We May All Be the Same, but There’s No Need to Force It : Inner Life Without Judgement

french flag pastel

The last time I wrote something here, it was a post about how I realised how alike we all were. I saw it through the pain we all experience when we lose those we love. Basically, that post said we weren’t that different, in the end. It also said that having basic knowledge of how psychological reactions work in humans did not prevent us from really feeling them. We know grief is heavy: knowing this process, understanding it, won’t necessarily allow us to experience it in a better way. Grief is grief.


As I was writing that last post, I was already thinking: I can sense a follow-up to this post. I’ll need to write that although all of this seems true, one shouldn’t feel bad for deviating from the generally accepted emotional pattern. It’s not a contradiction. I’m trying to show that on the contrary, one element doesn’t exist without the other: we’re all alike, but we shouldn’t force ourselves to be even more alike. The reason why we shouldn’t try to conform appeared clearly in an email a friend sent me after reading my post. She explained how she would develop the argument, what she’d add. She says, and she’s absolutely right, that one can suffer from the prescriptive aspect of psychological knowledge. To tell someone: ‘you might feel that at some point’ is indeed radically different from giving a command: ‘you must definitely feel that’. Since I wouldn’t have expressed it in a better way, I asked her whether she’d be happy for me to keep this expression: ‘to prescribe’ emotions. She kindly agreed. No, emotions shouldn’t be prescribed, which means that we shouldn’t conform to emotions people expect from us, or emotions we actually expect from ourselves.

My friend unfortunately experienced the loss of a very dear one. She wondered, at the time, whether her feelings conformed to what she was supposed to feel.

This reminded me of this doubt we all have – or at least many of us have had: ‘do I feel what I should feel?’ With an extra sense of disconnection or guilt in addition, depending on personalities.

You know, when something horrible happens, and deep down you don’t experience the same violent and visible pain that people around you do. You can see a gap between you.
Or when something great happens, and you don’t really get why people need to celebrate it for eight days in a row. You are just happy, that’s all.
Or when you break up with someone, and although you’re as sad as a cold black stone would be, it doesn’t take you more than six months to fall crazily in love again. Or when on the contrary you need 10 years to recover from such break-up.

When everyone, the psy and your neighbour start their sentences with : ‘you should’. We’ve heard it all before. You should wait for a year before going out with someone else, otherwise the relationship will never truly be over for you. You really shouldn’t think about him/her now you’re with someone else, else it means that you haven’t turned that page. You should stay home and not want to go out for five years after you child’s death if you really loved him/her. However if the lost one is your husband, for only a year, because it makes sense that he had to go, it’s logical you see, and if they’re your parents, then even more so: just stay home for three months. You should think about your girlfriend all the time, and never find anyone else attractive, if you respect her. You should hate your partner if he doesn’t come tonight, otherwise it means you’re just a submissive fool. You shouldn’t, nonetheless, hold on to this hate for too long, otherwise it means you’re not very healthy.


You should, you should, you should – or even more violent : you must. And of course we often don’t, just to make it funnier… We can spend our whole lives feeling guilty and wondering whether we’re normal. Or we can try to apply non-judgement thoughts.This is something I’ve recently learned when reading about mindfulness – go on, you can laugh, I’d have done the same before .

To keep it brief, I think it can help you if you’ve ever asked yourself a question like :
– I don’t really miss my boyfriend, and yet it’s been gone a week already… I’m happy to do things on my own, am I a bitch/an asshole?
– I miss my girlfriend even though it’s been only one afternoon since I last saw her, am I really a masculine straight man?
– I’ve laughed just a few minutes after the funeral of my aunt/ my grand-uncle/ the neighbour’s dog. Am I heartless?
– When I see dead people on television, even when there are thousands, I can’t cry. Yet I think it’s a tragedy. I don’t want to kill anyone and I’m really sorry for them, but am I a psychopath for not crying?
– Should I cry more? Talk more? Be more upset?


We don’t control our thoughts. What we can control are things we do and words we say. There’s a massive difference between thinking that we don’t miss someone, and telling them with a matter-of-fact tone: ‘oh that’s funny, I hardly ever think of you these days.’ There a massive difference too, you’ll admit I’m sure, between nervously laughing at a funeral, and screaming: ‘yeah! Strip-tease, everyone!’ during the ceremony. This difference can be explained as follows: what comes to us without out control doesn’t mean we have to act on it or draw final conclusions.

In mindfulness exercises, people are taught to accept that their thoughts will come. Yes they will forever come. Each time, they just focus again, without criticising themselves, on their mindfulness exercise. To say it differently, they try not to think, after the first disturbing thought or image: ‘I’m such a failure, such a loser! I never manage not to think!’ The aim is almost to think: ‘oh, here’s a thought. Okay now let’s focus again.’ That’s all.

If we don’t look at ourselves with kindness, we’re our worst enemy. In case you need evidence of this: would you accept someone telling you just a tenth of the negative things you think about yourselves? I don’t think so. And accidentally, there’s a good chance it would be considered harassment and emotional abuse.


There’s something promising though : just like empathy, kindness can be learned. We start by no longer wanting to fit in, or to be easily labelled.

For instance, you’ve just lost someone. Your mind’s a real mess, since at the same time you want to cry every 10 minutes, and laugh watching bullshit on TV – your favourite TV show. This terrible doubt makes its way inside: ‘does it mean I didn’t love him/her? God, does it mean that I’m happy s/he’s gone because I’m so selfish I’d rather watch TV than having him/her live?’

Well, no. It’s just our brain and emotions dealing with what they’ve got: constant shifts regarding borders, boundaries, emotions, and relentless changes in our bearings.

Mindfulness teach us not to spend the whole evening obsessing over this. It also teaches us not to reject it altogether either. Rejecting it means, once again, giving it far too much importance, and believeing that we’re omnipotent. This is just a thought. Why not just acknowledge it? ‘There, I see my thoughts hesitating. They don’t seem very stable.’ All the more reason to be kind to yourself in such circumstances.

This is another example: anger. You’re really quite chilled out, usually. Suddenly in a supermarket a woman manages to steal from you the very last fig loaf bread you’ve been looking for everywhere in the shop. – All resemblance to real events wouldn’t be a pure coincidence. In your mind, so in fact in mine, it went like this: ‘what a douchebag! She stole MY bread, this bread I’ve been looking for for 20 minutes now!’ Well these are only thoughts. Immediately comes the obsessive over-compensation: ‘my god I’m such a bitch for thinking this… That’s just bread… I really am a privileged douchebag.’ Etc etc.

This scenario can be altered. I try to think, instead: ‘Ok, I’ve just had a thought of anger.’ Therefore I acknowledge and accept my gut feelings, but I refuse to take any further action against this person or myself. By doing so, I take control of the only thing I can take control of. I can curse myself for three hours and hold on to the guilt forever, this wouldn’t change the fact that even though it still pains me and disappoint me, I feel angry at times, and I will forever have angry thoughts. By the way I had walnut bread, and it was really good. I hope that this lady enjoyed her fig loaf.


Anyway, here we are thinking : I should feel this, I should feel that. Except that it’s vain and conter-productive. The only way to change our emotions over the long term is to accept what constitutes us, and to accept it with kindness. We also consist of thoughts we don’t control.

I’m so grateful for having heard about this principle of mindfulness before my dad passed away. I’m sure it has helped me a lot during this terrible time, and it does help me every day now. I try to judge less, to give more room for his legacy; he’d have agreed. Kindness might be seen as futile naive decorum in James Bond movies, and it’s way less attractive on the market. Still, a bit of kindness and respect is all it takes to live immensely better lives.

No prescription required. Being human is no illness.


On est tous pareils, mais on n’a pas à se forcer à l’être davantage : une vie intérieure sans jugement

La dernière fois, j’ai écrit un billet sur la manière dont j’ai compris ce qu’on avait tous en commun. A savoir notamment la douleur quand on perd ceux qu’on aime. Ça disait en substance qu’on n’était pas si différents, au fond, mais que savoir comment s’organise grosso-modo nos schémas psychologiques ne nous empêche pas de les ressentir de plein fouet. On sait qu’un deuil c’est lourd ; mais le savoir et le comprendre ne nous aidera pas forcément à le vivre mieux. Le chagrin est le chagrin.

Je me disais déjà en écrivant ce dernier billet : je pressens toutefois une suite. Il faudra que j’écrive sur le fait, cela dit, de ne pas s’en vouloir si l’on ne fonctionne pas pour autant comme le schéma globalement étudié. Ce n’est pas une contradiction ; comme je vais tenter de l’expliquer, l’un ne va pas sans l’autre. On est tous pareils, mais on n’a pas à se forcer à l’être davantage. La raison à cela est apparue clairement dans l’email d’une amie, reçu après la publication de ce dernier billet. Elle me livrait justement les nuances qu’elle mettrait quant à elle. Elle écrivait à très juste titre qu’on pouvait en effet souffrir du caractère prescriptif de la connaissance psychologique. C’est-à-dire que dire à quelqu’un : « il est possible que tu ressentes ça », ça n’a rien à voir avec l’impératif: « il faut que tu ressentes ça ». Comme je ne l’aurais pas mieux dit, je lui ai demandé si elle accepterait que je garde ce terme : « prescrire » des émotions. Elle a gentiment accepté. Non il ne faut pas prescrire d’émotions, c’est-à-dire s’y obliger, ni s’en prescrire à soi d’ailleurs.

Ayant malheureusement connu la douleur de la perte de très près, mon amie s’est demandée, à l’époque, si ses émotions étaient bien conformes à ce qu’elle devrait ressentir.

Et ça, ça m’a évoqué le grand doute qu’on a tous, ou en tout cas qu’on est nombreux à avoir eu. Le fameux : « est-ce que je ressens bien ce que je devrais ressentir ? » Avec, pour accompagner le doute, une sensation de décalage ou de culpabilité, selon la personnalité.

Vous savez, quand un truc horrible se passe, et que, au fond, sincèrement, vous ne ressentez pas les choses aussi violemment que les gens autour de vous. Vous sentez un décalage.
Quand un truc génial se passe, mais que vous ne voyez pas non plus pourquoi tout le monde le célèbre pendant huit jours. Vous, vous êtes juste contents, ça vous suffit.
Quand vous vous séparez de quelqu’un, et que, pourtant triste comme une pierre, il ne vous faut pas six mois pour retomber follement amoureux. Ou qu’il vous faut au contraire dix ans pour vous en remettre.

Quand tout le monde, du psy à la voisine, commence ses phrases par : « tu devrais ». On connaît la chanson. Tu devrais attendre un an au moins avant de te remettre avec quelqu’un, sinon tu ne feras jamais ton deuil. Tu devrais ne surtout pas penser à lui maintenant que t’es avec quelqu’un d’autre sinon ça veut dire que tu n’es pas passé(e) à autre chose. Tu devrais rester chez toi et ne pas avoir envie de sortir pendant cinq ans après la mort de ton enfant si tu l’aimais vraiment. Par contre si c’est ton mari seulement un an, parce que c’est plus logique, tu vois, et si c’est tes parents, ben c’est la vie, alors disons trois mois. Tu devrais penser à ta copine tout le temps, et ne jamais trouver attirante une autre fille, si tu la respectes. Tu devrais ressentir de la haine contre ton partenaire s’il ne vient pas ce soir, sinon c’est que tu es vraiment soumis(e). Tu devrais cependant ne pas garder cette haine longtemps sinon ça veut dire que tu n’es pas équilibré(e).


Tu devrais, tu devrais, tu devrais – ou plus violent : tu dois, il faut. Et bien sûr, sinon ça ne serait pas marrant, on est souvent à côté. On peut dès lors passer sa vie à s’en vouloir et à se demander si on est normal. Ou bien on peut tenter d’appliquer le non-jugement. C’est un truc que j’ai appris récemment en lisant des trucs sur la mindfulness (ouais, allez-y, vous pouvez rigoler, j’aurais fait pareil avant).

Bref je pense que cela peut vous aider si vous vous êtes déjà posé une question du style :
– Mon copain ne me manque pas vraiment, alors qu’il est parti depuis une semaine déjà. Je suis contente de faire des trucs seule. Suis-je une connasse ?/un connard ?
– Ma copine me manque alors qu’on ne s’est pas vu depuis une demie journée seulement, suis-je vraiment un homme viril et hétéro ?
– J’ai rigolé juste après l’enterrement de ma tante/mon grand-oncle/ le chien du voisin. Est-ce que je n’ai vraiment aucun cœur ?
– Quand je vois des morts à la télé, même des milliers, j’arrive pas à en pleurer même si c’est horrible. Je ne veux pourtant tuer personne et je suis sincèrement désolé pour eux, mais suis-je en fait un psychopathe de ne pas verser de larmes ?
– Est-ce que je devrais pleurer davantage ? parler davantage ? Etre davantage triste ou en colère ?


Nous ne sommes pas responsables des pensées que l’on a. On est, en revanche, pleinement responsable des choses que l’on fait et des paroles qu’on prononce. Entre le fait que quelqu’un ne nous manque pas et le fait de lui dire de but en blanc, sans rapport avec la conversation : « tiens, c’est marrant, je pense vraiment rarement à toi ces temps-ci », il y a un monde. Entre le fait de rigoler nerveusement à un enterrement et de gueuler : « à poil les gars ! » pendant le recueillement, vous reconnaîtrez aussi une légère différence. Cette différence, c’est d’accepter ce que l’on pense, ce qui nous vient incontrôlé, sans pour autant en tirer des conclusions générales ni en extraire une réaction immédiate.


Dans les exercices de mindfulness – on traduirait présence au monde ou recentrement, non ?, on apprend aux gens à accepter que leurs pensées viennent et viendront toujours, et à se recentrer à chaque fois, sans se juger, sur leur exercice de présence au monde. En gros ils ne se disent pas, à la première image parasite : « je suis vraiment une merde, j’y arrive jamais, je suis vraiment débile ! ». L’objectif, c’est presque de se dire : « ah, tiens, une pensée… Recentrons-nous » et c’est tout.

Si l’on ne se considère pas avec bienveillance, on est évidemment son pire ennemi. La preuve : accepteriez-vous que quelqu’un vous dise un dixième de ce que vous pensez de vous-mêmes, quand vous pensez à votre sujet bien des choses négatives ? Non, ça serait très certainement considéré comme de l’abus moral, par ailleurs, voire du harcèlement.


Ce qui est prometteur, c’est que la bienveillance, comme l’empathie et la gentillesse, cela s’apprend. On commence d’abord par ne plus vouloir rentrer à tout prix dans une case.

Exemple : vous venez de perdre quelqu’un. Dans votre tête, c’est le bordel, car à la fois vous voulez pleurer toutes les dix minutes, et à la fois vous voulez vous marrer pour des conneries et regarder un épisode léger de votre série préférée. L’horreur du doute : « est-ce que ça veut dire que je ne l’aimais pas ? Mon dieu, est-ce que ça veut dire que je me réjouis qu’il soit parti parce que je suis tellement égoïste que je préfère regarder la télé plutôt qu’il vive ??? »

Non non. C’est juste le cerveau et les émotions qui font avec ce qu’ils ont : un déplacement constant des frontières, de nos émotions, de nos repères.

S’il ne s’agit pas de s’y attarder toute une soirée, le principe de mindfulness préconiserait de ne pas rejeter non plus cette pensée en bloc. Car la rejeter en bloc, c’est encore une fois lui donner trop d’importance, et se croire tout-puissant. Ce n’est qu’une pensée. Pourquoi ne pas juste en prendre conscience ? « Tiens, là je vois que ma pensée hésite, qu’elle donne des signes de déstabilisation. » Raison de plus, par ailleurs, pour être bienveillant avec soi-même en ce moment-là.

Autre exemple avec la colère. Vous êtes plutôt d’un naturel pacifique, et d’un coup une femme devant vous, l’horrible, vous prend des mains le dernier pain aux figues que vous aviez réussi à récupérer dans le magasin (toute coïncidence avec des éléments réels n’est pas fortuite). Dans la tête, en l’occurrence la mienne, c’est direct : « mais quelle connasse ! Elle me pique mon pain, MON pain que je cherche depuis 20 minutes ! » Mais ça, c’est de la pensée. Alors bien sûr, direct après, la pensée se rattrape, elle sur-compense dans son rythme obsessionnel : « mon dieu je suis vraiment horrible de penser des trucs pareils juste pour un bout de pain de rien du tout ! Je suis vraiment une bourge privilégiée. » etc. etc.

Mais le scénario peut changer. J’essaie de me dire : « tiens, je viens d’avoir une pensée de colère », c’est-à-dire que j’accepte la réaction du ventre, si je puis dire, mais que je refuse tout autre action contre cette personne et contre moi-même. Là, j’influence le seul truc que je peux influencer. Je peux m’insulter pendant trois heures et culpabiliser ad vitam aeternam, ça n’empêchera pas que, même si ça me fait de la peine et que ça me déçoit d’être intérieurement en colère parfois, j’aurais quoi qu’il en soit eu cette pensée. Pour la petite histoire, j’ai finalement mangé du pain aux noix, et c’était fort bon. J’espère que la dame, quant à elle, a apprécié ce pain aux figues.


Bref on se dit : je devrais ressentir ça, penser ça. Mais c’est vain et contre-productif. La seule façon de changer sur le long terme ce que l’on ressent, c’est d’accepter ce qui nous constitue avec bienveillance. Et nous sommes aussi constitués de pensée que l’on ne gère pas.

Je me sens plein de reconnaissance d’avoir rencontré ce principe de présence au monde ou de recentrement avant le décès de mon papa. Je suis sûre que cela m’a aidée infiniment pendant ce moment affreux, et cela m’aide encore tous les jours aujourd’hui. J’essaie de moins me juger, pour laisser plus de temps à son héritage, aussi : dire et redire que la bienveillance c’est peut-être vu comme cucul dans les films de James Bond et ça vend moins de magazines people, mais qu’en fait, dans la vie, il suffirait d’un peu plus de bienveillance et de respect, c’est tout, pour vivre infiniment mieux.

Bref, pas besoin de se prescrire quoi que ce soit. Etre humain n’est pas une maladie.

Advertisements

Can’t say ‘I love you’? Say: ‘do you feel loved?’ instead

french flag pastel

I’ve said ‘I love you’ a lot to my dad throughout my life, and he’s always told me he loved me too. Still, when he passed away one month ago, I couldn’t stop that question from tormenting me: ‘did he know how much he was loved? And how much I loved and admired him?’ I just couldn’t stand the fact that maybe, somehow, he didn’t know.

Luckily, though, I’ve asked him that question before – it doesn’t solve everything, but it helps a lot with obsessions… Especially those you can no longer talk about.

I’ve been an inquisitive daughter. I would ask my dad (and I still ask my mom) many questions I probably shouldn’t have asked. I’d probably be our dear old Freud’s favourite case study.

I didn’t want to trigger anything for my dad, but I asked him: what was your biggest fear as a child? What is it now? Are you afraid of death? Of love? Of not loving someone? I also asked such things as: What book encouraged you to read your whole life? (Stevenson’s Treasure Island…) What kind of teenager were you? When did you and mom kiss for the first time? Were you scared? When did you first realise you loved her? Why don’t you like the colour black? Have you ever wondered who and where you’d be if you were richer, if you’d been born in Canada, if you had three legs?

I’m sorry. I apologise to my partner, friends and family. I know I ask too many questions. It’s okay to tell me to shut up.

It’s just that I’ve had that certitude for a long time: you can’t really tell whether or not you’re happy. For some, the question is just overwhelming. ‘What do you mean am I happy? You mean in general, or today? After or before my workday?’ But if you ask many smaller, more-focused questions, even if they sometimes sound cheesy or stupid, it’s easier to draw an overall map of your life, to find out who you are, and who you wish you’d be.

Also, I know that you can be unhappy, but still, thankfully, be loved. And I believe that in many cases – not all of them, sadly – that’s what saves you. For instance: am I happy right now? I don’t know if I can’t honestly call it that. I’ve just lost my dad. I loved my dad dearly. I miss him every day, every hour. I’m extremely sad. But one thing is true: I feel loved. That’s the most empowering feeling of all. I’m not saying that to brag, I have self-esteem issues and I’m not saying people would be willing to die for me and so on… I no longer romanticise pain for love, anyway. It’s just that I see in their smiles, in their eyes, in their amazing support, that some people care for me. They don’t need to be many, who cares about number? It’s love, which can’t be quantified anyway. This is a tribute too: because sometimes we don’t take the time to thank those who make us feel loved. Thank you.



I’ve asked my dad so many questions that helped me understand, throughout the years, that he knew how much we loved him. Because we didn’t only talk about happy memories.
I’ve asked him when he ever doubted it. My dad had the courage to answer, and it helped me grow, and be a better person. Because you can’t let someone you love doubt that you love them. Whatever the way you express it. You have to adapt. Mistakes are part of life, but to do the same ones over and over again is to sabotage one’s relationships.

I realised I wanted to shift the focus, by asking a question rather than making a statement: yes, I love him. But I hurt him too. So: did he feel loved, even at those times? It doesn’t matter what I think. What matters is the way he experienced it. And there’s some great news in this area: whatever the doubt, you can choose never to let it win again.

So okay, ‘do you feel loved?’ is a lot less grandiose that the somewhat narcissistic ‘I love you’ declaration, when the only one you’re listening to can sometimes be yourself, really…

You can love someone very much, but not love them the way they hope and wish to be loved. It’s okay, there’s no obligation for feelings, that wouldn’t mean anything. But facing this reality helps us all. It helps you leave unsatisfactory relationships, and build the ones you want. It will help you a great deal, too, when you’ll lose someone forever.

Bottom line is: you don’t have to say ‘I love you’ if you can’t. It shouldn’t be a torture. If it is, maybe you can go a different way… However, since you’ll love anyway (I truly and most sincerely hope so – again I don’t care about how many and who and what relationships), why not find an alternative? Why not ask: ‘do you feel loved’, instead? There’s no certitude, no huge statement. Just make sure you’re ready for the answer, and don’t take it personally if the answer is: ‘not really’… Try, honestly, to find out why. Also, if that’s the ‘love’ bit which you can’t even say, replace with: ‘do you feel supported? Helped? Listened to?’, etc.

Oh and don’t forget an equally important thing: ask yourself that very same question. And see what can be changed.


Vous ne pouvez pas dire « je t’aime? » Essayez : « est-ce que tu te sens aimé(e) ?»

J’ai beaucoup dit « je t’aime » à mon père au cours de ma vie, et il m’a toujours dit qu’il m’aimait aussi. Et pourtant, quand il est décédé il y a un mois, je n’arrivais pas à repousser cette question qui ne cessait de me tourmenter : « est-ce qu’il savait à quel point il était aimé ? A quel point je l’aimais et je l’admirais ? » Je n’arrivais pas à supporter l’idée que peut-être, il y ait une chance pour qu’il ne sache pas.

Heureusement, cependant, je lui avais posé la question avant – ça ne résout pas tout, mais ça aide beaucoup concernant les obsessions… Surtout celles dont on ne peut plus discuter.

J’ai été une fille intrusive. J’ai posé à mon père (et je pose encore à ma mère) des questions que je devrais probablement ne pas poser. Je serais sûrement le cas d’étude préféré de notre bon vieux Freud.

Ce n’est pas que je voulais susciter de l’angoisse chez mon père, mais je lui ai demandé : quelle était ta plus grande peur quand tu étais enfant ? Et maintenant, c’est quoi ta plus grande peur ? Tu as peur de la mort ? De l’amour? De ne pas aimer quelqu’un? J’ai aussi posé des questions du genre: quel livre t’a encouragé à lire toute ta vie ? (L’Ile au trésor, de Stevenson…) Quel genre d’ado tu étais ? Quand est-ce que toi et maman vous vous êtes embrassés pour la première fois ? Est-ce que t’avais peur ? Quand est-ce que tu as pris conscience pour la première fois que tu l’aimais ? Pourquoi tu n’aimes pas la couleur noire? Est-ce que tu t’es déjà demandé qui et où tu serais si tu étais plus riche ? Si tu étais né au Canada ? Si tu avais trois jambes ?

Je suis désolée. Je m’excuse auprès de mon partenaire, de mes amis et de ma famille. Je sais que je pose trop de questions. Vous pouvez tout-à-fait me dire de la fermer.

C’est juste que j’ai cette certitude depuis longtemps : on ne peut pas vraiment dire si oui ou non on est heureux. Pour certains, la question est même tout simplement écrasante. « Qu’est-ce que tu veux dire, est-ce que je suis heureux ? Tu veux dire en général, ou aujourd’hui ? Après ou avant ma journée de boulot ? » Mais si on pose beaucoup de petites questions, plus précises, même si elles paraissent neuneus ou stupides, alors il devient plus facile de faire comme une carte d’ensemble de ta vie, de savoir qui tu es, et qui tu voudrais être.

De plus, je sais qu’on peut ne pas être heureux, et pourtant, heureusement, être aimé. Je crois même que dans de nombreux cas (pas tous, malheureusement), c’est ce qui nous sauve. Par exemple : est-ce que je suis heureuse là tout de suite ? Je ne pense pas que je puisse honnêtement le définir ainsi. Je viens juste de perdre mon père. J’aimais tellement mon père. Il me manque chaque jour, chaque heure. Je suis extrêmement triste. Mais une chose est sûre: je me sens aimée. C’est le sentiment qui nous donne le plus de force au monde. Je ne dis pas ça pour me la jouer, j’ai des problèmes d’estime de moi et de toute façon je ne dis pas que les gens seraient prêts à mourir pour moi et tout ça… Je ne trouve de toute façon plus de beauté tragique à la souffrance causée par l’amour, mais bref. C’est juste que je vois dans leurs sourires, dans leurs yeux, dans leur incroyable soutien, que certains me tiennent en amitié. Ils n’ont pas besoin d’être nombreux, on se fout du nombre ! C’est de l’amour, et l’amour ne peut de toute façon pas être quantifié. Ceci est un hommage, aussi : parce que parfois on ne prend pas le temps de remercier ceux qui nous font nous sentir aimé(e). Merci.

J’ai posé à mon père tellement de questions qui m’ont aidé à comprendre, au fil des ans, qu’il savait à quel point nous l’aimions. C’est que nous ne parlions pas seulement des bons souvenirs.
Je lui ai par exemple demandé quand il en avait déjà douté. Mon père avait le courage de répondre, et cela m’a aidé à grandir, à devenir une personne meilleure. Parce qu’on ne laisse pas quelqu’un qu’on aime douter du fait qu’on l’aime. Quelle que soit la façon dont on l’exprime. On doit s’adapter. Les erreurs font partie de la vie, mais refaire encore et toujours les mêmes, ça revient juste à saboter ses relations.

J’ai réalisé que je voulais inverser la perspective, aussi, en posant une question plutôt qu’en formulant une déclaration : oui, je l’aime. Mais je lui ai aussi fait du mal. Alors : se sentait-il aimé, même dans ces moments-là? L’essentiel n’est pas ce que je pense, mais ce qu’il a ressenti. Et voilà de bonnes nouvelles en ce domaine : quel que soit le doute, on peut choisir de ne plus jamais le laisser gagner.


Alors soit. « Est-ce que tu te sens aimé(e) ? » ça n’a pas le même caractère grandiose que la déclaration quelque peu narcissique du « je t’aime », à travers laquelle celui qu’on écoute, ça peut parfois être simplement soi-même…

On peut aimer beaucoup quelqu’un, mais ne pas l’aimer de la manière dont ce quelqu’un espère ou souhaite être aimé. Ça n’est pas grave, il n’y a aucune obligation en matière de sentiments, cela ne voudrait rien dire. Mais regarder cette réalité en face nous aide tous. Ça nous aide à quitter des relations insatisfaisantes, et à construire celles que l’on souhaite. Ça nous aidera beaucoup, surtout, le jour où on perdra quelqu’un pour toujours.

Alors pour résumer: si on n’arrive pas à dire “je t’aime”, nul besoin de se forcer. Ça ne devrait pas être une torture. Si c’en est une, il faudra peut-être envisager d’autres voies… Car puisqu’on aimera de toute façon (en tout cas je l’espère sincèrement – je le répète, quels que soient le nombre et le genre de relations qu’on vit), pourquoi ne pas trouver une alternative ? Pourquoi ne pas demander : « est-ce que tu te sens aimé(e) ? » à la place ? Il n’y a pas de certitude dans cette phrase, seulement une question. Soyez simplement prêts, néanmoins, à entendre la réponse, et ne le prenez pas personnellement si la réponse est : « pas vraiment… ». Essayez, sincèrement, de comprendre pourquoi. Et si c’est le verbe « aimer », même décliné, que vous ne pouvez pas dire, remplacez-le par : « est-ce que tu sens soutenu(e) ? aidé(e) ? écouté(e) ? », etc.

Oh et puis n’oubliez pas une chose tout aussi importante ; cette question, posez-vous-la aussi à vous-mêmes. Et voyez ce qui peut être changé.

Top

The Inner Struggle: Fighting Against our Thoughts

french flag pastel

In my last text, I mentioned intrusive thoughts. While this expression is part of the OCD and mental health disorders terminology, I believe everyone can relate to the idea of intrusive thoughts. Because we all have, if not intrusive, at least unwanted and unwelcomed thoughts. They can trigger a range of emotions, from discomfort to anxiety.
We can’t control our thoughts. Yes, we can train our brain to adopt a different pattern, and develop more positive thoughts; but changing all thoughts altogether is impossible. And yet how much energy do we spend everyday, trying to fight something which can’t really be fought?

A large number of books on OCD’s authors use a comparison to make people understand how counterproductive fighting a thought is. For instance: ‘Try not to think about an elephant. That’s right, don’t think of this big grey animal. Don’t think about an elephant, I repeat, don’t think about an elephant, DON’T THINK ABOUT AN ELEPHANT – try very very hard not to see this elephant in your mind. It goes without saying, the more you try not to think about this elephant, the more you see it, even if two minutes ago you really had no intention of thinking about an elephant – and that it wasn’t very likely anyway… Yet, as unlikely or irrational the thought may be, when you start to avoid it, it takes over your will.

While it seems rather simple to understand this, most of us try really hard not to picture or think about something that pops into our mind on a very regular basis.

There are many reasons which explain why these thoughts never disappear. They can be connected to a trauma, so of course we don’t welcome any reminder of it.
It can also be because these thoughts are morally reprehensible, whether from a legal, philosophical or religious perspective. And even though we know we’d never do it, the very fact that we think about them make us see ourselves as guilty. Because that’s what intrusive thoughts are: about violence, aggressive actions, blasphemy.
Actually, it’s likely that the more immoral a thought appears to us, the more difficult it is to remove it from our head…

OCD sufferers are often ashamed to admit the kind of intrusive thoughts they experience. One can easily understand why: these thoughts can very often be connected to the most terrible violence. Thinking of it can make you think that you want to do it, therefore triggering the process of self-shaming. If I think about this, I must be a bad/a violent/a dangerous person. Because I’ve felt this urge – never performed: this is key – to slap this person, to have inappropriate sexual relationships, to harm someone vulnerable.

I remember seeing an extremely emotional documentary, where a man admitted that due to his very severe OCD, he gradually confined himself to his room. He kept having very distressing intrusive thoughts of harming his newborn child. He said to himself: ‘if I think about my child being harmed, it means that I’m dangerous, it means that I want to hurt him’… Not understanding, at the time, that if he thought about it so much and with such great distress and self-disgust, it was because on the contrary, he was terrified that someone – him included, of course – would ever hurt his child. He so not wanted this to happen… The less he wanted it to happen, the more he thought about it. Up to a point when actually, he refused to even leave his bedroom, and had no contact with his child for months, as self-punishment for his aggressive thoughts. His wife has been incredibly supportive, helping him every day during this painful process, and encouraged him to come back to the reality of his family; this reality being that he was a loving father who just wanted to protect his child. It took him – /them – months, but finally, this man was able to hold his child in his arms again…

Thoughts are complex. There’s no one single way to analyse them. Depression, OCD, Post-traumatic stress disorder, and other conditions make thoughts even more complex to analyse, precisely because the sufferer over-analyses them.

There is, however, one thing that can help everyone, whether or not one has a condition: remembering that no one can control their thoughts. It’s no coincidence that controlling people’s thoughts is one of the recurring themes of dystopic movies and books. And that, of course, there’s always some character in these stories who will stop taking the mandatory treatment, and realise that there’s – in fact – no actual limit to one’s thoughts… It is indeed a scary thing to realise.

The worst thing probably is the terrible confusion between fantasies and thoughts. Something that you picture because you’d like it to happen, and something you just picture because of complex factors relating to your environment, your life experience, the context, etc. In addition, fantasy is a complex notion: there are some things you fantasise about but you would never, ever want to see become reality. We don’t call them ‘ambitions’ or ‘goals’, do we?
Or it would be like condemning someone for having thought of something. Minority Reports, anyone?

Back to the false OCD logic, which can also be relevant to non-sufferers: if I think of it, it must because something bad has happened, or is about to happen… Otherwise, I wouldn’t think about it! Funnily enough, we use it just for distressing, aggressive and sad thoughts. I’ve never thought: ‘so I’ve just imagined being a pop star, that means it’s going to happen, and I’m definitely going to do it because that’s an urge.’

Cognitive Behavioural Therapy – and, as I discovered later, mindfulness – teaches you to no longer fear or escape your thoughts. Let them come. The more you fight, the more they’ll be present. Let them come, so that equally you can let them go. Most importantly: while doing so, realise that there’s a massive difference between who you are, and what you think. You choose how you act and what you say. You don’t choose what you think, just as you don’t choose what will happen in your dreams at night.

Unless the thought is triggering an action, there’s no need to be scared of it. Of course, you need to ask for help if you think your behaviour may put someone – including you – at harm. You need – we all need – help with our darkest thoughts. But if your thoughts are a fear rather than a desire to act upon it, then don’t fight them. Think about it, even, and notice that nothing is happening. Of course don’t do that in an unsupportive environment. Ask for help from people, create a cosy and reassuring environment at your place, allow yourself to enter a nice café if you’re having distressing thoughts in the street, and accept that you’re not a terrible person for thinking things you consider immoral…

We all have intrusive thoughts. The difference is that we don’t all react in the same way when we have them.

Be kind to yourself, as you’d be to anyone who’d need support and understanding. Don’t shame yourself for thinking about something, or, even worse, for fearing something.


La lutte intérieure: quand on se bat contre ses propres pensées
Dans mon dernier texte, j’ai parlé un peu des pensées intrusives. Bien que cette expression appartienne à la terminologie des TOC et autres troubles d’ordre psychologique, je crois que l’on peut tous se figurer ce qu’est l’idée même d’une pensée intrusive. Parce que nous avons tous, sinon des pensées intrusives, en tout cas des pensées dérangeantes, des pensées que nous souhaiterions ne pas avoir. Ces pensées peuvent susciter toutes sortes de réactions émotionnelles, du simple inconfort à l’angoisse.

On ne peut pas contrôler ses pensées. Oui, on peut entraîner son cerveau à adopter un autre schéma de pensée, et à développer des pensées plus positives ; mais changer toutes ses pensées à la fois est impossible. Et pourtant, combien d’énergie dépensons-nous tous les jours pour lutter contre ce quelque chose contre lequel il est impossible de lutter ?

Dans nombre de livres sur les TOC, les auteurs utilisent une comparaison pour faire comprendre aux gens à quel point tenter de lutter contre une pensée est contre-productif. Par exemple : « essaie de ne pas penser à un éléphant. Voilà, c’est ça, ne pense pas à ce gros animal tout gris. Ne pense pas à un éléphant, je répète, ne pense pas à un éléphant, NON NE PENSE PAS A UN ELEPHANT – essaie de toutes tes forces de ne pas te représenter cet éléphant dans ton esprit. Et bien sûr, plus on essaie de ne pas penser à cet éléphant, plus on le voit, même s’il y a deux minutes on n’avait aucune intention de penser à un éléphant – et que d’ailleurs ça avait bien peu de chances d’arriver… Pourtant, aussi imprévisible et irrationnel que cela soit, quand on commence à éviter une pensée, c’est elle qui nous saisit.

Bien que ça paraisse relativement simple à comprendre comme ça, la plupart d’entre nous essayons avec force détermination de ne pas nous représenter ou de ne pas penser à ce qui nous revient pourtant à l’esprit de façon régulière.

Plusieurs raisons expliquent que ces pensées ne disparaissent jamais vraiment. Elles peuvent être liées à un traumatisme, et c’est pourquoi on accueille tout rappel de ces événements sans enthousiasme aucun.

Cela peut aussi être parce que ces pensées sont répréhensibles d’un point de vue moral, que ce soit selon la perspective juridique, philosophique ou religieuse. Et même si l’on sait qu’on ne le fera jamais, le fait même d’y penser nous fait apparaître coupable à nos propres yeux. Parce que c’est ce à quoi les pensées intrusives sont liées : la violence, les agressions, le blasphème.

En fait, il est même tout à fait probable que plus une pensée nous apparaisse immorale, plus il est difficile de nous la retirer de notre esprit.

Les gens souffrant de TOC ont souvent honte d’admettre le genre de pensées intrusives qu’ils connaissent. On peut facilement comprendre pourquoi : ces pensées sont souvent liées à une violence terrible. Y penser peut nous faire croire que l’on souhaite que cela arrive, ce qui à son tour déclenche le processus d’auto-humiliation. Si je pense à ça, alors je dois être une personne malveillante/violente/dangereuse. Parce que j’ai comme ressenti un besoin – sans aucun passage à l’acte, jamais: précision fondamentale – de gifler quelqu’un, d’avoir des relations sexuelles inappropriées, or de faire du mal à quelqu’un se trouvant dans une position de vulnérabilité.

Je me souviens avoir vu un documentaire particulièrement émouvant, où un homme reconnaissait qu’en raison de TOC très sévères, il s’était progressivement confiné sans sa propre chambre. Il avait sans cesse des pensées intrusives particulièrement déstabilisantes, où il faisait du mal à son enfant nouveau-né. Il se disait : « si je pense qu’il est possible de faire du mal à mon enfant, ça signifie que je suis dangereux, ça veut dire que j’aimerais le faire». Il ne comprenait pas, à cette époque-là, que s’il y pensait aussi souvent, et avec une telle détresse et un tel dégoût de soi, c’était au contraire parce qu’il était terrifié à l’idée que quelqu’un (et bien sûr lui y compris) puisse un jour faire du mal à son enfant. Il voulait tellement que ça n’arrive pas… Et moins il voulait que ça arrive, plus il y pensait. Jusqu’au point où finalement, il refusa dorénavant de quitter sa chambre, et n’eut plus de contacts avec son enfant pendant des mois. Il se punissait ainsi lui-même de ses pensées agressives. Sa femme fut un soutien incroyable, l’aidant jour après jour dans ce douloureux parcours, et l’encourageant à revenir à la réalité de sa famille ; réalité qui était au contraire qu’il était un père aimant qui souhaitait simplement protéger son enfant. Cela lui (/leur) prit plusieurs mois, mais finalement, cet home fut à nouveau en mesure de tenir son enfant dans ses bras…

Les pensées sont complexes. Il n’y a pas qu’une seule manière de les interpréter. La dépression, les TOC, le syndrome de stress post-traumatique, et d’autres troubles peuvent rendre ces pensées encore plus compliquées à analyser, puisque justement, celle ou celui qui souffre du trouble passe son temps à les sur-analyser.

Il est cependant quelque chose qui peut aider tout le monde, que l’on ait ou pas un trouble d’ordre psychologique : se souvenir que personne ne peut contrôler ses pensées. Ce n’est pas un hasard si le fait de contrôler les pensées de quelqu’un est un thème récurrent des films et ouvrages contre-utopiques. Et que, bien sûr, il y a toujours un personnage, dans ces histoires, pour arrêter de prendre le traitement obligatoire et se rendre compte qu’il n’y a en vérité aucune limite à nos pensées… C’est en effet assez effrayant, de se rendre compte de ça.

La pire confusion réside probablement dans la confusion que l’on fait entre fantasmes et pensées. Ce qu’on s’imagine car on aimerait que ça arrive, et ce qu’on imagine seulement en raison d’une multitude de facteurs complexes ayant lien à notre environnement, notre expérience de vie, le contexte, etc. De plus, les fantasmes sont d’ailleurs une notion difficile : il y a des choses que l’on fantasme mais que l’on ne voudrait jamais, ô grand jamais, voir se réaliser. C’est quand même pas pour rien qu’on les appelle ni des « buts », ni des « ambitions », non?

Ce serait un peu comme de condamner quelqu’un pour avoir pensé quelque chose. Minority reports, ça ne vous dit rien ?

Revenons à la fausse logique des TOC, qui peut également éclairer ceux qui n’en souffrent pas : si je pense à quelque chose, c’est que ce quelque chose – nécessairement mauvais – est arrivé, ou alors va bientôt arriver… Sinon, je n’y penserais pas ! C’est quand même marrant de remarquer que cette logique ne fonctionne que pour les éléments négatifs, agressifs et tristes. Je ne me suis jamais dit : « tiens, je viens de m’imaginer en pop star, ça veut dire que ça va arriver, et que je vais tout faire pour, car c’est une véritable pulsion. »

La Thérapie Cognitive et Comportementale (et, comme je l’ai découvert plus tard, la conscience de soi ou le recentrement sur soi) nous apprend à ne plus craindre ni fuir nos pensées. Qu’elles viennent à nous. Plus on s’y oppose, plus elles seront présentes. Tandis que si on les laisse venir, on pourra également les laisser repartir. De manière encore plus cruciale : pendant que l’on fait ça, on se rend compte qu’il y a une différence majeure entre ce que l’on est, et ce que l’on pense. On choisit nos actions et nos paroles. On ne choisit pas ce que l’on pense, de la même façon que l’on ne choisit pas ce qui se passe dans nos rêves la nuit.

A moins qu’une pensée ne déclenche une action, il n’y a aucune raison de la craindre. Bien sûr, il faut demander de l’aide quand on pense que notre comportement pourrait mettre en danger quelqu’un (y compris soi-même). On a tous besoin d’aide concernant nos pensées les plus noires. Mais si vos pensées sont une peur plus qu’un désir de passer à l’action, alors ne vous battez pas. Pensez-y, même, et voyez que rien n’arrive. Evidemment, il ne s’agit pas de faire ça dans un univers déstabilisant. Il faut que le contexte nous aide : demandez de l’aide à des gens, créez-vous une atmosphère rassurante et agréable chez vous, permettez-vous d’entrer dans un sympathique Café si vous êtes dans la rue quand des pensées négatives vous assaillent, et acceptez le fait que vous n’êtes pas une personne immonde pour penser à des choses que vous considérez immorales.

On a toutes et tous des pensées intrusives. La différence, c’est qu’on ne réagit pas toutes et tous de la même façon quand on les a.

Soyez bienveillant envers vous-même, tout comme vous le seriez envers n’importe qui d’autre qui aurait besoin de votre soutien et de votre compréhension. Ne vous auto-humiliez pas pour avoir eu une pensée ou, pire encore, pour avoir simplement certaines peurs.

Top

How We Could All Benefit From Kindness and Empathy, but Why It’s Much Easier Not to Try

french flag pastel

I stayed up late last night, trying to write something. It had to be meaningful. Otherwise, why write it? So many people were screaming here and there, especially on the Internet, writing articles much more interesting and eloquent than what I could have written then.

Most importantly – and tragically, many were arguing already, preparing arguments for the ideological fight that will surely oppose people for weeks – and, in a few months, fuel very interesting debates at academic conferences.

That’s when I realised: personally, I don’t care about being right, in any sorts of debate.

No. I’m lying. Let me rephrase that last bit. I NO LONGER care about being right, in any sorts of debate.

Firstly, because, as I explained here already, you can’t convince someone who’s not willing to be convinced. Someone who gets convinced by what you’re saying is someone who wanted to be convinced. Who was willing to admit that there was at least a tiny possibility that what they thought might not be the best views ever. Now most people don’t like to consider that they may not have the best morality, whatever it is.

Secondly, I no longer care about being right because my opinion doesn’t matter.

Fear not, my dearest friends. It’s not the depressed side of me speaking here. Au contraire. It’s the very positive side of my brain.

I don’t matter, because in the grand scheme of things, what I think or don’t think is definitely not going to change the world. And that’s okay, because I’ve never pretended that it will. My influence, if I have any, is of course very limited.

Yesterday, as most of you know already, an attack was perpetrated in Paris, in France. I certainly won’t go into the details here. I’m no journalist, plus there are numerous websites where you can find detailed information. I won’t even point you into one direction or another. I could recommend websites I like to read. But I won’t. Should you want information, perhaps you could consider making a search for yesterday’s date and Paris. I’m sure you’ll find something.

Let’s not deny how history is made. You’ll find something because France belongs to a certain category of countries. When such a tragedy happens in our countries, then of course we talk about it. You may like or dislike what the papers say, and of course the fact that it’s spoken about doesn’t make the tragedy any less tragic, but at least, you’ll find articles about the events. People, most people in fact, will publicly react. We expect them to.

I’m not going to demonstrate that if it had happened in some other countries, hundreds of victims wouldn’t have generated a single line in our papers.
Oops, I’ve started to talk openly about politics again… I really can’t shut up.


I don’t want to talk about the political issues at stake there. There are many and varied, and an incredible number of people, as I’ve said, are currently writing all sorts of articles, poor or excellent, about these issues.

And yet I will talk about politics, because I’ll talk about kindness.


Kindness is one of the most powerful political voices, and yet, it’s hardly ever chosen. Don’t ask me why. You know why, of course you do.

Because kindness isn’t effortless. Kindness often means taking the hard way, walking the not really enjoyable path.

Kindness isn’t a state of mind that you have or haven’t. It’s an environment which you develop every day. Kindness requires constant efforts, because kindness isn’t a concept, it’s a daily practice.

Now why is it so hard? Surely it’s easy to be kind to people who’re kind to you. So you think you’re the Buddha because you kissed your mum on the cheeks when she gave you £100, ‘cause this month you’ll need another cinema pass?

But what about those who don’t give you anything? And what about, the horror: people who don’t have the same definition of what is good, and what isn’t? What’s acceptable, and what isn’t?

Kindness isn’t, as I once believed, a passive act. It doesn’t mean: ‘do me all the wrong you want, I’ll let you do it and I’ll keep smiling.’

Kindness is a very active process. It means making constant decisions to better your environment, and to help people around you living better lives, feeling more confident and understood. Being kind means knowing how to listen, because I believe most frustrations are generated by the feeling of not being heard.

Kindness is accepting not to let anger speak all the time.

It’s very similar to tolerance. Some believe they are tolerant, when what they are looks a lot more like indifference. Being tolerant isn’t letting ‘everyone lives’, as we often hear. It means actively developing your accepting side, trying to understand other perspectives to deepen your understanding and expand your knowledge.

I used to be intolerant. I’m not proud of it, yet I’m not ashamed either. I needed some intolerance in order to define my own values.

[Just to be more specific, because I’m all for honesty and stuff, but I don’t want to be misunderstood either… I’ve never rejected a group of people for their age, gender, race, class, etc. But there were many, many people I didn’t even want to listen to. And these, I’m afraid, included people who disagreed on what I considered the main issues we should fight for. Just to mention one of them: sexism. Now you know it. I used to call it ‘intolerance to stupidity’. Yeah, yeah, I know.]

Once I had reached that stage, when I had no fear of standing by my principles and values, I suddenly realised that actually, I would do the world a better place not only by fighting for these values – which I still do, because they’re about kindness – but also by being more accepting of people. If you dismiss the very possibility of talking to others, how are you going to make the world a better place anyway?

Let’s be clear: if you think I’m going to end by saying that every opinion is exactly the same for me, and whatever you say, it’s okay, then you’re in for a surprise. Of course take any hateful opinion, and I will tell you that there’s a limit to tolerance. Of course there is. I’m not Jesus, and I won’t be happy to die for anyone’s sins or stupid hatred.


So anyway, let’s forget here those who can’t talk to you without insulting, or worse, threatening you. They don’t want to have a conversation anyway. They’re not looking for interactions, they just want to satisfy their over-indulged ego.

Still, there are many, many people who will hurt you by saying very respectable things. Not always in a respectful way, but being angry at many things myself, how could I not understand that many other people are at least as angry as I am, but for completely different reasons? And that they can feel misunderstood, if not silenced, by most people?

Let me take an example here. We all have our ‘main issue’. The issue we’d be ready to speak out for. And as you all know – because we all have a ‘main issue’, albeit for something deemed superficial – one of the most painful things is to realise how little people around you actually care…


The first step is the same as with death: denial. ‘There’s no way people can’t see what I mean!!! They should see what I mean!!! It’s so obviously right, for crying out loud!!!’ So you try to convince everyone. Especially those, of course, who think the exact opposite. Then it’s getting more and more painful, and the only way people can exchange is aggressively.

I’ve heard that many people unfriended their social network friends due to controversial interpretations of the same events. I’m referring to the recent events I mentioned at the beginning of this article, but not only to those.

What strikes me is that people so quickly see what they disagree on, when, 90% of the time, they agree on the conclusion anyway… But it takes time to listen to an entire argument.

I’m all for discussion, I really am. Otherwise, I wouldn’t have studied language and discourse. But – and here you can be ready for the soppy declaration: I’m supporting love, kindness and empathy even more. Now you can laugh and ridicule my sentimentality.

That’s the not-so-soppy part though: like everyone, hate and anger are still, sadly, part of my thoughts. That’s why love is hard, that’s why love isn’t effortless. There are so many people I just would like to hate. It would just be SOOO much easier.

But then again how is that helping ?

When the day’s over, no one remember what I think anyway. I’m not even famous enough to make one person change their views, let alone convincing masses.

However, something else will stay: the way I treated others. This will never be forgotten. People will remember how they felt. Here comes the sentimentality again; there’s this idea that you almost always forget what people told you, but you never forget how they made you feel. I fully agree.



My aim everyday: to make people around me feel better.

I’m not saying I always meet my goal. I mean: I’m trying, and learning.

However, in order to do so, you need to accept things.

You need to accept that you will be criticised. And OH MY GOD HOW CRAZY IS THAT, you must even accept that sometimes, in their critical arguments, people are saying something that you should actually think about, because you’ve never considered it.

I genuinely thank people for making me who I am today. Someone full of contradictions. Because I can now accept that even though I believe in one thing, my closest friends can have good reasons to believe in something entirely different.

So can we drop the hatred, aggressive speech and hateful comments on these – and on any – events already? Can we accept that our close friends may have opinions that diverge from our own? Can we accept that there’s not one single way to interpret events, just as there’s no single way to interpret a text? That’s not to say that, for instance, a racist text can be read by someone else as anti-racist. Please don’t go that far. That’s not what I’m saying. Just like it would be incredibly absurd – not to mention ideologically very worrying – to try to find how a speech such as ‘I have a dream…’ is a hateful speech. (For the French-speakers among you, I would quite simply call it ‘mauvaise foi’.)

It’s just that some will find one thing unacceptable, and others will accept it. What do we do then?

Maybe there are some disagreements we must accept. Maybe not agreeing on everything isn’t as terrible as it sounds. [again, many thanks not to include any extremes here.] Maybe, sometimes, you can even accept not to be seen as the winner of a debate. Maybe you can let others speak when they feel silenced, or misunderstood, or hurt (not necessarily all at once).


You think it means that being kind to [almost] everyone is another way of being submissive? I used to think that too. But let’s re-think that for a minute. Being submissive defines a situation where you put others’ needs before your own.

Then it might be that we’re over-stating our needs, if we go as far as mistaking kindness for submission.

I just need not to be harmed or hurt, just like everyone else. As long as this is the case, then I can accept a lot.

Let me take an example away from recent events’, and away from the media narratives. Something you experience yourself. For instance: being given a present that really doesn’t represent your personality. Many people buy presents not according to what they know the person (here, you) will like, but according to what they like.


Now think about this. I’m sure it’s happened to you at least once.’ What a shitty present’, you thought. ‘They don’t even know me. They’re terrible friends/family/lovers.’

Now imagine that to this person, giving you this present means a lot. Not because they have no imagination, but because they think you must want that… You’re now capable of deep reasoning, so why getting stuck on the: ‘it’s a shitty present’ part? Why not thank them for real, trying to understand and appreciate why, to them, it was so important to give you something they knew that you didn’t really want?

Yes, that’s called empathy. Trying to see from someone else’s perspective, at least for a few minutes. It’s okay then to explain that you would have preferred something else. Because the other person should practice empathy too. Luckily, I believe empathy is contagious.

Trying empathy for a few minutes per day won’t always make you happy, but it will make you kinder, and, most importantly, it will bring you closer to people. Surely, that’s more important than being right in a fight no one will remember the cause of two weeks later.


Well… I don’t know, all I wanted was to talk about kindness. Thank you for reading.


Pourquoi nous pourrions tous tirer avantage de la gentillesse et de l’empathie, mais pourquoi c’est quand même beaucoup plus simple de ne pas le faire

J’ai veillé tard hier, j’essayais d’écrire quelque chose. Il fallait que ça ait du sens. Sinon, pourquoi l’écrire ? Tellement de gens hurlaient ici et là, surtout sur internet,écrivant des articles beaucoup plus intéressants et éloquents que ce que je pourrais avoir écrit alors.

Mais surtout – et c’est tragique, beaucoup s’engueulaient déjà, préparant les arguments pour la bataille idéologique qui opposera sûrement les gens pendant des semaines – et qui, dans quelques mois, nourriront d’intéressants débats lors de colloques universitaires.

C’est là que j’ai réalisé que personnellement, je m’en fous complètement d’avoir raison dans quelque débat que ce soit.

Non. C’est un mensonge. Laissez-moi reformuler ça. Je me fous DESORMAIS d’avoir raison dans quelque débat que ce soit.

Premièrement, parce que comme je l’ai déjà expliqué là, on ne peut pas convaincre quelqu’un qui n’a pas envie d’être convaincu. Quelqu’un qui est convaincu par ce qu’on dit, c’est quelqu’un qui voulait bien être convaincu. Quelqu’un qui était prêt à reconnaître qu’il y avait au moins une infime chance que ce qu’il ou elle pensait pouvait ne pas être la meilleure opinion de tous les temps. Cela dit, la plupart des gens n’aiment pas envisager qu’ils puissent ne pas avoir la meilleure des morales, quelque que soit cette morale.

Deuxièmement, je me fous désormais d’avoir raison parce que mon opinion n’a pas tant d’importance que ça.

N’ayez crainte, mes bons amis. Ce n’est pas la part dépressive de moi qui parle ici. Bien au contraire. C’est le côté très positif de mon cerveau.

Je n’ai pas tant d’importance que ça, parce que si l’on prend suffisamment de recul sur l’ordre des choses, ce que je pense ou ne pense pas ne va certainement pas changer le monde. Et ce n’est pas grave, parce que je n’ai jamais prétendu que ça le changerait. Mon influence, si j’en ai une quelconque, est bien sûr très limitée.


Hier, comme la plupart d’entre vous le savent déjà, un attentat a été commis à Paris, en France. Je ne vais certainement pas rentrer dans les détails ici. Je suis piètre journaliste, et de plus il y a pléthore de sites où vous pourrez trouver des informations détaillées. Je ne vous dirigerai pas même vers un site ou un autre. Je pourrais recommander des sites que j’aime lire. Mais je ne le ferai pas. Dans le cas où vous souhaiteriez plus d’informations, peut-être pourriez-vous faire une recherche avec la date du 7 janvier 2015 et Paris. Je suis sûre que vous trouverez quelque chose.

Ne nions pas ce qui fait l’histoire. Vous trouverez quelque chose parce que la France appartient à une certaine catégorie de pays. Quand une tragédie a lieu dans nos pays, alors bien sûr qu’on en parle. On peut aimer ou ne pas aimer ce que les journaux en disent, et évidemment le fait qu’on en parle ne rend pas les événements moins tragiques. Mais au moins, on trouvera des articles à propos de ces événements. Les gens, la plupart des gens en fait, réagiront publiquement. C’est ce qu’on attend d’eux.

Je n’irai pas démontrer que si ça arrivait dans certains pays, des centaines de victimes ne donneraient pas lieu à la moindre ligne dans nos médias.
Oups, j’ai recommencé à parler ouvertement de politique, je peux décidemment pas la fermer.


Mais je ne veux pas parler des questions politiques qui sont en jeu dans cette tragédie. Ces questions sont nombreuses et diverses, et un nombre incroyable de gens, comme je l’ai dit, sont en ce moment même en train d’écrire toutes sortes d’articles, de très grande qualité ou pas.


Pourtant je vais parler politique, parce que je vais parler de gentillesse.

La gentillesse est l’une des voix politiques les plus puissantes, bien que rarement choisie. Ne me demandez pas pourquoi. Vous le savez bien.

Parce que la gentillesse n’advient pas sans efforts. La gentillesse implique souvent de prendre la voie la plus dure, de traverser des sentiers peu accueillants.

La gentillesse n’est pas un état d’esprit qu’on a ou qu’on n’a pas. C’est un environnement que l’on développe jour après jour. La gentillesse demande des efforts constants, parce qu’elle n’est pas concept mais pratique quotidienne.

Maintenant, pourquoi est-ce si difficile ? Evidemment que c’est facile d’être gentil avec les gens qui sont gentils avec nous. Alors tu penses que t’es Bouddha parce que t’a fait une bise à ta mère quand elle t’a donné cent euros parce que ce mois-ci tu avais besoin d’une nouvelle carte pour le ciné ?

Qu’en est-il des gens qui ne nous donnent rien ? Pire, qu’en est-il, grands dieux, de ces gens qui n’ont pas la même définition de ce qu’est le bien, et de ce qui ne l’est pas ? Qu’est-ce qui acceptable, et qu’est-ce qui ne l’est pas ?

La gentillesse n’est pas, comme je l’ai cru autrefois, un acte passif. Elle ne signifie pas : « fais-moi tout le mal que tu veux, je te laisserai faire tout en souriant. »

La gentillesse est un acte très actif. Elle implique de prendre constamment des décisions pour améliorer son environnement, et pour aider les gens autour de soi à vivre des existences meilleures, se sentir plus confiants et davantage compris. Etre gentil, c’est savoir écouter, parce que je crois que la plupart des frustrations viennent du sentiment qu’ont certains de n’être pas entendus.

La gentillesse, c’est accepter que ça ne soit pas toujours la colère qui parle.

Ça ressemble pas mal à la tolérance. Certains croient qu’ils sont tolérants, alors que ce qu’ils prennent pour de la tolérance ressemble fort à de l’indifférence. Etre tolérant ça ne signifie pas juste « laisser vivre les autres » comme on l’entend souvent. Cela implique de développer sa capacité à accepter, d’essayer de comprendre d’autres points de vue pour approfondir sa compréhension et étendre ses connaissances.

J’ai été intolérante. Je n’en suis pas fière, je n’en ai pas honte non plus. J’avais besoin d’une certaine intolérance pour définir mes propres valeurs.

[Juste pour préciser un peu quand même, parce que je suis tout à fait en faveur de l’honnêteté et tout ça, mais moi non plus je n’ai pas envie d’être mal comprise… Je n’ai jamais rejeté un groupe de gens en raison de leur âge, de leur sexe, de leur origine, de leur classe, etc. Mais il y avait beaucoup, beaucoup de gens que je ne voulais pas même écouter. Et parmi ces gens-là, j’en ai bien peur, il y avait les gens qui étaient en désaccord avec moi à propos de ce que je pensais être les combats prioritaires à mener. Juste pour en mentionner un : tout ce qui tient au sexisme. Maintenant vous savez. J’appelais ça mon « intolérance à la connerie » Ouais, je sais…]

Une fois que j’ai eu atteint l’étape ou je ne craignais plus de défendre mes principes et mes valeurs, j’ai soudain réalisé qu’en fait, je rendrais le monde meilleur non pas seulement en me battant pour ces valeurs-là, ce que je continue de faire parce qu’elles représentent aussi la gentillesse, mais aussi en acceptant davantage les gens. Si vous refusez d’emblée la possibilité même de converser avec d’autres, comment rendrez-vous le monde meilleur ?

Laissez-moi encore une fois préciser : si vous pensez que je vais finir en disant que toutes les opinions se valent selon moi, et que quoi que vous disiez, ça n’est pas un problème, vous risquez d’être surpris. Bien sûr prenez n’importe quelle opinion de haine et je vous dirai qu’il y a une limite à la tolérance. Bien sûr qu’il y en a une. Je ne suis pas Jésus, et je ne désire certainement pas mourir pour les péchés de qui que ce soit, ou pour une haine stupide.

Bref, laissons de côté pour un temps ceux qui ne peuvent s’adresser à nous sans nous insulter, ou pire, nous menacer. Ceux/Celles-là ne désirent pas discuter de toute façon. Ils/Elles ne cherchent pas d’interactions sociales, mais veulent tout bonnement satisfaire leur égo gourmand.

Mais même en enlevant ces personnes-là, certains nous feront tout de même du mal, en disant des choses respectables. Pas toujours de manière respectueuse, mais moi qui suis en colère contre tant de choses, comment pourrais-je ne pas comprendre que d’autres soient au moins autant en colère que moi, mais pour des raisons complètements différentes ? Et qu’ils puissent se sentir incompris, voire bâillonnés, par la plupart des gens ?

Prenons ici un exemple. On a tous notre « problème principal ». Le problème pour lequel on serait prêt à prendre la parole. Et comme vous le savez toutes et tous (parce qu’on a toutes et tous ce « problème principal », quand bien même serait-ce quelque chose que beaucoup jugent superficiel), l’une des choses les plus douloureuses est de se rendre compte que les gens autour de nous, au fond, s’en foutent pas mal…


La première étape, c’est comme avec la mort : le déni. « ça n’est pas possible que les gens ne me comprennent pas !!! Ils devraient voir ce que je veux dire !!! C’est tellement evident que j’ai raison, bon sang!!! » Alors on essaie de convaincre tout le monde. Surtout ceux, évidemment, qui pensent exactement l’inverse. Ça devient de plus en plus douloureux, et la seule manière qu’on a alors d’échanger, c’est de manière aggressive.


J’ai entendu dire que beaucoup de gens retiraient des gens de leur liste d’amis sur les réseaux sociaux en raison des interprétations controversées des mêmes événements. Je parle des événements que j’ai mentionnés au début, certes, mais pas seulement.


Ce qui me frappe c’est que les gens soient si prompts à voir ce sur quoi ils sont en désaccord, alors que, dans 90% des cas, ils en arrivent pourtant à la même conclusion.


Je suis vraiment pour la discussion. Sinon, je n’aurais pas étudié la langue et le discours. Mais – et là tenez-vous prêtes et prêts pour la déclaration neuneu : je soutiens encore davantage l’amour, la gentillesse et l’empathie. Voilà, là vous pouvez rire et vous moquer de mon côté gnangnan.


Voici la partie moins gnangnan, cela dit: comme tout le monde, malheureusement, la haine et la colère font encore partie de mes pensées. C’est pour ça qu’aimer, c’est dur, c’est pour ça que l’amour n’arrive pas sans efforts. Il y a tellement de gens que je voudrais détester.Ce serait telllllllllllement plus facile.


Mais à quoi ça nous avancerait ?


A la fin de la journée, personne ne se souvient de ce que je pense, de toute façon. Je ne suis même pas suffisamment célèbre pour faire changer d’avis une seule personne, alors convaincre les masses, n’en parlons pas.


Toutefois, quelque chose restera : la manière dont j’ai traité les autres. Ça, ça ne sera pas oublié. Les gens se souviendront de ce qu’ils ont ressenti. Revoilà le côté neuneu; vous savez, cette idée selon laquelle les gens oublient presque toujours ce qu’on leur a dit, mais pas ce qu’ils ont ressentis face à nous. Je suis complètement d’accord.


Mon but tous les jours: essayer de faire que les gens autour de moi vivent mieux, se sentent mieux.


Je ne dis pas que j’atteins ce but tous les jours. J’essaie, j’apprends.


Cependant, afin de faire ceci, on doit accepter un certain nombre de choses.


On doit accepter que l’on sera critiqué. Et OH MON DIEU C’EST DINGUE, on doit même accepter que parfois, dans leur argumentaire critique, les gens disent des choses auxquelles il serait bon qu’on réfléchisse, parce qu’on ne les a jamais envisagées sous un angle quelconque.


Je remercie sincèrement les gens pour avoir fait de moi la personne que je suis aujourd’hui. C’est-à-dire quelqu’un plein de contradictions. Parce que j’accepte désormais que même si je crois en une chose, mes amis les plus proches peuvent avoir de très bonnes raisons de penser quelque chose de complètement différent.

Alors est-ce qu’on pourrait en finir deux minutes avec la haine, avec les discours agressifs et les commentaires haineux sur ces événements, sur n’importe quels événements ? Peut-on enfin accepter que nos amis proches aient une opinion qui diverge de la nôtre ? Peut-on enfin accepter qu’il n’y ait pas qu’une seule et unique façon d’interpréter des événements, de la même manière qu’il n’y a pas qu’une seule manière d’interpréter un texte ? ça ne revient pas à dire, par exemple, qu’un texte raciste puisse être lu par quelqu’un d’autre comme complètement anti-raciste. S’il vous plaît, n’allez pas si loin. Ce n’est pas ce que je dis. Comme il serait absurde – et idéologiquement très inquiétant – de vouloir démontrer en quoi les discours comme le plus célèbre de Martin Luther King sont des discours de haine. On appelle ça la mauvaise foi.


C’est juste que certains trouveront certaines choses inacceptables, alors que d’autres les accepteront. Et dans ces cas-là, on fait quoi ?


Peut-être y a-t-il des désaccords qu’il nous faut accepter.Peut-être que n’être pas d’accord sur tout n’est pas si terrible que ça. [encore une fois, merci de ne pas ramener les extrêmes ici] Peut-être que parfois, on peut même accepter de n’être pas le grand vainqueur du débat. Peut-être qu’on peut laisser parler les gens quand ils se sentent réduits au silence, ou incompris ou heurtés (pas forcément les trois en même temps).


Et vous pensez enfin qu’être gentil avec [presque] tout le monde, c’est juste une manière de se soumettre ? J’ai cru ça un temps, moi aussi. Mais repensons la chose pendant une minute. Être soumis décrit la situation dans laquelle on place ses besoins après ceux des autres.


Alors peut-être que le souci, c’est qu’on sur-estime ses besoins aussi, pour en arriver à confondre gentillesse et soumission.


J’ai besoin de n’être ni blessée ni agressée, comme tout le monde. Du moment que c’est le cas, je peux accepter pas mal de choses.


Laissez-moi cette fois prendre un exemple loin de ces récents événements, et loin aussi des discours médiatiques. Quelque chose que vous avez vécu vous-mêmes. Par exemple : la fois où on vous a offert un cadeau qui ne représentait absolument pas votre personnalité. Beaucoup de gens achètent des cadeaux non pas en fonction de ce que souhaiterait la personne, mais en fonction de leurs propres goûts.


Pensez à ça. Je suis sûre que ça vous est arrivé au moins une fois. « Quel cadeau de merde », vous avez pensé. « Elles/Ils ne me connaissent même pas. Quels ami.e.s/parent.e.s/amant.e.s pourris. »


Maintenant imaginez que pour cette personne, vous offrir ce cadeau signifiait beaucoup. Non pas parce qu’elle manquait d’imagination, mais parce qu’elle pensait que vous auriez le vouloir, ce cadeau. Vous êtes capables de raisonnements profonds, alors pourquoi en rester au niveau : « c’est un cadeau de merde » ? Pourquoi ne pas remercier cette personne pour de vrai, essayer de comprendre et d’apprécier pourquoi, selon elle, il était si important de vous offrir quelque chose dont elle savait bien, au fond, que vous n’aviez pas le désir ?


Ça s’appelle l’empathie. Essayer de se mettre à la place de quelqu’un, de comprendre son point de vue, au moins pour quelques minutes. C’est tout à fait légitime d’expliquer ensuite que vous auriez préféré autre chose. Parce que cette autre personne doit apprendre l’empathie elle aussi. Mais à mon avis, c’est contagieux.


Essayer l’empathie au moins quelques minutes par jour ne nous rendra pas toujours heureux, mais ça nous rendra meilleurs, et ça nous rapprochera les uns des autres. Me semblerait que ça soit un tout petit plus important que d’avoir raison à l’issue d’une dispute dont personne ne se rappelera de toute façon la cause deux semaines plus tard.

Enfin, j’en sais rien, en fait, je voulais juste parler de gentillesse. Merci de m’avoir lue.

Top