Will I ever be able to work again? What happens after long-term sick leave.

french flag pastel

OCD and depression made me unable to perform my job. I was no longer able to function on a day-to-day basis. Put together, my sick leave and the time I then stayed off work (after resigning, resting, and then looking for a new job) equates roughly a year. It’s not that long compared to what some may face, but it was long enough to make me question my very ability to work again. I was thinking: what if in every job I try, this depressive cycle goes on?

That’s true. That cycle needs to get broken.

It doesn’t mean you have to resign or to change jobs. I did, but that’s only because in my case it was necessary. I know plenty of people who came back to their old job after long-term sickness. And they’re okay, and they’re great at what they’re doing. Here’s the thing: if you think that what you do can make you happy, then of course it’s worth fighting for it.

In this case, what you probably fear the most is the look and judgements from other colleagues. You think they’d consider you not reliable. You believe they think you’re on the verge of breaking down any minute. Let me tell you something: that’s not true. There are two categories of people. Those who are judgemental and those who are not. If they are judgemental, they won’t start judging you because of mental health issues. They’ve done it long before. So don’t worry, if they speak negatively of you, it is NOT because you had issues. It’s just because they do talk about other people, and nothing you can do can change them if they’ve decided to see things that way. Now the other category of people are non-judgemental (okay, I admit that there are some grey areas in between too, but let’s keep things simple for the sake of the argument). That means that whatever you experience, they won’t think your worth depends on how long a sick leave you take, or how many crises you’ve experienced.


I made the mistake of thinking that if you ever reach the point of going on sick leave for months due to mental health issues, people will no longer trust you. I thought: what’s the point of staying somewhere? I’ll never been given any responsibilities again. If that’s what you think too, I beg you to look at your surroundings with honesty. Don’t you know many people who’ve never experienced some sort of crisis? If we didn’t trust people who’ve had difficulties in their lives, let me tell you something… There wouldn’t be many people working.

It’s a bit like with people you know outside of work. You think that because they know you’ve been a wreck, they’ll never ask you for any advice, they’ll never listen to your opinion any more. What is a sick person’s opinion worth anyway?… Then one day, they do ask you something. You check behind you: is that really you they’re talking to??? How come? Do they really, what… trust you?? You seem surprised. I sure was. But people are just like you: they had their breakdowns too. And yet they are normal people, they keep going. You’ll be trusted again, don’t worry.

Now the question really is: will I ever be able to perform any kind of work? Well that’s a difficult thought when you’re exhausted only five minutes after getting up. But let’s break it down so that it’s more manageable.

First of all, are you able to go back to your previous job? I think in most cases you are, and that’s precisely why people do it. I admire them. They take a break, breathe scream and cry, then start again. If you’re in a job where you think you can be happy one day – even if it means you’re not really happy right now – maybe it’s worth fighting for. I say: ‘maybe’, because I’m no life coach. It depends on what you want in life. And how long you can accept to try.

Second of all, what if you’re afraid that actually, you’ll never be happy in what you’re doing? Well perhaps then, it’s time to assess other possibilities. I realised I needed to change jobs when I had this thought: even if everything goes in the best possible way, I can’t say I’d be happy. There would still be far too much stress, not because of the job, but because of my anxiety. I’m in a job where a personality like mine can never relax. I can never know any break. And I need breaks. Took me years to realise, but yes, I do. Worse still: I want breaks.

So I decided to change.

Now I’m truly happy. Not because everything’s perfect, some days are shit too, but now my job is what it’s supposed to be: something that helps me live. I had to reflect on many things when I chose to make that decision.

You have to realise that what is right is only right for you. For instance, now I work in a library. I spend my days shelving books and tidying up. And I’m not kidding, that’s damn reassuring. With my OCD, I thought I needed to find something where repetition and order are part of the job (because I’d do it anyway), but where the pressure to do this is not too high. Let me explain this. If I don’t shelve a book correctly, nobody’s going to die (although I have occasionally considered this possibility – that’s what OCD does, but I know I can fight the idea on the ground of statistical probabilities, and thanks to CBT). I couldn’t clean and tidy up surgery stuff, for instance. I certainly couldn’t check someone for safety on a fair ride. But books? I’m okay with those.

However, I won’t tell you it’s the dream job for someone who has OCD. It depends on what OCD you have, and of course your personality. A certain amount of repetition is what I need, what I look for. But to other people, it could be a nightmare. Every morning, I go to work knowing that the tasks are pretty much gonna be similar to those of yesterday, and that tomorrow, they’ll be too. I find this incredibly helpful. Some people would find it terrifying and terribly boring. So that’s what I mean: just what reassures you? What does give you balance?

I know when I changed jobs job description wasn’t the only thing I had to consider, too. I, for one, wanted my job to end with the end of the day. I no longer wanted to have poor work-life balance, because I am unable to give myself breaks. Some people are excellent at that. I clearly wasn’t. I needed a job where I don’t ever bring work home. Where even if I obsess over stuff I did at work, there was nothing I could do about them. No essay I’d be re-marking for the third time. No lesson plan I would overdo, and start again from scratch at 3am.

So you wonder: will you ever be able to work again? I’m pleased to say that the answer, in the vast majority of cases, is a big : yes, you will. The first thing you need to do, though, is accept that sick leave and getting off work for what can seem a long time is no mistake, and no laziness. Fight the guilt and the fear of judgements from colleagues and managers alike. Let’s turn something sad into something great: many of us will need to take time off work (very sad fact). Which is precisely why many of us will show understanding and compassion. (great stuff!)

Don’t’worry about what other people think you are capable of. But do, seriously, ask yourself a question: not ‘what am I capable of?’ but: ‘what do I want to be capable of?’ Because it’s nice to be ambitious if you want. But it’s also absolutely fine not to be.


Est-ce que j’arriverai un jour à reprendre le travail ? Ce qui se passe après un long arrêt maladie.

Les TOC et la dépression m’ont rendue incapable de faire mon travail. Je n’arrivais plus à fonctionner au quotidien. Mis bout à bout, mon arrêt maladie et le temps que j’ai ensuite passé sans activité professionnelle (après ma démission, du repos, et une nouvelle recherche d’emploi) représentent environ une année. Ce n’est pas si long comparé à ce que certains doivent traverser, mais ça a été suffisamment long pour que je remette en question ma capacité à travailler. Je me disais : et si dans tous les boulots que je prenais, ce cycle de la dépression revenait ?

Parce que c’est vrai. Il faut briser ce cycle-là.

Ça ne signifie pas qu’il faille nécessairement démissionner ou changer de boulot. C’est ce que j’ai fait, mais parce que dans mon cas, c’était nécessaire. Je connais plein de gens qui retournent à leur travail après un long arrêt maladie. Ils vont bien, et ils sont doués pour ce qu’ils font. Si vous pensez que ce que vous faites peut vous rendre heureux, alors bien sûr que ça vaut le coup de se battre pour.

Dans ce cas-là, ce que vous craigniez certainement le plus, c’est le regard et les jugements de vos collègues. Vous pensez qu’ils vont vous voir comme quelqu’un sur qui on ne peut pas compter. Vous croyez qu’ils sont là à se dire : il/elle est sur le point de craquer à chaque instant. Laissez-moi vous dire quelque chose : c’est faux. Il y a grosso modo deux catégories de gens : ceux qui jugent, et ceux qui ne jugent pas. Ceux qui jugent ont commencé à vous juger bien avant vos problèmes de santé. Alors ne craigniez rien, s’ils parlent de vous en mal, ce n’est pas dû à vos soucis de santé. C’est juste dû au fait qu’ils parlent dans le dos des autres, et vous ne pouvez rien y faire tant qu’ils n’ont pas décidé eux-mêmes de changer. L’autre catégorie (bon okay, j’avoue, ça n’est pas que blanc/noir et il y a des zones grises, mais restons simples pour faciliter l’argumentation). Ça signifie que quoique vous viviez, ils ne penseront pas que votre valeur se mesure en nombre de jours d’arrêt maladie, ou grâce au total de vos moments de crise.

J’ai fait l’erreur de croire que si l’on allait jusqu’au point d’être en arrêt maladie pendant plusieurs mois, personne ne nous ferait plus jamais confiance. Je me disais : à quoi ça sert, de rester à cet endroit, à ce poste ? On ne me donnera plus jamais de responsabilités. Et si c’est ce que vous vous dites vous aussi, je vous implore de regarder autour de vous honnêtement. Ne connaissez-vous pas vous-mêmes pas mal de gens qui ont connu des états de crise ? Si on ne faisait plus jamais confiance aux gens qui ont connu des difficultés au cours de leur vie… ben y aurait plus grand monde pour aller bosser.

C’est un peu comme avec les gens que vous connaissez hors du travail. Vous pensez que parce qu’ils savent que vous avez été une loque à un moment donné, ils n’écouteront plus jamais ce que vous avez à dire, ni ne vous demanderont plus jamais conseil. Qu’est-ce que ça pourrait bien valoir, l’opinion de quelqu’un qui a un grain, de toute façon ? Et puis un jour quelqu’un vous pose une question. Vous vérifiez derrière vous: c’est vraiment à vous qu’il s’adresse ??? Comment ça se fait ? Est-ce que vraiment il… me fait confiance ?? Vous avez l’air surpris. Personnellement oui, ça m’a surprise. Mais les gens sont comme vous: ils ont eu leur moment de craquage, aussi. Pourtant ce sont des gens normaux, qui continuent leur route. On vous fera confiance à nouveau, pas d’inquiétude.


Alors la question, c’est celle-ci : est-ce que j’arriverai un jour à rebosser, quel que soit le travail ? C’est en effet difficile à concevoir quand vous êtes épuisé cinq minutes seulement après être sorti du lit. Procédons donc par étape pour y répondre.

La première chose à savoir, c’est si vous vous sentez capable de retourner à votre poste. Je crois que c’est possible dans la plupart des cas, et c’est pourquoi les gens le font. Je les admire. Ils prennent une pause, respirent hurlent et pleurent, et ils recommencent. Si vous faites un travail qui, selon vous, peut vous rendre heureux un jour (même si là tout de suite vous n’êtes pas forcément heureux), peut-être que ça vaut le coup de se battre pour y rester. Je dis « peut-être », parce que je ne suis pas une coach ni une psy. Ça dépend de ce que vous espérez de la vie. Et de combien temps vous êtes prêts à essayer.

La deuxième chose qui fait peur, c’est de savoir si vous pourrez jamais être heureux dans un boulot, quel qu’il soit. Si c’est ce que vous vous dites, alors il est temps d’envisager plusieurs voies. J’ai réalisé que je devais changer de travail quand cette pensée m’est venue : même si tout se passait du mieux possible, je ne pense pas pouvoir dire que je serais heureuse. Il y aurait toujours beaucoup trop de stress, pas à cause du boulot, mais à cause de mes angoisses. Je suis dans une voie où une personnalité comme la mienne est incapable de trouver du repos. Je ne peux jamais connaître de vraies pauses. Et j’ai besoin de pauses. Ça m’a pris des années pour m’en rendre compte, mais oui, j’en ai besoin. Pire : j’en ai envie.

C’est là que j’ai décidé de changer.

Maintenant je suis vraiment heureuse. Pas parce que tout est parfait, bien sûr qu’il y a des jours de merde aussi. Mais mon boulot est maintenant ce qu’il doit être : quelque chose qui m’aide à vivre. J’ai dû réfléchir à pas mal de trucs quand j’ai pris cette décision.

Notamment, il est essentiel de voir que ce qui est bon pour nous ne l’est peut-être que pour nous. Par exemple, je travaille maintenant dans une bibliothèque. Je passe mes journées à mettre en rayon des livres et à ranger. Et je vous jure, je trouve ça incroyablement rassurant. Avec mes TOC, je me suis dit qu’il me fallait trouver quelque chose où la répétition et l’ordre faisaient partie intégrante du travail, mais pas au point que la pression y soit trop élevée. Laisse-moi m’expliquer un peu mieux. Si je ne mets pas un livre exactement à sa bonne place, personne ne va mourir (bien que je me le sois parfois demandée, car c’est ça que me font les TOC, mais je sais que je peux lutter contre cette idée en prenant appui sur des probabilités statistiques, et aussi grâce aux outils de thérapie cognitivo-comportementale). Je ne pourrais pas, par exemple, nettoyer et ranger du matériel de chirurgie. Et je ne pourrais certainement pas veiller à la sécurité des gens sur un manège dans une foire. Mais des livres ? Ça me va.

Pourtant, je ne vais pas vous dire que c’est le travail parfait pour quelqu’un qui a des TOC. Cela dépend de quel TOC vous avez, et de votre personnalité, bien sûr. Un certain volume de répétition est ce dont j’ai besoin, ce que je recherche. Mais pour d’autres, cela peut s’avérer un cauchemar. Tous les matins, je me rends au travail en pensant que les taches à mener seront similaires à celles la veille, et que demain, elles le seront aussi. Cela m’aide à un point ! Alors que d’autres trouveraient cela effrayant et terriblement ennuyeux. C’est ça, que je veux dire : qu’est-ce qui vous rassure ? Qu’est-ce qui vous donne un équilibre ?

J’ai su lorsque j’ai changé de travail que le contenu du poste n’était pas l’unique facteur à retenir. Je voulais, pour ma part, que mon travail finisse à la fin de la journée. Je ne voulais plus avoir un rapport vie privée-vie professionnelle si déséquilibré, parce que je suis incapable de m’autoriser des pauses. Certains sont excellents dans ce domaine. Clairement, moi je ne l’étais pas. J’avais besoin d’un boulot que je ne ramènerais pas à la maison. Un travail où même si je me repassais encore et encore des scènes de la journée, il n’y ait rien que je puisse y faire. Plus de copie à corriger pour la troisième fois. Plus de cours à sur-préparer, et à recommencer encore à trois heures du matin.

Vous vous demandez si vous pourrez un jour reprendre le travail ? Je suis ravie de vous dire que dans la grande majorité des cas, la réponse est : oui, vous le pourrez. La première chose à faire, cependant, c’est comprendre que prendre un arrêt maladie et ne pas travailler pendant un long moment n’est ni une erreur, ni de la paresse. Luttez contre la culpabilité et les jugements de vos collègues ou de vos chefs. D’un fait assez moche, voyons une belle réalité : beaucoup d’entre nous aurons besoin d’arrêter de travailler pendant un moment (c’est moche), mais c’est précisément pour ça que beaucoup d’entre nous sommes capables de faire preuve de compréhension et d’empathie (belle réalité, non?).

Cessez de vous demander ce dont les autres pensent que vous êtes capables. Mais posez-vous sérieusement une question ; non pas : « de quoi suis-je capable ? » mais : « de quoi ai-je envie d’être capable ? » Parce que c’est bien d’être ambitieux si vous le souhaitez. Mais ne pas l’être peut être un choix tout aussi respectable et judicieux.

Top

Advertisements

Drugs : Can There be Such a Thing as a Good Addiction?

french flag pastel

The other day, a friend made me realise that I hadn’t said much here about the drugs I’ve been taking to fight depression and OCD. He was right; and that’s unfair. Not only because medicines have had a significant impact on me. But because I can’t tell you about Cognitive Behavioural Therapy/CBT only.

Research has shown that combining CBT and drugs is a very successful equation to break free from OCD. According to my doctors, it has even proved the most effective way.

This is probably because in order to engage with CBT, you must be able to think. It sounds pretty simple, but since CBT teaches you how to train your brain to think differently, you have to feel at least able to focus, concentrate, reflect on your experiences, for more than 2 seconds.

The problem was that I absolutely couldn’t. Before the drugs, I couldn’t think about anything but work, or guilt. Guilt, or work. Work WORK WORK GUILT.

So, anyway, here are the drugs I currently take:
– Fluoxetine – 60mgs – every day [you might know this alternative name: Prozac]
– Diazepam 2mgs – 2 pills when needed. I try to avoid taking any if I can, as I’ve been warned that Diazepam is very addictive.

I’ve been on these drugs since September 2013. I started with Fluoxetine 20mgs, but my GP and psychiatrist decided to increase the dosage rather quickly, for reasons I’ll explain later. I also started with taking only one pill of Diazepam at a time, but since I could feel no effect whatsoever, my doctors recommended that I try with two pills in one take. Which is what I do now, when I urgently need to address my anxiety.

Before going into more details, however, here are some elements of context.
Two years ago, I didn’t want to take any medication. I’d had the time to develop a whole network of reasons for this. Below are a few of them:

– I didn’t want to be over-medicated.

– Although I never denied the fact that I had mental health issues, I had probably bought into the stigma which goes with such drugs, without being even aware that I was buying into it. I believed the prejudice according to which over-privileged people with small problems who can’t cope on their own need their daily pills to bear their somehow meaningless life. I felt guilty for being broken, and illegitimately weak for needing help.

– I thought that taking drugs was a very passive – since overly scientific – approach to mental health: ‘okay, so you’re saying you’re gonna give me a few pills and just like that, I’ll feel great?’ – hem… No, in fact, no one ever said that to me… Whatever. That’s what I thought. I believed the deal was: ‘Take these, problem solved! Next!’

– Probably the most terrifying reason for me: I’ve always thought that once I would have tried medication, I would have resorted to the very last option… To me, it was crystal clear: ‘if drugs don’t work, then nothing will’. So not trying medicines allowed me to keep alive the hope that if I did take them, they might well work… Whilst not facing the fact that I might be incurable. [turns out: it works, but there are also other things you can do. Just so you know.]

No Magic: Drugs Taking and Active Psychological Development

The first thing I’d like to highlight is that drugs can help you an awful lot, but they won’t make you feel great magically. No serious doctor will ever advise you to take drugs and just see how it goes! You’ll have to put in extra efforts every day. You’ll have to go out, for instance, try to be active, push yourself to socialise even/especially when you don’t feel like it.

It may sound simple. But that’s actually why I started taking medication. I couldn’t go out any more. I couldn’t be active. I couldn’t even focus on a movie at home, let alone focusing on walking in the street, or talking to people without hearing relentless nasty voices in my head. Everything was painful and incredibly hard to do. No wonder I didn’t want to do them.

When I do the dishes nowadays, I always think about that time, when just thinking about washing stuff tired me out completely. I would feel exhausted after 10 minutes of washing up. Rightly so, because I would have been thinking about it for an hour before, probably, and I already knew that I would obsess on every detail about this so-called routine action for the next hour to come.
Now doing the dishes is just one of the many things I do during the day. And I still have time to do other stuff. I still don’t like doing the dishes, don’t get me wrong. Who does? But I accept it before even questioning it. I don’t overthink it. I no longer fear it. It has to be done, period. So I might as well do it now, to be free later.

When my GP, psychiatrist and psychologist saw me at the time, they told me that we’d have to take drastic measures. Training my brain to think differently was an absolute requirement. But I had been caught for so long into a debilitating state of mind that I was emotionally and physically exhausted. I needed to sleep. And to re-align. I needed to feel like I owned my body again. I needed to be able to not cry every day for hours, for no apparent reason. That’s why I needed to take medication, and to increase the dose quickly. I needed to stop looking at that stupid ceiling, obsessing on that stain that would never go away.
My GP said: first, you need to build up a different physical and emotional state. If you don’t get up, if you don’t go to bed, if you spend your days sat on your couch crying on the fact that you can’t lie down, we’ll have you get up first. At the moment you can’t. So you won’t be able to work on any further issues. You need to feel better, first, and that’s what Fluoxetine [Prozac] is for.

Fluoxetine

As stated on the NHS website, Fluoxetine is one of the ‘Selective serotonin reuptake inhibitors (SSRIs), a widely used type of antidepressant medication. They are mainly prescribed to treat depression, particularly persistent or severe cases, and are often used in combination with a talking therapy such as cognitive behavioural therapy (CBT). […] As well as depression, SSRIs can be used to treat certain other mental health conditions, including: generalised anxiety disorder (GAD), obsessive compulsive disorder (OCD), panic disorder, severe phobias, such as agoraphobia and social phobia, bulimia, post-traumatic stress disorder (PTSD)’. The NHS website also explains how such drugs can be beneficial: ‘It’s thought that SSRIs work by increasing the levels of a chemical called serotonin in the brain. Serotonin is a neurotransmitter (a messenger chemical that carries signals between nerve cells in the brain). It’s thought to have a good influence on mood, emotion and sleep. After carrying a message, serotonin is usually reabsorbed by the nerve cells (known as ‘reuptake’). SSRIs work by blocking (‘inhibiting’) reuptake, meaning more serotonin is available to pass further messages between nearby nerve cells. It would be too simplistic to say that depression and related mental health conditions are caused by low serotonin levels, but a rise in serotonin levels can improve symptoms and make people more responsive to other types of treatment, such as CBT.’

In other words, Fluoxetine was there to help me benefit from CBT.

But here’s what I feared so much: ‘A course of treatment usually lasts for at least six months, although longer courses are sometimes recommended and some people with recurrent problems may be advised to take them indefinitely’. I really didn’t want to hear that. However, today, I have absolutely no problem with the idea of taking it for a very long time. Forever, if need be. One issue at a time, thank you very much. I’ve let go of the multiple fears in order to focus on one at a time.

Diazepam

Diazepam, on the other hand, isn’t a drug that you take every day for a very long time. Still according to the NHS website, ‘Diazepam belongs to a class of medicines called benzodiazepines. Diazepam is a medicine which helps to control feelings of anxiety. It makes people feel less agitated and less tense. It also acts as a sedative and an anticonvulsant. It can help relieve to muscle spasm. Diazepam should only be used for the shortest period of time possible. Otherwise Diazepam can cause tolerance, dependence and even withdrawal symptoms in some people.’

Diazepam is to be used in a crisis, whereas Fluoxetine is what made my mood more stable over the long term, so that I could do exercises to train my brain to think differently.

I won’t talk about this too much today, but it had to be noted that these medical options must be considered very carefully. Side effects are numerous, and real. They will indeed be monitored in case of a treatment.

The Power of Placebo Effect?

Now I must tell you that I’m a fervent believer in the placebo effect. At least I think it has a huge impact on me. So to me, the very decision of taking drugs had probably made 70% of the job already. I was going to get better. I had to.

And slowly, but surely – actually a lot faster than I could have hoped, drugs helped me to just get out of bed, and go back to bed at normal hours – well okay, at acceptable hours.

The first few months, I usually slept until 2 or 3pm. I was exhausted. I had so many nights (years) to catch up on.
Then one day, I woke up before noon. It was incredible. I couldn’t believe the red numbers on the alarm clock. I had woken up before lunch time! Like a normal human being! It was one of the most significant days in my treatment. I know that without medical help, it would have been a lot harder to convince me that I needed to sleep more… Whether or not I have benefited from a placebo effect, I felt supported daily. To me, that’s what matters.

Now I have a 9-to-5 job, so I wake up every morning around 7am. And that’s fine. Of course I still want to go to bed at 4am. But I (usually) don’t. Because thanks to CBT, now I know more about how to convince myself that I should listen to bodily signs, and ignore psychological barriers.

As for the Diazepam, which helps during anxiety crises, it helped me a lot with interactions in particular. Indeed, I feared social situations more than ever. Going to a cinema – where you don’t even have to talk to other people – was sort of a nightmare. But I went. I took just one pill, it didn’t do me any good, it was a bad night, frankly I don’t even remember the movie. I was too busy looking at the alley in the middle, and at something weird at the top of the screen, then at my hands, and everything else but the screen, and oh my god I’m ashamed, and ashamed, and ashamed.

Then I tried taking two pills. It worked. Again, I don’t care whether it’s a placebo effect or not. I felt relaxed. I really did. It was okay to sit with other people and accept that I was living among them, and that I wasn’t guilty of everything they felt bad about.

All of these improvements will never have happened if it wasn’t for the complementary work I was involved in with my psychologist and psychiatrist. Now the problem is, at first, I felt so shit that I could never have done anything to get better. The priority was to re-enter life. Failing that, how can you even work on improving your emotional health? If you can’t even think, how could you develop positive thinking?

So yes, it’s not ideal. Yes, I wish I’d had recovered without messing with the chemicals in my brains, or my belief in the placebo effect. But I didn’t need an ideal solution. I needed A solution.
I’m not advocating drugs. I fully understand why some are against such medicines. Let’s not forget that it’s called a drug, after all. I will never tell anyone who doesn’t want to take it that they should. Frankly, I won’t even consider that. It worked for me because as I said, it was fully part of the I’m-gonna-get-better state of mind I had reached. If you’re not in that place, then maybe you need something else, to get to that place first. The important thing is: talk to someone. And remember this: things can get better. A LOT better.


Médicaments: ça existe, une addiction saine ?
L’autre jour, un ami m’a fait prendre conscience que je n’avais pas encore dit grand-chose concernant les médicaments que je prenais pour lutter contre la dépression et contre les TOC. Et il avait raison ; il faudrait en parler. Non seulement parce que les médicaments ont eu un réel impact sur moi, mais parce que je ne peux pas vous parler uniquement de Thérapie Cognitivo-Comportementale.

Des recherches ont montré que combiner la Thérapie Cognitivo-Comportementale et certains médicaments était une équation très puissante pour parvenir à sortir des TOC. Selon mes docteurs, c’est même la méthode qui donne les meilleurs résultats.
C’est sûrement parce que pour s’impliquer vraiment dans une telle thérapie, on doit être en mesure de penser. Ça a l’air plutôt simple, dit comme ça, mais puisque le but de la TCC (Thérapie Cognitivo-Comportementale) est d’apprendre à son cerveau à penser ou réagir autrement, on doit pouvoir être capable de se concentrer et de réfléchir à ses propres expériences pendant un peu plus de deux secondes.

Le problème, c’est que je n’y arrivais pas. Avant les médocs, je ne pouvais penser à rien d’autre qu’au travail et à la culpabilité. A la culpabilité, ou au travail. Travail TRAVAIL TRAVAIL CULPABILITE.

Enfin bon, revenons-y, aux médicaments que je prends à l’heure actuelle. Les voici:
– Fluoxétine – 60mgs – tous les jours [vous le connaissez peut-être sous un autre nom : Prozac]
– Diazépam 2mgs – 2 pillules quand le besoin se fait sentir. J’essaie d’éviter d’en prendre, car on m’a prévenue qu’on en devient vite très dépendant.

Je prends ces médicaments depuis septembre 2013. J’ai commencé par des doses de 20 mgs de Fluoxétine, mais mon médecin et ma psychiatre ont décidé d’augmenter les doses assez rapidement, pour des raisons que j’exposerai plus loin. J’ai également commencé par prendre une seule pilule de Diazépam par prise ponctuelle, mais comme ça ne me faisait absolument rien, mes médecins m’ont recommandé d’en prendre deux à la fois. Et c’est ce que je fais maintenant, si je ressens le besoin d’agir immédiatement sur mon angoisse.

Avant de rentrer davantage dans le détail, voici cependant quelques éléments de contexte.

Il y a deux ans, je ne voulais prendre aucun médicament. J’avais eu le temps de développer tout un réseau de raisons pour cela. En voici quelques-unes :

– Je ne voulais pas être sur-médicamentée.

-Bien que je n’ai jamais nié avoir des problèmes de santé émotionnelle, j’avais certainement intériorisé le stigma qui va avec de tels traitements. Ce préjugé qui voudrait que des gens sur-privilégiés avec de tout petits soucis, des gens qui ne savent pas s’en sortir seuls, aient besoin de leur pilule quotidienne pour accepter une vie sans véritable sens. Je me sentais coupable d’être défaillante. Je me sentais illégitimement faible d’avoir besoin d’aide.

– Je considérais les médicaments comme étant une approche très passive (parce qu’outrageusement scientifique) de la santé mentale et/ou émotionnelle. « D’accord, alors vous me dites que vous allez me filer ces gélules et que là, d’un coup, je vais me sentir super bien ? » Bon… En fait personne ne m’a jamais dit ça. Mais bref. C’est ce que je croyais. Je pensais que c’était ça, l’idée: « allez prenez-moi ça, ok, problème résolu! Au suivant ! »

– Probablement la raison la plus terrifiante à mon sens : je m’étais toujours dit qu’une fois que j’aurais essayé les médicaments, j’aurais grillé mon ultime recours. Pour moi, c’était d’une évidence criante : si un traitement médical ne fonctionne pas, alors rien ne fonctionnera. Ainsi, ne pas prendre de médicaments me permettait de garder cet espoir que si j’en prenais un jour, ils pourraient bien marcher… Sans que j’aie à faire face à l’éventualité d’être incurable. [au fait, ça marche, mais on peut aussi tenter plein d’autres choses. Juste pour que vous sachiez ça, quand même.]

Certainement pas un tour de magie: prise de médicaments et développement psychologique

La première chose sur laquelle je voudrais insister c’est que les médicaments peuvent nous aider considérablement, mais qu’ils ne nous font pas nous sentir hyper en forme, hyper bien, comme par magie – fût-ce une magie scientifique. Aucun docteur un tant soit peu sérieux ne recommanderait la prise de médicaments en disant, bon, on va bien voir, laissons agir ! Il nous faut faire des efforts complémentaires chaque jour. Il faut sortir, par exemple, essayer d’être active, se pousser à voir des gens même quand – surtout quand – on n’en a pas envie.

Oui ça paraît simple. Mais en fait, c’est surtout pour ça que j’ai commencé à prendre des médocs. Je ne pouvais plus aller dehors. Je ne pouvais plus être active. Je ne pouvais pas même me concentrer sur un film chez moi, alors ne parlons pas de me concentrer suffisamment pour aller marcher dans la rue, ou pour parler à des gens sans que cessent ces horribles voix criardes dans ma tête. Tout était douloureux, tout était devenu incroyablement difficile à faire. Tu m’étonnes que j’avais envie de ne rien faire.

Quand je fais la vaisselle à présent, je repense à ces moments-là, ces moments où rien que de penser à nettoyer des trucs m’épuisait complètement. Je me sentais vidée après seulement 10 minutes de vaisselle. Et c’était logique, puisque j’y avais sûrement pensé depuis une heure déjà avant de commencer, et que je savais bien que j’y penserai avec obsession pendant l’heure qui suivrait, grattant le moindre détail d’un acte qu’on dit soi-disant banal.

Maintenant faire la vaisselle c’est juste un des trucs que je fais pendant la journée. Et j’ai encore le temps de faire d’autres choses à côté. Qu’on se comprenne bien : je n’aime toujours pas faire la vaisselle. Qui aime ça ? Mais j’accepte de la faire avant de questionner le geste. Je ne surinvestis pas en pensée cette action. Je n’en ai plus peur. Ça doit être fait, un point c’est tout. Alors tant qu’à faire je vais le faire maintenant, pour être tranquille après.

Quand mon médecin, ma psychiatre et mon psychologue m’ont rencontrée pour la première fois, ils m’ont dit qu’il nous faudrait prendre des mesures drastiques. Apprendre à mon cerveau à réagir différemment était un impératif urgent. Mais j’étais restée enfermée si longtemps dans cet épuisement que je n’en pouvais plus, que ce soit émotionnellement ou physiquement. Je devais dormir. Et me recentrer. Je devais parvenir à reprendre possession de mon corps. Je devais parvenir à ne pas chialer pendant des heures tous les jours, sans raison apparente. Et c’est pour ça que je devais prendre des médicaments, et que la dose augmenterait vite. Je devais arrêter de fixer ce foutu plafond, en restant bloquée sur l’obsession d’une tache qui ne partirait jamais.

Mon médecin m’avait dit : d’abord, il va falloir créer un nouvel environnement physique et mental. Si tu ne te lèves pas, si tu ne vas pas te coucher, si tu passes tes journées sur ton canapé à pleurer sur le fait que tu n’arrives pas à t’allonger, il nous faut d’abord t’aider à te lever tous les matins. En ce moment, tu ne peux plus. Ce qui fait que tu ne peux travailler sur aucun autre problème. Tu dois d’abord te sentir mieux, et c’est ce pour quoi on va utiliser de la Fluoxétine [du Prozac].

La Fluoxétine

Selon notre ami Wikipédia (désolée, la Sécu, c’est pas comme la NHS en Angleterre, elle n’a pas de site explicatif), « le chlorhydrate de fluoxétine (Prozac, Sarafem) est un psychotrope de type inhibiteur sélectif de la recapture de la sérotonine (ISRS) utilisé comme antidépresseur dans le traitement de la dépression, des troubles obsessionnels compulsifs, de la boulimie nerveuse, des troubles dysphoriques prémenstruels, et de nombreux autres états. »

L’impact physique de ce type de médicament est également résumé sur la page Wikipédia : « Un des mécanismes impliqués dans la dépression serait liée à un déficit en sérotonine. Les ISRS agissent en empêchant la recapture de la sérotonine par le neurone pré-synaptique. De fait, ce neurotransmetteur va rester plus longtemps dans l’espace synaptique, augmentant sa probabilité d’être reconnu par le neurone récepteur et majorant ainsi la stimulation de ce neurone. »

Cette modification physique aiderait le corps à bénéficier au maximum, et le plus rapidement possible, de la Thérapie Cognitivo-Comportementale. C’est ce qu’on a espéré dans mon cas.

Mais voici ce que je craignais : la durée potentielle du traitement. Selon le site de l’Inserm : « Ces médicaments [les antidépresseurs] doivent être pris régulièrement pendant 6 à 12 semaines pour surmonter la phase aiguë de la dépression. Le traitement doit se prolonger 4 à 9 mois (phase de consolidation) pour en maintenir le bénéfice et réduire le risque de rechute. Lorsqu’un patient en est à son troisième épisode dépressif ou plus, le traitement doit se prolonger pendant plusieurs années pour éviter une nouvelle récidive (on parle de phase d’entretien). Les données varient sur la durée optimale du traitement, qui peut aller jusqu’à 5 ans. »

Je ne crains plus la durée que ça aura à présent. Un problème à la fois, merci bien. J’ai lâché prise, en ce qui concerne les luttes démultipliées, et je préfère me concentrer, une lutte après l’autre…

Le Diazépam

Le Diazépam, au contraire, n’est pas un médicament que l’on prend tous les jours pendant très longtemps. Ne rigolons pas avec ça, car il appartient aux benzodiazépines, catégorie « tranquillisants ou anxiolytiques ». Selon un document disponible sur le site de l’Inserm, « d’usage fréquent, les benzodiazépines appartiennent aux deux premières catégories de médicaments psychotropes [tranquillisants ou anxiolytiques / somnifères ou hypnotiques] et sont à haut risque de pharmacodépendance en cas de consommation chronique. »

Le Diazépam s’utilise ponctuellement, en cas de crise sévère, alors que la Fluoxétine fait que mon humeur reste plus stable sur le long terme, afin que je puisse faire les exercices nécessaires à mon réapprentissage du cerveau.
Je ne m’attarderai pas là-dessus aujourd’hui, mais il est important de noter que ces possibilités médicamenteuses sont donc tout sauf anodines, elles sont à considérer avec précaution, et que les effets secondaires sont à prendre au sérieux. Ces effets seront d’ailleurs surveillés dans le cas d’un traitement.

Le pouvoir de l’effet placebo?

Je dois vous dire que je crois fermement en l’effet placebo. Je pense qu’il a du moins un impact assez significatif sur moi. Ainsi, je pense que dans mon cas, le simple fait de décider de prendre des médicaments, c’était comme de faire 70% du boulot. Je devais aller mieux. Ça allait aller mieux, évidemment.

Et lentement, mais sûrement – et en fait bien plus vite que ce que j’avais espéré, les médicaments m’ont aidé à sortir de mon lit, et à y retourner à des heures normales – bon, ok, disons à des heures acceptables.

Les premiers mois, je dormais facilement jusqu’à 14h ou 15h. J’étais épuisée. J’avais tellement de nuits, tellement d’années à rattraper.
Et puis un jour, je me suis levée avant midi. C’était incroyable. Je n’arrivais pas à croire à ces nombres rouges sur le radio réveil. Je m’étais levée avant midi ! Comme un être humain normal ! Ce fut l’un des jours les plus marquants de mon traitement. Je sais que sans cette aide médicale, on aurait eu du mal à me convaincre de dormir davantage… Que j’aie ou non bénéficié d’un effet placebo, je me suis en tout cas sentie soutenue quotidiennement. Pour moi, c’est ça qui compte.

Maintenant, j’ai un boulot type 9h-17h, donc je me lève aux alentours des 7h. Et ça se passe bien. Bien sûr que j’ai toujours envie d’aller au lit à 4h du mat. Mais je ne le fais pas (pas souvent; quoi). Parce que grâce à la TCC, je sais maintenant davantage comment me convaincre d’écouter les signes du corps, et d’ignorer certaines barrières psychologiques.

En ce qui concerne les crises d’anxieté, le Diazépam m’a aidée pas mal en cas d’interactions sociales. J’avais en effet plus peur que jamais de ces situations-là. Aller au cinéma (où pourtant rien ne nous oblige à parler à quelqu’un, au contraire) était une forme de cauchemar. Mais j’y suis allée. Et puis j’ai pris une pilule, ça ne m’a rien fait, ça a été une nuit difficile, franchement je ne me souviens même pas du film. J’étais trop distraite, occupée à regarder l’allée du milieu, et quelque chose en haut de l’écran, et puis mes mains, et puis tout sauf l’écran, et oh mon dieu j’avais honte, ouais j’avais honte, j’avais tellement honte.

Et puis j’ai essayé deux pillules. Ça a marché. Je me répète : je me fiche, au fond, de savoir si c’est un effet placebo ou pas. Je me suis sentie plus détendue. Vraiment, oui. D’un coup, c’était possible de s’asseoir avec d’autres gens et d’accepter que je vive au milieu d’eux, tout comme accepter que je ne sois pas responsable de tout ce pour quoi ils se sentaient mal dans leur vie.
Notons toutefois que tous ces progrès n’auraient pas pu se faire sans le travail complémentaire opéré avec mon psychologue et ma psychiatre. Le problème, c’était qu’au départ je me sentais tellement mal que je n’aurais jamais rien pu faire pour me sentir mieux. La priorité, c’était de rentrer à nouveau dans la vie. Si je n’y parvenais pas, comment aurais-je pu même essayer d’améliorer ma santé émotionnelle ? Si on ne parvient pas même à penser, comment peut-on espérer la pensée positive ?

Alors bien sûr que ça n’est pas ideal. C’est vrai, j’aurais préféré guérir sans intervenir sur les éléments chimiques de mon cerveau, ou sans recourir à ma croyance en l’effet placebo. Mais je n’avais pas besoin d’une solution idéale. J’avais juste besoin d’UNE solution.

Je ne suis pas partisane des médicaments. Je comprends parfaitement que certains s’y opposent. C’est une drogue, évidemment. Je ne dirai jamais à personne qui ne veut pas en prendre, si si, tu devrais en prendre. Franchement, ça ne me viendrait même pas à l’esprit. Ça a marché pour moi parce que comme je l’ai dit, j’étais déjà dans un état d’esprit type « okay je vais aller mieux, tu verras ». Si on n’en est pas là, peut-être qu’on a besoin de quelque chose pour nous aider d’abord à accéder à cet état d’esprit là. La seule chose à retenir, c’est ça : parlez-en à quelqu’un. Et souvenez-vous : les choses peuvent s’arranger. Franchement, elles peuvent même s’arranger, un truc de dingue.

Top

How Others Can Help Us To Break Free From Denial… Without Being Judgemental

french flag pastel

I’ve been taught never to start an essay with ‘for years’ or ‘for decades, etc.’ That’s why I’ll start like that. I’m such a rebel.

For years, I’ve felt real compassion for people who were dealing with mental health issues. I mean, I truly was compassionate. I thought: poor them, it must be awful to live such an existence, and what’s even worse, most of the time they don’t even know they have a condition… That’s denial. It must be so painful.

Yeah, right.

For instance: workaholism. Oh lord, did I think they made poor choices, those who lived that way! I watched documentaries on this spreading illness, with stress and competition factors brought to us by buzzwords such as ‘success’ and ‘achievements’. And I thanked god all the time for not suffering from such an addiction to work. I just loved my job so much. It was completely different, you see. I cared so much about my students and colleagues. It wasn’t an addiction, no, it was dedication.

Then one day one of my flatmates, a very clever and friendly guy, suggested I could be a workaholic. I mean, he didn’t say it like it was even the focus of the conversation… It was as if he was stating the obvious, so why elaborate? It was something like this: ‘as a workaholic yourself, surely you know that…’ followed by words I can’t remember. Because the word ‘workaholic’ took all the available room in my brain at that very moment.

I thought to myself: What did he just say?! But I’m so not a workaholic! I love what I’m doing, that’s sooo different!

Alright then. Let’s apply this logic to another addiction, just to see how well it works.
– You’re an alcoholic.
– Not at all, I just love alcohol!
– Wait… I… Okay, nevermind.

I didn’t want to believe it. A workaholic is someone who’s no longer in control. I couldn’t NOT be in control. I wanted to have an interesting job is all.

And what’s being in control anyway? If it means you can stop when you want, well, then… I can’t really answer, because I never wanted to stop.

In fact I had forgotten what ‘to want’ meant. Was it when you were so tired that you finally fell asleep on the keyboard? Was it when you were not really enjoying that seventh meal of the day, because you had been awake for 32 hours and you needed more and more food to keep going?

‘No, I’m not a workaholic.’
That’s what my brain kept repeating.

Just as someone who transfers alcohol in innocent containers so that family members don’t notice, I always tried to wrap up my work in some other cool activities. I wasn’t reading more critical analysis of literature, I was being a voracious reader. I wasn’t avoiding watching TV and going out, I’d just much prefer being on my own for days and weeks, contemplating my laptop. Because, see, I wasn’t typing for 18 hours straight, I was just being over-inspired.

Damn you, inspiration.

Inspiration was my word for ‘I literally can’t stop, I swear I don’t remember how to.’ I might as well pretend I liked it.

Months later, my other flatmate, himself a very clever and friendly guy, suggested to watch movies. Or maybe it was I who suggested that. Anyway, movies were on the to-enjoy list for the evening.

I said to him: ‘do you mind if I come to the living room with my laptop, I just have a few editing to do on an article, it’ll only take 20 minutes?’ It was something like 10pm.

In the background was French movie La Haine, a masterpiece. That we watched on my recommendation… Or that one of us was watching anyway…

When I was done with editing – done for the day, as the day after was spent undoing everything I had done by editing some more – it was about 2am. My flatmate was exhausted.

Bless him, he waited all this time with me, and he wasn’t even angry.

La Haine was over. We wanted to watch Seven. We said we would watch Seven.
We didn’t watch Seven.
I did though.
I did watch it because I felt so incredibly guilty. Why was it that I was surrounded by great people wanting to share real experiences and conversations, people I enjoyed so much spending time with, and that I had to hide behind a huge pile of repetitive tasks?

My flatmate fell asleep on the couch.

I apologised to him so many times the day after. He said it was okay, ‘don’t worry!’ Of course, because he’s a great guy. But it wasn’t okay. It wasn’t okay at all to be unable to spend one freaking evening without working for hours.

Now that I’ve had a real breakdown and completely changed the way I live and consider daily experiences, I realise how lucky I was to meet such people. My flatmates. Because they knew it wasn’t okay, but at the same time they didn’t try to convince me of anything. They told me that I should care more about myself, care less about getting everything perfect for the job, but they’ve never been judgemental towards me and my shitty lifestyle.

Again, perhaps because they’re smart and kind people, they knew that I wouldn’t listen anyway, as I was completely blind to my own reflection in the mirror.

I’ve lived with them for about a year. And they’ve been more important to me than they probably think they have. Because they’ve shared my life on this last run. The one before I completely fell apart.

They’ve been honest, yet never hurtful. They’ve told me I was working too much, because I was. But they never said: ‘what you’re doing is the dumbest thing I’ve ever seen! You don’t even enjoy life! You workaholic people are stupid.’

Most working days, I was coming home between 7 and 8pm, then 8 and 9pm, then 9 and 10pm. And it’s only because the building needed to be locked up at 10pm that I left. I would have stayed there the whole night, maybe. I don’t know. I don’t want to know.

So yeah, I was a workaholic. I thought I was so different. I couldn’t be a workaholic, because I loved my job, AND I chose what I did, AND I had a great manager and supportive supervisors, AND my colleagues were helpful, AND the workplace was set in such a beautiful landscape, AND it was to be expected to have long days because I was an early-career academic, AND it will all eventually calm down, AND intellectual work isn’t as exhausting as manual jobs anyway, AND I was privileged to even be in such a position, AND I didn’t like resting that much, AND I’ve always loved reading, so why would it matter if I read for work instead of my own pleasure, AND I could go on and on but you get the idea.

You need no reason when what you’re doing is right. That’s the difference. Now my day is no longer filled with self-justifications. Having to struggle with your own ethics and values says a lot about where you are in life.

I would never have judged anyone with a lower position on the social scale.

I never considered salary, career and promotion as goals in my life.

I’d always said that people who spend their life at work would regret it one day.

Yet I was doing all of this, because, you know: it was different. But it wasn’t. Whatever your job, if you can’t ever stop, yes, you’re a workaholic. Just as you’re an alcoholic whatever the alcohol you chose to fill yourself with, if you can’t stop drinking. You can’t say: ‘oh, yes, but wait, it’s the intellectual side I’m interested in’, or ‘it makes me smarter’…

I’m not saying you should work less. I’m not even saying you should drink less. Honestly, I don’t know. Everyone does what is right for them. However, just as with alcoholism, workaholism doesn’t affect just you. It affects your family, friends, partners, colleagues… How different are you with them only because of your addiction?

I don’t think I’ve been a great flatmate. I was absent most of the time, and when I was at home I was in my room typing away or doing some work-related admin.

The day one of my flatmates moved out, I didn’t say goodbye to him in the evening, since I was literally stuck on campus, doing my usual OCD routine. Which was worsened by the fact that I really wanted to see my flatmate before he left. Therefore I couldn’t see him. Makes sense, doesn’t it?

The two men I told you about here, they’ve been great flatmates, probably because they’re great human beings. I could have learned a lot more from them if I hadn’t avoided existing so much, that’s true. But I’ve learned an awful lot with them already.

For instance, for the first time in years, because I wasn’t living alone, it didn’t really feel okay to work all the time. It felt weird.

That’s why even though it’s been fifteen months already since we last lived together, I still feel their presence everytime I enjoy a movie. Without any laptop, without editing, but with the whole evening for myself.

So now they know it.


Comment les autres peuvent nous aider à quitter le déni… sans pour autant nous juger.

On m’a appris à ne jamais commencer une rédac ou une dissert par les mots: “depuis plusieurs années /des décennies, etc.” C’est pour ça que je commencerai précisément par là. C’est que je suis tellement une rebelle…

Depuis plusieurs années déjà, je ressens une réelle compassion pour les gens qui souffrent de troubles intérieurs (en anglais on dit « mentaux », mais en français ça fait tellement lourd, tellement médicamenteux, je change pour le cliché. J’hésite quand même.) Ce que je veux dire, c’est que j’ai vraiment compati. Je me disais : les pauvres, ça doit être horrible de vivre comme ça, et ce qui est encore pire, c’est que la plupart du temps ils ne se rendent pas même compte qu’ils ont un problème mental. C’est du déni. Ça doit être tellement douloureux.

Ouais, d’accord, c’est ça…

Par exemple : la dépendance, l’addiction au travail. Combien j’ai pu penser qu’ils faisaient erreur, ceux qui vivaient de cette manière… Je regardais des documentaires sur cette maladie de plus en plus courante, le stress et la compétition étant deux facteurs que nous ont joyeusement amenés les mots du moment, “succès” et “réussite”. Et je remerciais le ciel de ne pas souffrir moi-même d’une telle dépendance au travail. J’aimais tellement mon boulot. C’était complètement différent, voyez-vous. Je me sentais tellement investie dans le parcours de mes étudiants, dans le quotidien de mes collègues. Ça n’était pas une dépendance, non pas du tout, c’était du dévouement.

Et puis un jour un de mes colocataires, un gars très intelligent et tout autant sympa, a suggéré que j’étais peut-être une droguée du travail. En fait, il ne l’a même pas dit comme si c’était ça le point central de la conversation. C’était comme s’il constatait des évidences, alors à quoi bon creuser, argumenter ? C’était un truc dans ce style : « en tant que droguée du travail, tu dois bien savoir, toi, que… ». Ont suivi des mots dont je ne me souviens pas le moins du monde. Parce que, là, le mot « droguée du travail » avait pris toute la place disponible dans mon cerveau.

Je me suis dit : attends, il vient de dire quoi, là ? Mais je ne suis tellement pas une droguée du travail ! J’adore ce que je fais moi, c’est complèèèèèètement différent !

Ouais, okay. Essayons d’appliquer cette logique à une autre dépendance, juste pour voir à quel point c’est efficace et sensé.
– Tu es alcoolique.
– Pas du tout, j’aime juste beaucoup l’alcool!
– Ah ouais!Okay, au temps pour moi.

Je ne voulais pas y croire. Une droguée du travail, c’est quelqu’un qui ne peut plus se contrôler. Non, ça ne pouvait pas être ça dans mon cas. Je voulais avoir un boulot qui m’intéressait, c’est tout.

Et qu’est-ce que ça veut dire, de toute façon, se contrôler ? Si ça veut dire que tu peux arrêter quand tu en as envie, ben… Je ne pouvais pas savoir, parce que je n’avais jamais eu vraiment envie d’arrêter.

En fait j’avais oublié ce que « vouloir » voulait dire. Est-ce que ça voulait dire quand on est tellement crevée qu’on s’endort sur le clavier ? Est-ce que ça voulait dire ne plus vraiment apprécier le septième repas de la journée, parce que ça fait 32 heures qu’on est debout et qu’on a besoin de plus de nourriture pour fonctionner encore ?

« Non, je ne suis pas une droguée du travail. »
C’est ce que mon cerveau répétait sans cesse.

Tout comme quelqu’un qui transvase son alcool dans d’autres bouteilles innocentes pour que les membres de la famille ne se rendent compte de rien, j’essayais toujours d’enrubanner mon travail dans quelque activité récréative. Je ne lisais pas plus d’analyse critique de la littérature, j’étais juste une lectrice dévoreuse de livres. Je n’évitais pas de regarder la télé et je n’évitais pas de sortir, je préférais juste de loin être seule pendant des jours et des semaines, à contempler mon écran d’ordi. Parce que je ne tapais pas à l’ordi 18 heures de suite, non non, j’étais juste ultra-inspirée.

Inspiration, je t’emmerde.

L’inspiration, c’était mon mot pour: « je ne peux littéralement plus m’arrêter, je vous jure que je ne me rappelle plus comment on fait. » Alors tant qu’à le vivre, pourquoi pas faire semblant d’aimer ça?

Quelques mois plus tard, mon autre colocataire, lui-même très intelligent et toujours autant sympa, me suggéra de regarder des films. Ou peut-être que c’est moi qui ai suggéré ça. Peu importe, l’idée c’est que regarder ds films était au programme de cette soirée-là.

Je lui ai dit : « ça t’embête pas si je viens au salon avec mon ordi, j’ai juste deux-trois trucs à modifier dans un article, ça prendra juste 20 minutes ? » Il était à peu près 22h.

Dans le fond du salon passait le film La Haine, ce chef d’œuvre. Qu’on regardait justement sur ma propre recommandation. Ou plutôt que l’un d’entre nous regardait, en tout cas.

Quand j’en eus fini avec mes modifications (enfin, fini pour la journée, puisque le jour d’après a été consacré à défaire tout ce que je venais de faire en re-modifiant encore et encore), il était 2 heures du matin. Mon coloc était épuisé.

J’étais – je suis encore – tellement touchée. Il avait attendu tout ce temps-là avec moi, et il n’était pas même fâché.

La Haine, c’était fini. On voulait regarder Seven. On avait dit qu’on regarderait Seven.
On n’a pas regardé Seven.
Moi j’ai regardé.
J’ai regardé Seven parce que je me sentais d’une culpabilité tellement puissante. Comment ça se faisait que j’étais entourée de gens géniaux qui voulaient partager de vraies expériences, de vraies conversations, des gens avec qui j’aimais tellement passer du temps, et que je devais toujours me cacher derrière une haute pile de tâches répétitives, qui n’en finissait jamais ?

Mon coloc s’est endormi sur le canapé.

Je lui ai demandé pardon tellement de fois le lendemain. Il a dit que c’était pas grave, « t’inquiète pas » ! Bien sûr, parce que c’est tellement un chouette gars. Mais non, en fait, le truc, c’est que c’était grave. C’était grave de ne pas pouvoir passer un seul putain de soir sans bosser pendant des heures.

Maintenant que j’ai complètement craqué, et complètement changé la manière dont je vis et dont j’envisage ces expériences quotidiennes, je me rends compte à quel point j’ai eu de la chance de rencontrer des gens comme ça. Mes colocataires. Parce qu’à la fois ils savaient que c’était grave, non, c’était pas « rien », mais qu’ils n’essayaient pas de me convaincre de quoi que ce soit. Ils m’ont dit que je devrais faire davantage attention à moi, ne pas vouloir toujours à tout prix faire mon boulot parfaitement, mais ils n’ont jamais jugé négativement, avec supériorité, ni ma personne ni mon mode de vie merdique.

Encore une fois, parce que ce sont des gars intelligents et bienveillants, ils savaient sûrement que de toute façon que je n’écouterais pas, puisque j’étais aveugle de mon propre reflet dans le miroir.

J’ai vécu avec eux pendant un an à peu près. Et ils ont été plus importants pour moi qu’ils pensent sûrement l’avoir été. Parce qu’ils ont partagé ma vie dans cette dernière course-là. Celle avant que je ne craque vraiment de partout.

Ils ont été honnêtes, mais jamais blessants. Ils m’ont dit que je travaillais trop, parce que je travaillais trop. Mais ils ne m’ont jamais dit : « ce que tu fais, c’est le truc le plus débile que j’ai jamais vu de ma vie ! Vous, les drogués du boulot, vous êtes tellement tarés. »

La plupart des jours où je travallais, j’arrivais à la maison entre 19h et 20h, puis entre 20h et 21h, puis entre 21h et 22h. Et c’est seulement parce que le bâtiment devait être fermé et mis sous alarme à 22h que je partais. Je serais restée là-bas toute la nuit, peut-être. Je sais pas. Je veux pas savoir.

Alors ouais, j’étais une droguée du travail. Je pensais être tellement différente. Je ne pouvais pas être une droguée du boulot, parce que j’aimais mon boulot, ET que je l’avais choisi, ET que j’avais un super directeur et de supers chefs, ET que mes collègues étaient tellement encourageants, ET que l’endroit où on bossait, c’était tellement beau, ET qu’il fallait bien s’y attendre à ce qu’il y ait de longues journées parce que je venais de commencer ma « carrière » dans le milieu universitaire, ET que ça se calmerait avec le temps, ET que le travail intellectuel n’est pas aussi épuisant que le travail physique de toute façon, ET que j’étais privilégiée d’avoir cette position quoi qu’il en soit, ET que finalement, moi j’aimais pas trop me reposer, alors tu vois ça tombait bien, ET que j’avais toujours aimé lire, alors pourquoi ça changerait quelque chose de lire pour le boulot plutôt que pour son plaisir personnel, ET je pourrais ne jamais m’arrêter mais je pense que vous avez compris l’idée générale

Quand ce qu’on fait est la bonne chose à faire, on n’a besoin d’aucune raison. C’est ça, la différence. Maintenant mes journées ne sont plus remplies d’auto-justifications. Avoir à lutter sans arrêt contre sa propre éthique et ses propres valeurs en dit long sur la vie que l’on s’est fondée.

Je n’aurais jamais jugé quelqu’un qui aurait été sur un échelon social perçu comme inférieur.

Je n’ai jamais pensé que le salaire, la carrière ou les promotions faisaient partie des objectifs de la vie.

J’avais toujours dit que les gens qui passaient leur vie au boulot le regretteraient de toute façon un jour ou l’autre.

Et pourtant je faisais moi aussi tout ça, parce que, vous voyez: j’étais différente. Mais en fait je ne l’étais pas pour un rond. Quel que soit notre poste, si on ne parvient jamais à s’arrêter, c’est qu’on est drogué du travail. Tout comme on est alcoolique quel que soit l’alcool avec lequel on choisit de se remplir, si on n’arrive pas à arrêter. On ne peut pas dire : « nan mais attends, c’est le côté intellectuel de la chose qui m’intéresse », ou « comme ça je me couche moins con »…

Je ne dis pas que vous devriez travailler moins. Franchement, je ne dis même pas que vous devriez moins boire. Honnêtement, qu’est-ce que j’en sais ? Chacun fait ce qui est juste pour soi. Néanmoins, tout comme l’alcoolisme, la dépendance au travail n’a pas seulement une influence sur nous. Ça a une influence sur notre famille, nos amis, nos partenaires, nos collègues… En quoi notre addiction change-t-elle le rapport qu’on a avec eux ?

Je ne pense pas avoir été une bonne colocataire. J’étais absente la plupart du temps, et quand j’étais à la maison j’étais enfermée dans ma chambre à taper à l’ordi ou à finir une quelconque tâche administrative.

Le jour où l’un des colocs a déménagé, je ne lui ai pas dit au revoir le soir, parce que j’étais vissée à la fac, en train de répéter mes rites de TOC. Rites qui se trouvaient empirés par le fait que je voulais vraiment voir mon coloc avant qu’il ne parte. Donc je n’ai pas pu le voir. C’est logique, hein ?

Les deux hommes dont je vous ai parlé là ont été des colocs géniaux, sûrement parce que ce sont des êtres humains géniaux. J’aurais pu encore plus apprendre d’eux si je n’avais pas autant évité d’exister, c’est vrai. Mais j’ai déjà appris un paquet de trucs avec eux.

Par exemple, pour la première fois depuis des années, parce que je ne vivais plus seule, ça ne me parassait pas aussi normal qu’avant de travailler tout le temps. Je me sentais bizarre, quelque part.

C’est pour ça que même si ça fait quinze mois déjà qu’on n’a plus vécu ensemble, je sens encore leur présence à chaque fois que je regarde un bon film. Un film sans mon ordi, sans modifications à apporter à un article, mais avec au contraire toute la soirée vraiment pour moi.

Et maintenant ils le savent.

Top