The Inner Struggle: Fighting Against our Thoughts

french flag pastel

In my last text, I mentioned intrusive thoughts. While this expression is part of the OCD and mental health disorders terminology, I believe everyone can relate to the idea of intrusive thoughts. Because we all have, if not intrusive, at least unwanted and unwelcomed thoughts. They can trigger a range of emotions, from discomfort to anxiety.
We can’t control our thoughts. Yes, we can train our brain to adopt a different pattern, and develop more positive thoughts; but changing all thoughts altogether is impossible. And yet how much energy do we spend everyday, trying to fight something which can’t really be fought?

A large number of books on OCD’s authors use a comparison to make people understand how counterproductive fighting a thought is. For instance: ‘Try not to think about an elephant. That’s right, don’t think of this big grey animal. Don’t think about an elephant, I repeat, don’t think about an elephant, DON’T THINK ABOUT AN ELEPHANT – try very very hard not to see this elephant in your mind. It goes without saying, the more you try not to think about this elephant, the more you see it, even if two minutes ago you really had no intention of thinking about an elephant – and that it wasn’t very likely anyway… Yet, as unlikely or irrational the thought may be, when you start to avoid it, it takes over your will.

While it seems rather simple to understand this, most of us try really hard not to picture or think about something that pops into our mind on a very regular basis.

There are many reasons which explain why these thoughts never disappear. They can be connected to a trauma, so of course we don’t welcome any reminder of it.
It can also be because these thoughts are morally reprehensible, whether from a legal, philosophical or religious perspective. And even though we know we’d never do it, the very fact that we think about them make us see ourselves as guilty. Because that’s what intrusive thoughts are: about violence, aggressive actions, blasphemy.
Actually, it’s likely that the more immoral a thought appears to us, the more difficult it is to remove it from our head…

OCD sufferers are often ashamed to admit the kind of intrusive thoughts they experience. One can easily understand why: these thoughts can very often be connected to the most terrible violence. Thinking of it can make you think that you want to do it, therefore triggering the process of self-shaming. If I think about this, I must be a bad/a violent/a dangerous person. Because I’ve felt this urge – never performed: this is key – to slap this person, to have inappropriate sexual relationships, to harm someone vulnerable.

I remember seeing an extremely emotional documentary, where a man admitted that due to his very severe OCD, he gradually confined himself to his room. He kept having very distressing intrusive thoughts of harming his newborn child. He said to himself: ‘if I think about my child being harmed, it means that I’m dangerous, it means that I want to hurt him’… Not understanding, at the time, that if he thought about it so much and with such great distress and self-disgust, it was because on the contrary, he was terrified that someone – him included, of course – would ever hurt his child. He so not wanted this to happen… The less he wanted it to happen, the more he thought about it. Up to a point when actually, he refused to even leave his bedroom, and had no contact with his child for months, as self-punishment for his aggressive thoughts. His wife has been incredibly supportive, helping him every day during this painful process, and encouraged him to come back to the reality of his family; this reality being that he was a loving father who just wanted to protect his child. It took him – /them – months, but finally, this man was able to hold his child in his arms again…

Thoughts are complex. There’s no one single way to analyse them. Depression, OCD, Post-traumatic stress disorder, and other conditions make thoughts even more complex to analyse, precisely because the sufferer over-analyses them.

There is, however, one thing that can help everyone, whether or not one has a condition: remembering that no one can control their thoughts. It’s no coincidence that controlling people’s thoughts is one of the recurring themes of dystopic movies and books. And that, of course, there’s always some character in these stories who will stop taking the mandatory treatment, and realise that there’s – in fact – no actual limit to one’s thoughts… It is indeed a scary thing to realise.

The worst thing probably is the terrible confusion between fantasies and thoughts. Something that you picture because you’d like it to happen, and something you just picture because of complex factors relating to your environment, your life experience, the context, etc. In addition, fantasy is a complex notion: there are some things you fantasise about but you would never, ever want to see become reality. We don’t call them ‘ambitions’ or ‘goals’, do we?
Or it would be like condemning someone for having thought of something. Minority Reports, anyone?

Back to the false OCD logic, which can also be relevant to non-sufferers: if I think of it, it must because something bad has happened, or is about to happen… Otherwise, I wouldn’t think about it! Funnily enough, we use it just for distressing, aggressive and sad thoughts. I’ve never thought: ‘so I’ve just imagined being a pop star, that means it’s going to happen, and I’m definitely going to do it because that’s an urge.’

Cognitive Behavioural Therapy – and, as I discovered later, mindfulness – teaches you to no longer fear or escape your thoughts. Let them come. The more you fight, the more they’ll be present. Let them come, so that equally you can let them go. Most importantly: while doing so, realise that there’s a massive difference between who you are, and what you think. You choose how you act and what you say. You don’t choose what you think, just as you don’t choose what will happen in your dreams at night.

Unless the thought is triggering an action, there’s no need to be scared of it. Of course, you need to ask for help if you think your behaviour may put someone – including you – at harm. You need – we all need – help with our darkest thoughts. But if your thoughts are a fear rather than a desire to act upon it, then don’t fight them. Think about it, even, and notice that nothing is happening. Of course don’t do that in an unsupportive environment. Ask for help from people, create a cosy and reassuring environment at your place, allow yourself to enter a nice café if you’re having distressing thoughts in the street, and accept that you’re not a terrible person for thinking things you consider immoral…

We all have intrusive thoughts. The difference is that we don’t all react in the same way when we have them.

Be kind to yourself, as you’d be to anyone who’d need support and understanding. Don’t shame yourself for thinking about something, or, even worse, for fearing something.


La lutte intérieure: quand on se bat contre ses propres pensées
Dans mon dernier texte, j’ai parlé un peu des pensées intrusives. Bien que cette expression appartienne à la terminologie des TOC et autres troubles d’ordre psychologique, je crois que l’on peut tous se figurer ce qu’est l’idée même d’une pensée intrusive. Parce que nous avons tous, sinon des pensées intrusives, en tout cas des pensées dérangeantes, des pensées que nous souhaiterions ne pas avoir. Ces pensées peuvent susciter toutes sortes de réactions émotionnelles, du simple inconfort à l’angoisse.

On ne peut pas contrôler ses pensées. Oui, on peut entraîner son cerveau à adopter un autre schéma de pensée, et à développer des pensées plus positives ; mais changer toutes ses pensées à la fois est impossible. Et pourtant, combien d’énergie dépensons-nous tous les jours pour lutter contre ce quelque chose contre lequel il est impossible de lutter ?

Dans nombre de livres sur les TOC, les auteurs utilisent une comparaison pour faire comprendre aux gens à quel point tenter de lutter contre une pensée est contre-productif. Par exemple : « essaie de ne pas penser à un éléphant. Voilà, c’est ça, ne pense pas à ce gros animal tout gris. Ne pense pas à un éléphant, je répète, ne pense pas à un éléphant, NON NE PENSE PAS A UN ELEPHANT – essaie de toutes tes forces de ne pas te représenter cet éléphant dans ton esprit. Et bien sûr, plus on essaie de ne pas penser à cet éléphant, plus on le voit, même s’il y a deux minutes on n’avait aucune intention de penser à un éléphant – et que d’ailleurs ça avait bien peu de chances d’arriver… Pourtant, aussi imprévisible et irrationnel que cela soit, quand on commence à éviter une pensée, c’est elle qui nous saisit.

Bien que ça paraisse relativement simple à comprendre comme ça, la plupart d’entre nous essayons avec force détermination de ne pas nous représenter ou de ne pas penser à ce qui nous revient pourtant à l’esprit de façon régulière.

Plusieurs raisons expliquent que ces pensées ne disparaissent jamais vraiment. Elles peuvent être liées à un traumatisme, et c’est pourquoi on accueille tout rappel de ces événements sans enthousiasme aucun.

Cela peut aussi être parce que ces pensées sont répréhensibles d’un point de vue moral, que ce soit selon la perspective juridique, philosophique ou religieuse. Et même si l’on sait qu’on ne le fera jamais, le fait même d’y penser nous fait apparaître coupable à nos propres yeux. Parce que c’est ce à quoi les pensées intrusives sont liées : la violence, les agressions, le blasphème.

En fait, il est même tout à fait probable que plus une pensée nous apparaisse immorale, plus il est difficile de nous la retirer de notre esprit.

Les gens souffrant de TOC ont souvent honte d’admettre le genre de pensées intrusives qu’ils connaissent. On peut facilement comprendre pourquoi : ces pensées sont souvent liées à une violence terrible. Y penser peut nous faire croire que l’on souhaite que cela arrive, ce qui à son tour déclenche le processus d’auto-humiliation. Si je pense à ça, alors je dois être une personne malveillante/violente/dangereuse. Parce que j’ai comme ressenti un besoin – sans aucun passage à l’acte, jamais: précision fondamentale – de gifler quelqu’un, d’avoir des relations sexuelles inappropriées, or de faire du mal à quelqu’un se trouvant dans une position de vulnérabilité.

Je me souviens avoir vu un documentaire particulièrement émouvant, où un homme reconnaissait qu’en raison de TOC très sévères, il s’était progressivement confiné sans sa propre chambre. Il avait sans cesse des pensées intrusives particulièrement déstabilisantes, où il faisait du mal à son enfant nouveau-né. Il se disait : « si je pense qu’il est possible de faire du mal à mon enfant, ça signifie que je suis dangereux, ça veut dire que j’aimerais le faire». Il ne comprenait pas, à cette époque-là, que s’il y pensait aussi souvent, et avec une telle détresse et un tel dégoût de soi, c’était au contraire parce qu’il était terrifié à l’idée que quelqu’un (et bien sûr lui y compris) puisse un jour faire du mal à son enfant. Il voulait tellement que ça n’arrive pas… Et moins il voulait que ça arrive, plus il y pensait. Jusqu’au point où finalement, il refusa dorénavant de quitter sa chambre, et n’eut plus de contacts avec son enfant pendant des mois. Il se punissait ainsi lui-même de ses pensées agressives. Sa femme fut un soutien incroyable, l’aidant jour après jour dans ce douloureux parcours, et l’encourageant à revenir à la réalité de sa famille ; réalité qui était au contraire qu’il était un père aimant qui souhaitait simplement protéger son enfant. Cela lui (/leur) prit plusieurs mois, mais finalement, cet home fut à nouveau en mesure de tenir son enfant dans ses bras…

Les pensées sont complexes. Il n’y a pas qu’une seule manière de les interpréter. La dépression, les TOC, le syndrome de stress post-traumatique, et d’autres troubles peuvent rendre ces pensées encore plus compliquées à analyser, puisque justement, celle ou celui qui souffre du trouble passe son temps à les sur-analyser.

Il est cependant quelque chose qui peut aider tout le monde, que l’on ait ou pas un trouble d’ordre psychologique : se souvenir que personne ne peut contrôler ses pensées. Ce n’est pas un hasard si le fait de contrôler les pensées de quelqu’un est un thème récurrent des films et ouvrages contre-utopiques. Et que, bien sûr, il y a toujours un personnage, dans ces histoires, pour arrêter de prendre le traitement obligatoire et se rendre compte qu’il n’y a en vérité aucune limite à nos pensées… C’est en effet assez effrayant, de se rendre compte de ça.

La pire confusion réside probablement dans la confusion que l’on fait entre fantasmes et pensées. Ce qu’on s’imagine car on aimerait que ça arrive, et ce qu’on imagine seulement en raison d’une multitude de facteurs complexes ayant lien à notre environnement, notre expérience de vie, le contexte, etc. De plus, les fantasmes sont d’ailleurs une notion difficile : il y a des choses que l’on fantasme mais que l’on ne voudrait jamais, ô grand jamais, voir se réaliser. C’est quand même pas pour rien qu’on les appelle ni des « buts », ni des « ambitions », non?

Ce serait un peu comme de condamner quelqu’un pour avoir pensé quelque chose. Minority reports, ça ne vous dit rien ?

Revenons à la fausse logique des TOC, qui peut également éclairer ceux qui n’en souffrent pas : si je pense à quelque chose, c’est que ce quelque chose – nécessairement mauvais – est arrivé, ou alors va bientôt arriver… Sinon, je n’y penserais pas ! C’est quand même marrant de remarquer que cette logique ne fonctionne que pour les éléments négatifs, agressifs et tristes. Je ne me suis jamais dit : « tiens, je viens de m’imaginer en pop star, ça veut dire que ça va arriver, et que je vais tout faire pour, car c’est une véritable pulsion. »

La Thérapie Cognitive et Comportementale (et, comme je l’ai découvert plus tard, la conscience de soi ou le recentrement sur soi) nous apprend à ne plus craindre ni fuir nos pensées. Qu’elles viennent à nous. Plus on s’y oppose, plus elles seront présentes. Tandis que si on les laisse venir, on pourra également les laisser repartir. De manière encore plus cruciale : pendant que l’on fait ça, on se rend compte qu’il y a une différence majeure entre ce que l’on est, et ce que l’on pense. On choisit nos actions et nos paroles. On ne choisit pas ce que l’on pense, de la même façon que l’on ne choisit pas ce qui se passe dans nos rêves la nuit.

A moins qu’une pensée ne déclenche une action, il n’y a aucune raison de la craindre. Bien sûr, il faut demander de l’aide quand on pense que notre comportement pourrait mettre en danger quelqu’un (y compris soi-même). On a tous besoin d’aide concernant nos pensées les plus noires. Mais si vos pensées sont une peur plus qu’un désir de passer à l’action, alors ne vous battez pas. Pensez-y, même, et voyez que rien n’arrive. Evidemment, il ne s’agit pas de faire ça dans un univers déstabilisant. Il faut que le contexte nous aide : demandez de l’aide à des gens, créez-vous une atmosphère rassurante et agréable chez vous, permettez-vous d’entrer dans un sympathique Café si vous êtes dans la rue quand des pensées négatives vous assaillent, et acceptez le fait que vous n’êtes pas une personne immonde pour penser à des choses que vous considérez immorales.

On a toutes et tous des pensées intrusives. La différence, c’est qu’on ne réagit pas toutes et tous de la même façon quand on les a.

Soyez bienveillant envers vous-même, tout comme vous le seriez envers n’importe qui d’autre qui aurait besoin de votre soutien et de votre compréhension. Ne vous auto-humiliez pas pour avoir eu une pensée ou, pire encore, pour avoir simplement certaines peurs.

Top

Advertisements

OCD Doesn’t Mean Hallucination , Yet It Is Quite Visual

french flag pastel
Content warning: intrusive thoughts of death discussed.


Every time I cross a street, I visualise – in slow motion and despite my best efforts – a car crashing into my legs, the bones tearing my skin open. I hear the sounds of my body fracturing in multiple places, my torso sinking on wrecked thighs. I hear the crackling of my ribs spreading apart, I don’t fly in the air to only collapse metres away, I just crumble graceless, dislocated, on a dirty street.


I rarely visualise blood though.

I’m sorry if this is distressing. That’s exactly how I feel every time it pops into my head – every time, or almost every time I cross a street. There’s no real warning. Apart from the fact that death has been omnipresent in my thoughts for years. I put ‘death’ before this text too, as an attempt to warn you too, but then again: how does it make what follows less distressing? I’m sorry, that’s just the way I feel.

Death is shocking enough as a concept.
But as constant intrusive thoughts, death is exhausting, terrifying. Frankly, death is just too much.
Plus, when you have, as I do, the chance of being alive, non-disabled and healthy, it’s almost disrespectful to those who can’t move to get stuck dead on your mind’s floor.

Every time I cross a street. Even now, after 17 months of medication and a lot of CBT exercises to tackle OCD. I can see my legs getting smashed open by a car I wouldn’t have seen.

That’s not even my point here, though. That’s not where death sucks all my energy dry. Yes, OCD often is about intrusive thoughts. But I told you that for me, it’s very much about guilt too. So every time I’ve crossed a street, I haven’t rejoiced for still being alive, or for not having been run over by a car. No. I immediately needed to check that nothing had happened to others. I’m afraid I’d killed someone. Yes. I’m afraid I’d stopped on the road, without even noticing, and that a car went straight into a wall as it tried to avoid running me over. I’m afraid that I was so concerned by my own safety that I didn’t notice the explosion just next to me, a car exploding – yes – for using its brakes so hard as to not kill me. I’m afraid people have died, because otherwise, how could I be alive? In my mind, someone always has to die. There’s no happy ending, ever. It’s like a perpetual war, where you don’t even get to pick sides.

Every time I cross a street, someone has to die in my head. I’ve been to so many fictional funerals. I hate crossing the street. I wish the world was one big road, with no crossing, no pavement, no nothing.

It’s rather common with OCD, I believe. OCD sufferers are often scared of thresholds, doors, gates, borders, passages. Everything that means going from one state/place to another. It may be hard to walk out of a room, to enter a building, to put one foot on a pavement’s crack or line, just like when you were a kid you tried to avoid the cracks when walking. This fear of thresholds is also noticeable in other phobias. Some feel confined, even in a street, outside. They can’t walk in a street if they can’t see its end. So they never walk in any boulevard, any avenue.

Now I feel a bit more resilient regarding this. It doesn’t cause as much distress as it used to. I still have the images mentioned above popping into my mind. But at least I’ve managed to find ways to reduce the checking rituals after them. Oh yes, because to make sure that nothing had happened to anyone, I needed to:
– Listen carefully to the sounds in the street in case an explosion occurs
– Check visually that nothing’s left on the road, that the cars have passed by, are gone now and won’t burn.
– Count to reassure myself, and to think about something else – where in fact it keeps me prisoner of these images, but nevermind.

You can live a normal life with OCD. We all have fears. Of course every time I cross a street, my legs get a bit weaker, as if they were expecting the big crash. Nonetheless, I’ve decided that space might be my enemy, but it won’t win. At the end of the day, I’ll be walking, even if it means stopping every two minutes to check something, when I really don’t feel good. But on a great day, I can walk to my job and only think about it three times (I need to cross six streets – that’s 50% of being okay, which I consider a very good score).

I hope that one day I’ll cross the street without hearing these cracks, without seeing me and others die.

Every time I cross the street, I realise that I’ve still got a long way to go. But hey, I’m no longer alone on that road. And you can no longer die once you’ve understood you’ll never really be alone.


Avoir des TOC ne veut pas dire avoir des hallucinations, mais un imaginaire très visuel malgré tout

Avertissement sur le contenu: le texte qui suit décrit des pensées intrusives représentant la mort.

Chaque fois que je traverse une rue, je visualise, au ralenti et malgré tous mes efforts, une voiture me rentrer en plein dans les jambes, mes os me déchirer la peau. J’entends les sons de mon corps qui se fracture en de multiples endroits, mon torse dégringolant sur des cuisses démolies. J’entends le crépitement de mes côtes qui s’écartent, je ne vole pas dans les airs pour m’écrouler quelques mètres plus loin, je retombe juste là devant sans grâce, désarticulée, sur le sol d’une rue sale.


Ceci dit je m’imagine rarement du sang.


Je suis désolée si ces images vous perturbent. C’est exactement ce que je ressens chaque fois que ça s’invite dans ma tête, chaque fois, ou presque à chaque fois, que je traverse une rue. Il n’y a pas de réel avertissement. A part dans le fait que la mort est omniprésente dans mes pensées depuis des années. J’ai placé le mot « mort » avant ce texte aussi, comme pour vous prévenir, mais bon, en quoi est-ce ça rendrait ce qui suit ce titre moins perturbant ? Je suis désolée, c’est juste ce que je ressens.

La mort est déjà assez choquante en tant que concept.
Mais quand elle devient une succession de pensées intrusives, la mort est épuisante, elle est terrifiante. Franchement, elle est juste horriblement lourde.
En plus, quand on a comme moi la chance d’être en vie, non handicapée et en bonne santé, c’est presque un manque de respect vis-à-vis de ceux qui ne peuvent pas bouger que de rester inerte couchée sur le sol, même si ça n’est qu’en imagination.


Chaque fois que je traverse une rue. Même maintenant, après 17 mois de médicaments et un paquet d’exercices pour diminuer mes TOC. Je vois mes jambes se faire écraser par une bagnole que je n’aurais pas vue.

Mais voyez-vous, ce n’est même pas là que je veux en venir. Ce n’est pas ça qui fait que la mort me pompe toute mon énergie. Oui, les TOC concernent souvent des pensées intrusives. Mais je vous l’ai dit: pour moi, tout ça est très lié à la culpabilité aussi. Alors à chaque fois que j’ai traversé une rue, je ne me suis pas réjouie d’être encore vivante, ou de ne pas m’être fait passer dessus par une voiture. Non. J’ai immédiatement eu besoin de vérifier que rien n’était arrivé aux autres. J’ai eu peur d’avoir tué quelqu’un. Oui. J’ai eu peur de m’être arrêtée sur la route sans m’en être rendu compte, et qu’une voiture ait foncé droit dans le mur en voulant m’éviter. J’ai eu peur d’avoir été si absorbée par ma propre sécurité que je n’ai pas même remarqué une explosion à côté de moi, une voiture qui aurait explosé, oui oui, pour avoir utilisé trop fort ses freins, pour ne pas me tuer. J’ai peur que des gens soient morts, car autrement, comment pourrais-je moi être vivante ? Dans mon esprit, quelqu’un doit toujours mourir. Il n’y a jamais de happy end. Jamais. C’est une guerre perpétuelle, de celles dont on ne choisit pas son camp.

Chaque fois que je traverse une rue, quelqu’un meurt dans ma tête. Je me suis rendue à tant de funérailles imaginaires. Je déteste traverser la rue. Je voudrais que le monde entier ne soit qu’une seule grande route, avec aucun croisement, aucun trottoir, rien de tout ça.

Ce n’est pas rare concernant les TOC, je crois. Les gens qui souffrent de TOC ont souvent peur des seuils, des portes, des portails, des frontières, des passages. Tout ce qui signifie passer d’un état/d’un lieu à un autre. Ça peut être difficile alors de sortir d’une pièce, d’entrer dans un bâtiment, de mettre un pied sur une craquelure ou une ligne du trottoir, tout comme quand on est enfant on les évite quand on marche. Cette peur des seuils se retrouve aussi dans d’autres phobies. Certains se sentent à l’étroit, même dehors dans la rue. Ils ne peuvent pas s’engager dans une rue s’ils n’en voient pas la fin. Alors ils ne s’engagent jamais sur aucun boulevard, aucune avenue.

Maintenant, je crois avoir plus de recul face à ça. Ça ne me perturbe plus autant qu’avant. Les images que j’ai mentionnées plus haut me reviennent toujours en tête. Mais au moins je suis parvenue à réduire les rituels de vérification que je faisais après avoir traversé. Oui, parce que pour être bien sûre que rien ne soit arrivé à personne, j’avais besoin de :
– Prêter attention à tous les bruits de la rue, en cas d’explosion
– Vérifier visuellement que rien ne soit resté sur la route, que les voitures soient bien passées, qu’elles soient parties maintenant et qu’elles ne brûlent pas.
– Compter pour me rassurer, et pour penser à autre chose – alors qu’en fait ça me gardait prisonnière de ces images, mais bon, bref.


On peut vivre une vie normale avec des TOC. On a tous des peurs et des angoisses. Bien sûr, quand je traverse une rue, je sens mes jambes devenir légèrement plus faibles, comme si elles s’attendaient à la collision. Néanmoins, j’ai décidé que si l’espace était mon ennemi, ce n’est pas lui qui gagnerait. Au bout du compte, je marcherai quand même, même si ça signifie m’arrêter toutes les deux minutes pour vérifier un truc, quand je ne me sens vraiment pas bien. Mais les bons jours, je peux aller au travail et penser à tout ça seulement trois fois sur le chemin (je dois en tout traverser six passages piétons. C’est 50% de « okay ça va », ce que je considère comme étant un très bon score).

J’espère qu’un jour je traverserai les rues en n’entendant plus ces bruits de craquements, en ne me voyant plus mourir, en ne voyant plus mourir les autres.


Chaque fois que je traverse une rue, je me rends compte qu’il me reste encore du chemin à faire. Mais je ne suis plus seule sur ce chemin-là. Et on ne peut plus vraiment mourir quand on a compris qu’on ne serait jamais vraiment seul-e.

Top