimmer. Liberating feeling. The other day, though, my boyfriend and I talked openly about it, as we discussed what triggers were. And there it was. These people sitting next to us probably never intended to make me feel bad. Really, I mean it. No irony. It’s nice that people talk to each other, I don’t blame them for trying to interact. They found it funny, and had it been another day, when I felt more confident, I could have resisted the trigger. But that day, I couldn’t. All I heard was: ‘you repulsive fat bitch, no wonder why you’ve got such a big ass and cry at night – sob sob’.

If I can feel like this whilst being a ‘normal’ size (and by ’normal’, I don’t mean ‘good’ or ‘right’, just that I’m average), I can’t begin to understand what plus size people, or very skinny people, must experience. If I think I don’t belong, how do you cope with being really, really far from society’s standards? Because I’m aware than on many levels, I still do conform to those standards even though I’m no model.

Anyway. The problem isn’t that I needed, or need, to be skinnier. I need to be okay with what I am. I had to ask myself the question: okay, now, do you truly want to be different? Fuck, that’s when I realise that… no, not really. I mean, don’t get me wrong, I’d like to look like Carmen Electra or Nathalie Portman with no efforts involved, as I said. But I don’t, and it’s fine. Not because I’m some sort of ‘beautiful enough’ type of woman, but because what matters isn’t what you look like, but what you think about what you look like.

It’s been a few months now since I’ve decided to be okay with my weight. And with everything else. No, I don’t suddenly find myself more beautiful. But I thought: there are things I cannot change. So I have to accept that I can’t change them. For instance, without multiple surgeries, I’ll never look like Nathalie Portman. So instead of thinking, facing the mirror, how terrible it is not to look like Nathalie Portman, I spend more time training to be the person I want to be.

That’s what I wanted to say today: you can be the person you want to be.


It’s not limited to appearance. I thought it was a good starting point, but what I really mean is that on every aspect of our lives, we can be who we want to be.

I’d like to cite two tips given in the book Self Esteem Bible : Build Your Confidence Day by Day, by Gael Lindenfield (London, HaperCollinsPublishers, 2004). But before, I must warn you:

– For years, I’ve laughed at the very idea of self-help books. I had the elitist view that there were made to take advantage of weak-minded people, and that there were necessarily full of crap. I know, it sounds harsh. It was. It was definitely an arrogant statement.
– I now read absolutely everything I fancy reading, so I may quote in the same sentence Jodi Picoult, The Walking Dead, Shakespeare and Amy Poehler. If you think that’s messy, then you’re starting to understand the state of my brain. And I like my mess.
– What follows won’t be a review of the book. Also, I don’t agree with everything I’ve read in it, and I’d certainly have some comments to make – especially regarding the emphasis put on appearance. But that’s not the point here. Let me just say that I don’t believe that in order to gain self-esteem, you must want to be fit, or slim, or pretty. You may not care about that at all, be fat and love yourself that way, and that’s fine by me. I’m whatever-works-for-you-positive. As long as you’re happy with it, that’s great, it means you respect yourself, whatever your size or way of life.

[Tip number] 50 View your life as a biographer

This is a hard exercise to do, but well worth it. Imagine that a biographer had been commissioned to write your life story. Would they see it as a comedy, an adventure story, an inspirational heroic tale, a soap opera or a puzzling conundrum with no satisfying conclusion?

Now imagine the kind of biography that ideally you would like to be written after your death. Give it a title. It should be one that will sum up concisely the essence of how you would like to be remembered. For example, the subtitle of Tanya Stone’s biography of Princess Diana sums up the essence of her – Princess of the People (Millbrook Press, 1997), as does the subtitle of Vincent Hardy’s biography of Martin Luther King – The Inconvenient Hero (Orbis, 1996). Remind yourself of your book title whenever you are reflecting on your current life and future plans.’ (54)

66 Turn the clock forward to check you are on track

If you want to be the kind of person who can look back at the end of their life with pride and satisfaction, try doing this exercise from time to time. Imagine you are 80-years old and someone is giving a speech about you and your wonderful personal qualities. Which six qualities would you be most proud to hear them praise for you?

Beside each of your six qualities, write what you need to do in order to live more in harmony with each right now.’ (70)

So now, ask yourself: what do you want to be? Do you want people to say about you: ‘oh yeah, s/he was this very insecure person, always wanting to please everyone’, or do you want to be… anything else?

I realised, for instance, that I didn’t really give a damn about what people will say about the way I look. I’m not sleeping with them, after all. But I’d like to be described as kind. I’d like to be described as open-minded. And passionate. And enthusiastic.

My life post-sick-leave has been one of constant redefinition. Who do I want to be? Because now I feel that I can choose. We’re performing a role anyway, so why not choose it? Nothing’s really ‘natural’…

Some say: ‘I’m like that, there’s nothing I can do’. Well I’m sorry but that’s wrong. No one is forever ‘like this’ or ‘like that’. If you don’t change, it means that you don’t want to change. And maybe that’s fine (please see beginning of post again if you’re confused).

Another example: I could be thinner. But it would require stuff I’m not willing to do. So I’m not forever like that, I’ve chosen to remain the way I look.

I could also have bigger boobs. But it would require a surgery I’m certainly not willing to undertake, and that’s cool, because I don’t want bigger boobs anyway. I could use a Wonderbra, also. But I don’t give a shit about my boobs’ size.

I could also be ultra kind to everyone. Even to those who don’t respect me. When a man I don’t know asks me to suck his dick in a club or in the street, I could think: ‘oh, poor him, he’s such a complicated sex life’. But I think he’s a plain asshole, and I really don’t want to change the way I see him. I don’t want to be more tolerant with people asking me to suck them in the street. I’m not ‘forever like that’. I’ve chosen to be intolerant for things I cannot accept.

I’ve met people who used violence. As I’ve always said, it’s not up to me to decide whether or not they’re forgivable. And I accept that they honestly may have changed. However, here’s what I’ve always said: ‘and now, what do you want to be?’ You’re not violent or aggressive because ‘there nothing you can do about it’. That’s bullshit. You’re violent or aggressive because you want to be, period. I know it’s hard for some to hear, but that’s how I see it.


It applies to me, too. I’m not over-polite, am I? It’s not because I’m like that, and there’s nothing I can do… It’s because I’m angry towards violent, sexist, dominant, judgemental people, and I don’t want to make my language ultra-polite for their sake. At first, talking the way I do was just instinctive. But I’ve had many years to think about it now. And I know that it’s completely intentional when I say, for instance, that I don’t give a shit whether or not you’ve had a difficult life, nothing’s an excuse to be an asshole to others.

One day, as a teenager, I have decided to be kind. Yes, I’ve decided to be. I wasn’t born this way. I’m full of anger and resentment, I’ve experienced unfair situations which are still marked somewhere deep in my stomach. But I want to be kind. So I’ve asked help around me. What is ‘kind’ to you?, I’d ask my family and friends, and even complete strangers. Kindness is fucking great. But I’ve also decided that I’ll never force myself to be kind with someone who was disrespectful.

That’s the role I’m performing.

I like who I am. Because if I didn’t, I now know that I would do everything I need to do in order to change and become someone I like. Fuck, we’re living for too long in our bodies to not like ourselves.

This means that I’m no longer ashamed of liking the Spice Girls, too. I hear the song Wannabe and I’m already dancing. I might not have been conscious of this at the time, but I know I have decided to be that kind of chick. I’m not proud of it. I’m okay with it. It feels great, not to be ashamed of who you are, even when people laugh at you.


Nous sommes des acteurs, alors jouons notre rôle. Mais cette fois-ci, choisissons-le, ce rôle.


Dernièrement, j’ai pas mal pensé à l’estime de soi. Pas comme étant quelque chose qu’on a ou qu’on n’a pas comme par magie, mais comme étant quelque chose sur lequel on peut travailler, quelque chose que l’on peut construire.

Certainement que même les pires des narcissiques ont eu leurs mauvais jours, où ils se sont trouvés sans valeur aucune. Des jours où ils n’avaient aucune estime d’eux-mêmes.

Certains souffrent de ce manque d’estime de soi à des degrés très sévères chaque jour. Et malheureusement, traverser une dépression ou connaître un quelconque problème sur son état mental ne va certes pas aider les choses…

Alors que faire si vous ne vous aimez pas? Bon, je n’ai aucune baguette magique, mais je peux vous dire ceci : vous pouvez influencez énormément la manière dont vous vous voyez.

Dans l’un de mes posts précédents, peut-être vous en rappellerez-vous, j’ai dit qu’il y avait des choses que vous ne pouviez pas changer, mais que dans ces cas-là vous pouviez au moins changer la manière dont vous les envisagez. Prenons un exemple. Un exemple physique, puisque je ne suis que trop consciente qu’on peut se détester de ne pas répondre à l’injonction sociale : être un poupée Barbie, ou Ken. Parfaits, quoi.

Peut-être que les gens vous trouvent moche.

Peut-être que les gens me trouvent moche.

Peut-être ne faites-vous pas la bonne taille, peut-être n’avez-vous pas la bonne peau or les organes génitaux qu’il faudrait.

Peut-être que vous, ou moi, on a un gros cul, ou un sein deux fois plus gros que l’autre, de l’eczéma sur tout le corps et des cheveux qui paraissent sales même quand on sort juste de la douche.

Oui, ça peut être triste. C’est vrai qu’il y a des gens plus beaux que vous et moi. Tellement de gens plus attirants, avec tellement plus de succès, et davantage populaires.

Cela dit, regardons les choses en face. Il ne peut y avoir que deux possibilités : soit on peut changer son apparence, soit on ne peut pas.


C’est la raison pour laquelle je n’accuserai jamais les gens de faire des opérations de chirurgie exthétique, des exercices physiques à outrance ou de se mettre une tonne de maquillage parce qu’il est trop douloureux pour elles/eux d’être celles/ceux qu’elles/ils sont naturellement. Si ce que vous êtes est trop douloureux pour vous, vous pouvez trouver une manière de le changer, que ce soit physiquement ou psychologiquement. Peut-être que vous vous ferez refaire les seins ou le nez, peut-être que vous vous affamerez jusqu’à être maigre. Je ne vous accuserai pas. Je serai inquiète pour vous, c’est sûr, si vous vous mettez en danger, mais ce n’est pas à vous que je reprocherai quelque chose. Je reprocherai à la société de vous avoir persuadé qu’il était si douloureux d’être ce que vous étiez que vous avez dû prendre des mesures drastiques. J’adorerais parler avec vous, pour écouter ce que vous avez à dire. Je ne vous accuserai pas de vous conformer aux stérétoypes de la société plus que je ne le fais moi-même. Parce que je suis bien consciente que même si je n’ai pas vraiment envie d’une opération des seins, j’essaie de me conformer à certaines règles sociales, que ça ma plaise ou non, et que j’ose ou non l’admettre.

Cependant, peut-être que changer votre apparence n’est pas une option que vous pouvez envisager. Peut-être que c’est trop cher. Peut-être que vous n’avez pas le temps. Peut-être que vous vous en foutez sincèrement. Et peut-être que ce n’est pas du tout l’aspect physique que vous voulez modifier, mais la façon dont vous vous voyez. Peut-être que cela ne vous pose aucun problème d’avoir un menton énorme, mais que ça vous pose problème que les autres vous dévisagent à cause de ça. Dans ce cas-là, bonne nouvelle : vous pouvez en effet changer drastiquement. Et ça n’impliquera pas de vous affamer, ni de vous taper de la muscu quatre heures par jour, ou de mettre deux heures à vous maquiller tous les matins.

L’unique question importante est la suivante : que voulez-vous changer en vous ? Non pas : à qui aimeriez-vous potentiellement ressembler ? Bien sûr que j’adorerais avoir le physique de Nathalie Portman, si vous m’en donnez la possibilité. Mais je veux dire : vraiment, qu’est-ce qui fait que vous regarder dans une glace est une expérience douloureuse ?

Est-ce que vous n’aimez pas le fait que vous soyez trop gros-se ou trop maigre? Demandez de l’aide ou lisez des livres pour savoir ce que vous pouvez changer.

Pensez-vous que vous seriez mieux avec des cheveux verts ? Teignez-vous les cheveux en vert.

Mais, et c’est tout aussi important : si ça vous importe que dalle, que selon les standards de beauté, vous soyez trop grand-e, trop petit-e, trop gros-se, trop masculin-e, trop poilu-e, alors restez comme vous êtes. Décidez de manière active que vous vous tapez éperdument de ce que pensent les autres. Je ne dis pas que ça arrivera du jour au lendemain. Mais ouais, ça arrivera un jour.

Et vous savez pourquoi? Parce que les gens qui ont confiance en eux sont inatteignables. J’en ai été témoin mille fois : mes ami-e-s les plus populaires n’étaient pas les plus parfait-e-s. C’était – zéro exception – simplement ceux-celles qui pensaient : « t’aurais du bol d’être mon ami-e/mon amant-e/mon-ma partenaire. » Pas par arrogance. Mais elles/ils n’avaient pas besoin de l’approbation des autres pour savoir qu’elles/ils avaient le droit d’exister et d’en profiter un max. Ils/Elles s’aimaient vraiment. Plus précisément : ils/elles s’étaient entraînés à s’aimer. C’est quelque chose qu’on peut apprendre.

Probablement tout comme vous si vous êtes en train de lire ça, je me souviens avoir été une adolescente. Une ado « normale ». Et par normale, je veux dire que j’étais dans la moyenne : je n’étais pas la fille la plus belle de la ville, mais je n’étais pas non plus hideuse. Et pourtant, j’ai passé des jours et des nuits à penser à combien j’étais repoussante, et grosse, et oh putain mes fesses, c’est affreux, je ne serai jamais jolie.

J’ai fait des régimes, j’ai eu des troubles alimentaires – pas des troubles sévères, mais tout de même. Mes copains et copines de lycée se souviendront sûrement du temps où tout ce que je mangeais à midi c’était le pain qu’elles/ils me ramenaient de la cantine (merci à vous, vous avez assuré de ne pas me juger, même si je sais qu’il a été difficile pour vous de voir que je faisais n’importe quoi avec mon corps). Je me suis fait vomir à plusieurs reprises parce que quelqu’un avait parlé de la quantité de choses que j’avais avalé pour le dîner. Je n’ai pas honte – mais je suis triste – de dire que c’est arrivé encore il n’y a pas si longtemps. J’étais au restau, et j’avais commandé une pizza. Voyez-vous, dans ce restau, on peut choisir la taille de sa pizza. J’ai choisi une grosse pizza, parce que bordel, j’adore ça ! Mon copain en a pris une plus petite, parce qu’il n’avait pas aussi faim que moi. Et puis le couple assis à côté de nous a commencé à faire des commentaires sur ma pizza. Ils ont remarqué à voix haute à quel point elle était grosse, et qu’elle était plus grosse que celle de mon copain. Ils ont fait des blagues sur ma pizza, haha. J’ai attendu 10 minutes pour que ça ne paraisse pas louche, et puis je suis allée vomir dans les toilettes. Je n’ai rien dit à mon copain ce jour-là. Personne n’a rien remarqué, et je me suis sentie plus mince. Un sentiment qui libère. L’autre jour, cependant, mon copain et moi en avons parlé, parce que nous discutions de ce qui pouvait provoquer des rechutes, ces déclencheurs [triggers en anglais]. Et c’était un bon exemple. Ces gens assis à côté de nous n’avaient sûrement jamais eu l’intention de me faire du mal. Je le pense vraiment, sans ironie. C’est chouette que les gens se parlent, je ne les accuse pas d’avoir essayé de parler avec nous. Ils ont trouvé ça drôle, et si ça avait été un autre jour, un jour où je me sentais mieux, j’aurais résisté et n’aurais pas rechuté. Mais ce jour-là, je n’ai pas pu. Tout ce que j’entendais, c’était: “grosse chienne dégueulasse, on comprend pourquoi t’as un cul aussi gros et que tu chiales la nuit”.

Si je peux ressentir ça alors que j’ai une taille « normale » (et par « normale », je ne veux pas dire que je recommande cette taille à d’autres, simplement que je suis dans la moyenne), je ne peux même pas imaginer ce que peuvent ressentir des gens en surpoids, ou des gens très minces. Si j’ai déjà l’impression de ne pas être acceptable, comment gère-t-on le fait de s’éloigner encore plus des standards de beauté ? Parce que j’ai conscience qu’à bien des niveaux, je me conforme encore à ces standards, bien que je ne sois pas une top-model.

Bref. Le problème, ce n’est pas que j’avais besoin, ou que j’ai besoin, d’être plus mince. J’ai besoin d’être en accord avec ce que je suis. Je devais me poser la question : bon, d’accord, est-ce que tu voudrais vraiment être différente de la tête aux pieds ? Et c’est là que j’ai réalisé qu’en fait bah… non, pas vraiment. Je veux dire, comprenez-moi bien, j’aimerais bien ressembler à Carmen Electra ou à Nathalie Portman sans que ça me demande aucun effort, comme je l’ai déjà dit. Mais je ne leur ressemble pas, et c’est très bien comme ça. Pas parce que je suis « quand même suffisamment acceptable/jolie », mais parce que ce qui importe n’est pas ce à quoi on ressemble, mais ce à quoi on croit ressembler. Ce qu’on en fait, de cette croyance face à nous.

Ça fait quelques mois que j’ai décidé d’être en accord avec mon poids. Et avec le reste. Non, c’est pas que d’un coup je me sois trouvée plus belle. Mais je me suis dit: y a des trucs que je ne peux pas changer. Alors je dois accepter que je ne pourrais pas les changer. Par exemple, sans une multitude d’opérations de chirurgie esthétique, je ne ressemblerai jamais à Nathalie Portman. Alors plutôt que de passer des heures devant le miroir à me dire à quel point c’est terrible de ne pas ressembler à Nathalie Portman, je passe davantage de temps à m’entraîner à être la personne que je désire être.

C’est ce que je voulais dire aujourd’hui: vous pouvez être la personne que vous voulez être.

Ça ne se limite pas à l’apparence. J’ai pensé que ce serait un bon point de départ, mais ce que je veux dire, c’est que sur n’importe quel aspect de votre vie, vous pouvez être qui vous voulez être.

Je voudrais citer deux conseils donnés dans le livre [traduction du titre faite par mes soins, j’ai lu le livre en anglais] La Bible de l’estime de soi: Construire sa confiance en soi jour après jour, de Gael Lindenfield (London, HaperCollinsPublishers, 2004). Mais avant de citer ces deux conseils-exercices, je dois vous prévenir:

– Pendant des années, j’ai rigolé rien qu’à l’idée des livres de développement personnel. J’avais cette vision élitiste que ces livres étaient écrits pour profiter des gens faibles d’esprit, et qu’ils étaient forcément remplis de conneries. Je sais, ça paraît sévère. Ça l’était. C’était en effet un point de vue arrogant.
– Maintenant, je lis absolument tout ce que j’ai envie de lire, alors je peux citer dans la même phrase Marc Lévy, Kid Paddle, Balzac et Jean-Marie Bigard. Si vous pensez que c’est bordélique, vous commencez juste à comprendre un peu l’état de mon cerveau. Et j’aime bien mon bordel.
– Ce qui va suivre n’est pas une critique du livre. Par ailleurs, je ne suis pas d’accord avec absolument tout ce que j’y ai lu, et j’aurais certainement des commentaires à faire – en particulier en ce qui concerne l’importance donnée à l’apparence. Mais ça n’est pas la question ici. Je préciserai simplement que je ne pense pas que pour gagner en confiance en soi, il faille vouloir être mince, musclé-e, ou joli-e. Vous pouvez vous en foutre complètement, être gro-se et vous aimer comme ça, et ça me convient tout à fait. Du moment que vous êtes heureux comme vous êtes, c’est génial, ça veut dire que vous vous respectez, quels que soient votre tour de taille et votre mode de vie. Je soutiens n’importe quel corps qui vous convient.


[traduction faite par mes soins encore]
« [conseil numéro] 50 : Voyez votre vie comme un écrivain-biographe

C’est un exercice difficile, mais il en vaut vraiment la peine. Imaginez qu’on ait payé un écrivain-biographe pour qu’il écrive l’histoire de votre vie. Verrait-il ce livre comme une comédie, comme un roman d’aventure, comme une histoire héroïque et source d’inspiration, comme une série sentimentale ou comme une énigme déroutante n’aboutissant à aucune conclusion satisfaisante ?

Maintenant imaginez le genre de biographie qu’on pourrait écrire sur vous après votre mort, dans l’idéal. Donnez-lui un titre. Ça devrait être un titre qui résume de manière concise le portrait de vous dont vous aimeriez que les gens se souviennent. Par exemple, le sous-titre de la biographie de la Princesse Diana par Tanya Stone résume le sien – Une princesse proche du peuple (Millbrook Press, 1997), tout comme le sous-titre de la biographie de Martin Luther King par Vincent Hardy – Un héros qui dérange (Orbis, 1996). Rappelez-vous le titre de votre livre chaque fois que vous réfléchissez à votre vie présente et à vos projets futurs. » (54)


« 66 : Faites un saut en avant dans le temps afin de vérifier que vous êtes bien sur la bonne voie

Si vous voulez être le genre de personne qui, à la fin de sa vie, regarde en arrière avec un sentiment de fierté et de satisfaction, essayez de faire cet exercice de temps en temps. Imaginez que vous avez 80 ans et que quelqu’un prononce un discours sur vous et sur vos formidables qualités. Quelles sont les six qualités que vous seriez le plus fier d’entendre à votre sujet ?

A côté de chacune de ces qualités, écrivez ce que vous devez faire afin de vivre davantage en harmonie avec elle dès à présent. » (70)

Et maintenant, posez-vous la question : que voulez-vous être ? Voulez-vous que les gens disent, à propos de vous : « oh, c’était une personne très peu sûre d’elle, qui voulait toujours faire plaisir à tout le monde », ou voudriez-vous être… n’importe quoi d’autre ?

J’ai pris conscience, par exemple, que je me foutais pas mal de la manière dont les gens parleraient de mon physique. Après tout, je ne couche pas avec eux. Mais je voudrais qu’on me décrive comme quelqu’un de gentil. D’ouvert d’esprit. De passionnée. Et d’enthousiaste.

Ma vie depuis mon arrêt maladie a été une vie de redefinition constante. Qui est-ce que je veux être ? Parce que maintenant, j’ai la sensation de pouvoir choisir. On joue tous un rôle de toute façon, alors pourquoi ne pas le choisir ? Rien n’est véritablement « naturel »…

Certains disent: “je suis comme ça, je ne peux rien y faire. » Bah désolée, c’est faux. Personne n’est pour toujours comme ceci ou comme cela. Si vous ne changez pas, c’est que vous ne voulez pas changer. Et ça peut être très bien ainsi (revoyez le début de ce post si ça commence à vous embrouiller).

Un autre exemple : je pourrais être plus mince. Mais ça demande des trucs que je ne suis pas prête à faire. Alors je ne suis pas « comme ça », j’ai choisi de rester comme ça.

Je pourrais aussi avoir de plus gros seins. Mais ça demanderait une opération que je ne suis certainement pas désireuse de faire, et tant mieux, parce que je ne veux pas des seins plus gros de toute façon. Je pourrais utiliser un Wonderbra, sinon. Mais je me tape complètement de la taille de mes seins.

Je pourrais aussi être ultra-gentille avec tout le monde. Même avec ceux qui ne me respectent pas. Quand un homme me demande dans la rue de lui sucer la bite, je pourrais me dire : « oh, le pauvre, il a une vie sexuelle si compliquée… » Mais je pense que c’est juste un gros connard, et je n’ai aucunement envie de changer la manière dont je le vois. Je n’ai pas envie de devenir plus tolérante avec des gens qui me demandent de les sucer dans la rue. Je ne suis pas « comme ça, et puis c’est tout », j’ai choisi d’être intolérante face aux choses que je ne peux pas accepter.

J’ai rencontré des gens qui ont fait usage de la violence. Comme je l’ai toujours dit, ce n’est pas à moi de décider ou non s’ils sont pardonnables. Et j’accepte l’idée qu’ils aient pu changer, vraiment. Cependant, ce que j’ai toujours dit, c’est : « et maintenant, qu’est-ce que tu veux être ? » On n’est pas violent ou agressif parce qu’ « on ne peut rien y faire ». Ce sont des conneries. On est violent ou agressif parce qu’on décide de l’être, terminé. Je sais que c’est dur à entendre pour certains, mais c’est comme ça que je le vois.

Ça s’applique à moi aussi. Par exemple, je ne suis pas vraiment ultra-polie, hein ? Ce n’est pas parce que je suis comme ça, et que je ne peux rien y faire. C’est parce que je suis en colère contre les gens violents, sexistes, dominants, les gens qui jugent, et je ne vais certainement pas rendre ma langue plus polie pour leur faire plaisir. Au départ, parler comme je le fais, c’était juste instinctif. Mais j’ai eu pas mal d’années pour y penser. Et je sais que c’est parfaitement intentionnel quand je dis, par exemple, que je m’en bats la race de savoir qu’untel a eu une vie difficile, rien n’excuse le fait d’être un connard envers les autres.

Un jour, j’atais ado, j’ai décidé d’être gentille. Oui, je l’ai décidé. Je suis pas née comme ça. Je suis pleine de colère et de ressentiment, j’ai eu à vivre des situation injustes et elles me sont encore marquées profond dans l’estomac. Mais je veux vraiment être gentille. Alors j’ai demandé de l’aide autour de moi. “C’est quoi, être gentil, pour vous?”, j’ai demandé à ma famille, à mes amis, et à de parfaits inconnus. La gentillesse ça déboîte, franchement. Mais j’ai aussi décidé que je ne me forcerai jamais à être gentille avec des gens qui me manquent de respect.

Voilà le rôle que je joue.

J’aime la personne que je suis. Parce que si je ne l’aimais pas, je sais maintenant que je ferais tout ce qu’il faudrait pour changer, et être quelqu’un que j’apprécie. Putain, on vit dans nos corps bien trop longtemps pour se détester.

Ça veut dire que je n’ai plus honte d’aimer les Spice Girls, aussi. J’entends la chanson Wannabe, et je suis déjà sur la piste de danse. Je n’en étais pas consciente à l’époque, mais je sais que j’ai pleinement décidé d’être ce genre de meuf. Je n’en suis pas fière. Juste, je suis en paix avec. C’est un sentiment génial de ne pas avoir honte de ce qu’on est, même quand les gens rigolent de vous.

Top