How Others Can Help Us To Break Free From Denial… Without Being Judgemental

french flag pastel

I’ve been taught never to start an essay with ‘for years’ or ‘for decades, etc.’ That’s why I’ll start like that. I’m such a rebel.

For years, I’ve felt real compassion for people who were dealing with mental health issues. I mean, I truly was compassionate. I thought: poor them, it must be awful to live such an existence, and what’s even worse, most of the time they don’t even know they have a condition… That’s denial. It must be so painful.

Yeah, right.

For instance: workaholism. Oh lord, did I think they made poor choices, those who lived that way! I watched documentaries on this spreading illness, with stress and competition factors brought to us by buzzwords such as ‘success’ and ‘achievements’. And I thanked god all the time for not suffering from such an addiction to work. I just loved my job so much. It was completely different, you see. I cared so much about my students and colleagues. It wasn’t an addiction, no, it was dedication.

Then one day one of my flatmates, a very clever and friendly guy, suggested I could be a workaholic. I mean, he didn’t say it like it was even the focus of the conversation… It was as if he was stating the obvious, so why elaborate? It was something like this: ‘as a workaholic yourself, surely you know that…’ followed by words I can’t remember. Because the word ‘workaholic’ took all the available room in my brain at that very moment.

I thought to myself: What did he just say?! But I’m so not a workaholic! I love what I’m doing, that’s sooo different!

Alright then. Let’s apply this logic to another addiction, just to see how well it works.
– You’re an alcoholic.
– Not at all, I just love alcohol!
– Wait… I… Okay, nevermind.

I didn’t want to believe it. A workaholic is someone who’s no longer in control. I couldn’t NOT be in control. I wanted to have an interesting job is all.

And what’s being in control anyway? If it means you can stop when you want, well, then… I can’t really answer, because I never wanted to stop.

In fact I had forgotten what ‘to want’ meant. Was it when you were so tired that you finally fell asleep on the keyboard? Was it when you were not really enjoying that seventh meal of the day, because you had been awake for 32 hours and you needed more and more food to keep going?

‘No, I’m not a workaholic.’
That’s what my brain kept repeating.

Just as someone who transfers alcohol in innocent containers so that family members don’t notice, I always tried to wrap up my work in some other cool activities. I wasn’t reading more critical analysis of literature, I was being a voracious reader. I wasn’t avoiding watching TV and going out, I’d just much prefer being on my own for days and weeks, contemplating my laptop. Because, see, I wasn’t typing for 18 hours straight, I was just being over-inspired.

Damn you, inspiration.

Inspiration was my word for ‘I literally can’t stop, I swear I don’t remember how to.’ I might as well pretend I liked it.

Months later, my other flatmate, himself a very clever and friendly guy, suggested to watch movies. Or maybe it was I who suggested that. Anyway, movies were on the to-enjoy list for the evening.

I said to him: ‘do you mind if I come to the living room with my laptop, I just have a few editing to do on an article, it’ll only take 20 minutes?’ It was something like 10pm.

In the background was French movie La Haine, a masterpiece. That we watched on my recommendation… Or that one of us was watching anyway…

When I was done with editing – done for the day, as the day after was spent undoing everything I had done by editing some more – it was about 2am. My flatmate was exhausted.

Bless him, he waited all this time with me, and he wasn’t even angry.

La Haine was over. We wanted to watch Seven. We said we would watch Seven.
We didn’t watch Seven.
I did though.
I did watch it because I felt so incredibly guilty. Why was it that I was surrounded by great people wanting to share real experiences and conversations, people I enjoyed so much spending time with, and that I had to hide behind a huge pile of repetitive tasks?

My flatmate fell asleep on the couch.

I apologised to him so many times the day after. He said it was okay, ‘don’t worry!’ Of course, because he’s a great guy. But it wasn’t okay. It wasn’t okay at all to be unable to spend one freaking evening without working for hours.

Now that I’ve had a real breakdown and completely changed the way I live and consider daily experiences, I realise how lucky I was to meet such people. My flatmates. Because they knew it wasn’t okay, but at the same time they didn’t try to convince me of anything. They told me that I should care more about myself, care less about getting everything perfect for the job, but they’ve never been judgemental towards me and my shitty lifestyle.

Again, perhaps because they’re smart and kind people, they knew that I wouldn’t listen anyway, as I was completely blind to my own reflection in the mirror.

I’ve lived with them for about a year. And they’ve been more important to me than they probably think they have. Because they’ve shared my life on this last run. The one before I completely fell apart.

They’ve been honest, yet never hurtful. They’ve told me I was working too much, because I was. But they never said: ‘what you’re doing is the dumbest thing I’ve ever seen! You don’t even enjoy life! You workaholic people are stupid.’

Most working days, I was coming home between 7 and 8pm, then 8 and 9pm, then 9 and 10pm. And it’s only because the building needed to be locked up at 10pm that I left. I would have stayed there the whole night, maybe. I don’t know. I don’t want to know.

So yeah, I was a workaholic. I thought I was so different. I couldn’t be a workaholic, because I loved my job, AND I chose what I did, AND I had a great manager and supportive supervisors, AND my colleagues were helpful, AND the workplace was set in such a beautiful landscape, AND it was to be expected to have long days because I was an early-career academic, AND it will all eventually calm down, AND intellectual work isn’t as exhausting as manual jobs anyway, AND I was privileged to even be in such a position, AND I didn’t like resting that much, AND I’ve always loved reading, so why would it matter if I read for work instead of my own pleasure, AND I could go on and on but you get the idea.

You need no reason when what you’re doing is right. That’s the difference. Now my day is no longer filled with self-justifications. Having to struggle with your own ethics and values says a lot about where you are in life.

I would never have judged anyone with a lower position on the social scale.

I never considered salary, career and promotion as goals in my life.

I’d always said that people who spend their life at work would regret it one day.

Yet I was doing all of this, because, you know: it was different. But it wasn’t. Whatever your job, if you can’t ever stop, yes, you’re a workaholic. Just as you’re an alcoholic whatever the alcohol you chose to fill yourself with, if you can’t stop drinking. You can’t say: ‘oh, yes, but wait, it’s the intellectual side I’m interested in’, or ‘it makes me smarter’…

I’m not saying you should work less. I’m not even saying you should drink less. Honestly, I don’t know. Everyone does what is right for them. However, just as with alcoholism, workaholism doesn’t affect just you. It affects your family, friends, partners, colleagues… How different are you with them only because of your addiction?

I don’t think I’ve been a great flatmate. I was absent most of the time, and when I was at home I was in my room typing away or doing some work-related admin.

The day one of my flatmates moved out, I didn’t say goodbye to him in the evening, since I was literally stuck on campus, doing my usual OCD routine. Which was worsened by the fact that I really wanted to see my flatmate before he left. Therefore I couldn’t see him. Makes sense, doesn’t it?

The two men I told you about here, they’ve been great flatmates, probably because they’re great human beings. I could have learned a lot more from them if I hadn’t avoided existing so much, that’s true. But I’ve learned an awful lot with them already.

For instance, for the first time in years, because I wasn’t living alone, it didn’t really feel okay to work all the time. It felt weird.

That’s why even though it’s been fifteen months already since we last lived together, I still feel their presence everytime I enjoy a movie. Without any laptop, without editing, but with the whole evening for myself.

So now they know it.


Comment les autres peuvent nous aider à quitter le déni… sans pour autant nous juger.

On m’a appris à ne jamais commencer une rédac ou une dissert par les mots: “depuis plusieurs années /des décennies, etc.” C’est pour ça que je commencerai précisément par là. C’est que je suis tellement une rebelle…

Depuis plusieurs années déjà, je ressens une réelle compassion pour les gens qui souffrent de troubles intérieurs (en anglais on dit « mentaux », mais en français ça fait tellement lourd, tellement médicamenteux, je change pour le cliché. J’hésite quand même.) Ce que je veux dire, c’est que j’ai vraiment compati. Je me disais : les pauvres, ça doit être horrible de vivre comme ça, et ce qui est encore pire, c’est que la plupart du temps ils ne se rendent pas même compte qu’ils ont un problème mental. C’est du déni. Ça doit être tellement douloureux.

Ouais, d’accord, c’est ça…

Par exemple : la dépendance, l’addiction au travail. Combien j’ai pu penser qu’ils faisaient erreur, ceux qui vivaient de cette manière… Je regardais des documentaires sur cette maladie de plus en plus courante, le stress et la compétition étant deux facteurs que nous ont joyeusement amenés les mots du moment, “succès” et “réussite”. Et je remerciais le ciel de ne pas souffrir moi-même d’une telle dépendance au travail. J’aimais tellement mon boulot. C’était complètement différent, voyez-vous. Je me sentais tellement investie dans le parcours de mes étudiants, dans le quotidien de mes collègues. Ça n’était pas une dépendance, non pas du tout, c’était du dévouement.

Et puis un jour un de mes colocataires, un gars très intelligent et tout autant sympa, a suggéré que j’étais peut-être une droguée du travail. En fait, il ne l’a même pas dit comme si c’était ça le point central de la conversation. C’était comme s’il constatait des évidences, alors à quoi bon creuser, argumenter ? C’était un truc dans ce style : « en tant que droguée du travail, tu dois bien savoir, toi, que… ». Ont suivi des mots dont je ne me souviens pas le moins du monde. Parce que, là, le mot « droguée du travail » avait pris toute la place disponible dans mon cerveau.

Je me suis dit : attends, il vient de dire quoi, là ? Mais je ne suis tellement pas une droguée du travail ! J’adore ce que je fais moi, c’est complèèèèèètement différent !

Ouais, okay. Essayons d’appliquer cette logique à une autre dépendance, juste pour voir à quel point c’est efficace et sensé.
– Tu es alcoolique.
– Pas du tout, j’aime juste beaucoup l’alcool!
– Ah ouais!Okay, au temps pour moi.

Je ne voulais pas y croire. Une droguée du travail, c’est quelqu’un qui ne peut plus se contrôler. Non, ça ne pouvait pas être ça dans mon cas. Je voulais avoir un boulot qui m’intéressait, c’est tout.

Et qu’est-ce que ça veut dire, de toute façon, se contrôler ? Si ça veut dire que tu peux arrêter quand tu en as envie, ben… Je ne pouvais pas savoir, parce que je n’avais jamais eu vraiment envie d’arrêter.

En fait j’avais oublié ce que « vouloir » voulait dire. Est-ce que ça voulait dire quand on est tellement crevée qu’on s’endort sur le clavier ? Est-ce que ça voulait dire ne plus vraiment apprécier le septième repas de la journée, parce que ça fait 32 heures qu’on est debout et qu’on a besoin de plus de nourriture pour fonctionner encore ?

« Non, je ne suis pas une droguée du travail. »
C’est ce que mon cerveau répétait sans cesse.

Tout comme quelqu’un qui transvase son alcool dans d’autres bouteilles innocentes pour que les membres de la famille ne se rendent compte de rien, j’essayais toujours d’enrubanner mon travail dans quelque activité récréative. Je ne lisais pas plus d’analyse critique de la littérature, j’étais juste une lectrice dévoreuse de livres. Je n’évitais pas de regarder la télé et je n’évitais pas de sortir, je préférais juste de loin être seule pendant des jours et des semaines, à contempler mon écran d’ordi. Parce que je ne tapais pas à l’ordi 18 heures de suite, non non, j’étais juste ultra-inspirée.

Inspiration, je t’emmerde.

L’inspiration, c’était mon mot pour: « je ne peux littéralement plus m’arrêter, je vous jure que je ne me rappelle plus comment on fait. » Alors tant qu’à le vivre, pourquoi pas faire semblant d’aimer ça?

Quelques mois plus tard, mon autre colocataire, lui-même très intelligent et toujours autant sympa, me suggéra de regarder des films. Ou peut-être que c’est moi qui ai suggéré ça. Peu importe, l’idée c’est que regarder ds films était au programme de cette soirée-là.

Je lui ai dit : « ça t’embête pas si je viens au salon avec mon ordi, j’ai juste deux-trois trucs à modifier dans un article, ça prendra juste 20 minutes ? » Il était à peu près 22h.

Dans le fond du salon passait le film La Haine, ce chef d’œuvre. Qu’on regardait justement sur ma propre recommandation. Ou plutôt que l’un d’entre nous regardait, en tout cas.

Quand j’en eus fini avec mes modifications (enfin, fini pour la journée, puisque le jour d’après a été consacré à défaire tout ce que je venais de faire en re-modifiant encore et encore), il était 2 heures du matin. Mon coloc était épuisé.

J’étais – je suis encore – tellement touchée. Il avait attendu tout ce temps-là avec moi, et il n’était pas même fâché.

La Haine, c’était fini. On voulait regarder Seven. On avait dit qu’on regarderait Seven.
On n’a pas regardé Seven.
Moi j’ai regardé.
J’ai regardé Seven parce que je me sentais d’une culpabilité tellement puissante. Comment ça se faisait que j’étais entourée de gens géniaux qui voulaient partager de vraies expériences, de vraies conversations, des gens avec qui j’aimais tellement passer du temps, et que je devais toujours me cacher derrière une haute pile de tâches répétitives, qui n’en finissait jamais ?

Mon coloc s’est endormi sur le canapé.

Je lui ai demandé pardon tellement de fois le lendemain. Il a dit que c’était pas grave, « t’inquiète pas » ! Bien sûr, parce que c’est tellement un chouette gars. Mais non, en fait, le truc, c’est que c’était grave. C’était grave de ne pas pouvoir passer un seul putain de soir sans bosser pendant des heures.

Maintenant que j’ai complètement craqué, et complètement changé la manière dont je vis et dont j’envisage ces expériences quotidiennes, je me rends compte à quel point j’ai eu de la chance de rencontrer des gens comme ça. Mes colocataires. Parce qu’à la fois ils savaient que c’était grave, non, c’était pas « rien », mais qu’ils n’essayaient pas de me convaincre de quoi que ce soit. Ils m’ont dit que je devrais faire davantage attention à moi, ne pas vouloir toujours à tout prix faire mon boulot parfaitement, mais ils n’ont jamais jugé négativement, avec supériorité, ni ma personne ni mon mode de vie merdique.

Encore une fois, parce que ce sont des gars intelligents et bienveillants, ils savaient sûrement que de toute façon que je n’écouterais pas, puisque j’étais aveugle de mon propre reflet dans le miroir.

J’ai vécu avec eux pendant un an à peu près. Et ils ont été plus importants pour moi qu’ils pensent sûrement l’avoir été. Parce qu’ils ont partagé ma vie dans cette dernière course-là. Celle avant que je ne craque vraiment de partout.

Ils ont été honnêtes, mais jamais blessants. Ils m’ont dit que je travaillais trop, parce que je travaillais trop. Mais ils ne m’ont jamais dit : « ce que tu fais, c’est le truc le plus débile que j’ai jamais vu de ma vie ! Vous, les drogués du boulot, vous êtes tellement tarés. »

La plupart des jours où je travallais, j’arrivais à la maison entre 19h et 20h, puis entre 20h et 21h, puis entre 21h et 22h. Et c’est seulement parce que le bâtiment devait être fermé et mis sous alarme à 22h que je partais. Je serais restée là-bas toute la nuit, peut-être. Je sais pas. Je veux pas savoir.

Alors ouais, j’étais une droguée du travail. Je pensais être tellement différente. Je ne pouvais pas être une droguée du boulot, parce que j’aimais mon boulot, ET que je l’avais choisi, ET que j’avais un super directeur et de supers chefs, ET que mes collègues étaient tellement encourageants, ET que l’endroit où on bossait, c’était tellement beau, ET qu’il fallait bien s’y attendre à ce qu’il y ait de longues journées parce que je venais de commencer ma « carrière » dans le milieu universitaire, ET que ça se calmerait avec le temps, ET que le travail intellectuel n’est pas aussi épuisant que le travail physique de toute façon, ET que j’étais privilégiée d’avoir cette position quoi qu’il en soit, ET que finalement, moi j’aimais pas trop me reposer, alors tu vois ça tombait bien, ET que j’avais toujours aimé lire, alors pourquoi ça changerait quelque chose de lire pour le boulot plutôt que pour son plaisir personnel, ET je pourrais ne jamais m’arrêter mais je pense que vous avez compris l’idée générale

Quand ce qu’on fait est la bonne chose à faire, on n’a besoin d’aucune raison. C’est ça, la différence. Maintenant mes journées ne sont plus remplies d’auto-justifications. Avoir à lutter sans arrêt contre sa propre éthique et ses propres valeurs en dit long sur la vie que l’on s’est fondée.

Je n’aurais jamais jugé quelqu’un qui aurait été sur un échelon social perçu comme inférieur.

Je n’ai jamais pensé que le salaire, la carrière ou les promotions faisaient partie des objectifs de la vie.

J’avais toujours dit que les gens qui passaient leur vie au boulot le regretteraient de toute façon un jour ou l’autre.

Et pourtant je faisais moi aussi tout ça, parce que, vous voyez: j’étais différente. Mais en fait je ne l’étais pas pour un rond. Quel que soit notre poste, si on ne parvient jamais à s’arrêter, c’est qu’on est drogué du travail. Tout comme on est alcoolique quel que soit l’alcool avec lequel on choisit de se remplir, si on n’arrive pas à arrêter. On ne peut pas dire : « nan mais attends, c’est le côté intellectuel de la chose qui m’intéresse », ou « comme ça je me couche moins con »…

Je ne dis pas que vous devriez travailler moins. Franchement, je ne dis même pas que vous devriez moins boire. Honnêtement, qu’est-ce que j’en sais ? Chacun fait ce qui est juste pour soi. Néanmoins, tout comme l’alcoolisme, la dépendance au travail n’a pas seulement une influence sur nous. Ça a une influence sur notre famille, nos amis, nos partenaires, nos collègues… En quoi notre addiction change-t-elle le rapport qu’on a avec eux ?

Je ne pense pas avoir été une bonne colocataire. J’étais absente la plupart du temps, et quand j’étais à la maison j’étais enfermée dans ma chambre à taper à l’ordi ou à finir une quelconque tâche administrative.

Le jour où l’un des colocs a déménagé, je ne lui ai pas dit au revoir le soir, parce que j’étais vissée à la fac, en train de répéter mes rites de TOC. Rites qui se trouvaient empirés par le fait que je voulais vraiment voir mon coloc avant qu’il ne parte. Donc je n’ai pas pu le voir. C’est logique, hein ?

Les deux hommes dont je vous ai parlé là ont été des colocs géniaux, sûrement parce que ce sont des êtres humains géniaux. J’aurais pu encore plus apprendre d’eux si je n’avais pas autant évité d’exister, c’est vrai. Mais j’ai déjà appris un paquet de trucs avec eux.

Par exemple, pour la première fois depuis des années, parce que je ne vivais plus seule, ça ne me parassait pas aussi normal qu’avant de travailler tout le temps. Je me sentais bizarre, quelque part.

C’est pour ça que même si ça fait quinze mois déjà qu’on n’a plus vécu ensemble, je sens encore leur présence à chaque fois que je regarde un bon film. Un film sans mon ordi, sans modifications à apporter à un article, mais avec au contraire toute la soirée vraiment pour moi.

Et maintenant ils le savent.

Top

Advertisements

Political Dilemmas: OCD Generates Tormented Activists

french flag pastel

As it is the case for many sufferers, OCD is for me very much about guilt. I’ve already talked about this issue, see here for instance.

If I don’t … [please fill in the blanks with seemingly insignificant action], something bad will happen. And if something bad happens, it’s necessarily because I omitted to… [please fill in the blanks with seemingly insignificant action]


My brain even tries to trick me into believing this is rational thinking. If I had checked that light switch 4 times before living the house, I would have left just a bit later, therefore I would have crossed the street maybe 20 seconds later, therefore the whole traffic would have been different, and that car which arrived 1 minute later wouldn’t have been there, therefore it couldn’t have had an accident two hours later because the turn of events would have been radically different.

In other words, If I had checked a light switch 4 times before living the house, the car of a complete stranger, that I don’t know and will never know, wouldn’t have had an accident two hours after passing by me while I was walking in the street.


I don’t deal very well with guilt.

Probably because I’m not afraid to face the notion of responsibility.

I’m responsible for every word I say, every action I make. I don’t easily hide behind circumstances or so-called urges. ‘I couldn’t not say it’, etc. Of course I could not have said it. I just didn’t want to not say it. I don’t shy away from responsibility.

I’m at one end of the spectrum. Some people will never admit that they did what they did. As for me, I’ll admit to have done things I haven’t done, if you say so. And oh, the self-shaming when being harassed or verbally abused… Dealing with guilt and responsibility is not a private issue. It’s political.

Speaking about politics, there’s one area where guilt is particularly tricky.

Because I don’t shy away from the notion of responsibility, I want my behaviour, my thoughts and my speech to be entirely responsible. I mean, fair. I mean, kind. I mean, I’d like to be good people.

So I’ve been interested in all things political from a very early age. I found it crucial to know what I wanted to be defending, and what I wanted to be fighting against. This has little to do with political parties. I’ve always been a lot more involved in daily politics. The way I act on a daily basis. What would be a good thing to do, everyday? What is a responsible action?

However, politics really is a tricky place to feel guilty. Because I resent being unable to fight for absolutely everything I want to fight for. Not on a world-wide basis, but even in my own life. Living an ethical life, helping people, and at the same time standing for ideals I believe in.

That’s the problem with politics. When you’re supporting one thing, many think the rest doesn’t matter to you at all, or that you’re wrong on everything else.

You can witness this at any point in history, but also throughout your own life. Every time you stand up for something, there’ll be someone thinking you’re an asshole. Or at the very least, someone telling you you’re forgetting so many other victims. You’re not being compassionate enough for all the other sides – plural, not singular. I refuse the traditional dichotomy, it’s never the case. There are so many other perspectives.

Anyway. For most people, standing up for something means rejecting everything else.

The sad thing is, part of this is true. When you’re defending one thing, you’re not defending everything at once. Just the one. There may even be contradictions in the very action of standing up for that cause – conflicting principles from your own perspective, perhaps. Because no ‘side’, out of all of these possibilities, will ever represent the complexity of human thinking. Politics is about slogans, is about rhetoric, is about how many characters you can type in a paper article without boring your reader. You have to keep it short. You have to keep it incomplete.

Politics loves short answers and easy-to-explain ideas. It has to be done immediately, and people will react straightaway, all in a very big apology of the far-too-short.

Ideals take time.
They make us good people. They make us assholes, too. Let’s not forget that.


I don’t mean that we shouldn’t have ideals; I’m saying that if you ever want to be involved in any sort of ideological or political debate, you’ll have to accept being an asshole.

Actually, it’s not just about politics.

Look. I try to be ethical.
I live in England. For great friends, I’d be willing to take a flight any time to support them, should they need/want it. Some would think it makes me a friend you can trust. Some would think I’m just being selfishly unethical. Because I accept all consequences of modern comfort for a weekend of friendship, rather than protect the earth from carbon emissions for generations to come. I want to be ethical. Yet it’s true, I’m not. My role in pollution is no secret to me. It’s not even that I don’t know it. I do know it. So of course, for these people, I’m a privileged asshole.

See how OCD can make me literally hate myself for making decisions? I can’t be all good. I can’t.

In every decision you make, there are bad sides (again, plural…) to it. That’s why it’s called making a decision: it’s something to act upon. It’s an action. Therefore it has consequences.

Politics? An OCD nightmare. Because you’ll never be good enough.

If you talk about one issue in particular, people will say you don’t care about other issues.
If you talk about many issues, people will say that you’re all talk and therefore useless, that you need to pick and choose in order to be productive and helpful.

If you defend someone, people will say you’re patronising, because you’re depriving this person of their own story: why are you talking for them? Let them talk!
But if you don’t try to defend them, people will say: you don’t even care what others have to experience! You’re so focused on your individual, meaningless perspective!

If you travel to discover other cultures, people will say you’re exploiting your economic superiority in a postcolonial context…
But if you don’t travel, people will say that you’re narrow-minded, because you’ve never left your own house.

No you’ll never be good enough. There’s no political group that will ever accept you for everything that you are. And yet if you feel like talking about politics, it is, in some ways, to feel that you’re not alone.

The very thing that could make you a group also divides you. And if you’re anything like me, you’ll suffer a lot from this divide. Because there are divisions that you’ve chosen, that you assume entirely, and others that are just imposed on you.



I’m going to take an example: the way we treat animals. Cause I know many animal-lovers. The problem is that they can’t even stand each other.

Some are animal-lovers and own pets. They think they treat their animals right, and therefore offer them an enjoyable life in a welcoming and loving family. Some of these pets have even been rescued. It’s true that without these people, these animals would have been killed.

Some are meat-eaters. But when they see anyone wasting the slightest piece of meat, they go crazy: ‘a living being has been killed for that, so you’re certainly not throwing it away!’ They don’t buy more than they need, and they avoid supermarkets which manage to produce chicken for under £1 the 6 wings.

Some are vegetarians. They don’t eat the flesh of any animals, because they don’t want to be involved in the killing of innocent peaceful beings. They may think that you can’t really say you’re an animal-lover if you eat animals.

Some are vegans. They don’t eat animal flesh, but also refuse any kind of animal exploitation. They don’t drink milk because it means that a cow or goat is being enslaved for life in order to produce a substance that’s only necessary for their own babies anyway.

So who respects animals there? Vegans could think vegetarians have it easy. They’re not protecting animals from exploitation if they still enjoy the great taste of cheese, are they? But vegetarians could say that at least, they’re not meat-eaters. But some meat-eaters could say yes, but I’m against any kind of waste, whereas others are not, and that’s what makes meat-eating a bad thing. Look: they still buy products from such and such unethical shops, whereas I avoid all supermarkets. And they could say: isn’t it worse to have a pet, therefore to think that an animal can be your property for life? At least once an animal has been killed for providing food, it doesn’t have to obey some master for years. The animal-owners who have pet could be very upset by such speech. How can they think owning animals as pets is a bad thing? They protect them, they provide them with everything they need: shelter, food, and love.

It’s complicated. Some meat-eaters volunteer in charities helping animals to have a better life. Some don’t. Because some don’t give a damn about the way animal are treated. But some do. Some meat-eaters try to support human-related causes instead, because they think human beings are the priority. Others will think what matters is the environment. Other thinks that being specist (= thinking that humans are superior to animals in any sort of way) is the very foundation of our bloody society.

I could tell you here what my personal opinion is on the matter… For now, though, I’ll just tell you that this issue in particular has been complicated for me. What action must I take? Some will always consider me an asshole. The question is: what asshole do I want to be?


I’m not who I was two years, or even two months ago. I experience something, and learn from it. I try to make things right, but I know, at the same time, that I’ll always be an asshole from someone’s perspective. Because I’m not good enough, because I’ve been ‘manipulated’, because I’m going to this protest, or because I’m not going, or because I don’t wear the right clothes, or because I should be naked or because I should wear more layers.

I’m not saying: then, let’s do nothing, it would be easier! No. Life’s complicated, and it’s supposed to be. I won’t refuse the complicated part of life, because that would mean refusing life altogether.

That’s why I’ve been thinking, recently, that being political is just like recovering from OCD: you’ll always know that something isn’t quite right. Because it can’t be right for everyone. Some will disagree. So you must accept the reasonable part of guilt and responsibility. The side of you telling you you’re an asshole for trying to make things right, you can say what I say to my four-time-switch-lighting side: well, I can always be held responsible for my decisions. But I’m not responsible for what other people want to think, or do.

Political dilemmas really is the OCD of the masses. I knew we all had something in common.


Dilemmes politiques: les TOC donnent des militants tourmentés

Comme c’est le cas pour beaucoup de gens qui en souffrent, mes TOC sont intimement liés à la responsabilité. J’ai déjà parlé de cette notion, voyez ici par exemple.

Si je ne fais pas … [remplacez les points de suspensions par une action en apparence insignifiante], quelque chose de terrible va arriver. Et si quelque chose de terrible arrive, c’est nécessairement parce que j’ai omis de… [remplacez les points de suspensions par une action en apparence insignifiante]

Mon cerveau essaie même de me faire croire que tout ça, c’est rationnel. Si j’avais vérifié l’interrupteur 4 fois avant de quitter la maison, je serais partie juste un peu plus tard, donc j’aurais traversé la rue peut-être 20 secondes après, et donc tout le traffic aurait été différent, et cette voiture qui est arrivé une minute plus tard ne se serait pas trouvée là, et donc elle n’aurait pas pu avoir d’accident deux heures plus tard parce que la tournure même des événements aurait connu un enchaînement radicalement différent.

En d’autres termes, si j’avais vérifié un interrupteur 4 fois avant de quitter la maison, la voiture d’un parfait inconnu, que je ne connais pas ni ne connaîtrait jamais, n’aurait jamais eu d’accident deux heures après m’avoir dépassée quand je marchais dans la rue.

La culpabilité, c’est un peu dur à gérer pour moi.

Sûrement parce qu’en fait, je n’ai pas peur de faire face à la notion de responsabilité.

Je suis responsable de chaque mot que je prononce, de chaque action que j’entreprends. Je ne me cache pas, de manière facile, derrières les circonstances or les soi-disant envies incontrôlables. « Je ne pouvais pas ne pas le dire », et tout ça. Bien sûr que j’aurais pu ne pas le dire. J’ai juste pas eu envie de ne pas le dire. Je ne fuis pas la responsabilité, elle ne m’effraie pas.

Je suis à l’un des extrêmes de l’éventail de réactions. Certains n’admettront jamais qu’ils ont fait ce qu’ils ont fait. Quant à moi, j’admettrai avoir fait des choses que je n’ai pas faites, si vous le dites. Et oh, cette auto-accusation, cette auto-culpabilisation quand on est harcelée ou agressée verbalement… Gérer la culpabilité et la responsabilité ne relève pas du domaine privé. C’est une question politique.

En parlant de politique, il y a un domaine dans lequel la culpabilité est un problème particulièrement épineux.

Parce que je ne fuis pas la notion de responsabilité, je veux que mon comportement, mes pensées et mes actions soient entièrement responsables. Je veux dire : justes. Je veux dire : bienveillantes. Je veux dire que j’aimerais être quelque de bien, quoi.

C’est pourquoi j’ai très jeune été intéressée par tout ce qui était politique. Je trouvais absolument capital de savoir ce que je voulais défendre, ce contre quoi je désirais me battre. Ça avait très peu à voir avec les partis politiques. Je me suis toujours sentie bien plus concernée par la politique quotidienne. La manière dont je me comportais chaque jour. Ça pourrait être quoi, une bonne chose à faire, tous les jours ? Qu’est-ce qu’une action responsable ?

Cependant, le domaine politique est une domaine où il ne fait pas bon se sentir coupable. Parce que cela me déplaît énormément de ne pas pouvoir me battre pour absolument tout ce pourquoi j’aimerais me battre. Mener une existence éthique, aider les gens, et en même temps représenter les idéaux en lesquels je crois.

C’est le problème avec la politique. Quand tu soutiens une chose, beaucoup pensent que tu te fous de tout le reste, ou que tu as tort sur tout le reste.

Vous pouvez vérifier ça à n’importe quel moment de l’histoire, mais aussi au cours de votre vie. Chaque fois que vous représentez quelque chose, il y aura quelqu’un pour pensez que vous êtes un connard. Ou tout du moins, quelqu’un qui vous dira que vous oubliez toutes les autres victimes. Vous n’avez pas suffisamment de compassion pour les autres côtés – au pluriel, pas au singulier. Je refuse la dichotomie traditionnelle, ça n’est jamais le cas. Il y a toujours une multitude d’autres perpectives.

Bref. Pour la plupart des gens, représenter une chose, ça veut dire rejeter tout le reste.

Ce qui est triste, c’est que c’est en partie vrai. Quand on défend une chose, on n’est pas en train de tout défendre à la fois. On ne défend qu’une chose. Il est même possible qu’il y ait des contradictions dans le fait même de soutenir une cause – des principes contradictoires de votre propre point de vue, peut-être. Parce qu’aucun « côté », parmi toutes ces possibilités qui s’offrent à vous, ne représentera jamais la complexité de la pensée humaine. La politique, c’est une affaire de slogans, de rhétorique, c’est une question de savoir combien de caractères vous pouvez taper dans votre article sans fatiguer votre lectorat. Vous devez faire court. Vous devez faire incomplet.

La politique aime les réponses courtes et les idées faciles à expliquer. Ça doit être fait de suite, et les gens réagiront au quart de tour, tous faisant ainsi l’apologie du beaucoup-trop-court.

Les idéaux prennent du temps.
Ils nous rendent meilleurs. Mais ils font aussi de nous des connards, n’oublions pas ça.

Je ne dis pas que nous devrions ne pas avoir d’idéaux. Je veux dire que si l’on souhaite s’impliquer dans un quelconque débat idéologique ou politique, on doit accepter d’être un connard.

Mais ça n’est pas juste politique.

Regardez. J’essaie d’être une personne éthique.

J’habite en Angleterre. Pour mes amis proches, je serais prête à prendre un avion à n’importe quel moment pour les soutenir, s’ils avaient besoin de moi, ou envie de me voir. Certains penseront que ça fait de moi une amie de confiance. Certains penseront que je suis juste une égoïste non-éthique. Parce que j’accepte toutes les conséquences du confort moderne pour un week-end d’amitié, plutôt que de protéger le globe des émissions carbones pour des générations à venir. Je veux être éthique. C’est vrai, je ne le suis pas. Mon role en tant que pollueuse n’est pas un grand secret. Ce n’est même pas que je l’ignore. Je le sais. Alors bien sûr, pour ces gens-là, je suis juste une connasse de privilégiée.

Voyez comment les TOC m’amènent à me haïr simplement de prendre des décisions. Je ne peux pas tout faire bien. Je ne peux pas.

Dans toutes les décisions que l’on prend, il y a de mauvais côtés (encore une fois, c’est un pluriel). C’est pourquoi ça s’appelle prendre une décision : c’est une action, on a quelque chose à y faire. Ça a des conséquences.

La politique? Un cauchemar plein de TOC. Parce qu’on ne sera jamais assez bien.

Si on parle d’un problème en particulier, les gens diront qu’on se fout des autres problèmes.
Si on parle de plusieurs problèmes à la fois, les gens diront qu’on ne fait que parler, et donc qu’on est inutile, qu’il faudrait choisir une seule chose et se focaliser dessus pour servir à quelque chose.

Si vous défendez quelqu’un, les gens diront que vous êtes condescendants, parce que vous privez cette personne de sa propre histoire : pourquoi parlez-vous en son nom ? Laissez-la parler !
Mais si vous n’essayez pas de defendre cette personne ou ces gens, on dira : tu te fous de ce à quoi d’autres sont confrontés ! T’es tellement préoccupé par ton propre nombril, tu ne vois que ça !

Si vous voyagez pour découvrir d’autres cultures, les gens diront que vous exploitez votre supériorité économique dans un contexte post-colonial…
Mais si vous ne voyagez pas, les gens diront que vous êtes étroits d’esprit, puisque vous n’êtes jamais sortis de chez vous.

Non, vous ne serez jamais assez bien, en effet. Il n’y aura jamais aucun groupe politique qui vous acceptera entièrement pour ce que vous êtes. Et pourtant si vous avez l’envie même de parler politique, c’est, d’une manière ou d’une autre, pour vous sentir moins seul.

La chose même qui pourrait vous unir vous divise. Et si vous êtes un minimum comme moi, vous souffrirez beaucoup de cette division. Car il y a des divisions que vous avez choisies et que vous assumez. D’autres que vous ne faites que subir.

Je vais prendre un exemple: la manière dont nous traitons les animaux. Parce que je connais plein de gens qui aiment les animaux. Le problème, c’est qu’ils ne peuvent pas se voir entre eux.

Certains aiment les animaux et ont des animaux domestiques. Ils pensent qu’ils traitent bien leurs animaux, et donc qu’ils leur offrent une belle existence dans une famille accueillante et aimante. Certains de ces animaux sont mêmes des rescapés de refuges. Il est vrai que sans ces gens, ces animaux auraient été tués.

Certains mangent de la viande. Mais quand ils voient une personne quelconque gaspiller le moindre morceau de viande, ils deviennent verts de rage : « un être vivant a été tué pour ça, alors il n’est pas question qu’il finisse à la poubelle ! » Ils n’achètent pas plus que ce dont ils ont besoin, ils évitent les supermarchés qui parviennent à produire 6 ailes de poulet pour mois d’un euro.

Certains sont végétariens. Ils ne mangent la chair d’aucun animal, parce qu’ils ne veulent pas participer au massacre d’animaux innocents et paisibles. Il arrive qu’ils pensent qu’on ne peut pas vraiment dire qu’on aime les animaux si on les mange.

Certains sont végétaliens. Ils ne mangent aucune chair animale, mais ils refusent également toute exploitation animale. Ils ne boivent pas de lait parce que cela signifie qu’une vache ou une chèvre est réduite à une vie d’esclavage afin de produire une substance qui de toute façon n’est de toute façon nécessaire qu’à ses propres enfants.

Alors qui, ici, respecte les animaux ? Les végétaliens pourraient penser que les végétariens se la coulent douce. Ils ne sont pas vraiment contre l’exploitation animale, hein, s’ils continuent de profiter du bon goût du fromage ? Mais les végétariens pourraient dire qu’eux, au moins, ne mangent pas de viande. Mais ceux qui en mangent pourraient dire oui, mais regarde, je m’oppose au gaspillage, alors que d’autres non, et c’est ça qui fait que manger de la viande est un problème ! Regarde : ils achètent leur nourriture dans des magasins pas du tout éthiques, alors que j’évite tous les supermarchés. Ils pourraient ajouter : est-ce que ça n’est pas pire d’avoir des animaux, et donc de penser qu’il est légitime qu’un animal t’appartienne pour toute sa vie ? Au moins une fois qu’on a mangé l’animal, il n’a pas à obéir à un maître pendant des années. Ce discours peinerait beaucoup ceux qui ont des animaux. Comment peut-on penser qu’avoir des animaux est une mauvaise chose ? Ils les protègent, et leur donnent tout ce dont ils ont besoin : un abri, de la nourriture, de l’amour.

C’est compliqué. Certains mangent des animaux mais sont bénévoles dans des associations de lutte pour la protection animale, pour que les animaux aient des vies meilleures. Certains se foutent complètement de la manière dont on traite les animaux. Certains mangent des animaux et soutiennent des causes humaines, car ils pensent que là est la priorité. D’autres pensent que c’est l’environnement, la priorité. D’autres encore pensent qu’être spéciste (c’est-à-dire penser que l’espèce humaine est supérieure aux espèces animales de quelque manière que ce soit) est au fondement même de notre société sanglante.

Je pourrais vous donner mon point de vue personnel sur le sujet. Pour l’instant, cependant, je dirai juste que cette question a toujours été bien compliquée pour moi. Comment agir ? Il y en aura toujours pour penser que je suis une connasse. La question, c’est : quelle connasse je veux être ?

Je ne suis pas qui j’étais il y a deux ans, ou même deux mois. Je vis quelque chose, et j’apprends de ça. J’essaie de corriger le tir, de faire les choses correctement, mais je sais que dans le même temps, je reste la connasse pour quelqu’un. Parce que je suis pas assez bien, parce que j’ai été « manipulée », parce que je vais à cette manif, ou parce que je n’y vais pas, ou parce que je ne porte pas les bons vêtements, ou que je devrais me mettre à poil ou parce que je devrais empiler plusieurs couches au contraire.


Je ne dis pas : alors ne faisons rien, c’est tellement plus facile ! Non. La vie est compliquée, et c’est ainsi qu’elle sera toujours. Je ne refuserai pas ce qui la rend compliquée, ce serait la refuser tout court.

C’est pourquoi ces derniers temps, je me suis dit qu’avoir des opinions politiques, c’était comme de lutter contre des TOC : vous saurez toujours que quelque chose n’est pas exactement comme il faudrait. Parce que ça ne peut pas être « comme il faut » du point de vue de tout le monde. Certains seront en désaccord. On doit alors accepter la part raisonnable de culpabilité et de responsabilité. Et la partie de vous qui vous dit que vous êtes un connard pour essayer de faire les choses correctement, vous pouvez lui dire ce que je dis à mon côté je-vérifie-quatre-fois-la-lumière : ouais, j’assume toutes mes décisions. Mais je ne suis pas responsable de ce que les autres veulent penser ou faire.


Les dilemmes politiques sont vraiment les TOC des masses que nous sommes. Je savais bien qu’on avait tous quelque chose en commun.

Top

Not a Symbol, Only Death

french flag pastel

We can’t explain death because it’s beyond words.

Not because it’s irrational. On the contrary, it’s very rational, science explained it really well.

Death is beyond words because it’s absurd, and we can never keep quiet when facing the absurd. We need to feel in the void with words. Just as in a break-up.

Really, how absurd is that? You’re alive. And then, bam, you’re dead.

That’s only three words, really: alive, then dead.

No wonder we need more than those.

Death is beyond words because most of us have only ever heard conventional speech about the dead.

So many’s views are changed with death. People who used to hate you will suddenly claim they loved you so much… They will invent a language so full of flowers, and sparkle, and glitters that people would think you were secretly lovers.

But wait. It’s not (only) about being hypocritical.

It’s also because death gives a voice to those who are usually speechless, those who remain silent. Maybe it’s because they fear no more. Or maybe it’s because now, they’re really scared. Either way, death plays with our fears, makes us easy to bend, and sometimes, sadly, easy to break too.

Death is beyond words precisely because death makes us speak. At least in my society I believe it does.

We believe death means silence but it’s only one person who’ll be silent forever. The rest of us will invent, or pass on stories.

The secrets we make, we make them as living. Whereas the lies we make, they can be immortal.

This is not to say that we shouldn’t talk about the dead. There’s no should or shouldn’t anyway. Everyone does what they feel like doing.

However, the most powerful tribute we can give to someone who died is probably to remain faithful to what we thought they were when they were alive. What makes you a hero is the life you’ve lived, not the way you died. What makes you good people is what you’ve done when you were alive.

Let’s spend much more time thinking about what we do as alive beings.

Let’s make life too beyond words: let’s make it real.


Pas un symbole, juste la mort

On ne peut expliquer la mort, car elle est au-delà des mots.

Pas parce qu’elle est irrationnelle. Elle est très rationnelle, au contraire, la science l’a très bien démontré.

La mort est au-delà des mots parce qu’elle est absurde, et qu’on ne sait jamais se taire devant l’absurde. On doit remplir le vide de mots. Comme dans toute rupture.

Cela n’est-il pas complètement absurde, en vérité? On est vivant. Et puis d’un coup, bam, on est mort.

Rien que ces trois mots le disent : vivant, puis mort.

Pas surprenant que l’on ait besoin de plus que ça.

La mort est au-delà des mots parce que la plupart d’entre nous n’avons jamais entendu que des discours conventionnels sur la mort.

L’opinion de beaucoup de gens change avec un décès. Les gens qui nous détestaient se mettront soudain à clamer à quel point ils nous aimaient… Ils inventeront un langage si fleuri, si brillant, si pailleté, qu’on croira que nous étions secrètement amants.

Mais attendez. Ça n’est pas (seulement) de l’hypocrisie.

C’est peut-être aussi parce que la peur donne une voix à ceux qui en étaient privé, à ceux qui restaient silencieux. Peut-être parce qu’ils n’ont plus peur. Ou peut-être parce qu’à présent, justement, ils sont terrifiés. Dans un cas comme dans l’autre, la mort joue avec nos peurs, nous rend prompts à plier, et, malheureusement, prêts à nous rompre, aussi.

La mort est au-delà des mots justement parce qu’elle nous fait parler. En tout cas, dans ma société je crois que c’est le cas.

On croit que la mort impose le silence mais il n’y a qu’une personne qui se taira à jamais. Le reste d’entre nous inventera, ou transmettra des histoires.

Les secrets que l’on fait, on les faits en tant que vivants. Alors que les mensonges que l’on crées peuvent être immortels.

Ça ne revient pas à dire qu’on ne devrait pas parler des morts. Ce n’est pas une question de on devrait ou on ne devrait pas de toute façon. Chacun fait comme il le sent.

Cependant, le plus grand homage que l’on puisse rendre à quelqu’un qui est mort, c’est probablement de rester fidèle à ce que l’on pensait de lui lorsqu’il était vivant. Ce qui fait de quelqu’un un héros, ce n’est pas la façon dont ce quelqu’un meurt, mais la façon dont il a vécu sa vie. Ce qui fait de lui quelqu’un de bien, c’est ce qu’il a fait quand il était vivant.

Passons plus de temps à penser à ce que nous faisons en tant que vivants.

Faisons de la vie elle aussi un au-delà des mots : rendons-là réelle.

Top

How We Could All Benefit From Kindness and Empathy, but Why It’s Much Easier Not to Try

french flag pastel

I stayed up late last night, trying to write something. It had to be meaningful. Otherwise, why write it? So many people were screaming here and there, especially on the Internet, writing articles much more interesting and eloquent than what I could have written then.

Most importantly – and tragically, many were arguing already, preparing arguments for the ideological fight that will surely oppose people for weeks – and, in a few months, fuel very interesting debates at academic conferences.

That’s when I realised: personally, I don’t care about being right, in any sorts of debate.

No. I’m lying. Let me rephrase that last bit. I NO LONGER care about being right, in any sorts of debate.

Firstly, because, as I explained here already, you can’t convince someone who’s not willing to be convinced. Someone who gets convinced by what you’re saying is someone who wanted to be convinced. Who was willing to admit that there was at least a tiny possibility that what they thought might not be the best views ever. Now most people don’t like to consider that they may not have the best morality, whatever it is.

Secondly, I no longer care about being right because my opinion doesn’t matter.

Fear not, my dearest friends. It’s not the depressed side of me speaking here. Au contraire. It’s the very positive side of my brain.

I don’t matter, because in the grand scheme of things, what I think or don’t think is definitely not going to change the world. And that’s okay, because I’ve never pretended that it will. My influence, if I have any, is of course very limited.

Yesterday, as most of you know already, an attack was perpetrated in Paris, in France. I certainly won’t go into the details here. I’m no journalist, plus there are numerous websites where you can find detailed information. I won’t even point you into one direction or another. I could recommend websites I like to read. But I won’t. Should you want information, perhaps you could consider making a search for yesterday’s date and Paris. I’m sure you’ll find something.

Let’s not deny how history is made. You’ll find something because France belongs to a certain category of countries. When such a tragedy happens in our countries, then of course we talk about it. You may like or dislike what the papers say, and of course the fact that it’s spoken about doesn’t make the tragedy any less tragic, but at least, you’ll find articles about the events. People, most people in fact, will publicly react. We expect them to.

I’m not going to demonstrate that if it had happened in some other countries, hundreds of victims wouldn’t have generated a single line in our papers.
Oops, I’ve started to talk openly about politics again… I really can’t shut up.


I don’t want to talk about the political issues at stake there. There are many and varied, and an incredible number of people, as I’ve said, are currently writing all sorts of articles, poor or excellent, about these issues.

And yet I will talk about politics, because I’ll talk about kindness.


Kindness is one of the most powerful political voices, and yet, it’s hardly ever chosen. Don’t ask me why. You know why, of course you do.

Because kindness isn’t effortless. Kindness often means taking the hard way, walking the not really enjoyable path.

Kindness isn’t a state of mind that you have or haven’t. It’s an environment which you develop every day. Kindness requires constant efforts, because kindness isn’t a concept, it’s a daily practice.

Now why is it so hard? Surely it’s easy to be kind to people who’re kind to you. So you think you’re the Buddha because you kissed your mum on the cheeks when she gave you £100, ‘cause this month you’ll need another cinema pass?

But what about those who don’t give you anything? And what about, the horror: people who don’t have the same definition of what is good, and what isn’t? What’s acceptable, and what isn’t?

Kindness isn’t, as I once believed, a passive act. It doesn’t mean: ‘do me all the wrong you want, I’ll let you do it and I’ll keep smiling.’

Kindness is a very active process. It means making constant decisions to better your environment, and to help people around you living better lives, feeling more confident and understood. Being kind means knowing how to listen, because I believe most frustrations are generated by the feeling of not being heard.

Kindness is accepting not to let anger speak all the time.

It’s very similar to tolerance. Some believe they are tolerant, when what they are looks a lot more like indifference. Being tolerant isn’t letting ‘everyone lives’, as we often hear. It means actively developing your accepting side, trying to understand other perspectives to deepen your understanding and expand your knowledge.

I used to be intolerant. I’m not proud of it, yet I’m not ashamed either. I needed some intolerance in order to define my own values.

[Just to be more specific, because I’m all for honesty and stuff, but I don’t want to be misunderstood either… I’ve never rejected a group of people for their age, gender, race, class, etc. But there were many, many people I didn’t even want to listen to. And these, I’m afraid, included people who disagreed on what I considered the main issues we should fight for. Just to mention one of them: sexism. Now you know it. I used to call it ‘intolerance to stupidity’. Yeah, yeah, I know.]

Once I had reached that stage, when I had no fear of standing by my principles and values, I suddenly realised that actually, I would do the world a better place not only by fighting for these values – which I still do, because they’re about kindness – but also by being more accepting of people. If you dismiss the very possibility of talking to others, how are you going to make the world a better place anyway?

Let’s be clear: if you think I’m going to end by saying that every opinion is exactly the same for me, and whatever you say, it’s okay, then you’re in for a surprise. Of course take any hateful opinion, and I will tell you that there’s a limit to tolerance. Of course there is. I’m not Jesus, and I won’t be happy to die for anyone’s sins or stupid hatred.


So anyway, let’s forget here those who can’t talk to you without insulting, or worse, threatening you. They don’t want to have a conversation anyway. They’re not looking for interactions, they just want to satisfy their over-indulged ego.

Still, there are many, many people who will hurt you by saying very respectable things. Not always in a respectful way, but being angry at many things myself, how could I not understand that many other people are at least as angry as I am, but for completely different reasons? And that they can feel misunderstood, if not silenced, by most people?

Let me take an example here. We all have our ‘main issue’. The issue we’d be ready to speak out for. And as you all know – because we all have a ‘main issue’, albeit for something deemed superficial – one of the most painful things is to realise how little people around you actually care…


The first step is the same as with death: denial. ‘There’s no way people can’t see what I mean!!! They should see what I mean!!! It’s so obviously right, for crying out loud!!!’ So you try to convince everyone. Especially those, of course, who think the exact opposite. Then it’s getting more and more painful, and the only way people can exchange is aggressively.

I’ve heard that many people unfriended their social network friends due to controversial interpretations of the same events. I’m referring to the recent events I mentioned at the beginning of this article, but not only to those.

What strikes me is that people so quickly see what they disagree on, when, 90% of the time, they agree on the conclusion anyway… But it takes time to listen to an entire argument.

I’m all for discussion, I really am. Otherwise, I wouldn’t have studied language and discourse. But – and here you can be ready for the soppy declaration: I’m supporting love, kindness and empathy even more. Now you can laugh and ridicule my sentimentality.

That’s the not-so-soppy part though: like everyone, hate and anger are still, sadly, part of my thoughts. That’s why love is hard, that’s why love isn’t effortless. There are so many people I just would like to hate. It would just be SOOO much easier.

But then again how is that helping ?

When the day’s over, no one remember what I think anyway. I’m not even famous enough to make one person change their views, let alone convincing masses.

However, something else will stay: the way I treated others. This will never be forgotten. People will remember how they felt. Here comes the sentimentality again; there’s this idea that you almost always forget what people told you, but you never forget how they made you feel. I fully agree.



My aim everyday: to make people around me feel better.

I’m not saying I always meet my goal. I mean: I’m trying, and learning.

However, in order to do so, you need to accept things.

You need to accept that you will be criticised. And OH MY GOD HOW CRAZY IS THAT, you must even accept that sometimes, in their critical arguments, people are saying something that you should actually think about, because you’ve never considered it.

I genuinely thank people for making me who I am today. Someone full of contradictions. Because I can now accept that even though I believe in one thing, my closest friends can have good reasons to believe in something entirely different.

So can we drop the hatred, aggressive speech and hateful comments on these – and on any – events already? Can we accept that our close friends may have opinions that diverge from our own? Can we accept that there’s not one single way to interpret events, just as there’s no single way to interpret a text? That’s not to say that, for instance, a racist text can be read by someone else as anti-racist. Please don’t go that far. That’s not what I’m saying. Just like it would be incredibly absurd – not to mention ideologically very worrying – to try to find how a speech such as ‘I have a dream…’ is a hateful speech. (For the French-speakers among you, I would quite simply call it ‘mauvaise foi’.)

It’s just that some will find one thing unacceptable, and others will accept it. What do we do then?

Maybe there are some disagreements we must accept. Maybe not agreeing on everything isn’t as terrible as it sounds. [again, many thanks not to include any extremes here.] Maybe, sometimes, you can even accept not to be seen as the winner of a debate. Maybe you can let others speak when they feel silenced, or misunderstood, or hurt (not necessarily all at once).


You think it means that being kind to [almost] everyone is another way of being submissive? I used to think that too. But let’s re-think that for a minute. Being submissive defines a situation where you put others’ needs before your own.

Then it might be that we’re over-stating our needs, if we go as far as mistaking kindness for submission.

I just need not to be harmed or hurt, just like everyone else. As long as this is the case, then I can accept a lot.

Let me take an example away from recent events’, and away from the media narratives. Something you experience yourself. For instance: being given a present that really doesn’t represent your personality. Many people buy presents not according to what they know the person (here, you) will like, but according to what they like.


Now think about this. I’m sure it’s happened to you at least once.’ What a shitty present’, you thought. ‘They don’t even know me. They’re terrible friends/family/lovers.’

Now imagine that to this person, giving you this present means a lot. Not because they have no imagination, but because they think you must want that… You’re now capable of deep reasoning, so why getting stuck on the: ‘it’s a shitty present’ part? Why not thank them for real, trying to understand and appreciate why, to them, it was so important to give you something they knew that you didn’t really want?

Yes, that’s called empathy. Trying to see from someone else’s perspective, at least for a few minutes. It’s okay then to explain that you would have preferred something else. Because the other person should practice empathy too. Luckily, I believe empathy is contagious.

Trying empathy for a few minutes per day won’t always make you happy, but it will make you kinder, and, most importantly, it will bring you closer to people. Surely, that’s more important than being right in a fight no one will remember the cause of two weeks later.


Well… I don’t know, all I wanted was to talk about kindness. Thank you for reading.


Pourquoi nous pourrions tous tirer avantage de la gentillesse et de l’empathie, mais pourquoi c’est quand même beaucoup plus simple de ne pas le faire

J’ai veillé tard hier, j’essayais d’écrire quelque chose. Il fallait que ça ait du sens. Sinon, pourquoi l’écrire ? Tellement de gens hurlaient ici et là, surtout sur internet,écrivant des articles beaucoup plus intéressants et éloquents que ce que je pourrais avoir écrit alors.

Mais surtout – et c’est tragique, beaucoup s’engueulaient déjà, préparant les arguments pour la bataille idéologique qui opposera sûrement les gens pendant des semaines – et qui, dans quelques mois, nourriront d’intéressants débats lors de colloques universitaires.

C’est là que j’ai réalisé que personnellement, je m’en fous complètement d’avoir raison dans quelque débat que ce soit.

Non. C’est un mensonge. Laissez-moi reformuler ça. Je me fous DESORMAIS d’avoir raison dans quelque débat que ce soit.

Premièrement, parce que comme je l’ai déjà expliqué là, on ne peut pas convaincre quelqu’un qui n’a pas envie d’être convaincu. Quelqu’un qui est convaincu par ce qu’on dit, c’est quelqu’un qui voulait bien être convaincu. Quelqu’un qui était prêt à reconnaître qu’il y avait au moins une infime chance que ce qu’il ou elle pensait pouvait ne pas être la meilleure opinion de tous les temps. Cela dit, la plupart des gens n’aiment pas envisager qu’ils puissent ne pas avoir la meilleure des morales, quelque que soit cette morale.

Deuxièmement, je me fous désormais d’avoir raison parce que mon opinion n’a pas tant d’importance que ça.

N’ayez crainte, mes bons amis. Ce n’est pas la part dépressive de moi qui parle ici. Bien au contraire. C’est le côté très positif de mon cerveau.

Je n’ai pas tant d’importance que ça, parce que si l’on prend suffisamment de recul sur l’ordre des choses, ce que je pense ou ne pense pas ne va certainement pas changer le monde. Et ce n’est pas grave, parce que je n’ai jamais prétendu que ça le changerait. Mon influence, si j’en ai une quelconque, est bien sûr très limitée.


Hier, comme la plupart d’entre vous le savent déjà, un attentat a été commis à Paris, en France. Je ne vais certainement pas rentrer dans les détails ici. Je suis piètre journaliste, et de plus il y a pléthore de sites où vous pourrez trouver des informations détaillées. Je ne vous dirigerai pas même vers un site ou un autre. Je pourrais recommander des sites que j’aime lire. Mais je ne le ferai pas. Dans le cas où vous souhaiteriez plus d’informations, peut-être pourriez-vous faire une recherche avec la date du 7 janvier 2015 et Paris. Je suis sûre que vous trouverez quelque chose.

Ne nions pas ce qui fait l’histoire. Vous trouverez quelque chose parce que la France appartient à une certaine catégorie de pays. Quand une tragédie a lieu dans nos pays, alors bien sûr qu’on en parle. On peut aimer ou ne pas aimer ce que les journaux en disent, et évidemment le fait qu’on en parle ne rend pas les événements moins tragiques. Mais au moins, on trouvera des articles à propos de ces événements. Les gens, la plupart des gens en fait, réagiront publiquement. C’est ce qu’on attend d’eux.

Je n’irai pas démontrer que si ça arrivait dans certains pays, des centaines de victimes ne donneraient pas lieu à la moindre ligne dans nos médias.
Oups, j’ai recommencé à parler ouvertement de politique, je peux décidemment pas la fermer.


Mais je ne veux pas parler des questions politiques qui sont en jeu dans cette tragédie. Ces questions sont nombreuses et diverses, et un nombre incroyable de gens, comme je l’ai dit, sont en ce moment même en train d’écrire toutes sortes d’articles, de très grande qualité ou pas.


Pourtant je vais parler politique, parce que je vais parler de gentillesse.

La gentillesse est l’une des voix politiques les plus puissantes, bien que rarement choisie. Ne me demandez pas pourquoi. Vous le savez bien.

Parce que la gentillesse n’advient pas sans efforts. La gentillesse implique souvent de prendre la voie la plus dure, de traverser des sentiers peu accueillants.

La gentillesse n’est pas un état d’esprit qu’on a ou qu’on n’a pas. C’est un environnement que l’on développe jour après jour. La gentillesse demande des efforts constants, parce qu’elle n’est pas concept mais pratique quotidienne.

Maintenant, pourquoi est-ce si difficile ? Evidemment que c’est facile d’être gentil avec les gens qui sont gentils avec nous. Alors tu penses que t’es Bouddha parce que t’a fait une bise à ta mère quand elle t’a donné cent euros parce que ce mois-ci tu avais besoin d’une nouvelle carte pour le ciné ?

Qu’en est-il des gens qui ne nous donnent rien ? Pire, qu’en est-il, grands dieux, de ces gens qui n’ont pas la même définition de ce qu’est le bien, et de ce qui ne l’est pas ? Qu’est-ce qui acceptable, et qu’est-ce qui ne l’est pas ?

La gentillesse n’est pas, comme je l’ai cru autrefois, un acte passif. Elle ne signifie pas : « fais-moi tout le mal que tu veux, je te laisserai faire tout en souriant. »

La gentillesse est un acte très actif. Elle implique de prendre constamment des décisions pour améliorer son environnement, et pour aider les gens autour de soi à vivre des existences meilleures, se sentir plus confiants et davantage compris. Etre gentil, c’est savoir écouter, parce que je crois que la plupart des frustrations viennent du sentiment qu’ont certains de n’être pas entendus.

La gentillesse, c’est accepter que ça ne soit pas toujours la colère qui parle.

Ça ressemble pas mal à la tolérance. Certains croient qu’ils sont tolérants, alors que ce qu’ils prennent pour de la tolérance ressemble fort à de l’indifférence. Etre tolérant ça ne signifie pas juste « laisser vivre les autres » comme on l’entend souvent. Cela implique de développer sa capacité à accepter, d’essayer de comprendre d’autres points de vue pour approfondir sa compréhension et étendre ses connaissances.

J’ai été intolérante. Je n’en suis pas fière, je n’en ai pas honte non plus. J’avais besoin d’une certaine intolérance pour définir mes propres valeurs.

[Juste pour préciser un peu quand même, parce que je suis tout à fait en faveur de l’honnêteté et tout ça, mais moi non plus je n’ai pas envie d’être mal comprise… Je n’ai jamais rejeté un groupe de gens en raison de leur âge, de leur sexe, de leur origine, de leur classe, etc. Mais il y avait beaucoup, beaucoup de gens que je ne voulais pas même écouter. Et parmi ces gens-là, j’en ai bien peur, il y avait les gens qui étaient en désaccord avec moi à propos de ce que je pensais être les combats prioritaires à mener. Juste pour en mentionner un : tout ce qui tient au sexisme. Maintenant vous savez. J’appelais ça mon « intolérance à la connerie » Ouais, je sais…]

Une fois que j’ai eu atteint l’étape ou je ne craignais plus de défendre mes principes et mes valeurs, j’ai soudain réalisé qu’en fait, je rendrais le monde meilleur non pas seulement en me battant pour ces valeurs-là, ce que je continue de faire parce qu’elles représentent aussi la gentillesse, mais aussi en acceptant davantage les gens. Si vous refusez d’emblée la possibilité même de converser avec d’autres, comment rendrez-vous le monde meilleur ?

Laissez-moi encore une fois préciser : si vous pensez que je vais finir en disant que toutes les opinions se valent selon moi, et que quoi que vous disiez, ça n’est pas un problème, vous risquez d’être surpris. Bien sûr prenez n’importe quelle opinion de haine et je vous dirai qu’il y a une limite à la tolérance. Bien sûr qu’il y en a une. Je ne suis pas Jésus, et je ne désire certainement pas mourir pour les péchés de qui que ce soit, ou pour une haine stupide.

Bref, laissons de côté pour un temps ceux qui ne peuvent s’adresser à nous sans nous insulter, ou pire, nous menacer. Ceux/Celles-là ne désirent pas discuter de toute façon. Ils/Elles ne cherchent pas d’interactions sociales, mais veulent tout bonnement satisfaire leur égo gourmand.

Mais même en enlevant ces personnes-là, certains nous feront tout de même du mal, en disant des choses respectables. Pas toujours de manière respectueuse, mais moi qui suis en colère contre tant de choses, comment pourrais-je ne pas comprendre que d’autres soient au moins autant en colère que moi, mais pour des raisons complètements différentes ? Et qu’ils puissent se sentir incompris, voire bâillonnés, par la plupart des gens ?

Prenons ici un exemple. On a tous notre « problème principal ». Le problème pour lequel on serait prêt à prendre la parole. Et comme vous le savez toutes et tous (parce qu’on a toutes et tous ce « problème principal », quand bien même serait-ce quelque chose que beaucoup jugent superficiel), l’une des choses les plus douloureuses est de se rendre compte que les gens autour de nous, au fond, s’en foutent pas mal…


La première étape, c’est comme avec la mort : le déni. « ça n’est pas possible que les gens ne me comprennent pas !!! Ils devraient voir ce que je veux dire !!! C’est tellement evident que j’ai raison, bon sang!!! » Alors on essaie de convaincre tout le monde. Surtout ceux, évidemment, qui pensent exactement l’inverse. Ça devient de plus en plus douloureux, et la seule manière qu’on a alors d’échanger, c’est de manière aggressive.


J’ai entendu dire que beaucoup de gens retiraient des gens de leur liste d’amis sur les réseaux sociaux en raison des interprétations controversées des mêmes événements. Je parle des événements que j’ai mentionnés au début, certes, mais pas seulement.


Ce qui me frappe c’est que les gens soient si prompts à voir ce sur quoi ils sont en désaccord, alors que, dans 90% des cas, ils en arrivent pourtant à la même conclusion.


Je suis vraiment pour la discussion. Sinon, je n’aurais pas étudié la langue et le discours. Mais – et là tenez-vous prêtes et prêts pour la déclaration neuneu : je soutiens encore davantage l’amour, la gentillesse et l’empathie. Voilà, là vous pouvez rire et vous moquer de mon côté gnangnan.


Voici la partie moins gnangnan, cela dit: comme tout le monde, malheureusement, la haine et la colère font encore partie de mes pensées. C’est pour ça qu’aimer, c’est dur, c’est pour ça que l’amour n’arrive pas sans efforts. Il y a tellement de gens que je voudrais détester.Ce serait telllllllllllement plus facile.


Mais à quoi ça nous avancerait ?


A la fin de la journée, personne ne se souvient de ce que je pense, de toute façon. Je ne suis même pas suffisamment célèbre pour faire changer d’avis une seule personne, alors convaincre les masses, n’en parlons pas.


Toutefois, quelque chose restera : la manière dont j’ai traité les autres. Ça, ça ne sera pas oublié. Les gens se souviendront de ce qu’ils ont ressenti. Revoilà le côté neuneu; vous savez, cette idée selon laquelle les gens oublient presque toujours ce qu’on leur a dit, mais pas ce qu’ils ont ressentis face à nous. Je suis complètement d’accord.


Mon but tous les jours: essayer de faire que les gens autour de moi vivent mieux, se sentent mieux.


Je ne dis pas que j’atteins ce but tous les jours. J’essaie, j’apprends.


Cependant, afin de faire ceci, on doit accepter un certain nombre de choses.


On doit accepter que l’on sera critiqué. Et OH MON DIEU C’EST DINGUE, on doit même accepter que parfois, dans leur argumentaire critique, les gens disent des choses auxquelles il serait bon qu’on réfléchisse, parce qu’on ne les a jamais envisagées sous un angle quelconque.


Je remercie sincèrement les gens pour avoir fait de moi la personne que je suis aujourd’hui. C’est-à-dire quelqu’un plein de contradictions. Parce que j’accepte désormais que même si je crois en une chose, mes amis les plus proches peuvent avoir de très bonnes raisons de penser quelque chose de complètement différent.

Alors est-ce qu’on pourrait en finir deux minutes avec la haine, avec les discours agressifs et les commentaires haineux sur ces événements, sur n’importe quels événements ? Peut-on enfin accepter que nos amis proches aient une opinion qui diverge de la nôtre ? Peut-on enfin accepter qu’il n’y ait pas qu’une seule et unique façon d’interpréter des événements, de la même manière qu’il n’y a pas qu’une seule manière d’interpréter un texte ? ça ne revient pas à dire, par exemple, qu’un texte raciste puisse être lu par quelqu’un d’autre comme complètement anti-raciste. S’il vous plaît, n’allez pas si loin. Ce n’est pas ce que je dis. Comme il serait absurde – et idéologiquement très inquiétant – de vouloir démontrer en quoi les discours comme le plus célèbre de Martin Luther King sont des discours de haine. On appelle ça la mauvaise foi.


C’est juste que certains trouveront certaines choses inacceptables, alors que d’autres les accepteront. Et dans ces cas-là, on fait quoi ?


Peut-être y a-t-il des désaccords qu’il nous faut accepter.Peut-être que n’être pas d’accord sur tout n’est pas si terrible que ça. [encore une fois, merci de ne pas ramener les extrêmes ici] Peut-être que parfois, on peut même accepter de n’être pas le grand vainqueur du débat. Peut-être qu’on peut laisser parler les gens quand ils se sentent réduits au silence, ou incompris ou heurtés (pas forcément les trois en même temps).


Et vous pensez enfin qu’être gentil avec [presque] tout le monde, c’est juste une manière de se soumettre ? J’ai cru ça un temps, moi aussi. Mais repensons la chose pendant une minute. Être soumis décrit la situation dans laquelle on place ses besoins après ceux des autres.


Alors peut-être que le souci, c’est qu’on sur-estime ses besoins aussi, pour en arriver à confondre gentillesse et soumission.


J’ai besoin de n’être ni blessée ni agressée, comme tout le monde. Du moment que c’est le cas, je peux accepter pas mal de choses.


Laissez-moi cette fois prendre un exemple loin de ces récents événements, et loin aussi des discours médiatiques. Quelque chose que vous avez vécu vous-mêmes. Par exemple : la fois où on vous a offert un cadeau qui ne représentait absolument pas votre personnalité. Beaucoup de gens achètent des cadeaux non pas en fonction de ce que souhaiterait la personne, mais en fonction de leurs propres goûts.


Pensez à ça. Je suis sûre que ça vous est arrivé au moins une fois. « Quel cadeau de merde », vous avez pensé. « Elles/Ils ne me connaissent même pas. Quels ami.e.s/parent.e.s/amant.e.s pourris. »


Maintenant imaginez que pour cette personne, vous offrir ce cadeau signifiait beaucoup. Non pas parce qu’elle manquait d’imagination, mais parce qu’elle pensait que vous auriez le vouloir, ce cadeau. Vous êtes capables de raisonnements profonds, alors pourquoi en rester au niveau : « c’est un cadeau de merde » ? Pourquoi ne pas remercier cette personne pour de vrai, essayer de comprendre et d’apprécier pourquoi, selon elle, il était si important de vous offrir quelque chose dont elle savait bien, au fond, que vous n’aviez pas le désir ?


Ça s’appelle l’empathie. Essayer de se mettre à la place de quelqu’un, de comprendre son point de vue, au moins pour quelques minutes. C’est tout à fait légitime d’expliquer ensuite que vous auriez préféré autre chose. Parce que cette autre personne doit apprendre l’empathie elle aussi. Mais à mon avis, c’est contagieux.


Essayer l’empathie au moins quelques minutes par jour ne nous rendra pas toujours heureux, mais ça nous rendra meilleurs, et ça nous rapprochera les uns des autres. Me semblerait que ça soit un tout petit plus important que d’avoir raison à l’issue d’une dispute dont personne ne se rappelera de toute façon la cause deux semaines plus tard.

Enfin, j’en sais rien, en fait, je voulais juste parler de gentillesse. Merci de m’avoir lue.

Top