Daily routine, OCD rituals: 24 hours with a depressed, then no-longer-depressed me

french flag pastel

I’ve read a lot about depression and/or OCD. Yet beyond all the various narratives, it’s hard to find a short, non-metaphorical description of what a day feels like. Not that we shouldn’t use metaphor or keep it short necessarily, but sometimes, I wonder: wouldn’t a description of a day, a simple, raw description, be helpful? Not only as it can show you how low you can get, while thinking it’s all okay, no problem. But because it would show you how much it is actually possible to recover from.

In addition to encourage sufferers to seek help (another day – and life – is indeed possible), it would probably (hopefully) answer a few unasked questions… Going through depression or any mental illness is exhausting. Yet people see us do precisely nothing. Most of the time, this is because the fight can be so hard just making one move, perform just one action, that it takes out all our energy to get there. Tiredness leads many of us (not all, it’s important to say: there’s no right way to experience depression) to face extreme fatigue. And when you’re that tired, to think that one day, you’d be able to get up in the morning and feel NOT tired, this sounds implausible.

Yes it is ever so possible.

I thought I would describe two days in this post: they’re both average, uneventful as it were. But the first one took place before I had just decided to take action regarding my mental illness. The second one takes place today. If you ever doubt that you can get better, if you ever feel you’re too low to experience any sort of daily happiness even in ten years’ time, please read this again. And it’s been three or four years, top.

24 hours with a depressed me

Midnight: I start here for convenience, but we’re far from the end of my day. I won’t be asleep for at least another four hours. I don’t feel tired yet. I’m used to be up at this time.

00:05 I’m working. Probably on a lesson I’ll teach tomorrow, that I’ve prepared already, but I can’t let it go. I decide to do it again, improve it.

00:50 I realise I didn’t improve my lesson plan one bit. Or if I did, it’s anecdotal anyway. I make myself a cup of tea. With a toast. I’m hungry. My last meal was more than 4 hours ago, and I’ll still be up for a while.

01:00 I go out for a cigarette.

01:10 I’m still outside, trying to make sure I’ve not put the house on fire with my cigarette butt.

01:15 I come back in. Get my tea, seat before my laptop again.

01:30 I realise I’m cold. I put on another jumper.

01:40 I’m tired and starts to yawn very regularly. I’d love to sleep but I’m far too anxious to go to bed. I need to find something else to do to stay awake.

01:45 Realised I could continue to write an article I’ve started weeks ago. The deadline is in 2 months, but I know I find it excruciatingly hard to finish stuff. I figure if I start now, I may be able to finish on time without crying when I send the final version.

02:00 Reading my article, I notice a strange use of punctuation in an extract I have quoted from a book. The comma seems weird. I look for the book it’s from to double check.

02:10 I found the book on my shelves.

02:12 Crap. There is no comma. I’ve added the comma. My mind created a comma that wasn’t there. I take off the comma.

02:13 I realise that if I’ve let a wrong comma slip, hence perhaps all of my quotes are wrong. I have to check them all.

02:14 Taking the article from the start, I go back to each book, PDF, website or video to double-check the accuracy of all of my quotes.

02:50 I’d be almost done if it wasn’t for this stupid journal article that’s no longer available.

03:15 I’ve tried everywhere and I can’t find the journal article. I order it at the British library, express delivery. The quicker the better.

03:20 Now I can go back to writing the article. I write two sentences before thinking: are you sure you’re knowledgeable enough to mention this concept? I browse the internet to check that I know how to use this concept I’ve been using for years.

03:55 Several clicks later, I’m probably reading PhD comics, Facebook, or a funny diagram on procrastination. Feel the guilt and realise I should go back to work.

03:56 But I’m too tired. If I don’t smoke and eat, I’m going to fall asleep. I can’t fall asleep, I’m not finished. I go for a cigarette. Same 15 minute routine to make sure the house’s not on fire, or I don’t have burning ashes under my soles.

04:15 Decide I have checked the ashtray enough times to not become an arsonist despite my will. I go to the kitchen. My flatmates are in bed, I need to cook something quick and quiet. I use warm water, in which I put couscous.

04:20 I’m eating my couscous before my laptop, reading career advice to be a good researcher, and a good lecturer.

04:25 The empty plate goes with the other one – I have only 2 plates next to me so far, it’s not that bad.

04:35 Just checked my email in case I missed something really important from a student.

04:45 I’m really tired, I should sleep.

04:46 I start my alarm clock routine: 10 alarms on the phone, 1 alarm clock, and a rooster sound (true story) from an internet website where you can set up an additional one.

04:55 Check for the third time my teaching timetable for tomorrow, even if I know it by heart now, it’s been seven weeks already since the term started, and the timetable is the same for the whole term.

05:00 Sitting on my couch (I’m afraid if I lie down I won’t wake up when the alarm will go off). The lights are still on, because I fear that getting too comfy would lead me to sleep in.

05:05 Already fast asleep probably, I never remembered anything from these late-night naps.

07:03 The alarm clock has been going off for three minutes apparently, but I just woke up. I turn them all off.

07:05 I read my emails. Check Facebook. Go make myself a tea and prepare some toasts.

07:10 eating my toasts and drinking my tea before my laptop. I’m going through the lesson plan once again. I check the meaning of a few words. Doubts keep coming back. I check.

07:25 In the bathroom: shower, teeth, getting ready.

07:40 I start to leave.

07:48 I actually leave: decided I’ve checked the gas, electricity, everything else, enough times this morning.

07:49 I panic because I’m late and start running.

07:50 I stop running because I’m terrified I would sweat all day long. I lit up a cigarette instead. I sweat even more.

08:00 In my office. Do all the printing and photocopying for my classes of the day.

08:30 Print another set because I’ve become terrified that I have written something offensive at the back of some handouts.

08:50 Go for my first class. I smoke a cigarette. I like this cigarette because I can’t check its ashes for too long: I can’t be late to class.

09:01 I’ve started the class, it’s not so bad.

09:04 Start questioning my ability to teach students. Am I sure of what I’m saying? Am I that knowledgeable anyway? There are so many things I don’t know.

09:12 While students are doing an exercise and asking me for feedback, I start to feel particularly uneasy. Who am I to give them feedback? What if what I tell them is wrong?

09:18 It goes better.

09:24 No it doesn’t. I suddenly remember that time when I know I’ve said something wrong. I know because I checked the very evening, and it was wrong, and I apologised twice but still I was wrong.

09:27 Whatever. Manage to finish the class.

09:55 Class is over. Scared to turn off the computer with the students still seeing the screen: I can only do it once if I don’t want to look like a freak. But once it’s turned off, I’m afraid it’s still on. Fight the urge to switch it on again to switch it off properly.

10:00 One cigarette, at last.

10-12:00 Get ready for my other class, with various levels of self-doubt while rehearsing the lesson plan.

12:00 Teach another class.

12:15 As they’re working on a text, get scared I didn’t write their grades properly in my notebook. I check them all again, so that everyone really has the grade they’ve been given.

13.00 Class ends. I go for a smoke, then for lunch. I only have couscous, on its own, dry with salt. Couldn’t use the gas yesterday (and obviously not this morning, are you kidding?) It’s okay. I love couscous.

13.10 Couscous’s all gone but I’m still hungry. Or is it because I’m scared ?

13:45 I need to start writing an email to a professor I’ll be collaborating with. I say: ‘start to’, because I know it’s going to take forever.

16:25 the email (9 lines) has just been sent. I go out for a cigarette.

16:26 Relieved I sent the email…

16:27 … unless I’ve written something offensive.

16:28 Wonder whether the recipient of the email will think I’m rude.

16:29 Go back in to check for typos in the email I’ve just sent (and which I’ve scanned for typos 10 times already), since I can’t find any obviously offensive word.

16:40 I read a magazine.

17:00 I’m tired. I need crisps. I buy crisps from the vending machine.

17:05 I go for a cigarette.

17:20 I don’t really know what I’m doing, but it requires the computer, so I’m still staring at it.

18:00 My partner calls me. We talk for a while. It’s good to hear him. I feel better.

18:25 We’ve hung up. I miss him. I feel lonely and feel guilty about it. Want to cry but I’m at work so I can’t. I don’t.

18:30 I go back to my office to listen to cheesy songs on my phone.

19:00 I email someone about my thesis.

19:15 I do a bit of research for a conference I’ll be attending in two weeks.

20:15 Check Facebook.

20:30 I decide to go back home early.

21:15 Manage to leave the office early today. On the way home, smoke two cigarettes.

21:30 I’m home. Check that there’s no leak anywhere.

21:35 Make myself a sandwich.

22:00 Prepare for my classes tomorrow after smoking a cigarette.

Soon, it will be midnight. There will be three cigarettes before then. I won’t sleep a lot, but I’ll have a fifteen hour-sleep on my day off to make up for it.

 

24 hours with a no longer depressed me

Midnight: are you joking? I’m asleep.

07:00 My alarm goes off. I stay in bed for a few minutes, catching up on the news, Facebook, Twitter, my email, and I get up.

07:10 Having tea and one toast. While having breakfast (and the usual dose of Fluoxetine), I read. Either a novel or non-fiction.

07:40 Decide to do whatever I have to do that day so that the day can be encouragingly productive: send an important email, update my calendar, etc.

08:15 Bathroom time. Getting ready.

08:36 Start leaving the house. Still need to check a few things: gas, pipes, electricity, water. If it’s a good day, I can actually leave the house without unplugging my table lamp. If it’s a bad day and I feel it’s going to be too challenging, I unplug it, and that’s okay too.

08:40 Leave the house. Check the door handle a few times (less than 10 seconds) and go.

09:00 At work. It’s okay. Like the fact that I’m doing the same routine everyday.

11:00 Tea break. I look what people are up to on Facebook, Twitter, WordPress. Feeling frustrated if I see something I really want to comment on, because I need enough time to carefully consider each word. Think that I will comment tonight.

11:15 Back to work. Usual tasks. Love the repetition of it all, feels good and safe.

13:00 Lunch hour. Go to the post office to send a parcel. I don’t even feel like opening it again to check what’s inside. Smile as I’m thinking how far I’ve come, not re-opening parcels.

13:30 Back at the office, have lunch while reading a book. Mostly home-made food, put in the freezer over the weekend or leftovers from the day before.

14:00 Back to work. Mostly same tasks. Loving it still. It feels reassuring. If there’s a sudden change or anything challenging, try to think again about this routine. Things will then return to normal. Handle pressure, unhappy people, without taking it too personally.

15:15 Tea break. I read a few more pages of my book. Maybe I’ll have a snack.

15:30 Back to work.

18:00 Work ends. Final 45 minutes are a lot more stressful, but I manage, without taking diazepam.

18:15 Feel the pressure decreasing. Nice feeling. Check my phone while walking back home.

18:25 Call in a shop to buy something we need for tonight’s dinner.

18:35 Home. Don’t need to check stuff straight away. Kiss my partner and talk to him about his day and my day, discuss who does what for tonight.

18:40 If I’m not cooking, and my partner doesn’t need or want any help, I read a few pages of one of the books I’m reading.

19:30 We have dinner, watching some TV show.

21:00 In my own space upstairs, reading people’s blogs and news, emailing friends, skyping my family. Then watch videos people recommended in youtube, articles I meant to read during my breaks but didn’t have time.

22:00 If I still have a bit of time, work on my own writing.

23:00 Go to bed. Intend to read a chapter, but collapse after two pages. 8 hours of sleep. Bliss of being tired here, in a comfy bed.

23:05 Probably fast asleep all the same, but now I remember my dreams again.


Routine quotidienne et rituels des TOC : 24 heures dans la vie d’une moi en dépression, puis d’une moi qui n’est plus en dépression

J’ai lu pas mal sur la dépression et les TOC. Pourtant, au-delà des multiples approches narratives, il est difficile de trouver une description courte et non-métaphorique de ce à quoi cela peut ressembler, une journée dans la vie de quelqu’un en dépression . Non pas qu’il faille nécessairement éviter les métaphores ou faire particulièrement court, mais parfois je me demande si la description d’une journée, une simple description crue, ne pourrait pas être utile. Pas seulement parce que ça montre le point auquel on peut tomber, en pensant toujours que c’est normal, en niant le problème. Mais aussi parce que ça montre justement d’où on peut revenir, de quoi on peut véritablement guérir.

En plus d’encourager ceux qui souffrent d’une dépression à chercher de l’aide (un autre jour, une autre vie est possible), cela pourrait aussi tenter de répondre à quelques questions non posées… Vivre une dépression ou n’importe quel trouble psychique est épuisant. Et pourtant, les gens nous voit ne rien faire. La plupart du temps, c’est parce qu’on galère tellement déjà à faire un mouvement, à accomplir une seule action, qu’on est ensuite rincé, on a utilisé toute notre énergie pour cette action-là. La fatigue amène beaucoup d’entre nous (mais pas tous, il est important de rappeler qu’il n’y a pas qu’une seule manière de vivre une dépression) à connaître un épuisement extrême. Et quand on est complètement à plat, se dire qu’un jour, on pourra se lever le matin sans se sentir épuisé DU TOUT, cela semble peu plausible.

Et pourtant, c’est non seulement plausible, mais c’est complètement possible.

Je me suis dit que je raconterais deux journées: les deux sont des journées qu’on peut qualifier de moyennes, de représentatives. A ceci près que la première se déroule avant que je n’aie pris la décision de faire quelque chose face à mes TOC et à ma dépression, alors que la deuxième journée se passe aujourd’hui. Si à un moment ou un autre vous doutez que vous pourrez aller mieux, s’il arrive un point où vous vous sentez si bas que vous pensez qu’il vous sera impossible, même dans dix ans, de vivre des petits bonheurs quotidiens, alors relisez ça. Et ça ne fait que trois quatre ans max.

24 heures avec moi en dépression

Minuit : Je commence à cette heure-là par facilité, mais on est loin d’approcher la fin de ma journée. Je ne dormirai pas avant encore quelques heures. Je ne me sens pas encore fatiguée. J’ai l’habitude d’être debout à cette heure-là.

00:05 Je travaille. Probablement sur un cours que je dois donner demain, que j’ai déjà préparé mais je ne parviens pas à lâcher prise. Je décide de le revoir encore, de l’améliorer.

00:50 Je me rends compte que je n’ai pas du tout réussi à améliorer ce cours-là. Ou alors si je l’ai amélioré, c’est de façon infinitésimale. Je me prépare une tasse de thé. Avec un toast. J’ai faim. Mon dernier repas était il y a plus de quatre heures, et je vais être debout encore un moment.

01:00 Je sors fumer une cigarette.

01:10 Je suis toujours dehors, essayant de vérifier si je n’ai pas mis le feu à la maison avec mon mégot.

01:15 Je rentre, prends mon thé et le bois devant mon ordi portable.

01:30 J’ai froid, j’enfile un pull supplémentaire.

01:40 Je suis fatiguée et commence à bâiller de façon très fréquente. J’aimerais dormir mais je suis trop angoissée pour me coucher.

01:45 Réalise que je pourrais continuer d’écrire un article que j’ai commencé il y a plusieurs semaines. La date butoir est dans deux mois, mais comme j’ai un mal infini à finir les choses, je me dis que si je commence maintenant, peut-être que j’arriverais à le finir dans les temps et à ne pas pleurer en envoyant la version finale.

02:00 En relisant mon article, je remarque un signe de ponctuation plutôt étrange dans une citation que j’ai tirée d’un livre. Cette virgule semble bizarre. Je cherche le livre d’où la phrase est tirée pour vérifier.

02:10 Ok, j’ai trouvé le livre sur mes étagères.

02:12 Et merde. Il n’y a pas de virgule. C’est moi qui ai ajouté une virgule. Mon esprit a inventé une virgule qui n’existait pas. Je retire la virgule.

01:13 Je me rends compte que si j’ai laissé passer une virgule qui n’existait pas, il y a des chances pour que toutes mes citations soient fausses. Je dois absolument les vérifier une à une.

02:14 Reprenant l’article du début, je vais voir dans chaque livre, chaque PDF, sur chaque site internet et dans chaque vidéo si j’ai bien retranscrit avec précision l’original.

02:50 Je devrais avoir fini, mais il me reste cet article à la con qui n’est plus disponible où je l’avais trouvé.

03:15 Comme j’ai essayé de partout sans succès, je commande une version de l’article à la bibliothèque nationale, en livraison express. Plus vite ça sera fait, mieux ça sera.

03:20 maintenant je peux me mettre à écrire la suite de l’article. J’écris deux phrases, et puis je me dis : attends, est-ce que tu connais suffisamment ce concept pour l’utiliser ? Je cherche sur internet pour vérifier que je connaisse bien la définition de ce concept, concept que j’utilise depuis des années.

03:55 Quelques clics plus tard, je suis sûrement en train de lire PhD comics, Facebook, or un diagramme marrant sur la procrastination. Coupable, je ne dis que je dois m’y remettre.

03:56 Le souci, c’est que je suis trop crevée pour m’y remettre. Si je ne fume pas et que je ne mange pas, je vais m’endormir. Je ne peux pas m’endormir, je n’ai pas fini. Je sors fumer une clope. Même routine de 15 minutes pour verifier que je n’ai pas mis le feu à la maison, ou que je ne traîne pas des cendres rougeoyantes sous mes semelles.

04:15 Décide que j’ai vérifié le cendrier suffisamment de fois pour ne pas devenir pyromane malgré moi. Je vais à la cuisine. Mes colocs dorment, si je me fais à manger il faut que ça soit silencieux et rapide. Je prends de l’eau chaude, dans laquelle je verse de la semoule.

04:20 Je mange ma semoule devant mon ordi, en lisant en même temps des conseils sur la carrière et sur comment être une bonne chercheuse, une bonne enseignante.

04:25 L’assiette vide rejoint celle qui était déjà là. Je n’en ai que deux à côté de moi aujourd’hui, c’est pas mal.

04:35 Je vérifie mes emails au cas où j’ai loupé un message ultra important de la part d’un étudiant.

04:45 Je suis vraiment fatiguée, je devrais dormir.

04:46 Je commence ma routine des réveils : je mets dix alarmes sur mon portable, je mets mon radio-réveil aussi, et je mets aussi un réveil « chant du coq » (véridique) sur un site internet grâce auquel je peux avoir un réveil de plus.

04:55 Je vérifie pour la troisième fois les heures auxquelles j’enseigne demain, même si je connais mon planning par cœur maintenant ; ça fait sept semaines que le trimestre a commencé, et mon planning est le même pour tout le trimestre.

05:00 Sur mon canapé, assise (j’ai peur que si je m’allonge je n’entende pas mon réveil). Les lumières restent allumées, car je crains que si je suis trop à l’aise, encore une fois je n’entendrai pas le réveil.

05:05 je dors déjà d’un sommeil de plomb, sûrement. Je ne me suis jamais rien rappelé de ces siestes nocturnes.

07:03 Le réveil sonne depuis trois minutes apparemment, mais je viens juste de me réveiller. Je désactive tous mes réveils.

07:05 Je lis mes mails, regarde Facebook. Je me prépare un thé et des toasts.

07:10 Je mange mes toasts devant mon ordi. Je relis encore une fois la préparation du cours que je vais donner en premier. Je vérifie le sens de certains mots. Les doutes reviennent. Je vérifie.

07:25 Salle de bain: douche, dents, je me prépare.

07:40 Je commence à partir.

07:48 J’arrive à partir : j’ai décidé que j’avais vérifié le gaz, l’électricité et tout le reste suffisamment de fois ce matin.

07:49 Je panique parce que je suis en retard, je commence à courir.

07:50 J’arrête de courir car je suis terrifiée à la pensée de transpirer toute la journée. Je m’allume une cigarette à la place. Je transpire encore plus.

08:00 Dans mon bureau. Je fais toutes les photocopies dont j’ai besoin pour la journée.

08:30 Je photocopie à nouveau les feuilles, car j’ai la trouille d’avoir écrit des insultes au dos de certaines copies.

08:50 Je me rends à mon premier cours. Je fume une cigarette. Celle-ci je l’aime bien, de cigarette, parce que je ne peux pas vérifier ses cendres trop longtemps : je ne peux pas arriver en retard dans ma salle.

09:01 Je viens de commencer le cours, ça se passe plutôt bien.

09:04 Commence à remettre en question ma légitimité à enseigner aux étudiants. Est-ce que je suis bien sûre de ce que je dis ? Est-ce que j’ai les connaissances nécessaires pour affirmer ça ? Il y a tellement de choses que j’ignore.

09:12 Pendant que les étudiants font un exercice et me demande si leurs réponses sont juste, l’inquiétude monte d’un cran. Qui suis-je pour leur dire ce qui est juste ou pas ? Et si je me plantais sur un truc ?

09:18 Ça va mieux.

09:24 Ou pas. Je me rappelle d’un coup qu’une fois, j’ai dit un truc faux. Je le sais parce que j’ai vérifié le soir même, et c’était faux, et je me suis excuse à deux reprises mais qu’importe, j’avais eu tort.

09:27 Bon allez tant pis. Je finis de donner cours.

09:55 Le cours est terminé. J’ai peur d’éteindre l’ordi car les étudiants voient encore l’écran: je dois le faire une seule fois si je veux pas avoir l’air d’une tarée. Mais une fois qu’il est éteint, j’ai peur qu’il soit encore allumé. Je résiste au désir de le rallumer pour le ré-éteindre.

10:00 Enfin une clope.

10-12:00 Me prépare pour mon prochain cours, mon niveau de remise en question varie pendant que je répète le cours.

12:00 Je donne un autre cours.

12:15 Pendant que les étudiants travaillent sur un texte, j’ai peur de mal avoir recopié leurs notes dans mon carnet. Je les vérifie toutes, pour que tout le monde ait bien la note qu’on lui a attribué.

13:00 le cours est terminé. Je vais fumer, puis manger. Je mange de la semoule toute simple avec du sel. Elle a un peu séchée. Je n’ai pas pu utiliser le gaz hier, et évidemment encore moins ce matin, tu rigoles ?! Mais ça va, parce que j’adore la semoule.

13:10 J’ai fini ma semoule mais j’ai encore faim. Ou est-ce l’angoisse ?

13:45 Je dois commencer à écrire un email à un professeur avec qui je travaille en collaboration sur un projet. Je dis « commencer à » parce que je sais bien que ça va prendre un temps fou.

16:25 L’email (9 lignes en tout) vient tout juste d’être envoyé. Je sors fumer une cigarette.

16:26 Je me sens soulagée d’avoir enfin envoyé l’email…

16:27 … à moins que j’y aie glissé une insulte sans faire attention ?

16:28 Me demande si le destinataire de l’email pensera que je suis malpolie.

16:29 Retourne dans le bureau relire l’email pour y traquer des fautes de frappe (ce que j’ai fait déjà dix fois auparavant), puisque je n’y trouve pas de mot insultant.

16:40 Lis un magazine.

17:00 Suis crevée. Il me faut des chips. Je m’en achète au distributeur.

17:05 Vais fumer.

17:20 Je ne sais pas trop ce que je fais, mais ça a à voir avec l’ordinateur, donc je le regarde encore fixement.

18:00 Mon copain m’appelle. On discute pendant un moment. Ça fait du bien de l’entendre. Je me sens mieux.

18:25 On a raccroché. Il me manque. Je me sens seule, et je me sens coupable de me sentir seule. Veux pleurer mais je suis au boulot donc je ne peux pas. Alors je ne pleure pas.

18:30 Retourne dans mon bureau pour écouter des musiques mielleuses sur mon téléphone.

19:00 J’envoie un email concernant ma thèse.

19:15 Je fais une petite recherche pour un colloque auquel je me rends dans deux semaines.

20:15 Je regarde Facebook.

20:30 Je décide de rentrer tôt à la maison.

21:15 Réussi à partir tôt aujourd’hui. Sur le chemin du retour, je fume deux cigarettes.

21:30 Arrivée à la maison, je vérifie qu’il n’y ait de fuite nulle part.

21:35 je me prépare un sandwich.

22:00 Je commence à me préparer pour mes cours demain après avoir fumé une cigarette.

Bientôt, il sera minuit. Il y aura trois cigarettes avant ça. Je ne dormirai pas beaucoup, mais je ferai une nuit de quinze heures lors de mon jour de repos pour compenser.

 

Une journée avec moi plus en dépression

Minuit : tu rigoles ? Je dors.

07:00 Mon réveil sonne. Je reste quelques minutes dans mon lit, je lis vite fait actualités, Facebook, Twitter, mes emails, et je me lève.

07:10 Bois un thé, mange un toast. Pendant que je prends mon petit-déjeuner (et la dose habituelle de Fluoxetine), je lis. Soit un roman, soit un essai.

07:40 Décide de faire un des trucs que j’ai besoin de faire pour que ma journée commence dans une dynamique productive donc encourageante : envoyer un email important, mettre à jour mon agenda, etc.

08:15 Salle de bain. Me prépare.

08:36 Je commence à quitter la maison. Encore besoin de vérifier quelques trucs, le gaz, les tuyaux, l’électricité, l’eau. Si c’est un bon jour, je peux partir de chez moi sans débrancher ma lampe de chevet. Si c’est un mauvais jour, et que je sens déjà que ça va susciter trop d’angoisse, je la débranche, et c’est pas grave.

08:40 Quitte la maison. Vérifie la poignée quelques coups (moins de dix secondes), et j’y vais.

09:00 Au travail. Et ça va. J’aime que mon emploi du temps soit le même chaque jour.

11:00 Pause café. Je regarde ce que disent les gens sur Facebook, Twitter, WordPress. Me sens frustrée si je vois quelque chose que je veux absolument commenter, car il faut que j’aie le temps de peser chaque mot. Me dis que je commenterai ce soir.

11:15 Retourne bosser. Activités routinières, j’aime cette répétition, ça me rassure.

13:00 Pause déjeuner. Me rends à la poste envoyer un colis. Je ne ressens même pas le besoin de l’ouvrir encore pour verifier ce qu’il y a dedans. Je souris en pensant à ces progrès que j’aie faits, rien qu’en réussissant à ne plus ouvrir les colis et les lettres.

13:30 De retour au bureau, mange en lisant un livre. Généralement, j’ai amené de la nourriture faite maison, mise au congélateur pendant le week-end, ou des restes de la veille.

14:00 Retourne bosser. Même routine générale. J’adore. C’est rassurant. S’il y a un changement soudain de dernière minute, ou un moment difficile, je me raccroche à l’idée de cette routine. Les choses reprendront leur cours. Je gère la pression, les gens pas contents, sans le prendre trop pour moi.

15:15 Pause café. Je lis quelques pages de mon livre. Des fois je mange un truc.

15:30 Retourne au boulot.

18:00 Journée de travail terminée. Les 45 dernières minutes sont beaucoup plus stressantes, mais ça va, je gère, sans prendre de Diazepam.

18:15 Sens la pression retomber. Sensation agréable. Je vérifie mon téléphone, appels et emails, sur le chemin du retour.

18:25 M’arrête acheter un truc pour faire à manger ce soir.

18:35 De retour à la maison. Ne ressens pas le besoin de tout vérifier immédiatement. Embrasse mon copain, on parle de comment la journée s’est passée, on décide qui fait quoi ce soir.

18:40 Si ce n’est pas moi qui cuisine, et que mon copain n’a pas besoin d’aide, je lis quelques pages d’un de mes livres du moment.

19:30 On mange en regardant des séries.

21:00 Dans mon bureau à l’étage, je lis les blogs des gens, leurs nouvelles, j’envoie des emails à des amis, je skype avec ma famille. Ensuite je regarde des vidéos que les gens m’ont recommandées sur youtube, les articles que je voulais lire pendant mes pauses au travail mais je n’avais pas le temps.

22:00 Si j’ai encore du temps, je bosse mon écriture, les projets en cours, les textes futurs.

23:00 Je vais au lit avec l’intention de lire un chapitre. Après deux pages, je m’écroule. Nuit de huit heures. Bonheur ultime d’être crevée ici, dans ce lit confortable.

23:05 Sûrement déjà emportée par un sommeil de plomb, comme avant, sauf que mes rêves, dorénavant, je m’en souviens.

Top

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s