How I dealt with a very intense day (spoiler alert: I may have experienced a tiny breakdown, but all is well that ends well)

 

french flag pastel

Yesterday was such an intense day, I’m gonna need several days to recover… When I feel so many emotions in such a short time I really, really feel exhausted but man, is it worth it.

First thing in the morning I received a text from a friend. She was organising something real kind to cheer up another friend who sadly has to go through a particularly difficult time. She wanted to see whether we would like to be involved as friends living far away. Of course we wanted to as we couldn’t be there, and I thought of all of these friends I have known for years and who still care so much about each other.

Then I walked to the station with a friend who was travelling back to Italy where he lives. We had many great conversations during his stay at our place. I felt sincerely touched by the honest way he talks. It’s always sad to say goodbye to a friend.

Then I met another friend, and she is a complete badass, a strong and independent woman, on the train to the Women’s March on London, and we met two other friends down there, in London, who themselves met other friends, so that we could all walk together and support each other, and prove that sorority isn’t a myth. As usual, their kindness, optimism and open-mindedness calmed me like nothing else can. As usual too, taking part in something highly political is extremely demanding of us all I’m sure, at least of me that’s certain, pessimism wants to win in me and I don’t want to let it, no I don’t.

Then at the end of the three-hour march we were cold and four of us went to a pub for some wine, and had a fantastic time talking a bit more about life and feminism.

Then the friend I met on the train in the morning and I walked through the beautiful city of London to go back to the station. The light was incredibly beautiful.

Then pressure and anxiety raised unexpectedly high levels. We missed the train by only 2 minutes, even though we ran, and I almost had a breakdown as I felt the guilt starting to eat my brain with its nasty words. It said “you can’t miss a train, you really can’t, how stupid are you to miss a train, what a selfish bitch you are to act like it’s nothing you ruined your friend’s day and maybe she’ll have huge financial problems because of your stupid shit, so you have to pay for her ticket but she doesn’t even let you without arguing”… I was lucky enough that this friend is the badass woman I mentioned earlier, a wonderfully understanding friend, who comforted me even though I know she was upset too. She bought me tea, and let me be silent and sleep on the train as thinking and speaking had become too hard, too much… My partner called me while I was crying quietly on that train and he used reassuring loving words, like he does, since he knew there was nothing he could have said to convince me that it wasn’t all my fault and the world wouldn’t stop just because of that. He knew, so he just showed he was there with me, always, even when he is actually far away. Then the train stopped and I apologised some more and my friend said: “about what?” She was awesome as always, never ridiculing me for experiencing a tiny breakdown because I missed a train, and that in the grand scheme of things that means nothing.

Then I went home, lay on my bed for 10 minutes, got up, put some make up on to pretend I was different and it was all over now, and went back out to a Chinese restaurant I love in town to have dinner with my colleagues. The food was good, the company lovely, we had fun and I drunk too much, which I loved, because this time I didn’t want to hide in a corner shaking and crying after just the one glass. This time I don’t even feel like a disgusting social monster the day after, I don’t regret having said what I have said, I don’t think anyone is cross with me because I hurt their feelings by making a joke.

Anyway, after this I went home and I was drunk, and not in the “let’s-forget-everything-give-me-that-fucking-bottle-so-that-my-brain-would-shut-the-fuck-up” way. Walking on the street on my own, the street lights already turned off, I wasn’t scared because I felt tired but powerful and free, and I thought of all the women who allowed me to have such a day. All these women who made all this possible: to voice my opinion publicly and repeatedly without  fear, to have deep and meaningful relationships with women I admire and care about, to pay for the train, meal and drinks with money I earned on a job I love, to have a partner which wants me free, to feel supported even when guilt and depression come back to lick my lungs with their disgusting, rough tongues, to go to a restaurant to have fun and show that I care, cause I truly do, then to go home after many bottles of wine and feeling actually okay.

It was still hard to sleep and the thoughts can be quite nasty, and in the morning as I was exploring the ceiling, slowly admitting I couldn’t sleep anymore, I received a text from that badass friend from the day before. She told me she really enjoyed the march and being with me yesterday. I had to tell her that I was scared she would never again want to plan anything with me because we missed a train. She replied that she’d always be happy to travel with me and I felt so damn reassured and thankful, because there are so many other things I want to share with her and if she wants it too.

My friend who’s going through a particularly difficult time said she was touched by our gesture, and it gave me one more occasion to tell them how much I love them. My dad always told me: “you never know when’s the last time you can say it, so as soon as you think it, say it”. I didn’t hold it back, neither did all of them, and I wear my dad’s unafraid love as a silver bracelet every day.

I got up and I may need a Diazepam (valium) or loads of sleep/naps today but it’s okay, it’s gonna be okay because I’m no longer alone fighting my most negative thoughts. it’s okay, it’s gonna be okay because the world is shit and the world is great.

 

 


 

Comment j’ai géré un jour particulièrement intense (spoiler alert: j’ai failli m’écrouler au milieu, mais tout est bien qui finit bien)

Hier fut une journée si intense que je vais avoir besoin de plusieurs jours pour récupérer… Quand je ressens autant d’émotions différentes dans un laps de temps aussi court, je me sens épuisée, vraiment épuisée, mais bordel ça vaut le coup.

Tôt le matin j’ai reçu un texto d’une copine qui organisait quelque chose pour remontrer le moral d’une de nos amies qui traverse une période particulièrement difficile. Elle nous demandait si on voulait y participer aussi, habitant loin, et bien sûr qu’on le voulait puisqu’on ne pouvait pas être là, et j’ai pensé à ces amies que je connais depuis des années et qui comptent encore tellement les unes pour les autres.

Ensuite je suis allée à la gare avec un ami qui retournait en Italie, où il habite. On a eu des discussions super le temps qu’il est resté chez nous. J’ai été sincèrement touchée par l’honnêteté qu’on ressent quand il parle. C’est toujours triste de dire au revoir à un ami.

Ensuite j’ai rejoint une autre amie, qui déchire tout, une femme forte et indépendante, dans le train qui nous amenait à la marche des femmes à Londres. Là-bas, nous avons retrouvé deux autres amies, qui elles-mêmes ont rejoint des amies, ce qui nous a permis de toutes marcher ensemble et de se soutenir, et se rappeler que la sororité n’est pas une légende. Comme toujours, leur bienveillance, leur optimisme et leur ouverture d’esprit m’a calmée comme peu de choses peuvent le faire. Comme toujours aussi, prendre part à un événement si hautement politique exige énormément de nous, j’en suis sûre, en tout cas de moi c’est une certitude : mon pessimisme intérieur veut l’emporter mais non, non, non je ne veux pas lui laisser cette chance.

Ensuite à la fin de la marche, qui a duré trois heures, on avait froid et quatre d’entre nous sont allées au pub pour boire un verre de vin, et on a encore passé un moment fantastique à parler de la vie et de féminisme.

Ensuite, avec l’amie que j’avais retrouvée dans le train le matin nous avons marché dans Londres pour rejoindre la gare, et la lumière du jour était magnifique.

Ensuite la pression et l’angoisse sont montées en flèche. Nous avons loupé notre train juste de deux minutes, alors même qu’on avait couru, et je me suis presque effondrée en sentent la culpabilité venir manger mon cerveau avec ses mots détestables. Elle disait : « on ne loupe pas un train, on ne loupe vraiment pas un train, comme t’es conne pour avoir loupé un train, quelle salope égoïste tu es à faire genre ça n’est pas grave, à faire genre tu ne viens pas de flinguer la journée de ton amie, et que peut-être qu’elle aura du coup de graves problèmes financiers à cause de tes conneries, alors au moins paye-lui son ticket même si elle insiste qu’elle est d’accord de le payer. » Là où j’avais de la chance, c’est que cette amie c’était cette femme qui déchire tout dont j’ai parlé au début, une amie incroyablement compréhensive, qui m’a réconfortée bien qu’elle aussi ait été frustrée, qui m’a offert un thé, respecté mon silence et le fait que je ne puisse que dormir dans le train parce que penser et parler étaient devenu bien trop dur, bien trop écrasant.  Mon copain m’a appelée pendant que je pleurais en silence dans le train et il a prononcé ces mots aimants et rassurants, comme il le fait toujours, puisqu’il savait que rien de ce qu’il aurait pu dire n’aurait pu me convaincre que tout n’était pas de ma faute, et que le monde ne s’arrêterait pas de tourner à cause de ça. Il le savait, alors il m’a juste montré qu’il était avec moi, même si en vrai il est loin. Puis le train s’est arrêté et j’ai encore demandé pardon à mon amie, et elle m’a répondu : « pardon de quoi ? » et comme d’habitude elle a été géniale, à jamais se foutre de moi lors de mon quasi effondrement juste pour un train manqué, qui à l’échelle du monde ne représente pas grand-chose.

Ensuite je suis rentrée à la maison, je me suis allongée sur mon lit 10 minutes, me suis levée, me suis vite fait maquillée pour croire que j’étais maintenant une autre et que tout ça, c’était du passé, et je suis allée dans un restau chinois en ville, que j’adore, pour y manger avec des collègues. La nourriture était délicieuse, j’étais en très bonne compagnie, on s’est bien marrées et j’ai trop bu, et c’était vraiment chouette, parce que cette fois je ne voulais pas aller me planquer dans un coin en tremblant et en chialant après un seul verre. Cette fois je ne me sens même pas un monstre social repoussant le lendemain, je ne regrette pas ce que j’ai dit, je ne pense pas que quelqu’un m’en veut car j’ai fait une blague qui aurait heurté.

Bref, après ça je suis rentrée à la maison, j’étais bourrée, et pas dans le sens « allez-viens-qu’on-oublie-tout-passe-moi-cette-teille-que-mon-cerveau-ferme-enfin-sa-gueule ». Marchant seule dans les rues, sous les lampadaires déjà éteints, je n’avais pas peur, parce que je me sentais fatiguée et capable et libre, et je pensais à toutes ces femmes qui m’ont permis de connaître une telle journée. Ces femmes qui ont permis que tout ça soit possible : que je puisse faire connaître mon opinion en public de façon répétée sans crainte, que je puisse avoir avec ces femmes que j’admire et qui compte pour moi des relations profondes et pleines de sens, que je puisse payer le train, le dîner, les boissons avec de l’argent que j’ai gagné en faisant un boulot que j’aime beaucoup, que mon partenaire me souhaite libre, que je me sente soutenue même quand la culpabilité et la dépression reviennent me lécher les poumons de leurs langues dégueulasses et râpeuses, que je puisse aller au restaurant passer un bon moment et montrer mon affection et mon intérêt pour ces gens, puisque c’est sincère, que je puisse rentrer après qu’on ait descendu un paquet de bouteilles de vin et que finalement ça aille bien.

C’était bien sûr un peu difficile de dormir et mes pensées peuvent se faire vicieuses. Au matin je contemplais le plafond en acceptant peu à peu que je n’arriverais pas à dormir d’avantage, quand j’ai reçu le message de mon amie qui déchire tout de la veille. Elle me disait qu’elle avait vraiment aimé la manif et être avec moi hier. J’ai ressenti le besoin de lui dire que j’avais peur que maintenant elle ne veuille plus jamais rien organiser avec moi parce que nous avions loupé un train. Elle a répondu qu’elle serait toujours heureuse de voyager avec moi, et je me suis sentie si rassurée et reconnaissante, parce qu’il y a encore tellement de choses que je voudrais partager avec elle si elle est d’accord aussi.

Mon amie qui traverse une période très douloureuse a été touché par le geste organisée par notre amie commune, et cela m’a donné une occasion de plus de leur rappeler combien je les aimais. Mon père m’a toujours dit : « tu ne sais pas quand c’est, la dernière fois où tu pourras le dire, alors dès que tu le penses, dis-le. » Je n’ai pas retenu les mots en moi, et aucune des amies n’a rien retenu non plus, et je porte l’amour de mon père en bracelet d’argent tous les jours.

Je me suis finalement levée et il est possible que j’aie besoin d’un Diazepam (Valium) ou de sommeil/siestes aujourd’hui, mais ça va, et ça va aller, parce que je ne suis plus seule à combattre ces pensées négatives, et ça ira, ça va aller, car le monde est une horreur et une merveille.

Top

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s