How Academia Actively Encourages the Development of Mental Illness

french flag pastel

Once upon a time, I worked in academia. Not for long. Just the time to teach while I was doing my PhD, then work as a language assistant for a year and a half. Therefore I haven’t been inside academia for quite some time now. Since the end of 2013, to be exact. And yet, and yet… that’s one topic that’s constantly on my mind.

It’s hard for me to write about it, because the imposter syndrome is still there; who am I to talk about this anyway? In addition, I fear that people may conflate some general reflection about academia with targeted accusations of specific people and institutions. Let me thus say it loud and clear: all in all, I haven’t been unlucky in my academic background. Clearly, some people I met along the way helped me – for a time at least – not to drown. I can’t help it, though. I need to talk again about this edifying fact: everyday, in the UK (where I’m writing) and elsewhere (should you want to comment too about your own environment), people working in academia are shamelessly encouraged to develop mental illness. I know it’s a strong accusation. And I mean every word of it. It’s true of other sectors, and this might serve as a wider critique of today’s working condition everywhere, but I’m talking about the one I know best.


Let’s start with this, because it so often is the reason why people don’t speak out: academia still appears to an outsider (or an academic-to-be) to be a very privileged area, characterized by extremely high salaries, equally high social status, and incredibly good work conditions. Yet I haven’t met any of these people. Not that the rich, upper-class, relaxed academics don’t exist. Of course they do. I don’t know, maybe they’re one hundred in the country. All the people I know working in academia have at least failed to meet part of those expectations. But because this still seems like a dream job for so many, they don’t let themselves question it and feel inclined to actually thanking those who exploit them – it’s so lucky, to be there. And that’s true, it is, there are so few positions. Many of them have been surviving for years (often before they give up, exhausted, and chose another career) from one precarious contract to another precarious contract. Not only has job security become unachievable, but these people are being poorly paid. For instance, it has become common practice to pay lecturers nine months a year, even though they can’t work elsewhere for the remaining three months due to research commitments and other admin duties. Even worse: many (if not most of) contracts are for a few hours a week only (check jobs.ac.uk and you’ll see the 0.1FTE…). This means that people are actually paying for the privilege of working in academia, since they know any gap in their CV is too high a risk to take, and they should accept any position regardless. Competition has never been so rough: hundreds of CVs are received for a single position, leading people to be in a constant competition with themselves and their peers. They can’t move places, as they don’t know how long they’ll be working somewhere. When they start to work at some University, because the contract is fixed-term, they haven’t even prepared their classes for the year that they already need to start sending in applications for what’s next. Their relationships (friends, family, significant others) are totally destroyed by the lack of certainty they live in that has become routine practice. In no other sector do you apply to jobs so widely geographically due to the poor prospects of the job market. In no other sector does an employee pay such high amounts to attend conferences they need intellectually and professionally. And the good working conditions usually only mean that yeah, that’s correct, academics can usually ‘decide’ where and when to work. Though by where and when, we mean: in their office when they’re lucky enough to have one, or to share one, and all the time of course, because hey, work-life balance has never been such an utopia in academia.

The above paragraph will I hope have reassured you: it’s not because you’re in academia that you should be thankful for people exploiting you and capitalizing on stretching your working hours and adding to your workload until you collapse.
I live with OCD and depression, and although academia didn’t create those conditions, it certainly help them flourish. It could have the same negative effect on mental health conditions including, but not limited to: anxiety, addictions, mania, paranoia, phobias, bipolar disorder, low self-esteem, self-harm, extreme fatigue, sleep problems, eating disorders, and suicidal thoughts. This is true of both staff and students. And we need to address this as a matter of emergency.

For students, the growing financial pressures are putting them in a position where they can’t afford to fail. They simply can’t. Which is a problem, you see, because failing is part of any educational programme. Not because some should, but because it’s okay if some do. That’s why in theory you can re-sit an exam, re-do a year, etc. But how can students even consider that, when merely completing a degree will leave them in debt for, at the very least, 10 years? Have you ever asked an anxious person how they deal with such pressure? When they’re scared about re-payment before they’ve even spent the credit they’ve been given?

Graduate students also generally have an additional teaching workload, and some admin to do. This is all fair enough, as this is supposed to help them get a job afterwards. But on top of growing teaching demands due to financial departmental restrictions, they’re being told that they should prioritise publishing. They need to publish. Publish or perish, but really it’s not even a choice. It’s: publish, period. It’s a well-known fact that you won’t get an academic job nowadays unless you’ve published what was beforehand considered good enough for a lecturer with ten-year experience.

For teaching staff, the pressure is getting ridiculous to the point that I sometimes wonder, horrified, if we aren’t being filmed for a reality show about how little sleep a lecturer can work under before turning into a zombie… Honestly. Again, contrary to what popular imagery would have you believe, the life of a teaching and/or researching academic is ridiculously packed: they get asked to do more and more; never, ever, the whole time I’ve been there and beyond, have I seen things ‘taken off’ from their shoulders in compensation. It only goes that way: more, more, more. They are supposed to: bring more money (yes, this first) through funding and partnerships, teach more, be evaluated more often by more people, do more presence hours, do more student support, deal with more difficult situations (some created by the very structure of academia today), be more present on campuses, write more, grade more papers, write more feedback, publish more, supervise more, organise more events, promote their institutions more, engage with the public more. Now bear in mind that anyone coming from what I’ll call a non-traditional background for academia will generally work ten times harder to prove they deserve to be there: gender, race, class, disability, are all factors which impact your need to work harder to prove (mostly to yourself) that you’re not an imposter.


It’s funny how phrases like “work-life balance” have become trendy in today’s hypocritical work circles. Don’t get me wrong: work-life balance is not an empty phrase, it’s so important. But tricking staff in believing they are cared for because you invite them to an afternoon on “work-life balance” is morally and logically wrong. You might as well give them a free afternoon. That’s honestly what they need. And even then, they’d probably lock themselves in trying to finish that paper with a two-weeks past deadline. Because academics are always behind schedule. If they’re not, they’re made to feel that way: what is it they’re not doing to have any free time? There’s always more you can do, in an environment defined by the absence of boundaries between private and professional life.

Choosing academia is to choose a life perpetually defined by deadlines. A life when you can never truly feel like you’re done for the day/for the week/ for the month. You live with the constant feeling that you should be working. You think about it in bed, and during weekends. Holiday? Haha. Don’t even go there. Do you mean that time of year where academics answer their emails at 6am in the hotel room before heading, filled with guilt, to the beach?


Sure, there are people who don’t work much in academia. And I’ll tell you who they are. They won’t even be ashamed, they’re actually quite proud of it: these are entitled people. People who’ve never even once considered the fact that maybe, they should work to get (and remain) there. It was a given. Usually thanks to factors they have no merit for (being born in the appropriate class, in the appropriately affluent country, helps an awful lot).


And that’s why it’s so risky. Of course these entitled people would tell me, and other staff, ‘not to worry’. It’s because they hardly ever do. But imagine being anxious to start with. And having every single one of your action and non-action evaluated by your boss, your peers, people funding you. Imagine when every single article, to get a good evaluation in the REF (Research Excellence Framework), which you need to secure a job and good working relationships, needs to be of exceptional standards, in an exceptional journal, at an exceptionally timely moment. Imagine being constantly asked to imagine what could go wrong in a class, being asked to analyse your failures before you even failed: imagine someone already drawn to paranoia or phobia filling out risk assessment after risk assessment, being told they need to adapt their 50-minute class to 14 different learning styles, change activities every five minutes to keep everyone’s attention. Now, imagine you do all this with OCD, an illness that in itself is about checking, checking again, and never trusting yourself to make things right. Imagine doing this with anxiety, waking up at night thinking: ‘what if this student makes an appeal because of the grade I gave them?’ Imagine having depression and low-self esteem and thinking: ‘who am I to even judge them?’ while grading paper. And imagine never having a proper, long break, like anyone deserves. Some time where nothing massively important needs to be put ‘on hold’. Some time where your mind can actually rest, since it’s on so much pressure all year round.


I’ve drowned completely. I really have. Not just because of all this, but yes, partly because of all this. It was never enough. Even when supported by the kindest, most humane and understanding people, I couldn’t see myself as anything else than a failure. Because I’ve been lucky enough to benefit from incredible support, the least I can do is say what people in this area don’t dare to say. I know how it is. While working in academia, you never want to be heard saying that you’re unsure of yourself, that you may need a break. You think that everybody else will think you don’t measure up to the task. You fear you’ll never been given responsibilities and promotion if you do say that. You believe you’ll lose all credibility towards colleagues and students alike if you let your quality standards go down, if – god forbid, you publish a frankly poor piece. What will happen to your next funding application then? Well, I no longer care about any of that. I have nothing to lose, everything to win. Each person who knows they’re not alone feeling in this is a victory. Every person who start thinking: ‘wait… Are we making this right?’ is a victory.

Never lose sight of the fact that most lecturers and teachers become so precisely because they care about the impact they have on students. Someone who doesn’t care won’t care any more because you pressure them; they just don’t. But anyone who does care, from the beginning, don’t need to feel that oppressed. They will be piling up things to do, reports to write, duties to perform until one day they’ll collapse – this may be when they retire, taking the form of regrets, as not all exhausted people burn out.


So let me please address all these people deciding the fate of Universities, students and academics: don’t lose the best, most dedicated and kind staff because you fail to see they’re reaching their limits. And above all, don’t pretend you don’t see it. We all do.

Too many friends risk loosing themselves to extreme exhaustion. I will hold you accountable.


Quand le système universitaire favorise le développement de troubles psychologiques

Il y a de cela longtemps déjà, j’ai travaillé dans le milieu universitaire. Pas pendant longtemps, juste celui de donner des cours en faisant mon doctorat, et ensuite de travailler en tant qu’assistante de langue pendant un an et demi. De ce fait, je n’ai pas été dans le système universitaire depuis un moment déjà. Depuis fin 2013, pour être exacte. Et pourtant, pourtant… c’est un sujet qui ne quitte jamais mon esprit.

C’est difficile pour moi d’écrire là-dessus, car le syndrome de l’imposteur rôde encore ; qui suis-je, de toute façon, pour parler de ça ? J’ai également peur que des gens prennent une réflexion globale sur le système universitaire pour des accusations dirigées vers des cibles (personnes ou institutions) spécifiques. Laissez-moi donc être claire dès le départ : en définitive, je n’ai pas été malchanceuse dans mon parcours à l’Université. Indéniablement, certaines personnes croisées sur mon chemin m’ont même aidée, au moins pour un temps, à tenir bon. Mais je ne peux pas lutter contre ça : il me faut parler encore de ce fait édifiant : chaque jour, au Royaume-Uni (où j’écris) et ailleurs (si vous désirez commenter à propos de votre propre environnement), on encourage les universitaires à développer des troubles psychologiques. Je sais que c’est une accusation grave. J’ai bien pesé tous mes mots. C’est vrai de tous les secteurs, et cela peut être une manière de contribuer à la critique du monde du travail actuel en général, mais je parlerai ici de ce que je connais le mieux.

Commençons par ce qui empêche généralement les premiers et premières concerné.e.s de parler : le monde universitaire apparaît encore, pour un regard extérieur (ou aux yeux d’un.e universitaire en devenir), comme une sphère éminemment privilégiée, caractérisée par des salaires extrêmement élevés, un statut social pareillement élevé, et des conditions de travail incroyablement bonnes. Pourtant, je n’ai rencontré aucun de ces gens-là. Non pas que la catégorie de riches bourgeois universitaires détendus n’existe pas. Bien sûr qu’elle existe. Ils sont peut-être, je ne sais pas, cent en tout dans le pays. Tous les gens que je connais qui travaillent dans le monde universitaire ne satisfont pas plusieurs de ces critères, mais comme ce travail fait rêver, ils ne se permettent pas de le critiquer et ont tendance à vouloir jusqu’à remercier ceux qui les exploitent, tant ils considèrent cela comme une chance (c’est une chance, en un sens, les places sont tellement rares). Beaucoup de ces gens que je connais survivent depuis des années (avant, souvent, de laisser tomber, épuisé.e, et changer de carrière) de contrat précaire en contrat précaire. Non seulement la sécurité de l’emploi est devenue inatteignable, mais ces gens-là sont très mal payés. Par exemple, il est devenu courant de ne payer ses maître.sse.s de conférence que neuf mois par an, bien que ces mêmes personnes ne puissent pas travailler ailleurs les trois mois restants, en raison d’engagement de recherche ou de tâches administratives. Pire : beaucoup (si ce n’est pas la majorité) des contrats représentent un très faible nombre d’heures (allez voir sur jobs.ac.uk, le sité spécialisé dans les emplois universitaires au Royaume-Uni, et vous verrez tous les temps partiels de 10% qu’on vous propose). Cela signifie que ces gens acceptent en fait de payer pour avoir le privilège d’être employé par une université, puisqu’ils savent bien que faire un trou dans leur CV est un risque trop élevé à prendre, et qu’ils devraient accepter n’importe quelle offre d’emploi. La compétition n’a jamais été si rude : des centaines de CV affluent pour un seul poste ouvert, ce qui amènent les gens à être constamment en compétition envers leurs pairs et eux-mêmes. Ils ne peuvent pas déménager, puisqu’ils ne savent pas pendant combien de temps ils travailleront à un endroit précis. Quand ils commencent à travailler pour une fac, parce que le contrat est à durée déterminée, ils n’ont pas encore préparé leurs cours de l’année qu’il leur faut commencer à postuler pour après. Leurs relations (amicales, familiales, amoureuses) sont totalement détruites par cette instabilité, devenue courante, dans laquelle ils sont obligés de vivre. Dans aucun autre secteur on n’est amené.e.s à postuler avec une si large ouverture géographique en raison du peu de poste disponibles sur le marché du travail. Dans aucun autre secteur l’employé.e ne paye de sa poche des sommes astronomiques pour assister à des colloques qui lui sont intellectuellement et professionnellement nécessaires. Et les conditions de travail favorables veulent généralement dire, ahem, qu’ils/elles peuvent choisir où et quand travailler. Mais par où et quand, ce qu’on veut dire, c’est en fait : dans leur bureau quand ils/elles ont la chance d’en avoir un ou d’en partager un, et tout le temps bien sûr, car l’équilibre vie personnelle-vie professionnelle n’a jamais été une utopie aussi remarquable dans le monde universitaire.

Le paragraphe ci-dessus vous aura je l’espère rassuré.e : ce n’est pas parce que vous travaillez dans le monde universitaire que vous devriez vous sentir reconnaissant.e envers les personnes qui vous exploitent, et qui comptent étirer vos heures de travail et alourdir votre charge de travail jusqu’à ce que vous vous effondriez.

Je vis avec des TOC et des épisodes de depression, et bien que le monde universitaire n’ait pas créé ces troubles, elle leur a en tout cas permis de s’épanouir tout-à-fait. Ce système pourrait avoir la même influence négative sur des troubles tels que (liste non-exhaustive) : l’anxiété, les dépendances, les phases maniaques, la paranoïa, les phobies, les troubles bipolaires, le manque d’estime de soi, les scarifications et autre punitions auto-imposées, l’extrême fatigue, les problèmes de sommeil, les troubles alimentaires et les pensées suicidaires. Cela s’applique aux employé.e.s comme aux étudiant.e.s. Et il nous faut urgemment nous pencher sur ce problème.

Pour les étudiant.e.s, les pressions financières de plus en plus lourdes les mettent dans une position où ils/elles n’ont plus droit à l’erreur. C’est tout simplement inabordable. Ce qui est un problème, voyez-vous, car l’échec fait partie de tout programme d’éducation. Non pas parce que certain.e.s devraient échouer, mais parce que si ça arrive, ça ne devrait pas être un problème. C’est pourquoi on peut en théorie aller au rattrapage, refaire une année, etc. Mais comment les étudiant.e.s pourraient-ils/elles même envisager ça, quand le simple fait de passer un diplôme les laissera de toute façon endetté.e.s pour au moins dix ans ? Avez-vous dejà demandé à une personne anxieuse comment elle se sentait, face à ce genre de pression ? Quand elle a peur des remboursements avant même d’avoir dépensé l’argent dont on lui a fait crédit ?

Les étudiant.e.s de master et de doctorat se voient généralement imposer une charge d’enseignement ainsi qu’une charge administrative. C’est important, car cette expérience est supposée les aider à trouver un travail par la suite. Mais en plus d’une charge d’enseignement de plus en plus lourde, due au budget resserré des universités, on leur rappelle constamment que leur priorité doit être de publier leur recherche. Il leur faut publier. « Publish or perish », comme on dit en anglais, publie ou péris, mais franchement ça n’est même plus un choix : publie, c’est tout. Il est maintenant bien connu que personne ne trouve de travail sans avoir au minimum ce qu’avant, on aurait attendu de publications d’un.e enseignant.e-chercheur.se avec dix ans d’expérience.

Pour le personnel d’enseignement, la pression qu’on lui met est devenu si ridicule que des fois je me demande, horrifiée, si l’on n’est pas en fait dans une télé-réalité qui s’intéresse à : combien d’heures un.e enseignant.e peut-il tenir avec si peu de sommeil avant de se transformer en zombie… Honnêtement. Encore une fois, contrairement à ce que voudrait nous faire croire l’imagerie populaire, la vie d’un.e. enseignant.e ou non chercheur.se est infiniment remplie : on exige qu’ils/elles fassent toujours plus, et plus encore ; pourtant, tout au long de mon expérience parmi elles et eux et au-delà, je n’ai jamais vu qu’on leur enlevait du coup des épaules une charge correspondante. Ça ne fonctionne que dans ce sens-là : plus, plus, plus. Voici les exigences : ramener plus d’argent (oui, on commence par ça) grâce à des demandes de subventions et de partenariats, enseigner plus d’heures, être soi-même noté.e plus souvent et par plus de gens, faire plus d’heures de présence au bureau, davantage soutenir les étudiants, gérer des situations plus difficiles (certaines créées, justement, par le système même de l’Université aujourd’hui), être davantage présent.e sur place à la fac, écrire plus, noter plus de copies, écrire davantage de corrections, publier davantage d’articles et de livres, davantage promouvoir son institution, aller encore plus à la rencontre du grand public. Et gardons à l’esprit que n’importe qui arrive avec ce que j’appellerai un profil peu traditionnel pour ce monde universitaire a des chances de travailler jusqu’à dix fois plus pour prouver (avant tout à eux.elles-mêmes) qu’ils/elles ne sont pas des imposteurs.

C’est marrant comme des phrases type “équilibre vie personnelle-vie professionnelle » sont devenues à la mode dans les milieux du travail hypocrites de notre époque. Comprenez-moi bien : l’équilibre vie personnelle-vie professionnelle n’est pas une expression vide de sens, elle est même capitale. Mais faire croire à ses employé.e.s qu’on s’inquiète pour leur santé en les invitant à une après-midi autour de la question « équilibre vie personnelle-vie professionnelle », c’est un échec du point de vue moral comme du point de vue logique. Accordez-leur plutôt un après-midi de congé. C’est ça dont ils/elles ont vraiment besoin. Mais même dans ce cas-là, il y a fort à parier qu’ils/elles s’enfermeraient au bureau pour finir cet article qui a déjà deux semaines de retard. Parce que les universitaires sont toujours en retard sur leur planning. Et s’ils.elles ne le sont pas, on s’avisera de le leur faire ressentir comme tel : qu’est-ce qu’ils.elles ne font pas qui leur permette d’avoir du temps libre ? Il y a toujours quelque chose d’autre à faire, dans un environnement défini par une absence de frontières entre vie personnelle et vie professionnelle.

Choisir une carrière universitaire, c’est choisir une vie entièrement définie par les deadlines. Une vie où on ne peut jamais vraiment penser : ok, là, c’est bon pour aujourd’hui/pour la semaine /pour le mois. On y vit avec le sentiment constant qu’on devrait être encore en train de travailler. On y pense dans son lit, on y pense les week-ends. Les vacances ? Hahaha. Laissons tomber. Vous voulez dire ce moment de l’année où les universitaires répondent à leurs emails à 6h du matin depuis leur chambre d’hôtel, avant de se rendre, rongés par la culpabilité, à la plage ?

Évidemment qu’il y a des gens qui évoluent dans le monde universitaire et qui ne bossent pas des masses. Je vais même vous dire qui ils sont. Ils n’en auraient pas même honte, ils en sont plutôt fiers : ce sont les gens qui pensent que le fait qu’ils soient là n’est que justice. Des gens qui n’ont jamais imaginé, pas même une fois dans leur vie, qu’ils auraient à travailler pour en arriver là. C’était une évidence de départ. Généralement due à des facteurs pour lesquels ils n’ont aucun mérite (être né dans ma bonne classe sociale, dans un pays suffisamment riche, est d’une aide précieuse).

Et voilà pourquoi c’est un pari risqué. Bien sûr, ces gens dont la présence ne semble que justice ont pu me dire, et ont dit aux autres : « non mais t’inquiète pas. » Parce que, en effet, ils ne s’inquiètent jamais. Mais imaginez être une personne anxieuse dès le depart. Et voir que chacune de vos actions, comme de vos non actions, est évaluée par vos chefs, vos pairs, les gens qui vous financent. Imaginez quand chaque article que vous écrivez, pour être bien noté lors de l’évaluation nationale du REF (Research Excellence Framework), évaluation qui compte autant pour votre sécurité de l’emploi que pour entretenir de bonnes relations de travail, doit être perçu comme étant de qualité exceptionnelle, au sein d’un journal lui-même exceptionnel, à un moment particulièrement exceptionnel, tenez. Imaginez qu’on vous demande constamment : « d’accord, et donc, qu’est-ce qui pourrait mal se passer pendant ce cours ? », qu’on vous demande d’analyser vos échecs avant même que vous ayez échoué : imaginez une personne ayant déjà une propension à la paranoïa ou aux phobies remplir dossier après dossier d’évaluation des risques, entendre qu’elle doit adapter son cours de 50 minutes à 14 manières profil d’apprenants différents, et changer d’activité toutes les cinq minutes pour conserver l’attention de tous.tes. Maintenant, imaginez que vous faites tout ceci alors que vous avez des TOC, une maladie qui est de toute façon une maladie de la répétition, encore et encore, une maladie qui vous convainc que vous ne pourrez jamais rien faire comme il faut. Imaginez la personne anxieuse se réveiller la nuit en pensant : « et si cet.te étudiant.e faisait appel de la note que je lui ai donné.e ? » Imaginez vivre avec une dépression et un manque d’estime de soi et penser : « qui suis-je pour les juger, de toute façon ? » en corrigeant des copies. Et imaginez ne jamais bénéficier d’une vraie longue pause, pause que tout le monde mérite. Un moment enfin où rien d’extrêmement important n’ait besoin d’être mis « sur pause ». Un moment où l’esprit puisse véritablement se reposer, puisqu’il est si constamment sollicité tout le reste de l’année.

Je me suis complètement noyée. Vraiment. Pas juste à cause de ça mais oui, en partie à cause de ça. Ça n’était jamais assez. Même lorsque j’étais soutenue par les gens les plus bienveillants, les plus humains et les plus compréhensifs, je n’arrivais pas à me considérer comme autre chose qu’une looseuse. Parce que j’ai eu la chance de recevoir un soutien formidable, le moins que je puisse faire à présent, c’est de dire ce que les gens de ce milieu n’osent pas dire. Je connais l’histoire. Pendant qu’on est prof à l’université, on ne veut surtout pas qu’on nous entende douter de nous-même, ou désirer une pause. On se dit que tout le monde pensera qu’on n’est pas taillé.e pour ça. On a peur qu’on ne nous donne plus jamais de responsabilités et de promotion, si l’on en parle. On pense qu’on perdrait toute crédibilité envers ses collègues et ses étudiant.e.s si on laissait pour un instant nos exigences se relâcher un peu, voire, quelle horreur, si on publiait un article vraiment pas terrible. Qu’est-ce qui se passerait lors de notre prochaine demande de financement ? Personnellement, je n’en ai plus rien à cirer, de tout ça. Je n’ai rien à perdre, j’ai tout à gagner. Chaque personne qui se rend compte qu’elle n’est pas seule là-dedans, c’est une victoire. Chaque personne qui se met à penser : « attends deux minutes… est-ce qu’on pourrait pas changer quelque chose, là ? », c’est une victoire.

Ne perdez pas de vue que la plupart des maître.sse.s de conférence et enseignant.e.s le deviennent précisément parce qu’ils considèrent l’influence qu’ils ont sur les étudiant.e.s comme une priorité. Quelqu’un qui s’en fout de toute façon, ne s’en foutra pas moins car vous lui mettrez la pression ; ce quelqu’un s’en fout, c’est tout. Mais qui qui ne s’en fout pas, depuis le premier jour, ne mérite pas de se sentir pareillement oppressé.e. Il/elle accumulera de toute façon les choses à faire, les rapports à rédiger, les tâches à accomplir jusqu’à un jour s’écrouler. Cet écroulement peut n’arriver qu’à la retraite, sous la forme de regrets lancinants, cas tous les gens ne vivent pas un burn-out.

Laissez-moi donc m’adresser ici aux gens qui décident du destin des universités, des étudiant.e.s et des universitaires : ne perdez pas vos meilleurs éléments, vos éléments les plus dévoués et les plus sympathiques, parce que vous vous ne percevez pas qu’ils/elles ont atteint leurs limites. Et surtout, ne faites pas semblant de ne pas le voir. Nous en sommes tous et toutes témoins.

Trop d’ami.e.s risquent de se perdre par épuisement. Je vous en tiendrai directement pour responsables.

Top

Advertisements

One thought on “How Academia Actively Encourages the Development of Mental Illness

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s