At Least, I Can Say ‘At Least’, Sometimes: On Dark Thoughts, Positive Thinking, and Empathy.

french flag pastel

It’s been a month since I’ve written my last text here. I’ve thought about things to say or write every day, then I didn’t. My energy went mostly on keeping a normal life: wake up, go to work, eat and drink, call people, not forget to breathe, even when I check the door for the seventh time – I have that stupid OCD thing, I unconsciously stop breathing when I check something. It’s part of the ritual. Especially when it’s doors I check, and the gas. Thankfully when I do OCD rituals while proofreading, it works by word, not by sentence, so I don’t have to be a free diving champion.

Now I’m writing, and I’m almost 70% sure that the gas is off, and that my neighbour didn’t die last night by falling on the trash we took out on the street. It’s a nice day, all things considered. I’m almost sure I can be almost sure.
It’s important because I haven’t been too sure, lately.

I’ve never pretended I’d be honest, you guys. I don’t believe in honesty. I believe honesty is a social construct. Oh and I over-intellectualise things, in case you didn’t know. Anyway, honesty’s not my goal. My main goal before publishing any post here is to check that there’s something positive to take out of it. Partly because guilt and paranoia mess up my brain due to OCD (my biggest fear ever is to cause anyone any harm). Partly because we won’t run out of sad stuff to hear and read everywhere else, whilst we all feel sometimes that all we needed was a little bit of hope, a teeny tiny spark.

It’s been a bit harder to focus on the positive for the past few weeks, so I didn’t feel entitled to publish anything. I wasn’t in a ‘at least’-period towards myself. You know, when you know things suck, but you start your concluding sentence by: ‘well, anyway, at least…’ followed by something as positive as you can find. Even if that’s just: well, at least I still have a whole pack of cigarettes to smoke the night away.

It’s strange how one functions towards oneself. The other day I was watching a great video by Brené Brown on empathy. She explains brilliantly how ‘at least’ can be an asshole. The way we say ‘at least’ to people when it means: ‘yeah, shut up, you’re lucky anyway.’ Worse still: ‘yeah, shut up, you’re too privileged to realise how lucky you are. I’d love to have that!’ Except that if you want to help someone, you never, ever do that. That the exact opposite of empathy. It means: yeah, whatever. I don’t care that you care, in fact you shouldn’t care. Let’s focus on something else instead.

The strange thing is that while I can understand that about others (and I seriously hope I’m never trivialising anyone else’s concerns by saying such things), it’s hard to be as understanding towards myself. I know I’m not the only one. In fact, I think we’re all pretty much like that, since it’s true that you’ll never do to anyone the terrible things you do to yourself. That’s when, to put it in Brené Brown’s words, or to use her lexical field, we’re disconnected from ourselves.

So where’s the problem? How does one connect to oneself? I don’t know. But I got thinking. I’m all messed up here: on the one hand, positive thinking requires you to focus on the positive of everything; CBT, which provides the therapy tools I’m using to get – and stay – better, requires positive thinking to a large extent. On the other hand though, focusing on the positive to the exclusion of the negatives is precisely one of the least helpful ways to combat low mood, sadness, depression.

I know what you wanna say: don’t exclude the negatives, then!

Yes, I know. That’s what I try to do when I use the ‘at least’ connector in my own narrative. (again it’s very different to say it to someone else…) But as soon as I start the mental ‘at least’-cycle, this judgemental voice comes uninvited into my mind: well then don’t cry, you bitch!

Since my dad passed away, I’ve said ‘at least’ a million time. I’ve lost my dad whom I loved so much, but at least I was lucky enough to have a dad. I’ve seen my mum devastated and I’ve heard the words of acute pain coming straight from the bottom of her exhausted self, but at least I’m lucky enough to have a mum. He’s dead, but at least… It’s hard, but at least… It’ll forever be terrible, to live without him, but at least… And so on and so forth.

Oh, shut up, you at-least-bitch.
I told you, my mind’s rather offensive.

The one we surely don’t empathize with is ourselves. We read books about how to be good to others, and in our own mind it’s screaming: yeah, shut up, you privileged asshole.

Then again I remember that when I read stuff about mindfulness, they always insisted on this point: don’t judge yourself, be kind to yourself, do the best you can but don’t expect to always manage to remain positive and calm. Just accept sadness for what it is.

But if I accept sadness, am I rushing into OCD and a depressive state all over again? I’m scared of boundaries, now. Am I going to start sleeping on my keyboard like I used to? Avoid the bed and sleep sat on the couch? Worse, still: If I accept sadness wholeheartedly, am I forever illegitimate in trying to help others? If I can’t be positive myself, what will people think about positive and self-confidence tips I give so that they can fight their own monsters?

It’s always about feeling like an imposter, isn’t it? Choosing to be the positive one isn’t always nice and easy. But at least, yeah… at least, it helps. Because you develop tools to be more positive the day you’re ready. So I will.


Au moins, je peux parfois dire “au moins”: à propos de nos pensées sombres, des positives, et d’empathie.

Ça fait un mois que je n’ai pas écrit de texte ici. Tous les jours, j’ai pensé à des trucs à dire ou à écrire, et puis je ne l’ai pas fait. Mon énergie s’est concentrée sur comment garder une vie normale : se lever, aller au boulot, manger et boire, appeler des gens, ne pas oublier de respirer, même lorsque je vérifie la porte pour la septième fois. J’ai en effet ce rituel idiot dans mes TOC, celui de retenir inconsciemment ma respiration quand je vérifie quelque chose. Surtout quand il s’agit de portes ou du gaz. Heureusement quand je relis un texte pour le corriger ça fonctionne mot par mot, pas phrase par phrase, donc je n’ai pas à être championne d’apnée.

Là, maintenant, j’écris, et je suis presque sûre à 70% que le gaz est éteint, et que mon voisin n’est pas mort la nuit dernière en tombant sur le sac poubelle qu’on a sorti dans la rue, juste devant la porte. Tout bien pesé, c’est une belle journée. Je suis presque sûre que je peux être sûre.

C’est important car je n’ai pas été vraiment sûre, dernièrement.

Je n’ai jamais prétendu être honnête, les gars. Je ne crois pas en l’honnêteté. Je crois que l’honnêteté est une construction sociale. Oh et je sur-intellectualise beaucoup les choses, au cas où vous l’ignoriez. Bref, mon but n’est pas l’honnêteté. Mon but, avant de publier un quelconque billet ici, est de vérifier qu’il y a quelque chose de positif à en tirer. En partie parce que la culpabilité et la paranoïa foutent le souk dans mon esprit à cause des TOC (ma plus grande peur est de faire du mal à quelqu’un). Et en partie parce que si nous n’allons aucunement être en rupture de stock de choses tristes à lire ou à entendre de toutes parts, en revanche nous avons tous ressenti parfois le besoin de recevoir juste un peu d’espoir, de juste voir une minuscule étincelle.

Ça a été un peu plus dur de me concentrer sur le positif ces dernières semaines, alors je ne me suis pas sentie autorisée à publier quoi que ce soit. Je n’étais pas dans une période « au moins » vis-à-vis de moi-même. Vous savez, quand on sait que la situation est pourrie, mais qu’on conclut par : « oui, mais bon, au moins… » suivi du truc le plus positif qu’on puisse trouver. Même si c’est juste : bon, au moins il me reste tout un paquet de cigarettes à fumer pour passer la nuit.

C’est étrange, la manière dont on fonctionne envers soi-même. L’autre jour, je regardais une excellente vidéo de Brené Brown sur l’empathie, qui expliquait très bien en quoi le « mais au moins » était une saloperie. La manière dont on peut dire « au moins » pour dire à d’autres : « ouais, ben ferme-la, t’as de la chance. » Ou encore pire : « ouais, ta gueule, t’es trop privilégié pour avoir la moindre idée de la chance que tu as. Moi j’adorerais avoir ce que tu as! » Sauf que quand on veut aider quelqu’un, on ne fait jamais, ô grand jamais ça. C’est l’exact opposé de l’empathie, de la connection aux autres. Ça veut dire : ouais, bon bref. Je m’en fous que tu en aies quelque chose à foutre, tu ne devrais pas. Passons plutôt à autre chose.

Le truc étrange c’est que bien que je le comprenne parfaitement envers les autres (et j’espère sincèrement ne jamais banaliser ni diminuer les inquiétudes de quelqu’un en disant des choses pareilles), il est difficile d’être si compréhensif envers soi-même. Je sais que je ne suis pas la seule. En fait, je pense qu’on est quasiment tous comme ça, tant il est vrai qu’on ne ferait jamais aux autres tout ce qu’on fait contre soi. Ce qui amène, pour reprendre les choix lexicaux de Brené Brown, à se déconnecter de soi-même, à rompre ce lien essentiel avec soi-même.

Alors où est le problème? Comment on crée le lien qui nous lie à nous-mêmes? Je ne sais pas. Mais ça m’a fait réfléchir. Je suis un peu confuse, je dois dire: d’un côté, la pensée positive demande que l’on se concentre sur le positif en chaque chose, et la thérapie cognitivo-comportementale ou TCC, dont j’utilise les outils pour essayer d’aller mieux et de le rester, exige en grande partie de s’appliquer à la pensée positive. D’un autre côté, se focaliser sur le positif en excluant les points négatifs est précisément l’un des moyens les plus inefficaces pour combattre l’humeur dépressive et la tristesse.

Je sais que vous voulez dire : eh ben enlève pas le négatif, alors !

Oui, je sais. C’est ce que j’essaie de faire quand j’utilise la locution adverbiale « au moins » dans le récit de ma propre histoire. (encore une fois, c’est différent de le dire à quelqu’un d’autre que soi…) Mais dès que je commence mon cycle des « au moins », cette voix de la critique se tape l’incruste dans mon esprit : eh ben alors chiale pas, pauvre conne !
Depuis que mon père est décédé, j’ai dit « au moins » un million de fois. J’ai perdu mon père que j’aimais tant, mais au moins j’ai eu la chance d’avoir un père. J’ai vu ma mère dévastée et j’ai écouté les mots de la douleur aigüe sortir droit du fond de sa fatigue, mais au moins j’ai la chance d’avoir une mère. Il est mort, mais au moins… C’est dur, mais au moins… Ce sera terrible pour toujours, vivre sans lui, mais au moins… Et ainsi de suite.

Oh ta gueule, pauvre conne du « au-moins ».
Je vous avais prévenus, mon cerveau n’est pas vraiment poli.

La personne avec qui on a le moins d’empathie, c’est nous-même. On lit des livres qui nous apprennent comment être meilleurs envers les autres, et dans sa tête à soi ça crie : ouais ta gueule, connard de privilégié.

Cela dit, je me souviens que quand je lisais des trucs à propos de la mindfulness (de la présence au monde, du recentrement méditatif, du développement personnel, je ne sais pas comment traduire, dites-moi si vous savez), ça disait toujours ça : ne vous jugez pas, soyez bienveillant envers vous-même, faites de votre mieux mais ne vous attendez pas à toujours rester calme et positif. Acceptez simplement la tristesse pour ce qu’elle est.


Mais si j’accepte la tristesse, est-ce que je cours encore une fois dans mes TOC et un état dépressif ? J’ai la trouille des frontières, maintenant. Est-ce que je vais me remettre à dormir sur mon clavier comme je le faisais ? Est-ce que je vais éviter le lit et dormir assise sur mon canapé ? Voire pire : si j’accepte ouvertement la tristesse, est-ce que je suis pour toujours illégitime si je veux aider les autres? Si je ne peux pas être positive moi-même, qu’est-ce que les gens penseront des conseils sur la pensée positive et l’estime de soi que je donne pour qu’eux combattent leurs propres monstres ?

On en revient toujours à se sentir un imposteur, non ? Choisir d’être positif n’est pas toujours un long fleuve tranquille. Mais au moins… ouais, au moins, ça aide. Parce qu’on développe les outils qui nous serviront à être plus positifs le jour où on sera prêt. Donc prête, je le serai.

Top

The Inner Struggle: Fighting Against our Thoughts

french flag pastel

In my last text, I mentioned intrusive thoughts. While this expression is part of the OCD and mental health disorders terminology, I believe everyone can relate to the idea of intrusive thoughts. Because we all have, if not intrusive, at least unwanted and unwelcomed thoughts. They can trigger a range of emotions, from discomfort to anxiety.
We can’t control our thoughts. Yes, we can train our brain to adopt a different pattern, and develop more positive thoughts; but changing all thoughts altogether is impossible. And yet how much energy do we spend everyday, trying to fight something which can’t really be fought?

A large number of books on OCD’s authors use a comparison to make people understand how counterproductive fighting a thought is. For instance: ‘Try not to think about an elephant. That’s right, don’t think of this big grey animal. Don’t think about an elephant, I repeat, don’t think about an elephant, DON’T THINK ABOUT AN ELEPHANT – try very very hard not to see this elephant in your mind. It goes without saying, the more you try not to think about this elephant, the more you see it, even if two minutes ago you really had no intention of thinking about an elephant – and that it wasn’t very likely anyway… Yet, as unlikely or irrational the thought may be, when you start to avoid it, it takes over your will.

While it seems rather simple to understand this, most of us try really hard not to picture or think about something that pops into our mind on a very regular basis.

There are many reasons which explain why these thoughts never disappear. They can be connected to a trauma, so of course we don’t welcome any reminder of it.
It can also be because these thoughts are morally reprehensible, whether from a legal, philosophical or religious perspective. And even though we know we’d never do it, the very fact that we think about them make us see ourselves as guilty. Because that’s what intrusive thoughts are: about violence, aggressive actions, blasphemy.
Actually, it’s likely that the more immoral a thought appears to us, the more difficult it is to remove it from our head…

OCD sufferers are often ashamed to admit the kind of intrusive thoughts they experience. One can easily understand why: these thoughts can very often be connected to the most terrible violence. Thinking of it can make you think that you want to do it, therefore triggering the process of self-shaming. If I think about this, I must be a bad/a violent/a dangerous person. Because I’ve felt this urge – never performed: this is key – to slap this person, to have inappropriate sexual relationships, to harm someone vulnerable.

I remember seeing an extremely emotional documentary, where a man admitted that due to his very severe OCD, he gradually confined himself to his room. He kept having very distressing intrusive thoughts of harming his newborn child. He said to himself: ‘if I think about my child being harmed, it means that I’m dangerous, it means that I want to hurt him’… Not understanding, at the time, that if he thought about it so much and with such great distress and self-disgust, it was because on the contrary, he was terrified that someone – him included, of course – would ever hurt his child. He so not wanted this to happen… The less he wanted it to happen, the more he thought about it. Up to a point when actually, he refused to even leave his bedroom, and had no contact with his child for months, as self-punishment for his aggressive thoughts. His wife has been incredibly supportive, helping him every day during this painful process, and encouraged him to come back to the reality of his family; this reality being that he was a loving father who just wanted to protect his child. It took him – /them – months, but finally, this man was able to hold his child in his arms again…

Thoughts are complex. There’s no one single way to analyse them. Depression, OCD, Post-traumatic stress disorder, and other conditions make thoughts even more complex to analyse, precisely because the sufferer over-analyses them.

There is, however, one thing that can help everyone, whether or not one has a condition: remembering that no one can control their thoughts. It’s no coincidence that controlling people’s thoughts is one of the recurring themes of dystopic movies and books. And that, of course, there’s always some character in these stories who will stop taking the mandatory treatment, and realise that there’s – in fact – no actual limit to one’s thoughts… It is indeed a scary thing to realise.

The worst thing probably is the terrible confusion between fantasies and thoughts. Something that you picture because you’d like it to happen, and something you just picture because of complex factors relating to your environment, your life experience, the context, etc. In addition, fantasy is a complex notion: there are some things you fantasise about but you would never, ever want to see become reality. We don’t call them ‘ambitions’ or ‘goals’, do we?
Or it would be like condemning someone for having thought of something. Minority Reports, anyone?

Back to the false OCD logic, which can also be relevant to non-sufferers: if I think of it, it must because something bad has happened, or is about to happen… Otherwise, I wouldn’t think about it! Funnily enough, we use it just for distressing, aggressive and sad thoughts. I’ve never thought: ‘so I’ve just imagined being a pop star, that means it’s going to happen, and I’m definitely going to do it because that’s an urge.’

Cognitive Behavioural Therapy – and, as I discovered later, mindfulness – teaches you to no longer fear or escape your thoughts. Let them come. The more you fight, the more they’ll be present. Let them come, so that equally you can let them go. Most importantly: while doing so, realise that there’s a massive difference between who you are, and what you think. You choose how you act and what you say. You don’t choose what you think, just as you don’t choose what will happen in your dreams at night.

Unless the thought is triggering an action, there’s no need to be scared of it. Of course, you need to ask for help if you think your behaviour may put someone – including you – at harm. You need – we all need – help with our darkest thoughts. But if your thoughts are a fear rather than a desire to act upon it, then don’t fight them. Think about it, even, and notice that nothing is happening. Of course don’t do that in an unsupportive environment. Ask for help from people, create a cosy and reassuring environment at your place, allow yourself to enter a nice café if you’re having distressing thoughts in the street, and accept that you’re not a terrible person for thinking things you consider immoral…

We all have intrusive thoughts. The difference is that we don’t all react in the same way when we have them.

Be kind to yourself, as you’d be to anyone who’d need support and understanding. Don’t shame yourself for thinking about something, or, even worse, for fearing something.


La lutte intérieure: quand on se bat contre ses propres pensées
Dans mon dernier texte, j’ai parlé un peu des pensées intrusives. Bien que cette expression appartienne à la terminologie des TOC et autres troubles d’ordre psychologique, je crois que l’on peut tous se figurer ce qu’est l’idée même d’une pensée intrusive. Parce que nous avons tous, sinon des pensées intrusives, en tout cas des pensées dérangeantes, des pensées que nous souhaiterions ne pas avoir. Ces pensées peuvent susciter toutes sortes de réactions émotionnelles, du simple inconfort à l’angoisse.

On ne peut pas contrôler ses pensées. Oui, on peut entraîner son cerveau à adopter un autre schéma de pensée, et à développer des pensées plus positives ; mais changer toutes ses pensées à la fois est impossible. Et pourtant, combien d’énergie dépensons-nous tous les jours pour lutter contre ce quelque chose contre lequel il est impossible de lutter ?

Dans nombre de livres sur les TOC, les auteurs utilisent une comparaison pour faire comprendre aux gens à quel point tenter de lutter contre une pensée est contre-productif. Par exemple : « essaie de ne pas penser à un éléphant. Voilà, c’est ça, ne pense pas à ce gros animal tout gris. Ne pense pas à un éléphant, je répète, ne pense pas à un éléphant, NON NE PENSE PAS A UN ELEPHANT – essaie de toutes tes forces de ne pas te représenter cet éléphant dans ton esprit. Et bien sûr, plus on essaie de ne pas penser à cet éléphant, plus on le voit, même s’il y a deux minutes on n’avait aucune intention de penser à un éléphant – et que d’ailleurs ça avait bien peu de chances d’arriver… Pourtant, aussi imprévisible et irrationnel que cela soit, quand on commence à éviter une pensée, c’est elle qui nous saisit.

Bien que ça paraisse relativement simple à comprendre comme ça, la plupart d’entre nous essayons avec force détermination de ne pas nous représenter ou de ne pas penser à ce qui nous revient pourtant à l’esprit de façon régulière.

Plusieurs raisons expliquent que ces pensées ne disparaissent jamais vraiment. Elles peuvent être liées à un traumatisme, et c’est pourquoi on accueille tout rappel de ces événements sans enthousiasme aucun.

Cela peut aussi être parce que ces pensées sont répréhensibles d’un point de vue moral, que ce soit selon la perspective juridique, philosophique ou religieuse. Et même si l’on sait qu’on ne le fera jamais, le fait même d’y penser nous fait apparaître coupable à nos propres yeux. Parce que c’est ce à quoi les pensées intrusives sont liées : la violence, les agressions, le blasphème.

En fait, il est même tout à fait probable que plus une pensée nous apparaisse immorale, plus il est difficile de nous la retirer de notre esprit.

Les gens souffrant de TOC ont souvent honte d’admettre le genre de pensées intrusives qu’ils connaissent. On peut facilement comprendre pourquoi : ces pensées sont souvent liées à une violence terrible. Y penser peut nous faire croire que l’on souhaite que cela arrive, ce qui à son tour déclenche le processus d’auto-humiliation. Si je pense à ça, alors je dois être une personne malveillante/violente/dangereuse. Parce que j’ai comme ressenti un besoin – sans aucun passage à l’acte, jamais: précision fondamentale – de gifler quelqu’un, d’avoir des relations sexuelles inappropriées, or de faire du mal à quelqu’un se trouvant dans une position de vulnérabilité.

Je me souviens avoir vu un documentaire particulièrement émouvant, où un homme reconnaissait qu’en raison de TOC très sévères, il s’était progressivement confiné sans sa propre chambre. Il avait sans cesse des pensées intrusives particulièrement déstabilisantes, où il faisait du mal à son enfant nouveau-né. Il se disait : « si je pense qu’il est possible de faire du mal à mon enfant, ça signifie que je suis dangereux, ça veut dire que j’aimerais le faire». Il ne comprenait pas, à cette époque-là, que s’il y pensait aussi souvent, et avec une telle détresse et un tel dégoût de soi, c’était au contraire parce qu’il était terrifié à l’idée que quelqu’un (et bien sûr lui y compris) puisse un jour faire du mal à son enfant. Il voulait tellement que ça n’arrive pas… Et moins il voulait que ça arrive, plus il y pensait. Jusqu’au point où finalement, il refusa dorénavant de quitter sa chambre, et n’eut plus de contacts avec son enfant pendant des mois. Il se punissait ainsi lui-même de ses pensées agressives. Sa femme fut un soutien incroyable, l’aidant jour après jour dans ce douloureux parcours, et l’encourageant à revenir à la réalité de sa famille ; réalité qui était au contraire qu’il était un père aimant qui souhaitait simplement protéger son enfant. Cela lui (/leur) prit plusieurs mois, mais finalement, cet home fut à nouveau en mesure de tenir son enfant dans ses bras…

Les pensées sont complexes. Il n’y a pas qu’une seule manière de les interpréter. La dépression, les TOC, le syndrome de stress post-traumatique, et d’autres troubles peuvent rendre ces pensées encore plus compliquées à analyser, puisque justement, celle ou celui qui souffre du trouble passe son temps à les sur-analyser.

Il est cependant quelque chose qui peut aider tout le monde, que l’on ait ou pas un trouble d’ordre psychologique : se souvenir que personne ne peut contrôler ses pensées. Ce n’est pas un hasard si le fait de contrôler les pensées de quelqu’un est un thème récurrent des films et ouvrages contre-utopiques. Et que, bien sûr, il y a toujours un personnage, dans ces histoires, pour arrêter de prendre le traitement obligatoire et se rendre compte qu’il n’y a en vérité aucune limite à nos pensées… C’est en effet assez effrayant, de se rendre compte de ça.

La pire confusion réside probablement dans la confusion que l’on fait entre fantasmes et pensées. Ce qu’on s’imagine car on aimerait que ça arrive, et ce qu’on imagine seulement en raison d’une multitude de facteurs complexes ayant lien à notre environnement, notre expérience de vie, le contexte, etc. De plus, les fantasmes sont d’ailleurs une notion difficile : il y a des choses que l’on fantasme mais que l’on ne voudrait jamais, ô grand jamais, voir se réaliser. C’est quand même pas pour rien qu’on les appelle ni des « buts », ni des « ambitions », non?

Ce serait un peu comme de condamner quelqu’un pour avoir pensé quelque chose. Minority reports, ça ne vous dit rien ?

Revenons à la fausse logique des TOC, qui peut également éclairer ceux qui n’en souffrent pas : si je pense à quelque chose, c’est que ce quelque chose – nécessairement mauvais – est arrivé, ou alors va bientôt arriver… Sinon, je n’y penserais pas ! C’est quand même marrant de remarquer que cette logique ne fonctionne que pour les éléments négatifs, agressifs et tristes. Je ne me suis jamais dit : « tiens, je viens de m’imaginer en pop star, ça veut dire que ça va arriver, et que je vais tout faire pour, car c’est une véritable pulsion. »

La Thérapie Cognitive et Comportementale (et, comme je l’ai découvert plus tard, la conscience de soi ou le recentrement sur soi) nous apprend à ne plus craindre ni fuir nos pensées. Qu’elles viennent à nous. Plus on s’y oppose, plus elles seront présentes. Tandis que si on les laisse venir, on pourra également les laisser repartir. De manière encore plus cruciale : pendant que l’on fait ça, on se rend compte qu’il y a une différence majeure entre ce que l’on est, et ce que l’on pense. On choisit nos actions et nos paroles. On ne choisit pas ce que l’on pense, de la même façon que l’on ne choisit pas ce qui se passe dans nos rêves la nuit.

A moins qu’une pensée ne déclenche une action, il n’y a aucune raison de la craindre. Bien sûr, il faut demander de l’aide quand on pense que notre comportement pourrait mettre en danger quelqu’un (y compris soi-même). On a tous besoin d’aide concernant nos pensées les plus noires. Mais si vos pensées sont une peur plus qu’un désir de passer à l’action, alors ne vous battez pas. Pensez-y, même, et voyez que rien n’arrive. Evidemment, il ne s’agit pas de faire ça dans un univers déstabilisant. Il faut que le contexte nous aide : demandez de l’aide à des gens, créez-vous une atmosphère rassurante et agréable chez vous, permettez-vous d’entrer dans un sympathique Café si vous êtes dans la rue quand des pensées négatives vous assaillent, et acceptez le fait que vous n’êtes pas une personne immonde pour penser à des choses que vous considérez immorales.

On a toutes et tous des pensées intrusives. La différence, c’est qu’on ne réagit pas toutes et tous de la même façon quand on les a.

Soyez bienveillant envers vous-même, tout comme vous le seriez envers n’importe qui d’autre qui aurait besoin de votre soutien et de votre compréhension. Ne vous auto-humiliez pas pour avoir eu une pensée ou, pire encore, pour avoir simplement certaines peurs.

Top

OCD Doesn’t Mean Hallucination , Yet It Is Quite Visual

french flag pastel
Content warning: intrusive thoughts of death discussed.


Every time I cross a street, I visualise – in slow motion and despite my best efforts – a car crashing into my legs, the bones tearing my skin open. I hear the sounds of my body fracturing in multiple places, my torso sinking on wrecked thighs. I hear the crackling of my ribs spreading apart, I don’t fly in the air to only collapse metres away, I just crumble graceless, dislocated, on a dirty street.


I rarely visualise blood though.

I’m sorry if this is distressing. That’s exactly how I feel every time it pops into my head – every time, or almost every time I cross a street. There’s no real warning. Apart from the fact that death has been omnipresent in my thoughts for years. I put ‘death’ before this text too, as an attempt to warn you too, but then again: how does it make what follows less distressing? I’m sorry, that’s just the way I feel.

Death is shocking enough as a concept.
But as constant intrusive thoughts, death is exhausting, terrifying. Frankly, death is just too much.
Plus, when you have, as I do, the chance of being alive, non-disabled and healthy, it’s almost disrespectful to those who can’t move to get stuck dead on your mind’s floor.

Every time I cross a street. Even now, after 17 months of medication and a lot of CBT exercises to tackle OCD. I can see my legs getting smashed open by a car I wouldn’t have seen.

That’s not even my point here, though. That’s not where death sucks all my energy dry. Yes, OCD often is about intrusive thoughts. But I told you that for me, it’s very much about guilt too. So every time I’ve crossed a street, I haven’t rejoiced for still being alive, or for not having been run over by a car. No. I immediately needed to check that nothing had happened to others. I’m afraid I’d killed someone. Yes. I’m afraid I’d stopped on the road, without even noticing, and that a car went straight into a wall as it tried to avoid running me over. I’m afraid that I was so concerned by my own safety that I didn’t notice the explosion just next to me, a car exploding – yes – for using its brakes so hard as to not kill me. I’m afraid people have died, because otherwise, how could I be alive? In my mind, someone always has to die. There’s no happy ending, ever. It’s like a perpetual war, where you don’t even get to pick sides.

Every time I cross a street, someone has to die in my head. I’ve been to so many fictional funerals. I hate crossing the street. I wish the world was one big road, with no crossing, no pavement, no nothing.

It’s rather common with OCD, I believe. OCD sufferers are often scared of thresholds, doors, gates, borders, passages. Everything that means going from one state/place to another. It may be hard to walk out of a room, to enter a building, to put one foot on a pavement’s crack or line, just like when you were a kid you tried to avoid the cracks when walking. This fear of thresholds is also noticeable in other phobias. Some feel confined, even in a street, outside. They can’t walk in a street if they can’t see its end. So they never walk in any boulevard, any avenue.

Now I feel a bit more resilient regarding this. It doesn’t cause as much distress as it used to. I still have the images mentioned above popping into my mind. But at least I’ve managed to find ways to reduce the checking rituals after them. Oh yes, because to make sure that nothing had happened to anyone, I needed to:
– Listen carefully to the sounds in the street in case an explosion occurs
– Check visually that nothing’s left on the road, that the cars have passed by, are gone now and won’t burn.
– Count to reassure myself, and to think about something else – where in fact it keeps me prisoner of these images, but nevermind.

You can live a normal life with OCD. We all have fears. Of course every time I cross a street, my legs get a bit weaker, as if they were expecting the big crash. Nonetheless, I’ve decided that space might be my enemy, but it won’t win. At the end of the day, I’ll be walking, even if it means stopping every two minutes to check something, when I really don’t feel good. But on a great day, I can walk to my job and only think about it three times (I need to cross six streets – that’s 50% of being okay, which I consider a very good score).

I hope that one day I’ll cross the street without hearing these cracks, without seeing me and others die.

Every time I cross the street, I realise that I’ve still got a long way to go. But hey, I’m no longer alone on that road. And you can no longer die once you’ve understood you’ll never really be alone.


Avoir des TOC ne veut pas dire avoir des hallucinations, mais un imaginaire très visuel malgré tout

Avertissement sur le contenu: le texte qui suit décrit des pensées intrusives représentant la mort.

Chaque fois que je traverse une rue, je visualise, au ralenti et malgré tous mes efforts, une voiture me rentrer en plein dans les jambes, mes os me déchirer la peau. J’entends les sons de mon corps qui se fracture en de multiples endroits, mon torse dégringolant sur des cuisses démolies. J’entends le crépitement de mes côtes qui s’écartent, je ne vole pas dans les airs pour m’écrouler quelques mètres plus loin, je retombe juste là devant sans grâce, désarticulée, sur le sol d’une rue sale.


Ceci dit je m’imagine rarement du sang.


Je suis désolée si ces images vous perturbent. C’est exactement ce que je ressens chaque fois que ça s’invite dans ma tête, chaque fois, ou presque à chaque fois, que je traverse une rue. Il n’y a pas de réel avertissement. A part dans le fait que la mort est omniprésente dans mes pensées depuis des années. J’ai placé le mot « mort » avant ce texte aussi, comme pour vous prévenir, mais bon, en quoi est-ce ça rendrait ce qui suit ce titre moins perturbant ? Je suis désolée, c’est juste ce que je ressens.

La mort est déjà assez choquante en tant que concept.
Mais quand elle devient une succession de pensées intrusives, la mort est épuisante, elle est terrifiante. Franchement, elle est juste horriblement lourde.
En plus, quand on a comme moi la chance d’être en vie, non handicapée et en bonne santé, c’est presque un manque de respect vis-à-vis de ceux qui ne peuvent pas bouger que de rester inerte couchée sur le sol, même si ça n’est qu’en imagination.


Chaque fois que je traverse une rue. Même maintenant, après 17 mois de médicaments et un paquet d’exercices pour diminuer mes TOC. Je vois mes jambes se faire écraser par une bagnole que je n’aurais pas vue.

Mais voyez-vous, ce n’est même pas là que je veux en venir. Ce n’est pas ça qui fait que la mort me pompe toute mon énergie. Oui, les TOC concernent souvent des pensées intrusives. Mais je vous l’ai dit: pour moi, tout ça est très lié à la culpabilité aussi. Alors à chaque fois que j’ai traversé une rue, je ne me suis pas réjouie d’être encore vivante, ou de ne pas m’être fait passer dessus par une voiture. Non. J’ai immédiatement eu besoin de vérifier que rien n’était arrivé aux autres. J’ai eu peur d’avoir tué quelqu’un. Oui. J’ai eu peur de m’être arrêtée sur la route sans m’en être rendu compte, et qu’une voiture ait foncé droit dans le mur en voulant m’éviter. J’ai eu peur d’avoir été si absorbée par ma propre sécurité que je n’ai pas même remarqué une explosion à côté de moi, une voiture qui aurait explosé, oui oui, pour avoir utilisé trop fort ses freins, pour ne pas me tuer. J’ai peur que des gens soient morts, car autrement, comment pourrais-je moi être vivante ? Dans mon esprit, quelqu’un doit toujours mourir. Il n’y a jamais de happy end. Jamais. C’est une guerre perpétuelle, de celles dont on ne choisit pas son camp.

Chaque fois que je traverse une rue, quelqu’un meurt dans ma tête. Je me suis rendue à tant de funérailles imaginaires. Je déteste traverser la rue. Je voudrais que le monde entier ne soit qu’une seule grande route, avec aucun croisement, aucun trottoir, rien de tout ça.

Ce n’est pas rare concernant les TOC, je crois. Les gens qui souffrent de TOC ont souvent peur des seuils, des portes, des portails, des frontières, des passages. Tout ce qui signifie passer d’un état/d’un lieu à un autre. Ça peut être difficile alors de sortir d’une pièce, d’entrer dans un bâtiment, de mettre un pied sur une craquelure ou une ligne du trottoir, tout comme quand on est enfant on les évite quand on marche. Cette peur des seuils se retrouve aussi dans d’autres phobies. Certains se sentent à l’étroit, même dehors dans la rue. Ils ne peuvent pas s’engager dans une rue s’ils n’en voient pas la fin. Alors ils ne s’engagent jamais sur aucun boulevard, aucune avenue.

Maintenant, je crois avoir plus de recul face à ça. Ça ne me perturbe plus autant qu’avant. Les images que j’ai mentionnées plus haut me reviennent toujours en tête. Mais au moins je suis parvenue à réduire les rituels de vérification que je faisais après avoir traversé. Oui, parce que pour être bien sûre que rien ne soit arrivé à personne, j’avais besoin de :
– Prêter attention à tous les bruits de la rue, en cas d’explosion
– Vérifier visuellement que rien ne soit resté sur la route, que les voitures soient bien passées, qu’elles soient parties maintenant et qu’elles ne brûlent pas.
– Compter pour me rassurer, et pour penser à autre chose – alors qu’en fait ça me gardait prisonnière de ces images, mais bon, bref.


On peut vivre une vie normale avec des TOC. On a tous des peurs et des angoisses. Bien sûr, quand je traverse une rue, je sens mes jambes devenir légèrement plus faibles, comme si elles s’attendaient à la collision. Néanmoins, j’ai décidé que si l’espace était mon ennemi, ce n’est pas lui qui gagnerait. Au bout du compte, je marcherai quand même, même si ça signifie m’arrêter toutes les deux minutes pour vérifier un truc, quand je ne me sens vraiment pas bien. Mais les bons jours, je peux aller au travail et penser à tout ça seulement trois fois sur le chemin (je dois en tout traverser six passages piétons. C’est 50% de « okay ça va », ce que je considère comme étant un très bon score).

J’espère qu’un jour je traverserai les rues en n’entendant plus ces bruits de craquements, en ne me voyant plus mourir, en ne voyant plus mourir les autres.


Chaque fois que je traverse une rue, je me rends compte qu’il me reste encore du chemin à faire. Mais je ne suis plus seule sur ce chemin-là. Et on ne peut plus vraiment mourir quand on a compris qu’on ne serait jamais vraiment seul-e.

Top

Drugs : Can There be Such a Thing as a Good Addiction?

french flag pastel

The other day, a friend made me realise that I hadn’t said much here about the drugs I’ve been taking to fight depression and OCD. He was right; and that’s unfair. Not only because medicines have had a significant impact on me. But because I can’t tell you about Cognitive Behavioural Therapy/CBT only.

Research has shown that combining CBT and drugs is a very successful equation to break free from OCD. According to my doctors, it has even proved the most effective way.

This is probably because in order to engage with CBT, you must be able to think. It sounds pretty simple, but since CBT teaches you how to train your brain to think differently, you have to feel at least able to focus, concentrate, reflect on your experiences, for more than 2 seconds.

The problem was that I absolutely couldn’t. Before the drugs, I couldn’t think about anything but work, or guilt. Guilt, or work. Work WORK WORK GUILT.

So, anyway, here are the drugs I currently take:
– Fluoxetine – 60mgs – every day [you might know this alternative name: Prozac]
– Diazepam 2mgs – 2 pills when needed. I try to avoid taking any if I can, as I’ve been warned that Diazepam is very addictive.

I’ve been on these drugs since September 2013. I started with Fluoxetine 20mgs, but my GP and psychiatrist decided to increase the dosage rather quickly, for reasons I’ll explain later. I also started with taking only one pill of Diazepam at a time, but since I could feel no effect whatsoever, my doctors recommended that I try with two pills in one take. Which is what I do now, when I urgently need to address my anxiety.

Before going into more details, however, here are some elements of context.
Two years ago, I didn’t want to take any medication. I’d had the time to develop a whole network of reasons for this. Below are a few of them:

– I didn’t want to be over-medicated.

– Although I never denied the fact that I had mental health issues, I had probably bought into the stigma which goes with such drugs, without being even aware that I was buying into it. I believed the prejudice according to which over-privileged people with small problems who can’t cope on their own need their daily pills to bear their somehow meaningless life. I felt guilty for being broken, and illegitimately weak for needing help.

– I thought that taking drugs was a very passive – since overly scientific – approach to mental health: ‘okay, so you’re saying you’re gonna give me a few pills and just like that, I’ll feel great?’ – hem… No, in fact, no one ever said that to me… Whatever. That’s what I thought. I believed the deal was: ‘Take these, problem solved! Next!’

– Probably the most terrifying reason for me: I’ve always thought that once I would have tried medication, I would have resorted to the very last option… To me, it was crystal clear: ‘if drugs don’t work, then nothing will’. So not trying medicines allowed me to keep alive the hope that if I did take them, they might well work… Whilst not facing the fact that I might be incurable. [turns out: it works, but there are also other things you can do. Just so you know.]

No Magic: Drugs Taking and Active Psychological Development

The first thing I’d like to highlight is that drugs can help you an awful lot, but they won’t make you feel great magically. No serious doctor will ever advise you to take drugs and just see how it goes! You’ll have to put in extra efforts every day. You’ll have to go out, for instance, try to be active, push yourself to socialise even/especially when you don’t feel like it.

It may sound simple. But that’s actually why I started taking medication. I couldn’t go out any more. I couldn’t be active. I couldn’t even focus on a movie at home, let alone focusing on walking in the street, or talking to people without hearing relentless nasty voices in my head. Everything was painful and incredibly hard to do. No wonder I didn’t want to do them.

When I do the dishes nowadays, I always think about that time, when just thinking about washing stuff tired me out completely. I would feel exhausted after 10 minutes of washing up. Rightly so, because I would have been thinking about it for an hour before, probably, and I already knew that I would obsess on every detail about this so-called routine action for the next hour to come.
Now doing the dishes is just one of the many things I do during the day. And I still have time to do other stuff. I still don’t like doing the dishes, don’t get me wrong. Who does? But I accept it before even questioning it. I don’t overthink it. I no longer fear it. It has to be done, period. So I might as well do it now, to be free later.

When my GP, psychiatrist and psychologist saw me at the time, they told me that we’d have to take drastic measures. Training my brain to think differently was an absolute requirement. But I had been caught for so long into a debilitating state of mind that I was emotionally and physically exhausted. I needed to sleep. And to re-align. I needed to feel like I owned my body again. I needed to be able to not cry every day for hours, for no apparent reason. That’s why I needed to take medication, and to increase the dose quickly. I needed to stop looking at that stupid ceiling, obsessing on that stain that would never go away.
My GP said: first, you need to build up a different physical and emotional state. If you don’t get up, if you don’t go to bed, if you spend your days sat on your couch crying on the fact that you can’t lie down, we’ll have you get up first. At the moment you can’t. So you won’t be able to work on any further issues. You need to feel better, first, and that’s what Fluoxetine [Prozac] is for.

Fluoxetine

As stated on the NHS website, Fluoxetine is one of the ‘Selective serotonin reuptake inhibitors (SSRIs), a widely used type of antidepressant medication. They are mainly prescribed to treat depression, particularly persistent or severe cases, and are often used in combination with a talking therapy such as cognitive behavioural therapy (CBT). […] As well as depression, SSRIs can be used to treat certain other mental health conditions, including: generalised anxiety disorder (GAD), obsessive compulsive disorder (OCD), panic disorder, severe phobias, such as agoraphobia and social phobia, bulimia, post-traumatic stress disorder (PTSD)’. The NHS website also explains how such drugs can be beneficial: ‘It’s thought that SSRIs work by increasing the levels of a chemical called serotonin in the brain. Serotonin is a neurotransmitter (a messenger chemical that carries signals between nerve cells in the brain). It’s thought to have a good influence on mood, emotion and sleep. After carrying a message, serotonin is usually reabsorbed by the nerve cells (known as ‘reuptake’). SSRIs work by blocking (‘inhibiting’) reuptake, meaning more serotonin is available to pass further messages between nearby nerve cells. It would be too simplistic to say that depression and related mental health conditions are caused by low serotonin levels, but a rise in serotonin levels can improve symptoms and make people more responsive to other types of treatment, such as CBT.’

In other words, Fluoxetine was there to help me benefit from CBT.

But here’s what I feared so much: ‘A course of treatment usually lasts for at least six months, although longer courses are sometimes recommended and some people with recurrent problems may be advised to take them indefinitely’. I really didn’t want to hear that. However, today, I have absolutely no problem with the idea of taking it for a very long time. Forever, if need be. One issue at a time, thank you very much. I’ve let go of the multiple fears in order to focus on one at a time.

Diazepam

Diazepam, on the other hand, isn’t a drug that you take every day for a very long time. Still according to the NHS website, ‘Diazepam belongs to a class of medicines called benzodiazepines. Diazepam is a medicine which helps to control feelings of anxiety. It makes people feel less agitated and less tense. It also acts as a sedative and an anticonvulsant. It can help relieve to muscle spasm. Diazepam should only be used for the shortest period of time possible. Otherwise Diazepam can cause tolerance, dependence and even withdrawal symptoms in some people.’

Diazepam is to be used in a crisis, whereas Fluoxetine is what made my mood more stable over the long term, so that I could do exercises to train my brain to think differently.

I won’t talk about this too much today, but it had to be noted that these medical options must be considered very carefully. Side effects are numerous, and real. They will indeed be monitored in case of a treatment.

The Power of Placebo Effect?

Now I must tell you that I’m a fervent believer in the placebo effect. At least I think it has a huge impact on me. So to me, the very decision of taking drugs had probably made 70% of the job already. I was going to get better. I had to.

And slowly, but surely – actually a lot faster than I could have hoped, drugs helped me to just get out of bed, and go back to bed at normal hours – well okay, at acceptable hours.

The first few months, I usually slept until 2 or 3pm. I was exhausted. I had so many nights (years) to catch up on.
Then one day, I woke up before noon. It was incredible. I couldn’t believe the red numbers on the alarm clock. I had woken up before lunch time! Like a normal human being! It was one of the most significant days in my treatment. I know that without medical help, it would have been a lot harder to convince me that I needed to sleep more… Whether or not I have benefited from a placebo effect, I felt supported daily. To me, that’s what matters.

Now I have a 9-to-5 job, so I wake up every morning around 7am. And that’s fine. Of course I still want to go to bed at 4am. But I (usually) don’t. Because thanks to CBT, now I know more about how to convince myself that I should listen to bodily signs, and ignore psychological barriers.

As for the Diazepam, which helps during anxiety crises, it helped me a lot with interactions in particular. Indeed, I feared social situations more than ever. Going to a cinema – where you don’t even have to talk to other people – was sort of a nightmare. But I went. I took just one pill, it didn’t do me any good, it was a bad night, frankly I don’t even remember the movie. I was too busy looking at the alley in the middle, and at something weird at the top of the screen, then at my hands, and everything else but the screen, and oh my god I’m ashamed, and ashamed, and ashamed.

Then I tried taking two pills. It worked. Again, I don’t care whether it’s a placebo effect or not. I felt relaxed. I really did. It was okay to sit with other people and accept that I was living among them, and that I wasn’t guilty of everything they felt bad about.

All of these improvements will never have happened if it wasn’t for the complementary work I was involved in with my psychologist and psychiatrist. Now the problem is, at first, I felt so shit that I could never have done anything to get better. The priority was to re-enter life. Failing that, how can you even work on improving your emotional health? If you can’t even think, how could you develop positive thinking?

So yes, it’s not ideal. Yes, I wish I’d had recovered without messing with the chemicals in my brains, or my belief in the placebo effect. But I didn’t need an ideal solution. I needed A solution.
I’m not advocating drugs. I fully understand why some are against such medicines. Let’s not forget that it’s called a drug, after all. I will never tell anyone who doesn’t want to take it that they should. Frankly, I won’t even consider that. It worked for me because as I said, it was fully part of the I’m-gonna-get-better state of mind I had reached. If you’re not in that place, then maybe you need something else, to get to that place first. The important thing is: talk to someone. And remember this: things can get better. A LOT better.


Médicaments: ça existe, une addiction saine ?
L’autre jour, un ami m’a fait prendre conscience que je n’avais pas encore dit grand-chose concernant les médicaments que je prenais pour lutter contre la dépression et contre les TOC. Et il avait raison ; il faudrait en parler. Non seulement parce que les médicaments ont eu un réel impact sur moi, mais parce que je ne peux pas vous parler uniquement de Thérapie Cognitivo-Comportementale.

Des recherches ont montré que combiner la Thérapie Cognitivo-Comportementale et certains médicaments était une équation très puissante pour parvenir à sortir des TOC. Selon mes docteurs, c’est même la méthode qui donne les meilleurs résultats.
C’est sûrement parce que pour s’impliquer vraiment dans une telle thérapie, on doit être en mesure de penser. Ça a l’air plutôt simple, dit comme ça, mais puisque le but de la TCC (Thérapie Cognitivo-Comportementale) est d’apprendre à son cerveau à penser ou réagir autrement, on doit pouvoir être capable de se concentrer et de réfléchir à ses propres expériences pendant un peu plus de deux secondes.

Le problème, c’est que je n’y arrivais pas. Avant les médocs, je ne pouvais penser à rien d’autre qu’au travail et à la culpabilité. A la culpabilité, ou au travail. Travail TRAVAIL TRAVAIL CULPABILITE.

Enfin bon, revenons-y, aux médicaments que je prends à l’heure actuelle. Les voici:
– Fluoxétine – 60mgs – tous les jours [vous le connaissez peut-être sous un autre nom : Prozac]
– Diazépam 2mgs – 2 pillules quand le besoin se fait sentir. J’essaie d’éviter d’en prendre, car on m’a prévenue qu’on en devient vite très dépendant.

Je prends ces médicaments depuis septembre 2013. J’ai commencé par des doses de 20 mgs de Fluoxétine, mais mon médecin et ma psychiatre ont décidé d’augmenter les doses assez rapidement, pour des raisons que j’exposerai plus loin. J’ai également commencé par prendre une seule pilule de Diazépam par prise ponctuelle, mais comme ça ne me faisait absolument rien, mes médecins m’ont recommandé d’en prendre deux à la fois. Et c’est ce que je fais maintenant, si je ressens le besoin d’agir immédiatement sur mon angoisse.

Avant de rentrer davantage dans le détail, voici cependant quelques éléments de contexte.

Il y a deux ans, je ne voulais prendre aucun médicament. J’avais eu le temps de développer tout un réseau de raisons pour cela. En voici quelques-unes :

– Je ne voulais pas être sur-médicamentée.

-Bien que je n’ai jamais nié avoir des problèmes de santé émotionnelle, j’avais certainement intériorisé le stigma qui va avec de tels traitements. Ce préjugé qui voudrait que des gens sur-privilégiés avec de tout petits soucis, des gens qui ne savent pas s’en sortir seuls, aient besoin de leur pilule quotidienne pour accepter une vie sans véritable sens. Je me sentais coupable d’être défaillante. Je me sentais illégitimement faible d’avoir besoin d’aide.

– Je considérais les médicaments comme étant une approche très passive (parce qu’outrageusement scientifique) de la santé mentale et/ou émotionnelle. « D’accord, alors vous me dites que vous allez me filer ces gélules et que là, d’un coup, je vais me sentir super bien ? » Bon… En fait personne ne m’a jamais dit ça. Mais bref. C’est ce que je croyais. Je pensais que c’était ça, l’idée: « allez prenez-moi ça, ok, problème résolu! Au suivant ! »

– Probablement la raison la plus terrifiante à mon sens : je m’étais toujours dit qu’une fois que j’aurais essayé les médicaments, j’aurais grillé mon ultime recours. Pour moi, c’était d’une évidence criante : si un traitement médical ne fonctionne pas, alors rien ne fonctionnera. Ainsi, ne pas prendre de médicaments me permettait de garder cet espoir que si j’en prenais un jour, ils pourraient bien marcher… Sans que j’aie à faire face à l’éventualité d’être incurable. [au fait, ça marche, mais on peut aussi tenter plein d’autres choses. Juste pour que vous sachiez ça, quand même.]

Certainement pas un tour de magie: prise de médicaments et développement psychologique

La première chose sur laquelle je voudrais insister c’est que les médicaments peuvent nous aider considérablement, mais qu’ils ne nous font pas nous sentir hyper en forme, hyper bien, comme par magie – fût-ce une magie scientifique. Aucun docteur un tant soit peu sérieux ne recommanderait la prise de médicaments en disant, bon, on va bien voir, laissons agir ! Il nous faut faire des efforts complémentaires chaque jour. Il faut sortir, par exemple, essayer d’être active, se pousser à voir des gens même quand – surtout quand – on n’en a pas envie.

Oui ça paraît simple. Mais en fait, c’est surtout pour ça que j’ai commencé à prendre des médocs. Je ne pouvais plus aller dehors. Je ne pouvais plus être active. Je ne pouvais pas même me concentrer sur un film chez moi, alors ne parlons pas de me concentrer suffisamment pour aller marcher dans la rue, ou pour parler à des gens sans que cessent ces horribles voix criardes dans ma tête. Tout était douloureux, tout était devenu incroyablement difficile à faire. Tu m’étonnes que j’avais envie de ne rien faire.

Quand je fais la vaisselle à présent, je repense à ces moments-là, ces moments où rien que de penser à nettoyer des trucs m’épuisait complètement. Je me sentais vidée après seulement 10 minutes de vaisselle. Et c’était logique, puisque j’y avais sûrement pensé depuis une heure déjà avant de commencer, et que je savais bien que j’y penserai avec obsession pendant l’heure qui suivrait, grattant le moindre détail d’un acte qu’on dit soi-disant banal.

Maintenant faire la vaisselle c’est juste un des trucs que je fais pendant la journée. Et j’ai encore le temps de faire d’autres choses à côté. Qu’on se comprenne bien : je n’aime toujours pas faire la vaisselle. Qui aime ça ? Mais j’accepte de la faire avant de questionner le geste. Je ne surinvestis pas en pensée cette action. Je n’en ai plus peur. Ça doit être fait, un point c’est tout. Alors tant qu’à faire je vais le faire maintenant, pour être tranquille après.

Quand mon médecin, ma psychiatre et mon psychologue m’ont rencontrée pour la première fois, ils m’ont dit qu’il nous faudrait prendre des mesures drastiques. Apprendre à mon cerveau à réagir différemment était un impératif urgent. Mais j’étais restée enfermée si longtemps dans cet épuisement que je n’en pouvais plus, que ce soit émotionnellement ou physiquement. Je devais dormir. Et me recentrer. Je devais parvenir à reprendre possession de mon corps. Je devais parvenir à ne pas chialer pendant des heures tous les jours, sans raison apparente. Et c’est pour ça que je devais prendre des médicaments, et que la dose augmenterait vite. Je devais arrêter de fixer ce foutu plafond, en restant bloquée sur l’obsession d’une tache qui ne partirait jamais.

Mon médecin m’avait dit : d’abord, il va falloir créer un nouvel environnement physique et mental. Si tu ne te lèves pas, si tu ne vas pas te coucher, si tu passes tes journées sur ton canapé à pleurer sur le fait que tu n’arrives pas à t’allonger, il nous faut d’abord t’aider à te lever tous les matins. En ce moment, tu ne peux plus. Ce qui fait que tu ne peux travailler sur aucun autre problème. Tu dois d’abord te sentir mieux, et c’est ce pour quoi on va utiliser de la Fluoxétine [du Prozac].

La Fluoxétine

Selon notre ami Wikipédia (désolée, la Sécu, c’est pas comme la NHS en Angleterre, elle n’a pas de site explicatif), « le chlorhydrate de fluoxétine (Prozac, Sarafem) est un psychotrope de type inhibiteur sélectif de la recapture de la sérotonine (ISRS) utilisé comme antidépresseur dans le traitement de la dépression, des troubles obsessionnels compulsifs, de la boulimie nerveuse, des troubles dysphoriques prémenstruels, et de nombreux autres états. »

L’impact physique de ce type de médicament est également résumé sur la page Wikipédia : « Un des mécanismes impliqués dans la dépression serait liée à un déficit en sérotonine. Les ISRS agissent en empêchant la recapture de la sérotonine par le neurone pré-synaptique. De fait, ce neurotransmetteur va rester plus longtemps dans l’espace synaptique, augmentant sa probabilité d’être reconnu par le neurone récepteur et majorant ainsi la stimulation de ce neurone. »

Cette modification physique aiderait le corps à bénéficier au maximum, et le plus rapidement possible, de la Thérapie Cognitivo-Comportementale. C’est ce qu’on a espéré dans mon cas.

Mais voici ce que je craignais : la durée potentielle du traitement. Selon le site de l’Inserm : « Ces médicaments [les antidépresseurs] doivent être pris régulièrement pendant 6 à 12 semaines pour surmonter la phase aiguë de la dépression. Le traitement doit se prolonger 4 à 9 mois (phase de consolidation) pour en maintenir le bénéfice et réduire le risque de rechute. Lorsqu’un patient en est à son troisième épisode dépressif ou plus, le traitement doit se prolonger pendant plusieurs années pour éviter une nouvelle récidive (on parle de phase d’entretien). Les données varient sur la durée optimale du traitement, qui peut aller jusqu’à 5 ans. »

Je ne crains plus la durée que ça aura à présent. Un problème à la fois, merci bien. J’ai lâché prise, en ce qui concerne les luttes démultipliées, et je préfère me concentrer, une lutte après l’autre…

Le Diazépam

Le Diazépam, au contraire, n’est pas un médicament que l’on prend tous les jours pendant très longtemps. Ne rigolons pas avec ça, car il appartient aux benzodiazépines, catégorie « tranquillisants ou anxiolytiques ». Selon un document disponible sur le site de l’Inserm, « d’usage fréquent, les benzodiazépines appartiennent aux deux premières catégories de médicaments psychotropes [tranquillisants ou anxiolytiques / somnifères ou hypnotiques] et sont à haut risque de pharmacodépendance en cas de consommation chronique. »

Le Diazépam s’utilise ponctuellement, en cas de crise sévère, alors que la Fluoxétine fait que mon humeur reste plus stable sur le long terme, afin que je puisse faire les exercices nécessaires à mon réapprentissage du cerveau.
Je ne m’attarderai pas là-dessus aujourd’hui, mais il est important de noter que ces possibilités médicamenteuses sont donc tout sauf anodines, elles sont à considérer avec précaution, et que les effets secondaires sont à prendre au sérieux. Ces effets seront d’ailleurs surveillés dans le cas d’un traitement.

Le pouvoir de l’effet placebo?

Je dois vous dire que je crois fermement en l’effet placebo. Je pense qu’il a du moins un impact assez significatif sur moi. Ainsi, je pense que dans mon cas, le simple fait de décider de prendre des médicaments, c’était comme de faire 70% du boulot. Je devais aller mieux. Ça allait aller mieux, évidemment.

Et lentement, mais sûrement – et en fait bien plus vite que ce que j’avais espéré, les médicaments m’ont aidé à sortir de mon lit, et à y retourner à des heures normales – bon, ok, disons à des heures acceptables.

Les premiers mois, je dormais facilement jusqu’à 14h ou 15h. J’étais épuisée. J’avais tellement de nuits, tellement d’années à rattraper.
Et puis un jour, je me suis levée avant midi. C’était incroyable. Je n’arrivais pas à croire à ces nombres rouges sur le radio réveil. Je m’étais levée avant midi ! Comme un être humain normal ! Ce fut l’un des jours les plus marquants de mon traitement. Je sais que sans cette aide médicale, on aurait eu du mal à me convaincre de dormir davantage… Que j’aie ou non bénéficié d’un effet placebo, je me suis en tout cas sentie soutenue quotidiennement. Pour moi, c’est ça qui compte.

Maintenant, j’ai un boulot type 9h-17h, donc je me lève aux alentours des 7h. Et ça se passe bien. Bien sûr que j’ai toujours envie d’aller au lit à 4h du mat. Mais je ne le fais pas (pas souvent; quoi). Parce que grâce à la TCC, je sais maintenant davantage comment me convaincre d’écouter les signes du corps, et d’ignorer certaines barrières psychologiques.

En ce qui concerne les crises d’anxieté, le Diazépam m’a aidée pas mal en cas d’interactions sociales. J’avais en effet plus peur que jamais de ces situations-là. Aller au cinéma (où pourtant rien ne nous oblige à parler à quelqu’un, au contraire) était une forme de cauchemar. Mais j’y suis allée. Et puis j’ai pris une pilule, ça ne m’a rien fait, ça a été une nuit difficile, franchement je ne me souviens même pas du film. J’étais trop distraite, occupée à regarder l’allée du milieu, et quelque chose en haut de l’écran, et puis mes mains, et puis tout sauf l’écran, et oh mon dieu j’avais honte, ouais j’avais honte, j’avais tellement honte.

Et puis j’ai essayé deux pillules. Ça a marché. Je me répète : je me fiche, au fond, de savoir si c’est un effet placebo ou pas. Je me suis sentie plus détendue. Vraiment, oui. D’un coup, c’était possible de s’asseoir avec d’autres gens et d’accepter que je vive au milieu d’eux, tout comme accepter que je ne sois pas responsable de tout ce pour quoi ils se sentaient mal dans leur vie.
Notons toutefois que tous ces progrès n’auraient pas pu se faire sans le travail complémentaire opéré avec mon psychologue et ma psychiatre. Le problème, c’était qu’au départ je me sentais tellement mal que je n’aurais jamais rien pu faire pour me sentir mieux. La priorité, c’était de rentrer à nouveau dans la vie. Si je n’y parvenais pas, comment aurais-je pu même essayer d’améliorer ma santé émotionnelle ? Si on ne parvient pas même à penser, comment peut-on espérer la pensée positive ?

Alors bien sûr que ça n’est pas ideal. C’est vrai, j’aurais préféré guérir sans intervenir sur les éléments chimiques de mon cerveau, ou sans recourir à ma croyance en l’effet placebo. Mais je n’avais pas besoin d’une solution idéale. J’avais juste besoin d’UNE solution.

Je ne suis pas partisane des médicaments. Je comprends parfaitement que certains s’y opposent. C’est une drogue, évidemment. Je ne dirai jamais à personne qui ne veut pas en prendre, si si, tu devrais en prendre. Franchement, ça ne me viendrait même pas à l’esprit. Ça a marché pour moi parce que comme je l’ai dit, j’étais déjà dans un état d’esprit type « okay je vais aller mieux, tu verras ». Si on n’en est pas là, peut-être qu’on a besoin de quelque chose pour nous aider d’abord à accéder à cet état d’esprit là. La seule chose à retenir, c’est ça : parlez-en à quelqu’un. Et souvenez-vous : les choses peuvent s’arranger. Franchement, elles peuvent même s’arranger, un truc de dingue.

Top

How Others Can Help Us To Break Free From Denial… Without Being Judgemental

french flag pastel

I’ve been taught never to start an essay with ‘for years’ or ‘for decades, etc.’ That’s why I’ll start like that. I’m such a rebel.

For years, I’ve felt real compassion for people who were dealing with mental health issues. I mean, I truly was compassionate. I thought: poor them, it must be awful to live such an existence, and what’s even worse, most of the time they don’t even know they have a condition… That’s denial. It must be so painful.

Yeah, right.

For instance: workaholism. Oh lord, did I think they made poor choices, those who lived that way! I watched documentaries on this spreading illness, with stress and competition factors brought to us by buzzwords such as ‘success’ and ‘achievements’. And I thanked god all the time for not suffering from such an addiction to work. I just loved my job so much. It was completely different, you see. I cared so much about my students and colleagues. It wasn’t an addiction, no, it was dedication.

Then one day one of my flatmates, a very clever and friendly guy, suggested I could be a workaholic. I mean, he didn’t say it like it was even the focus of the conversation… It was as if he was stating the obvious, so why elaborate? It was something like this: ‘as a workaholic yourself, surely you know that…’ followed by words I can’t remember. Because the word ‘workaholic’ took all the available room in my brain at that very moment.

I thought to myself: What did he just say?! But I’m so not a workaholic! I love what I’m doing, that’s sooo different!

Alright then. Let’s apply this logic to another addiction, just to see how well it works.
– You’re an alcoholic.
– Not at all, I just love alcohol!
– Wait… I… Okay, nevermind.

I didn’t want to believe it. A workaholic is someone who’s no longer in control. I couldn’t NOT be in control. I wanted to have an interesting job is all.

And what’s being in control anyway? If it means you can stop when you want, well, then… I can’t really answer, because I never wanted to stop.

In fact I had forgotten what ‘to want’ meant. Was it when you were so tired that you finally fell asleep on the keyboard? Was it when you were not really enjoying that seventh meal of the day, because you had been awake for 32 hours and you needed more and more food to keep going?

‘No, I’m not a workaholic.’
That’s what my brain kept repeating.

Just as someone who transfers alcohol in innocent containers so that family members don’t notice, I always tried to wrap up my work in some other cool activities. I wasn’t reading more critical analysis of literature, I was being a voracious reader. I wasn’t avoiding watching TV and going out, I’d just much prefer being on my own for days and weeks, contemplating my laptop. Because, see, I wasn’t typing for 18 hours straight, I was just being over-inspired.

Damn you, inspiration.

Inspiration was my word for ‘I literally can’t stop, I swear I don’t remember how to.’ I might as well pretend I liked it.

Months later, my other flatmate, himself a very clever and friendly guy, suggested to watch movies. Or maybe it was I who suggested that. Anyway, movies were on the to-enjoy list for the evening.

I said to him: ‘do you mind if I come to the living room with my laptop, I just have a few editing to do on an article, it’ll only take 20 minutes?’ It was something like 10pm.

In the background was French movie La Haine, a masterpiece. That we watched on my recommendation… Or that one of us was watching anyway…

When I was done with editing – done for the day, as the day after was spent undoing everything I had done by editing some more – it was about 2am. My flatmate was exhausted.

Bless him, he waited all this time with me, and he wasn’t even angry.

La Haine was over. We wanted to watch Seven. We said we would watch Seven.
We didn’t watch Seven.
I did though.
I did watch it because I felt so incredibly guilty. Why was it that I was surrounded by great people wanting to share real experiences and conversations, people I enjoyed so much spending time with, and that I had to hide behind a huge pile of repetitive tasks?

My flatmate fell asleep on the couch.

I apologised to him so many times the day after. He said it was okay, ‘don’t worry!’ Of course, because he’s a great guy. But it wasn’t okay. It wasn’t okay at all to be unable to spend one freaking evening without working for hours.

Now that I’ve had a real breakdown and completely changed the way I live and consider daily experiences, I realise how lucky I was to meet such people. My flatmates. Because they knew it wasn’t okay, but at the same time they didn’t try to convince me of anything. They told me that I should care more about myself, care less about getting everything perfect for the job, but they’ve never been judgemental towards me and my shitty lifestyle.

Again, perhaps because they’re smart and kind people, they knew that I wouldn’t listen anyway, as I was completely blind to my own reflection in the mirror.

I’ve lived with them for about a year. And they’ve been more important to me than they probably think they have. Because they’ve shared my life on this last run. The one before I completely fell apart.

They’ve been honest, yet never hurtful. They’ve told me I was working too much, because I was. But they never said: ‘what you’re doing is the dumbest thing I’ve ever seen! You don’t even enjoy life! You workaholic people are stupid.’

Most working days, I was coming home between 7 and 8pm, then 8 and 9pm, then 9 and 10pm. And it’s only because the building needed to be locked up at 10pm that I left. I would have stayed there the whole night, maybe. I don’t know. I don’t want to know.

So yeah, I was a workaholic. I thought I was so different. I couldn’t be a workaholic, because I loved my job, AND I chose what I did, AND I had a great manager and supportive supervisors, AND my colleagues were helpful, AND the workplace was set in such a beautiful landscape, AND it was to be expected to have long days because I was an early-career academic, AND it will all eventually calm down, AND intellectual work isn’t as exhausting as manual jobs anyway, AND I was privileged to even be in such a position, AND I didn’t like resting that much, AND I’ve always loved reading, so why would it matter if I read for work instead of my own pleasure, AND I could go on and on but you get the idea.

You need no reason when what you’re doing is right. That’s the difference. Now my day is no longer filled with self-justifications. Having to struggle with your own ethics and values says a lot about where you are in life.

I would never have judged anyone with a lower position on the social scale.

I never considered salary, career and promotion as goals in my life.

I’d always said that people who spend their life at work would regret it one day.

Yet I was doing all of this, because, you know: it was different. But it wasn’t. Whatever your job, if you can’t ever stop, yes, you’re a workaholic. Just as you’re an alcoholic whatever the alcohol you chose to fill yourself with, if you can’t stop drinking. You can’t say: ‘oh, yes, but wait, it’s the intellectual side I’m interested in’, or ‘it makes me smarter’…

I’m not saying you should work less. I’m not even saying you should drink less. Honestly, I don’t know. Everyone does what is right for them. However, just as with alcoholism, workaholism doesn’t affect just you. It affects your family, friends, partners, colleagues… How different are you with them only because of your addiction?

I don’t think I’ve been a great flatmate. I was absent most of the time, and when I was at home I was in my room typing away or doing some work-related admin.

The day one of my flatmates moved out, I didn’t say goodbye to him in the evening, since I was literally stuck on campus, doing my usual OCD routine. Which was worsened by the fact that I really wanted to see my flatmate before he left. Therefore I couldn’t see him. Makes sense, doesn’t it?

The two men I told you about here, they’ve been great flatmates, probably because they’re great human beings. I could have learned a lot more from them if I hadn’t avoided existing so much, that’s true. But I’ve learned an awful lot with them already.

For instance, for the first time in years, because I wasn’t living alone, it didn’t really feel okay to work all the time. It felt weird.

That’s why even though it’s been fifteen months already since we last lived together, I still feel their presence everytime I enjoy a movie. Without any laptop, without editing, but with the whole evening for myself.

So now they know it.


Comment les autres peuvent nous aider à quitter le déni… sans pour autant nous juger.

On m’a appris à ne jamais commencer une rédac ou une dissert par les mots: “depuis plusieurs années /des décennies, etc.” C’est pour ça que je commencerai précisément par là. C’est que je suis tellement une rebelle…

Depuis plusieurs années déjà, je ressens une réelle compassion pour les gens qui souffrent de troubles intérieurs (en anglais on dit « mentaux », mais en français ça fait tellement lourd, tellement médicamenteux, je change pour le cliché. J’hésite quand même.) Ce que je veux dire, c’est que j’ai vraiment compati. Je me disais : les pauvres, ça doit être horrible de vivre comme ça, et ce qui est encore pire, c’est que la plupart du temps ils ne se rendent pas même compte qu’ils ont un problème mental. C’est du déni. Ça doit être tellement douloureux.

Ouais, d’accord, c’est ça…

Par exemple : la dépendance, l’addiction au travail. Combien j’ai pu penser qu’ils faisaient erreur, ceux qui vivaient de cette manière… Je regardais des documentaires sur cette maladie de plus en plus courante, le stress et la compétition étant deux facteurs que nous ont joyeusement amenés les mots du moment, “succès” et “réussite”. Et je remerciais le ciel de ne pas souffrir moi-même d’une telle dépendance au travail. J’aimais tellement mon boulot. C’était complètement différent, voyez-vous. Je me sentais tellement investie dans le parcours de mes étudiants, dans le quotidien de mes collègues. Ça n’était pas une dépendance, non pas du tout, c’était du dévouement.

Et puis un jour un de mes colocataires, un gars très intelligent et tout autant sympa, a suggéré que j’étais peut-être une droguée du travail. En fait, il ne l’a même pas dit comme si c’était ça le point central de la conversation. C’était comme s’il constatait des évidences, alors à quoi bon creuser, argumenter ? C’était un truc dans ce style : « en tant que droguée du travail, tu dois bien savoir, toi, que… ». Ont suivi des mots dont je ne me souviens pas le moins du monde. Parce que, là, le mot « droguée du travail » avait pris toute la place disponible dans mon cerveau.

Je me suis dit : attends, il vient de dire quoi, là ? Mais je ne suis tellement pas une droguée du travail ! J’adore ce que je fais moi, c’est complèèèèèètement différent !

Ouais, okay. Essayons d’appliquer cette logique à une autre dépendance, juste pour voir à quel point c’est efficace et sensé.
– Tu es alcoolique.
– Pas du tout, j’aime juste beaucoup l’alcool!
– Ah ouais!Okay, au temps pour moi.

Je ne voulais pas y croire. Une droguée du travail, c’est quelqu’un qui ne peut plus se contrôler. Non, ça ne pouvait pas être ça dans mon cas. Je voulais avoir un boulot qui m’intéressait, c’est tout.

Et qu’est-ce que ça veut dire, de toute façon, se contrôler ? Si ça veut dire que tu peux arrêter quand tu en as envie, ben… Je ne pouvais pas savoir, parce que je n’avais jamais eu vraiment envie d’arrêter.

En fait j’avais oublié ce que « vouloir » voulait dire. Est-ce que ça voulait dire quand on est tellement crevée qu’on s’endort sur le clavier ? Est-ce que ça voulait dire ne plus vraiment apprécier le septième repas de la journée, parce que ça fait 32 heures qu’on est debout et qu’on a besoin de plus de nourriture pour fonctionner encore ?

« Non, je ne suis pas une droguée du travail. »
C’est ce que mon cerveau répétait sans cesse.

Tout comme quelqu’un qui transvase son alcool dans d’autres bouteilles innocentes pour que les membres de la famille ne se rendent compte de rien, j’essayais toujours d’enrubanner mon travail dans quelque activité récréative. Je ne lisais pas plus d’analyse critique de la littérature, j’étais juste une lectrice dévoreuse de livres. Je n’évitais pas de regarder la télé et je n’évitais pas de sortir, je préférais juste de loin être seule pendant des jours et des semaines, à contempler mon écran d’ordi. Parce que je ne tapais pas à l’ordi 18 heures de suite, non non, j’étais juste ultra-inspirée.

Inspiration, je t’emmerde.

L’inspiration, c’était mon mot pour: « je ne peux littéralement plus m’arrêter, je vous jure que je ne me rappelle plus comment on fait. » Alors tant qu’à le vivre, pourquoi pas faire semblant d’aimer ça?

Quelques mois plus tard, mon autre colocataire, lui-même très intelligent et toujours autant sympa, me suggéra de regarder des films. Ou peut-être que c’est moi qui ai suggéré ça. Peu importe, l’idée c’est que regarder ds films était au programme de cette soirée-là.

Je lui ai dit : « ça t’embête pas si je viens au salon avec mon ordi, j’ai juste deux-trois trucs à modifier dans un article, ça prendra juste 20 minutes ? » Il était à peu près 22h.

Dans le fond du salon passait le film La Haine, ce chef d’œuvre. Qu’on regardait justement sur ma propre recommandation. Ou plutôt que l’un d’entre nous regardait, en tout cas.

Quand j’en eus fini avec mes modifications (enfin, fini pour la journée, puisque le jour d’après a été consacré à défaire tout ce que je venais de faire en re-modifiant encore et encore), il était 2 heures du matin. Mon coloc était épuisé.

J’étais – je suis encore – tellement touchée. Il avait attendu tout ce temps-là avec moi, et il n’était pas même fâché.

La Haine, c’était fini. On voulait regarder Seven. On avait dit qu’on regarderait Seven.
On n’a pas regardé Seven.
Moi j’ai regardé.
J’ai regardé Seven parce que je me sentais d’une culpabilité tellement puissante. Comment ça se faisait que j’étais entourée de gens géniaux qui voulaient partager de vraies expériences, de vraies conversations, des gens avec qui j’aimais tellement passer du temps, et que je devais toujours me cacher derrière une haute pile de tâches répétitives, qui n’en finissait jamais ?

Mon coloc s’est endormi sur le canapé.

Je lui ai demandé pardon tellement de fois le lendemain. Il a dit que c’était pas grave, « t’inquiète pas » ! Bien sûr, parce que c’est tellement un chouette gars. Mais non, en fait, le truc, c’est que c’était grave. C’était grave de ne pas pouvoir passer un seul putain de soir sans bosser pendant des heures.

Maintenant que j’ai complètement craqué, et complètement changé la manière dont je vis et dont j’envisage ces expériences quotidiennes, je me rends compte à quel point j’ai eu de la chance de rencontrer des gens comme ça. Mes colocataires. Parce qu’à la fois ils savaient que c’était grave, non, c’était pas « rien », mais qu’ils n’essayaient pas de me convaincre de quoi que ce soit. Ils m’ont dit que je devrais faire davantage attention à moi, ne pas vouloir toujours à tout prix faire mon boulot parfaitement, mais ils n’ont jamais jugé négativement, avec supériorité, ni ma personne ni mon mode de vie merdique.

Encore une fois, parce que ce sont des gars intelligents et bienveillants, ils savaient sûrement que de toute façon que je n’écouterais pas, puisque j’étais aveugle de mon propre reflet dans le miroir.

J’ai vécu avec eux pendant un an à peu près. Et ils ont été plus importants pour moi qu’ils pensent sûrement l’avoir été. Parce qu’ils ont partagé ma vie dans cette dernière course-là. Celle avant que je ne craque vraiment de partout.

Ils ont été honnêtes, mais jamais blessants. Ils m’ont dit que je travaillais trop, parce que je travaillais trop. Mais ils ne m’ont jamais dit : « ce que tu fais, c’est le truc le plus débile que j’ai jamais vu de ma vie ! Vous, les drogués du boulot, vous êtes tellement tarés. »

La plupart des jours où je travallais, j’arrivais à la maison entre 19h et 20h, puis entre 20h et 21h, puis entre 21h et 22h. Et c’est seulement parce que le bâtiment devait être fermé et mis sous alarme à 22h que je partais. Je serais restée là-bas toute la nuit, peut-être. Je sais pas. Je veux pas savoir.

Alors ouais, j’étais une droguée du travail. Je pensais être tellement différente. Je ne pouvais pas être une droguée du boulot, parce que j’aimais mon boulot, ET que je l’avais choisi, ET que j’avais un super directeur et de supers chefs, ET que mes collègues étaient tellement encourageants, ET que l’endroit où on bossait, c’était tellement beau, ET qu’il fallait bien s’y attendre à ce qu’il y ait de longues journées parce que je venais de commencer ma « carrière » dans le milieu universitaire, ET que ça se calmerait avec le temps, ET que le travail intellectuel n’est pas aussi épuisant que le travail physique de toute façon, ET que j’étais privilégiée d’avoir cette position quoi qu’il en soit, ET que finalement, moi j’aimais pas trop me reposer, alors tu vois ça tombait bien, ET que j’avais toujours aimé lire, alors pourquoi ça changerait quelque chose de lire pour le boulot plutôt que pour son plaisir personnel, ET je pourrais ne jamais m’arrêter mais je pense que vous avez compris l’idée générale

Quand ce qu’on fait est la bonne chose à faire, on n’a besoin d’aucune raison. C’est ça, la différence. Maintenant mes journées ne sont plus remplies d’auto-justifications. Avoir à lutter sans arrêt contre sa propre éthique et ses propres valeurs en dit long sur la vie que l’on s’est fondée.

Je n’aurais jamais jugé quelqu’un qui aurait été sur un échelon social perçu comme inférieur.

Je n’ai jamais pensé que le salaire, la carrière ou les promotions faisaient partie des objectifs de la vie.

J’avais toujours dit que les gens qui passaient leur vie au boulot le regretteraient de toute façon un jour ou l’autre.

Et pourtant je faisais moi aussi tout ça, parce que, vous voyez: j’étais différente. Mais en fait je ne l’étais pas pour un rond. Quel que soit notre poste, si on ne parvient jamais à s’arrêter, c’est qu’on est drogué du travail. Tout comme on est alcoolique quel que soit l’alcool avec lequel on choisit de se remplir, si on n’arrive pas à arrêter. On ne peut pas dire : « nan mais attends, c’est le côté intellectuel de la chose qui m’intéresse », ou « comme ça je me couche moins con »…

Je ne dis pas que vous devriez travailler moins. Franchement, je ne dis même pas que vous devriez moins boire. Honnêtement, qu’est-ce que j’en sais ? Chacun fait ce qui est juste pour soi. Néanmoins, tout comme l’alcoolisme, la dépendance au travail n’a pas seulement une influence sur nous. Ça a une influence sur notre famille, nos amis, nos partenaires, nos collègues… En quoi notre addiction change-t-elle le rapport qu’on a avec eux ?

Je ne pense pas avoir été une bonne colocataire. J’étais absente la plupart du temps, et quand j’étais à la maison j’étais enfermée dans ma chambre à taper à l’ordi ou à finir une quelconque tâche administrative.

Le jour où l’un des colocs a déménagé, je ne lui ai pas dit au revoir le soir, parce que j’étais vissée à la fac, en train de répéter mes rites de TOC. Rites qui se trouvaient empirés par le fait que je voulais vraiment voir mon coloc avant qu’il ne parte. Donc je n’ai pas pu le voir. C’est logique, hein ?

Les deux hommes dont je vous ai parlé là ont été des colocs géniaux, sûrement parce que ce sont des êtres humains géniaux. J’aurais pu encore plus apprendre d’eux si je n’avais pas autant évité d’exister, c’est vrai. Mais j’ai déjà appris un paquet de trucs avec eux.

Par exemple, pour la première fois depuis des années, parce que je ne vivais plus seule, ça ne me parassait pas aussi normal qu’avant de travailler tout le temps. Je me sentais bizarre, quelque part.

C’est pour ça que même si ça fait quinze mois déjà qu’on n’a plus vécu ensemble, je sens encore leur présence à chaque fois que je regarde un bon film. Un film sans mon ordi, sans modifications à apporter à un article, mais avec au contraire toute la soirée vraiment pour moi.

Et maintenant ils le savent.

Top

Political Dilemmas: OCD Generates Tormented Activists

french flag pastel

As it is the case for many sufferers, OCD is for me very much about guilt. I’ve already talked about this issue, see here for instance.

If I don’t … [please fill in the blanks with seemingly insignificant action], something bad will happen. And if something bad happens, it’s necessarily because I omitted to… [please fill in the blanks with seemingly insignificant action]


My brain even tries to trick me into believing this is rational thinking. If I had checked that light switch 4 times before living the house, I would have left just a bit later, therefore I would have crossed the street maybe 20 seconds later, therefore the whole traffic would have been different, and that car which arrived 1 minute later wouldn’t have been there, therefore it couldn’t have had an accident two hours later because the turn of events would have been radically different.

In other words, If I had checked a light switch 4 times before living the house, the car of a complete stranger, that I don’t know and will never know, wouldn’t have had an accident two hours after passing by me while I was walking in the street.


I don’t deal very well with guilt.

Probably because I’m not afraid to face the notion of responsibility.

I’m responsible for every word I say, every action I make. I don’t easily hide behind circumstances or so-called urges. ‘I couldn’t not say it’, etc. Of course I could not have said it. I just didn’t want to not say it. I don’t shy away from responsibility.

I’m at one end of the spectrum. Some people will never admit that they did what they did. As for me, I’ll admit to have done things I haven’t done, if you say so. And oh, the self-shaming when being harassed or verbally abused… Dealing with guilt and responsibility is not a private issue. It’s political.

Speaking about politics, there’s one area where guilt is particularly tricky.

Because I don’t shy away from the notion of responsibility, I want my behaviour, my thoughts and my speech to be entirely responsible. I mean, fair. I mean, kind. I mean, I’d like to be good people.

So I’ve been interested in all things political from a very early age. I found it crucial to know what I wanted to be defending, and what I wanted to be fighting against. This has little to do with political parties. I’ve always been a lot more involved in daily politics. The way I act on a daily basis. What would be a good thing to do, everyday? What is a responsible action?

However, politics really is a tricky place to feel guilty. Because I resent being unable to fight for absolutely everything I want to fight for. Not on a world-wide basis, but even in my own life. Living an ethical life, helping people, and at the same time standing for ideals I believe in.

That’s the problem with politics. When you’re supporting one thing, many think the rest doesn’t matter to you at all, or that you’re wrong on everything else.

You can witness this at any point in history, but also throughout your own life. Every time you stand up for something, there’ll be someone thinking you’re an asshole. Or at the very least, someone telling you you’re forgetting so many other victims. You’re not being compassionate enough for all the other sides – plural, not singular. I refuse the traditional dichotomy, it’s never the case. There are so many other perspectives.

Anyway. For most people, standing up for something means rejecting everything else.

The sad thing is, part of this is true. When you’re defending one thing, you’re not defending everything at once. Just the one. There may even be contradictions in the very action of standing up for that cause – conflicting principles from your own perspective, perhaps. Because no ‘side’, out of all of these possibilities, will ever represent the complexity of human thinking. Politics is about slogans, is about rhetoric, is about how many characters you can type in a paper article without boring your reader. You have to keep it short. You have to keep it incomplete.

Politics loves short answers and easy-to-explain ideas. It has to be done immediately, and people will react straightaway, all in a very big apology of the far-too-short.

Ideals take time.
They make us good people. They make us assholes, too. Let’s not forget that.


I don’t mean that we shouldn’t have ideals; I’m saying that if you ever want to be involved in any sort of ideological or political debate, you’ll have to accept being an asshole.

Actually, it’s not just about politics.

Look. I try to be ethical.
I live in England. For great friends, I’d be willing to take a flight any time to support them, should they need/want it. Some would think it makes me a friend you can trust. Some would think I’m just being selfishly unethical. Because I accept all consequences of modern comfort for a weekend of friendship, rather than protect the earth from carbon emissions for generations to come. I want to be ethical. Yet it’s true, I’m not. My role in pollution is no secret to me. It’s not even that I don’t know it. I do know it. So of course, for these people, I’m a privileged asshole.

See how OCD can make me literally hate myself for making decisions? I can’t be all good. I can’t.

In every decision you make, there are bad sides (again, plural…) to it. That’s why it’s called making a decision: it’s something to act upon. It’s an action. Therefore it has consequences.

Politics? An OCD nightmare. Because you’ll never be good enough.

If you talk about one issue in particular, people will say you don’t care about other issues.
If you talk about many issues, people will say that you’re all talk and therefore useless, that you need to pick and choose in order to be productive and helpful.

If you defend someone, people will say you’re patronising, because you’re depriving this person of their own story: why are you talking for them? Let them talk!
But if you don’t try to defend them, people will say: you don’t even care what others have to experience! You’re so focused on your individual, meaningless perspective!

If you travel to discover other cultures, people will say you’re exploiting your economic superiority in a postcolonial context…
But if you don’t travel, people will say that you’re narrow-minded, because you’ve never left your own house.

No you’ll never be good enough. There’s no political group that will ever accept you for everything that you are. And yet if you feel like talking about politics, it is, in some ways, to feel that you’re not alone.

The very thing that could make you a group also divides you. And if you’re anything like me, you’ll suffer a lot from this divide. Because there are divisions that you’ve chosen, that you assume entirely, and others that are just imposed on you.



I’m going to take an example: the way we treat animals. Cause I know many animal-lovers. The problem is that they can’t even stand each other.

Some are animal-lovers and own pets. They think they treat their animals right, and therefore offer them an enjoyable life in a welcoming and loving family. Some of these pets have even been rescued. It’s true that without these people, these animals would have been killed.

Some are meat-eaters. But when they see anyone wasting the slightest piece of meat, they go crazy: ‘a living being has been killed for that, so you’re certainly not throwing it away!’ They don’t buy more than they need, and they avoid supermarkets which manage to produce chicken for under £1 the 6 wings.

Some are vegetarians. They don’t eat the flesh of any animals, because they don’t want to be involved in the killing of innocent peaceful beings. They may think that you can’t really say you’re an animal-lover if you eat animals.

Some are vegans. They don’t eat animal flesh, but also refuse any kind of animal exploitation. They don’t drink milk because it means that a cow or goat is being enslaved for life in order to produce a substance that’s only necessary for their own babies anyway.

So who respects animals there? Vegans could think vegetarians have it easy. They’re not protecting animals from exploitation if they still enjoy the great taste of cheese, are they? But vegetarians could say that at least, they’re not meat-eaters. But some meat-eaters could say yes, but I’m against any kind of waste, whereas others are not, and that’s what makes meat-eating a bad thing. Look: they still buy products from such and such unethical shops, whereas I avoid all supermarkets. And they could say: isn’t it worse to have a pet, therefore to think that an animal can be your property for life? At least once an animal has been killed for providing food, it doesn’t have to obey some master for years. The animal-owners who have pet could be very upset by such speech. How can they think owning animals as pets is a bad thing? They protect them, they provide them with everything they need: shelter, food, and love.

It’s complicated. Some meat-eaters volunteer in charities helping animals to have a better life. Some don’t. Because some don’t give a damn about the way animal are treated. But some do. Some meat-eaters try to support human-related causes instead, because they think human beings are the priority. Others will think what matters is the environment. Other thinks that being specist (= thinking that humans are superior to animals in any sort of way) is the very foundation of our bloody society.

I could tell you here what my personal opinion is on the matter… For now, though, I’ll just tell you that this issue in particular has been complicated for me. What action must I take? Some will always consider me an asshole. The question is: what asshole do I want to be?


I’m not who I was two years, or even two months ago. I experience something, and learn from it. I try to make things right, but I know, at the same time, that I’ll always be an asshole from someone’s perspective. Because I’m not good enough, because I’ve been ‘manipulated’, because I’m going to this protest, or because I’m not going, or because I don’t wear the right clothes, or because I should be naked or because I should wear more layers.

I’m not saying: then, let’s do nothing, it would be easier! No. Life’s complicated, and it’s supposed to be. I won’t refuse the complicated part of life, because that would mean refusing life altogether.

That’s why I’ve been thinking, recently, that being political is just like recovering from OCD: you’ll always know that something isn’t quite right. Because it can’t be right for everyone. Some will disagree. So you must accept the reasonable part of guilt and responsibility. The side of you telling you you’re an asshole for trying to make things right, you can say what I say to my four-time-switch-lighting side: well, I can always be held responsible for my decisions. But I’m not responsible for what other people want to think, or do.

Political dilemmas really is the OCD of the masses. I knew we all had something in common.


Dilemmes politiques: les TOC donnent des militants tourmentés

Comme c’est le cas pour beaucoup de gens qui en souffrent, mes TOC sont intimement liés à la responsabilité. J’ai déjà parlé de cette notion, voyez ici par exemple.

Si je ne fais pas … [remplacez les points de suspensions par une action en apparence insignifiante], quelque chose de terrible va arriver. Et si quelque chose de terrible arrive, c’est nécessairement parce que j’ai omis de… [remplacez les points de suspensions par une action en apparence insignifiante]

Mon cerveau essaie même de me faire croire que tout ça, c’est rationnel. Si j’avais vérifié l’interrupteur 4 fois avant de quitter la maison, je serais partie juste un peu plus tard, donc j’aurais traversé la rue peut-être 20 secondes après, et donc tout le traffic aurait été différent, et cette voiture qui est arrivé une minute plus tard ne se serait pas trouvée là, et donc elle n’aurait pas pu avoir d’accident deux heures plus tard parce que la tournure même des événements aurait connu un enchaînement radicalement différent.

En d’autres termes, si j’avais vérifié un interrupteur 4 fois avant de quitter la maison, la voiture d’un parfait inconnu, que je ne connais pas ni ne connaîtrait jamais, n’aurait jamais eu d’accident deux heures après m’avoir dépassée quand je marchais dans la rue.

La culpabilité, c’est un peu dur à gérer pour moi.

Sûrement parce qu’en fait, je n’ai pas peur de faire face à la notion de responsabilité.

Je suis responsable de chaque mot que je prononce, de chaque action que j’entreprends. Je ne me cache pas, de manière facile, derrières les circonstances or les soi-disant envies incontrôlables. « Je ne pouvais pas ne pas le dire », et tout ça. Bien sûr que j’aurais pu ne pas le dire. J’ai juste pas eu envie de ne pas le dire. Je ne fuis pas la responsabilité, elle ne m’effraie pas.

Je suis à l’un des extrêmes de l’éventail de réactions. Certains n’admettront jamais qu’ils ont fait ce qu’ils ont fait. Quant à moi, j’admettrai avoir fait des choses que je n’ai pas faites, si vous le dites. Et oh, cette auto-accusation, cette auto-culpabilisation quand on est harcelée ou agressée verbalement… Gérer la culpabilité et la responsabilité ne relève pas du domaine privé. C’est une question politique.

En parlant de politique, il y a un domaine dans lequel la culpabilité est un problème particulièrement épineux.

Parce que je ne fuis pas la notion de responsabilité, je veux que mon comportement, mes pensées et mes actions soient entièrement responsables. Je veux dire : justes. Je veux dire : bienveillantes. Je veux dire que j’aimerais être quelque de bien, quoi.

C’est pourquoi j’ai très jeune été intéressée par tout ce qui était politique. Je trouvais absolument capital de savoir ce que je voulais défendre, ce contre quoi je désirais me battre. Ça avait très peu à voir avec les partis politiques. Je me suis toujours sentie bien plus concernée par la politique quotidienne. La manière dont je me comportais chaque jour. Ça pourrait être quoi, une bonne chose à faire, tous les jours ? Qu’est-ce qu’une action responsable ?

Cependant, le domaine politique est une domaine où il ne fait pas bon se sentir coupable. Parce que cela me déplaît énormément de ne pas pouvoir me battre pour absolument tout ce pourquoi j’aimerais me battre. Mener une existence éthique, aider les gens, et en même temps représenter les idéaux en lesquels je crois.

C’est le problème avec la politique. Quand tu soutiens une chose, beaucoup pensent que tu te fous de tout le reste, ou que tu as tort sur tout le reste.

Vous pouvez vérifier ça à n’importe quel moment de l’histoire, mais aussi au cours de votre vie. Chaque fois que vous représentez quelque chose, il y aura quelqu’un pour pensez que vous êtes un connard. Ou tout du moins, quelqu’un qui vous dira que vous oubliez toutes les autres victimes. Vous n’avez pas suffisamment de compassion pour les autres côtés – au pluriel, pas au singulier. Je refuse la dichotomie traditionnelle, ça n’est jamais le cas. Il y a toujours une multitude d’autres perpectives.

Bref. Pour la plupart des gens, représenter une chose, ça veut dire rejeter tout le reste.

Ce qui est triste, c’est que c’est en partie vrai. Quand on défend une chose, on n’est pas en train de tout défendre à la fois. On ne défend qu’une chose. Il est même possible qu’il y ait des contradictions dans le fait même de soutenir une cause – des principes contradictoires de votre propre point de vue, peut-être. Parce qu’aucun « côté », parmi toutes ces possibilités qui s’offrent à vous, ne représentera jamais la complexité de la pensée humaine. La politique, c’est une affaire de slogans, de rhétorique, c’est une question de savoir combien de caractères vous pouvez taper dans votre article sans fatiguer votre lectorat. Vous devez faire court. Vous devez faire incomplet.

La politique aime les réponses courtes et les idées faciles à expliquer. Ça doit être fait de suite, et les gens réagiront au quart de tour, tous faisant ainsi l’apologie du beaucoup-trop-court.

Les idéaux prennent du temps.
Ils nous rendent meilleurs. Mais ils font aussi de nous des connards, n’oublions pas ça.

Je ne dis pas que nous devrions ne pas avoir d’idéaux. Je veux dire que si l’on souhaite s’impliquer dans un quelconque débat idéologique ou politique, on doit accepter d’être un connard.

Mais ça n’est pas juste politique.

Regardez. J’essaie d’être une personne éthique.

J’habite en Angleterre. Pour mes amis proches, je serais prête à prendre un avion à n’importe quel moment pour les soutenir, s’ils avaient besoin de moi, ou envie de me voir. Certains penseront que ça fait de moi une amie de confiance. Certains penseront que je suis juste une égoïste non-éthique. Parce que j’accepte toutes les conséquences du confort moderne pour un week-end d’amitié, plutôt que de protéger le globe des émissions carbones pour des générations à venir. Je veux être éthique. C’est vrai, je ne le suis pas. Mon role en tant que pollueuse n’est pas un grand secret. Ce n’est même pas que je l’ignore. Je le sais. Alors bien sûr, pour ces gens-là, je suis juste une connasse de privilégiée.

Voyez comment les TOC m’amènent à me haïr simplement de prendre des décisions. Je ne peux pas tout faire bien. Je ne peux pas.

Dans toutes les décisions que l’on prend, il y a de mauvais côtés (encore une fois, c’est un pluriel). C’est pourquoi ça s’appelle prendre une décision : c’est une action, on a quelque chose à y faire. Ça a des conséquences.

La politique? Un cauchemar plein de TOC. Parce qu’on ne sera jamais assez bien.

Si on parle d’un problème en particulier, les gens diront qu’on se fout des autres problèmes.
Si on parle de plusieurs problèmes à la fois, les gens diront qu’on ne fait que parler, et donc qu’on est inutile, qu’il faudrait choisir une seule chose et se focaliser dessus pour servir à quelque chose.

Si vous défendez quelqu’un, les gens diront que vous êtes condescendants, parce que vous privez cette personne de sa propre histoire : pourquoi parlez-vous en son nom ? Laissez-la parler !
Mais si vous n’essayez pas de defendre cette personne ou ces gens, on dira : tu te fous de ce à quoi d’autres sont confrontés ! T’es tellement préoccupé par ton propre nombril, tu ne vois que ça !

Si vous voyagez pour découvrir d’autres cultures, les gens diront que vous exploitez votre supériorité économique dans un contexte post-colonial…
Mais si vous ne voyagez pas, les gens diront que vous êtes étroits d’esprit, puisque vous n’êtes jamais sortis de chez vous.

Non, vous ne serez jamais assez bien, en effet. Il n’y aura jamais aucun groupe politique qui vous acceptera entièrement pour ce que vous êtes. Et pourtant si vous avez l’envie même de parler politique, c’est, d’une manière ou d’une autre, pour vous sentir moins seul.

La chose même qui pourrait vous unir vous divise. Et si vous êtes un minimum comme moi, vous souffrirez beaucoup de cette division. Car il y a des divisions que vous avez choisies et que vous assumez. D’autres que vous ne faites que subir.

Je vais prendre un exemple: la manière dont nous traitons les animaux. Parce que je connais plein de gens qui aiment les animaux. Le problème, c’est qu’ils ne peuvent pas se voir entre eux.

Certains aiment les animaux et ont des animaux domestiques. Ils pensent qu’ils traitent bien leurs animaux, et donc qu’ils leur offrent une belle existence dans une famille accueillante et aimante. Certains de ces animaux sont mêmes des rescapés de refuges. Il est vrai que sans ces gens, ces animaux auraient été tués.

Certains mangent de la viande. Mais quand ils voient une personne quelconque gaspiller le moindre morceau de viande, ils deviennent verts de rage : « un être vivant a été tué pour ça, alors il n’est pas question qu’il finisse à la poubelle ! » Ils n’achètent pas plus que ce dont ils ont besoin, ils évitent les supermarchés qui parviennent à produire 6 ailes de poulet pour mois d’un euro.

Certains sont végétariens. Ils ne mangent la chair d’aucun animal, parce qu’ils ne veulent pas participer au massacre d’animaux innocents et paisibles. Il arrive qu’ils pensent qu’on ne peut pas vraiment dire qu’on aime les animaux si on les mange.

Certains sont végétaliens. Ils ne mangent aucune chair animale, mais ils refusent également toute exploitation animale. Ils ne boivent pas de lait parce que cela signifie qu’une vache ou une chèvre est réduite à une vie d’esclavage afin de produire une substance qui de toute façon n’est de toute façon nécessaire qu’à ses propres enfants.

Alors qui, ici, respecte les animaux ? Les végétaliens pourraient penser que les végétariens se la coulent douce. Ils ne sont pas vraiment contre l’exploitation animale, hein, s’ils continuent de profiter du bon goût du fromage ? Mais les végétariens pourraient dire qu’eux, au moins, ne mangent pas de viande. Mais ceux qui en mangent pourraient dire oui, mais regarde, je m’oppose au gaspillage, alors que d’autres non, et c’est ça qui fait que manger de la viande est un problème ! Regarde : ils achètent leur nourriture dans des magasins pas du tout éthiques, alors que j’évite tous les supermarchés. Ils pourraient ajouter : est-ce que ça n’est pas pire d’avoir des animaux, et donc de penser qu’il est légitime qu’un animal t’appartienne pour toute sa vie ? Au moins une fois qu’on a mangé l’animal, il n’a pas à obéir à un maître pendant des années. Ce discours peinerait beaucoup ceux qui ont des animaux. Comment peut-on penser qu’avoir des animaux est une mauvaise chose ? Ils les protègent, et leur donnent tout ce dont ils ont besoin : un abri, de la nourriture, de l’amour.

C’est compliqué. Certains mangent des animaux mais sont bénévoles dans des associations de lutte pour la protection animale, pour que les animaux aient des vies meilleures. Certains se foutent complètement de la manière dont on traite les animaux. Certains mangent des animaux et soutiennent des causes humaines, car ils pensent que là est la priorité. D’autres pensent que c’est l’environnement, la priorité. D’autres encore pensent qu’être spéciste (c’est-à-dire penser que l’espèce humaine est supérieure aux espèces animales de quelque manière que ce soit) est au fondement même de notre société sanglante.

Je pourrais vous donner mon point de vue personnel sur le sujet. Pour l’instant, cependant, je dirai juste que cette question a toujours été bien compliquée pour moi. Comment agir ? Il y en aura toujours pour penser que je suis une connasse. La question, c’est : quelle connasse je veux être ?

Je ne suis pas qui j’étais il y a deux ans, ou même deux mois. Je vis quelque chose, et j’apprends de ça. J’essaie de corriger le tir, de faire les choses correctement, mais je sais que dans le même temps, je reste la connasse pour quelqu’un. Parce que je suis pas assez bien, parce que j’ai été « manipulée », parce que je vais à cette manif, ou parce que je n’y vais pas, ou parce que je ne porte pas les bons vêtements, ou que je devrais me mettre à poil ou parce que je devrais empiler plusieurs couches au contraire.


Je ne dis pas : alors ne faisons rien, c’est tellement plus facile ! Non. La vie est compliquée, et c’est ainsi qu’elle sera toujours. Je ne refuserai pas ce qui la rend compliquée, ce serait la refuser tout court.

C’est pourquoi ces derniers temps, je me suis dit qu’avoir des opinions politiques, c’était comme de lutter contre des TOC : vous saurez toujours que quelque chose n’est pas exactement comme il faudrait. Parce que ça ne peut pas être « comme il faut » du point de vue de tout le monde. Certains seront en désaccord. On doit alors accepter la part raisonnable de culpabilité et de responsabilité. Et la partie de vous qui vous dit que vous êtes un connard pour essayer de faire les choses correctement, vous pouvez lui dire ce que je dis à mon côté je-vérifie-quatre-fois-la-lumière : ouais, j’assume toutes mes décisions. Mais je ne suis pas responsable de ce que les autres veulent penser ou faire.


Les dilemmes politiques sont vraiment les TOC des masses que nous sommes. Je savais bien qu’on avait tous quelque chose en commun.

Top

The Violence of Breathing

french flag pastel

There are times when you think: ‘some change would be nice…’ You imagine what your life could be with less stress, less anxiety, less questions…

Then comes the time when this is no longer a mere thought. Because that one day, your body screams: ‘I’m here!’ whether you like it or not, whether you want to hear it or not.

To put it another way: for people like me, we only start to feel our body when we’re destroying it. When the destruction process has been damaging enough. Whatever the aspect of this process.

I’d like to tell a story. That of existing in and as a body. Because it’s not as simple as one can imagine.

Years ago, I decided I would no longer be a body. I didn’t say no longer have one, I’m not that stupid. I just thought we’d make a deal, my body and I: my body shuts up and I do the talking.

It worked well for a while. Or at least I thought so.

It was a thrilling experience, trying to live body-detached. At first it’s really exciting. You wonder about the limits. You try something, you fail, you try again, you win… So you push further.

I’m not talking drugs nor alcohol here. Simply, to start with, living on sleep-deprivation mode.

I tried not to sleep for a night. It worked, but I was a wreck the day after. So I thought I’d just need to get my body well trained. And I was like a boxer on a ring… We’ll see who’s the best one: my body, or me?

Except that the answer is quite simple: it’s my body…



Two experiences made me realise it wasn’t a question worth asking anyway. You just need to accept that you and your body can’t disconnect just for the sake of pushing the limits. You are your body, and your body is you.

Experience 1:

It was late in the day. For some reason I started to get extremely anxious. I obviously can’t remember why, and it doesn’t matter one bit. A friend of mine was with me in my living room. Suddenly, instead of trying to convince me by some sort of reassuring talk (‘don’t worry, it’ll be alright,’ and so on), he simply asked me: ‘do you feel the ground?’ It was so extraordinarily pragmatic I thought I was too sleep-deprived to understand his question. I said: ‘Excuse me?’. He said: ‘Right now, do you feel the ground? Do you feel it, under your feet?’

I was sitting on a chair at the time, but never had I been so scared of heights, in my entire life. I suddenly realised that the ground, as in the perception of reality, was meters away beneath me. I didn’t feel anything… No. I didn’t. My feet were cold, so were my hands, and I couldn’t even feel the reality I was anchored on. The ground I was living on.

It was a short, terrifying, incredible experience. An awakening. But I was still not tired enough to properly wake up.

Experience 2:

It was a couple of years after the first experience.

At that point, I was more in a sort of hypocrisy: I knew I couldn’t deny my body entirely, yet I still tried everything I could to do so.

What I’m about to tell is definitely one of the defining moments in my very severe depression.

We were at this conference somewhere in England. I was extremely interested in the topic, as ever, but I also was a ghost.

The conference was lasting for three days. And because it’s a rather unusual conference on several levels, there’s always a fun and/or relaxing time scheduled on one of these days. To take the pressure off. To invite people to connect and get to know the other attendees better.

I had been there once before. I remember that the first time I’ve been there, the organisers gave us the opportunity to visit the surroundings during a few hours an afternoon. It was all very nice: a van was rented for us, we only had to jump on it, and enjoy the ride.

The second time I attended the conference, though, something really strange was announced on the programme: we could either go visit some place nearby or go to… a one-hour yoga class.

I couldn’t believe it. I had to read this twice. And because of OCD, probably three or thirty times. I thought: are you telling me that in this academic temple of pure intellect, people pretend to feel their bodies? It seemed surreal. I was of course convinced that I would never go there. I was far too exhausted to participate in any kind of tour or ride either, but I’ll just stay in my hotel room.

At this point it’s only fair to admit that I was full of prejudices towards yoga and meditation. Oh, there’s no doubt about why I had these prejudices: you exclude what you fear. I must have felt and feared that these activities could lead me to a place I wasn’t ready to visit. So I pretended that I wasn’t physical enough to do yoga.

Then came the day of the yoga session.

For hours I’d been thinking about it. I remembered what a friend told me: ‘do you feel the ground under your feet?’ I didn’t. And I remembered how terrifying it had been. But I hadn’t had a proper look at this distant ground yet. Just like I do on a rollercoaster, I had sort of closed my eyes, and hoped it would be over soon.

Up until the very last minute I didn’t know whether or not to go.

That’s one of the only days I have to thank my feeling of guilt, that graciously comes with OCD… I thought: yes, but if you don’t go, people will think you’re not a team player, you don’t like others, you’re a selfish arrogant, staying in your room when everybody’s down there.

I got myself ready. I sat on my bed. I managed, after ten minutes, to get down the stairs. I was just behind the door. I was late now. I knew. For a couple of minutes, I hesitated some more. Should I go in? Yes, I was scared. I didn’t want to be a body, I so didn’t want to feel a body around me. And I was frightened they’ll tell me I have one. Terrified they’ll force me to feel it.

And then, out of guilt probably, I entered. I sat somewhere at the back. I was suffocating already. I wanted to get out of the room. But I couldn’t risk my professional reputation. That’s what I thought. You can’t have a panic attack right now, that’d be unprofessional.

I listened to her voice.

I’m saying this, because I don’t think you have any idea how people and their voices move me. You’ve no idea about her. She’s this brilliant, charismatic woman, with an incredible presence. And there she was, and I couldn’t look her up in the eyes. My body was like a stain on the floor, while she really was graciously living. No pretention. But no shame. Just self-awareness.

And she told us what to do.

Wonderful nightmare.

She said something about our legs, about our back, about our torso. And I could only think: ‘BODY BODY BODY’. As I tried to drag my leg where it was supposed to go, I looked at other women around me. They seemed so alive in their bodies. Such at peace with the fact we’re also flesh and bones, and every organ we have in there.

They were in control. It was as if when our yoga teacher said: ‘do this’, they would just do it. Whereas in my head it was saying : ‘OH NO NO I DON’T KNOW HOW TO TELL MY LEG TO DO THIS, I DON’T SPEAK THE LEG LANGUAGE!’ A bit like when you’re walking, and you try to decompose the movement, and to analyse it. Suddenly you’re walking in a real strange fashion…

At one point, we lied on our back. I cried the liveliest, most physical tears of my whole life. Yes it was painful, yes, the violence of breathing never hit me so hard. But I realised I was alive, and so was my body, if I let it live.

This can’t be defined as a happy moment. I felt so incredibly bad afterwards, so heavy. But it was a defining time. The time when my brain told me to stop pretending, and my body slapped me in the face.

You may think that to be so body-unaware, I’d always been like that… That’s wrong. I used to live in my body. To like it a little, even. I used to love dancing. I took dance classes for many years. In England, I tried to go back to living in my body. I was going to a pub to dance salsa.

Dancing was the only time I didn’t feel my body was a burden.


I’d even put music on in my flat and danced on my own. I loved it, to forget the pain of dragging a fleshy skeleton.

I kept going to clubs for a while. Especially after a few drinks, I loved this feeling of dancing alive. I would go ask the DJ to put Shakira on. I danced on Shakira. I loved Sharika. Cause you know, hips don’t lie.

One day, the music had to stop. I couldn’t dance any more. Not even pretend. The last times I tried, my brain itself was cringing, ridiculing me: look at you, you useless crap. You think your moves make any sense?

I wasn’t living the moment any more, I was merely performing it. It had become too shameful, seeing me from afar.

Not so long ago, I went to a great concert. I couldn’t move. It was a great concert, yes, great music, but I couldn’t move. It felt so artificial if I moved. It felt incongruous. Others were dancing, but it made sense. I couldn’t.

Am I sad because I now dance a lot less? No, I’m not. Because once again, have I not gone that far into denying my body, I wouldn’t want to love it, and to feel it so much today.

Of course anything that involves my body right now is still a bit much. But I do small things. I eat mindfully, thinking that I’m eating. I think about my own breathing process. I dance, thinking only about my cousins and family, and how great it is to be together. Most importantly I don’t want to hurt myself again, in any sort of way.

I don’t want to deprive my body from sleep and from healthy food, I don’t want to be all dark inside. Don’t want to be a living dead.

I want to be like this friend who could feel the ground, like this woman who owned her body, but also the whole room, and her entire existence. She may have taught a whole group that day, but she made me feel like an individual. It’s a powerful thing to teach.

I couldn’t thank her enough, nor the organisers, for having done what they’ve done. They probably don’t know to what extent that conference made me think. Or rather, made me feel. And not only about literature and academic work…

To these people who reminded me, or taught me, that I was alive, that I could be in charge of my own body: may they find here the most sincere ‘thank you’ ever.

One last thing. Before these two defining experiences, I used to reassure myself. I knew hating your body as I used to wasn’t great on some level, so I found excuses. The one I cherished the most was that caring about your body was such a first-world problem… So bourgeois… Well-being was a synonym for ‘I’m rich and so privileged I haven’t anything else to do.’

Not only do I no longer think this… But I also heard a great woman say, in a video, that your body is, at the end of the day, your only home.

Everything else might be temporary. Your body is yours forever. I thought that was a curse. Rather, it’s a blessing: having so many years to get to know this one place.


La Violence d’une respiration

Il y a des moments où on se dit: « une peu de changement, ce serait bien… » On imagine ce que serait notre vie avec du stress en moins, de l’anxiété en moins, des questionnements en moins…

Puis vient le moment où ça n’est plus une simple pensée. Parce que ce jour-là, notre corps hurle : « je suis là ! » que ça nous plaise ou non, qu’on veuille l’entendre ou non.

Pour le dire autrement, pour les gens comme moi, on ne sent vraiment son corps que lorsqu’on le détruit. Quand le processus de destruction a été suffisamment dévastateur. Quel que soit l’aspect de ce processus.

J’aimerais raconter une histoire. Celle de vivre dans, tout en étant, un corps. Parce que ça n’est pas aussi simple qu’on pourrait le croire.

Il y a des années de ça, j’ai décidé de ne plus être un corps. Je n’ai pas dit de ne plus en avoir un, je ne suis pas aussi stupide. J’ai juste pensé qu’on passerait un accord, mon corps et moi : mon corps se la ferme et c’est moi qui parle.

Ça a marché pendant un moment. Ou en tout cas c’est ce que je croyais.

Ça a été une experience grisante, d’essayer de vivre détachée du corps. Au départ c’est stimulant. On se demande où sont les limites. On essaie quelque chose, on échoue, on essaie encore, on gagne… Alors on pousse plus loin.

Je ne parle pas de drogues ni d’alcool ici. Simplement, pour commencer, de vivre continuellement en mode manque-de-sommeil.

J’ai essayé de ne pas dormir pendant une nuit. J’ai réussi, mais j’étais un déchet, le lendemain. Alors je me suis dit que j’avais simplement besoin d’entraîner mon corps. Et j’étais comme une boxeuse sur le ring : on verra qui c’est le plus fort, mon corps ou moi ?

Sauf que la réponse est simple, en fait: c’est mon corps…

Deux expériences m’ont amenée à réaliser que ça n’était de toute façon pas une question qui valait la peine d’être posée. On doit juste accepter que notre corps et nous ne puissions nous désunir juste pour le plaisir de pousser nos limites. On est notre corps, et notre corps est nous.

Expérience 1:


C’était assez tard dans la journée. Pour une raison quelconque j’avais commencé à angoisser. Je ne peux évidemment pas me souvenir de la raison, et ça n’a aucune espèce d’importance. Un ami était avec moi dans mon salon. D’un coup, au lieu d’essayer de me convaincre à grand renfort de paroles rassurantes (t’inquiète pas, ça va aller, etc.), il m’a simplement demandé : « tu sens le sol ? » C’était si extraordinairement pragmatique que j’ai pensé que je manquais trop de sommeil pour comprendre sa question. J’ai dit : « Pardon ? » Et il a répété: « là, maintenant, tu sens le sol ? Tu le sens, sous tes pieds ? »

J’étais assise à ce moment-là, mais jamais je n’ai eu autant le vertige. J’ai soudain pris conscience que le sol, en tant que perception de la réalité, se trouvait plusieurs mètres au-dessous de moi. Je ne sentais rien. Non, je ne sentais rien. Mes pieds étaient froids, mes mains aussi, et je ne pouvais pas même sentir la réalité à laquelle j’étais ancrée. Le sol sur lequel je vivais.

Ce fut une expérience courte, terrifiante, incroyable. Un réveil. Mais je n’étais pas assez fatiguée pour me réveiller vraiment.

Expérience 2:

C’était deux ou trois ans après la première expérience.

A ce moment-là, j’étais plutôt dans une sorte d’hypocrisie : je savais que je ne pouvais pas renier mon corps complètement, pourtant je continuais d’essayer à le faire par tous les moyens.

Ce que je suis sur le point d’écrire fait partie des moments les plus marquants de ma dépression.

On était à un colloque quelque part en Angleterre. Comme toujours, j’étais très intéressée par le sujet, mais j’étais aussi un fantôme.

Le colloque durait trois jours. Et parce que c’est un colloque plutôt inhabituel à plusieurs niveaux, il y a toujours un moment de détente planifié quelque part dans ces trois jours. Pour relâcher la pression. Pour encourager les gens à communiquer, et à connaître davantage les autres participants.

J’y étais allée une fois avant. Je me souviens que cette première fois, les organisatrices nous avaient offert la possibilité de visiter les alentours pendant un voyage de quelques heures. C’était très sympa : un van avait été loué pour nous, on n’avait qu’à sauter dedans et profiter de la balade.

La seconde fois que j’ai participé à ce colloque, cependant, quelque chose de très étrange était annoncé sur le programme : on pouvait soit visiter un lieu pas loin de là, soit se rendre à… un cours de yoga.

Je ne pouvais pas y croire. J’ai dû le relire deux fois. Et, à cause des TOC, probablement trois ou trente fois. Je me suis dit : est-ce que vous êtes en train de me dire que dans ce temple universitaire de la sphère intellectuelle, les gens font encore semblant de ressentir leur corps ? Ça me paraissait impossible. J’étais bien entendu convaincue que je n’irais pas. J’étais bien trop épuisée pour participer à une visite également. Je resterais donc dans ma chambre d’hôtel.

A ce stade il est honnête d’admettre que j’étais pleine de préjugés envers le yoga et la méditation. Et oh, je ne doute pas de la raison pour laquelle j’étais pleine de ces préjugés : on exclut ce dont on a peur. Je devais avoir ressenti et craint que ce type d’activités pourrait m’emmener à un endroit où je n’étais pas prête à aller. Alors je prétendais simplement ne pas être suffisamment physique pour faire du yoga.

Vint le jour de la session de yoga.

J’y avais pensé durant des heures. Je me souvenais de ce que m’avait dit un ami : « est-ce que tu sens le sol sous tes pieds ? » Je ne le sentais pas. Et je me rappelais combien ça avait été effrayant. Mais je n’avais pas encore vraiment visualisé ce sol distant. Comme je le fais sur un grand huit, j’avais comme fermé les yeux, et espéré que ça passe vite.

Jusqu’à la dernière minute je ne savais pas si je devais ou non y aller.

C’est l’un des seuls jours où je dois remercier mon sentiment de culpabilité, qui est offert gracieusement avec les TOC… J’ai pensé : oui, mais si je n’y vais pas, les gens vont penser que tu n’aimes pas travailler en équipe, que tu n’aime pas les autres, que tu es une égoïste arrogante, à rester dans ta chambre alors que tout le monde est en bas.

Je me suis préparée et assise sur mon lit. Dix minutes plus tard, je suis parvenue à descendre les escaliers. J’étais juste derrière la porte. J’étais en retard à présent. Je le savais. Pendant deux ou trois minutes, j’ai continué à hésiter. Dois-je entrer ? Oui, j’avais peur. Je ne voulais pas être un corps, alors je ne voulais pas sentir un corps autour de moi. Et j’avais peur qu’on me dise que j’en avais un. J’étais terrifiée à l’idée qu’on me force à le ressentir.

Et puis, sûrement par culpabilité, je suis entrée. Je me suis assise vers le fond. Je suffoquais déjà. Je voulais sortir de la salle. Mais je ne pouvais pas risquer ma reputation professionnelle. C’est ce que je pensais. Tu ne peux pas avoir une crise d’angoisse maintenant, ça ne serait pas professionnel.

J’ai écouté sa voix.

Je le dis, parce que je ne suis pas sûre que vous sachiez à quel point les gens me touchent, ainsi que leurs voix. Et vous n’avez pas la moindre idée d’elle. Elle est cette femme brillante et charismatique, dotée d’une présence incroyable. Elle était là, et je ne pouvais pas la regarder dans les yeux. Mon corps faisait comme une tache sur le sol, alors qu’elle, elle vivait gracieusement. Sans prétention. Mais sans honte. Simplement la conscience d’elle-même.

Elle nous a dit quoi faire.

Merveilleux cauchemar.

Elle a dit quelque chose à propos de nos jambes, de notre dos, de notre torse. Et je ne pouvais que penser: « CORPS CORPS CORPS ». Pendant que j’essayais de traîner ma jambe là où elle devait aller, j’ai regardé les autres femmes autour de moi. Elles avaient l’air si vivantes dans leurs corps. Tellement en paix avec l’idée qu’on était aussi fait de chair et d’os, et de tous les organes qui nous composaient là-dedans.

Elles étaient dans le contrôle. C’était comme si lorsque la prof de yoga disait : « faites ça », elles le faisaient, tout simplement. Alors que dans ma tête ça disait : « OH NON JE NE SAIS PAS COMMENT DIRE A MA JAMBE DE FAIRE CA ! JE NE PARLE PAS LA LANGUE DES JAMBES ! » Un peu comme quand on marche et qu’on essaie de décomposer le mouvement de la marche pour l’analyser. D’un coup, on marche de façon bizarre…

A un moment, on s’est couchées sur le dos. J’ai pleuré les larmes les plus vivantes, les plus physiques de toute ma vie. C’était douloureux, oui, la violence d’une respiration ne m’avait jamais fait si mal. Mais j’ai pris conscience du fait que j’étais vivante, et que mon corps l’était aussi, si je le laissais vivre.

Ce moment ne peut pas être qualifié d’heureux. Je me suis sentie tellement mal après, tellement lourde. Mais ça a été un moment décisif. Le moment où mon cerveau m’a dit d’arrêter de faire semblant, et que mon corps m’a giflé en pleine face.

Vous pensez sûrement que pour être si inconsciente de mon corps, c’est que j’ai toujours été comme ça. C’est faux. Avant, je vivais dans mon corps. Je l’aimais même un peu. J’adorais danser. Pendant des années, j’ai pris des cours de danse. En Angleterre, j’ai essayé de recommencer à vivre dans mon corps. J’allais dans un pub danser la salsa.

Danser, c’était le seul moment où mon corps n’était pas un poids.


Je mettais même de la musique dans mon appartement et je dansais tout seule. J’adorais ça, oublier la douleur de se traîner un squelette plein de chair.

J’ai continué à aller en boîte pendant un moment. Surtout après quelques verres, j’adorais me ressentir vivante. J’allais demander au DJ qu’il mette Shakira. J’adorais Shakira. Parce que, vous savez, hips don’t lie.

Un jour, la musique a dû s’arrêter. Je ne pouvais plus danser. Même plus le prétendre. Les dernières fois où j’ai essayé, mon cerveau lui-même grinçait, me ridiculisait : regarde-toi, vieille merde. Tu crois que tes mouvements veulent dire quelque chose ?

Je ne vivais plus le moment, je le transformais en performance. C’était devenu trop honteux, de me voir de loin.

Il n’y a pas si longtemps, j’ai assisté à un concert. Je ne pouvais pas bouger. C’était un super concert, avec de la super musique, mais je ne pouvais pas bouger. Ça paraissait tellement artificiel si je bougeais. Ça paraissait incongru. Les autres dansaient, et ça voulait dire quelque chose. Mais moi, je ne pouvais pas.

Est-ce que je suis triste de danser moins, dorénavant ? Non. Parce qu’encore une fois, si je n’étais pas allée si loin dans le déni de mon corps, je ne voudrais pas l’aimer et le ressentir à ce point aujourd’hui.

Bien sûr tout ce qui implique mon corps en ce moment, c’est un peu trop. Mais je fais de petites choses. Je mange en pleine conscience, consciente en effet du fait que je mange. Je pense à ma respiration. Je danse en ne pensant qu’à mes cousins et à ma famille, au fait d’être ensemble. Et surtout je n’ai plus envie de me faire mal, d’aucune manière.

Je ne veux plus priver mon corps de sommeil ou d’une nourriture saine, je ne veux plus être complètement noire à l’intérieur. Pas envie de vivre morte.

Je veux être comme cet ami qui pouvait sentir le sol, comme cette femme à qui son corps appartenait, mais aussi la salle entière et toute sa vie. Elle a fait cours à un groupe entier ce jour-là, mais elle m’a fait me sentir un individu. C’est une chose très puissante, ça, à apprendre aux autres.

Je ne saurais la remercier suffisamment, ni remercier suffisamment les organisatrices, pour avoir fait ce qu’elles ont fait. Elles n’ont probablement aucune idée d’à quel point ce colloque m’a fait réfléchir. Ou plutôt, ce qu’il m’a fait sentir en moi. Pas seulement à propos de littérature ni de travail universitaire…

A ces personnes qui m’ont rappelé que je vivais, et que je pouvais être responsable de mon corps, qu’elles trouvent ici mes remerciements les plus sincères.

Une dernière chose. Avant ces deux expériences décisives, je me rassurais. Je savais que haïr mon corps comme je le faisais n’était pas génial, quelque part, alors je me trouvais des excuses. Celle à laquelle je tenais le plus était celle selon laquelle prendre soin de son corps était vraiment un problème de riches. Tellement bourgeois… Le bien-être était synonyme pour moi de « je suis riche et tellement privilégiée que je n’ai rien d’autre à faire. »

Non seulement je ne pense plus ça… Mais j’ai aussi entendu une femme géniale, dans une vidéo, dire que notre corps était, finalement, notre seul foyer.

Tout le reste peut être temporaire. Ton corps est le tien pour toujours. Je pensais que c’était une malédiction. C’est au contraire une bénédiction : avoir tant d’années pour connaître cet endroit.

Top

Is ‘mistake’ another word for ‘choice’?

french flag pastel

Some people worry all the time. Some never do. They are both extremes, of course. What is interesting, though, is that those who should worry the most rarely are those who do worry the most. It’s not a stereotype. It’s based on pure science, that is: popular movies.

See, if the severity of one’s mistake could be measured by the number of people injured or killed, for instance, then some should start to worry quite a bit… But they don’t. Quite simply because to them, these dead or injured people are no mistake. So let’s be clear. That’s not the definition of ‘not worrying’. That’s what is most commonly called ‘being/acting like a psychopath’.

I won’t talk about psychopaths here.

Rather, I’ll talk about people who genuinely worry for hours, days or months, for every move they make. For the most insignificant act they’ve made. I’ll talk about you, and about me. In doing so, I hope I can help you know what to do when you can’t sleep because of something minor that happened in the day, but that you can’t stop overthinking. How do you make the obsession stop? How can you finally think about something else?

I can’t and won’t go into the reasons of why you worry. I would recommend that you think about it, though, so that you know what bigger problem you have to tackle – for me, OCD and other unresolved issues. But whatever the reason why you’re worrying, the only outcome that is worth the struggle is to worry less.

First, not worrying doesn’t mean not caring. – remember the psychopaths?

Not worrying doesn’t mean forgetting either. For instance, yes, alcohol will make you stop worrying for a while. But once sober, you’ll have to face the worry again. Same thing if you just deny something: it will come back through intrusive thoughts.

Not worrying means accepting one’s responsibilities, whilst considering options which don’t exclude positive or neutral outcomes.

If you’ve done something wrong and there’s absolutely nothing you can do about it now, because it’s too late, thinking about it resembles more an obsession than a worry.

It’s fair to worry about something, when you can still do something about it. And that’s why this is the first question you should ask yourself: is there anything I can do to prevent this from happening, or to minimize the impact of a given mistake?
If the answer is no, then don’t obsess over your mistake. Accept the irreversible form of this mistake, and see what you can learn from it: developing skills, communicating, asking for help, etc.

If there’s indeed something you can do about it, then you can take immediate measures to amend what can be amended. You’ll need energy for this, so don’t spend it all worrying. Focus on pragmatic things to be done: call someone, talk to your colleagues or manager, apologise formally, etc.

More importantly, they say: ‘you have to put things into perspective’. I told you before how obscure this sentence use to sound to me. Okay, but… where do I start?

I’m no philosopher, but here are a few questions, real questions, that helped me understand the severity of a situation.

1. How many people would realistically be impacted by this? – this question may require the help of a lover, a friend, a parent… They will usually be a lot more realistic than you, simply because they have no emotional relationship to the mistake you’ve made. – if they’re not directly involved by said mistake!

2. 24 hours from now, what are, realistically, the potential consequences of my mistake?

3. A week from now, what is likely to happen because of this?

4. A year from now, what is likely to happen because of this?

5. What will remain of that mistake in 10 years?

Most of the time, even the more obsessive people admit that in a year time, it won’t matter. That’s what is peculiar about OCD: OCD sufferers have obsessions, and they know that they’re not realistic, but they can’t stop thinking about it.

That’s because, most of the time, with or without OCD, we don’t focus on the present or the future, but on the past. We keep playing the same film over and over again.

So if you’re more than just a bit anxious, you could try this: don’t only think about these questions. As I was extremely obsessive, I decided to write the answers down. Here are a few examples: ‘there will not be a third World War in 6 months because I’ve made a typo in an essay’. ‘Nobody will die in a year because my cake tastes like feet’.

It’s good to laugh about these. Not because I’m ridiculing obsessions – I know far too well how absurd they can sound to a healthy human-being, but I just couldn’t stop thinking about them. I’ve used that sense of humour to stop obsessing. Once the answers were on that page, they were no longer intrusive thoughts: they were impossible scenarii. They were sometimes literature, even. I wrote poems. It was great.

This method worked for me because I could still be OCD-like. It was impossible for me not to think about any dramatic outcome. So I acknowledged the dramatic outcome: okay, having made that typo in my essay can probably put my lecturer in a great distress. But 6 months from now, s/he will have recover. And seen other typos, in other essays… Because time doesn’t goes by only for us, but for everyone else too.

OCD-sufferers like me know on some level that everyone will have forgotten about the typo in our essay in ten months… But we’re stuck, because the obsession takes the form of an intrusive thought: ‘I’ve made a terrible, terrible typo, therefore I am a terrible, terrible person’.

That’s why it may not be about mistakes. Perhaps it’s about choices.

Some -like me – can worry for hours, wondering what they will wear for that interview, what they would say in that public speech they have to deliver in a month. But most of the time, only very few people will remember what you looked like that day, or the exact words you said. This is not pessimistic or cynical, on the contrary. It’s fantastic! Most people will focus on your aura, on the message you have to deliver, not on forgettable words, or the colour of your scarf, and if it matches your shoes.

Seriously, some of us can spend hours doing the perfect make-up, having the most beautiful outfit, prepare the most delicious meal for their hosts, and forget the essential. I can’t count the times I’ve arrived at parties well dressed, yes, but late and having had no sleep, because it seemed more important at the time to look like this than to enjoy a good time with my friends. Needless to say, what struck my friends wasn’t my dress, but my dark circles.

So now, when making a choice, I ask myself the very same question. When I hesitate, I wonder: will it matter tomorrow? In a week? In a year? Most of the time, of course it won’t. So I just take the most convenient way. The one in which I feel like I can be myself.

Because that’s a choice: okay, you’ve made a mistake. But in a year, what would you rather remember?

Option 1: being miserable for two weeks.

Option 2: being miserable for a couple of hours, then trying your best to forget it, whether or not you were successful?

Sadly, there are many things in life that need to be worried about. Let’s not waste our precious time worrying about insignificant things. Not that I’m defining what is or isn’t insignificant. If deciding on your outfit for that big day will still mater in 10 years for you, then it’s fair to think about it for a while. If this public speech is the one of your life, then don’t feel guilty about spending too much time on it. But not every event in your existence is life-changing, even if you’re a President. Especially, maybe, if you’re a President.


When you’re about to spend hours on something, always wonder whether you’ll still remember it a year from now… Or even tomorrow. And enjoy the moment.


Est-ce qu’une « erreur » ne serait pas plutôt un « choix » ?

Certains s’inquiètent sans cesse. D’autres ne s’inquiètent jamais. Les deux cas représentent des extrêmes, bien sûr. Mais ce qui est intéressant, cependant, c’est que ceux qui devraient s’inquiéter le plus sont rarement ceux qui s’inquiètent en effet. Ça n’est pas un stéréotype. Ceci se fonde sur une science exacte : les films populaires.

Voyez-vous, si la gravité d’une erreur pouvait se mesurer en nombres de gens morts ou blessés, par exemple, certains devraient commencer à s’inquiéter un brin. Mais ils ne s’inquiètent pas. Tout simplement parce que pour eux, il ne s’agit pas d’une erreur. Alors soyons clairs: ceci n’est pas la definition de la “non-inquiétude”. C’est ce qu’on appelle être, ou agir comme, un psychopathe.

Je ne parlerai pas des psychopathes ici.

Je parlerai plutôt des gens qui s’inquiètent véritablement pendant des heures, des jours ou des mois, pour le plus petit de leurs mouvements. Pour l’acte le plus insignifiant qu’ils fassent. Je parlerai de vous, et de moi. Ce faisant, j’espère que je vous aiderai à savoir quoi faire quand vous ne pouvez pas dormir à cause d’une chose mineure qui s’est passée durant la journée, mais face à laquelle vous ne pouvez arrêter vos surinterprétations. Comment est-ce qu’on arrête l’obsession? Comment peut-on enfin penser à autre chose ?

Je ne pourrai pas rentrer, et donc n’entrerai pas, dans les raisons qui font que vous êtes une personne inquiète. Je vous recommanderai cependant d’y penser, pour que vous puissiez voir à quel problème plus global vous devez vous attaquez. Par exemple, pour moi, les TOC, et d’autres questions irrésolues. Mais quelle que soit la rasion pour laquelle vous êtes une personne inquiète, la seule issue que vaille cette lutte, c’est de s’inquiéter moins.

Tout d’abord, ne pas s’inquiéter ne signifie pas s’en ficher. Rappelez-vous les psychopathes…

Ne pas s’inquiéter ne signifie pas non plus oublier. Par exemple, oui, l’alcool arrêtera votre processus de pensée pendant un temps. Mais une fois sobre, il vous faudra à nouveau y faire face. Même chose si vous vous contentez de nier quelque chose : ça reviendra, sous forme de pensées intrusives.

Ne pas s’inquiéter, c’est accepter ses responsabilités tout en envisageant des options n’excluant pas les résultats neutres ou positifs.

Si vous avez fait une erreur et qu’il n’y a absolument rien que vous puissiez y faire maintenant, parce que c’est trop tard, y penser ressemble davantage à une obsession qu’à une inquiétude.

Il est logique de s’inquiéter pour quelque chose pour lequel on peut encore faire quelque chose. Et c’est pourquoi la première question que vous devriez vous poser est la suivante : est-ce que je peux faire quelque chose pour empêcher une telle chose d’arriver, ou pour réduire l’impact de mon erreur ?

Si la réponse est non, alors ne soyez pas obsessifs vis-à-vis de cette erreur. Acceptez-en la forme irréversible, et voyez ce que vous pouvez en apprendre : acquérir des compétences, communiquer, demander de l’aide, etc.

S’il y a en revanche quelque chose que vous pouvez faire, alors prenez des mesures immédiates pour modifier ce qui peut l’être. Vous aurez besoin d’énergie pour cela, alors ne la dépensez pas toute à vous inquiéter. Concentrez-vous sur les choses concrètes qui peuvent être faites : appeler quelqu’un, parler à vos collègues ou à votre chef, présenter des excuses, etc.

De manière plus cruciale, on nous dit: “vous devez relativiser les choses”. Je vous ai déjà dit à quel point cette phrase, auparavant, me paraissait obscure. D’accord, mais… je commence où, et par quoi ?

Je suis loin d’être philosophe, mais voici quelques questions, des questions réelles, qui m’ont aidée à appréhender la gravité d’une situation.

1. Combien de gens risquent, de manière réaliste, d’être touchés ? Cette question peut nécessiter l’aide d’un amant, d’un ami, d’un parent… D’habitude, ils seront beaucoup plus réalistes que vous, parce qu’ils n’ont pas de relation émotionnelle à l’erreur que vous avez faite. Quand cette erreur ne les concerne pas directement, évidemment !

2. Dans 24 heures, quelles sont, de manière réaliste, les conséquences potentielles de cette erreur ?

3. Dans une semaine, qu’est-ce qui risque d’arriver, du fait de cette erreur ?

4. Dans un an, qu’est-ce qui risque d’arriver, du fait de cette erreur ?

5. Que restera-t-il de cette erreur dans 10 ans ?

La plupart du temps, même les gens les plus obsessifs admettent que dans un an, cette erreur n’aura plus d’importance. C’est ce qui rend les TOC si particuliers : ceux qui en souffrent ont des obsessions, et ils savent que ces obsessions ne sont pas réalistes, mais ils ne peuvent arrêter d’y penser.

C’est parce que, la plupart du temps, avec ou sans TOC, on ne se concentre pas sur le présent ou l’avenir, mais sur le passé. On se repasse le même film encore et encore.

Ainsi, si vous êtes plus qu’un petit peu anxieux, vous pouvez essayer d’aller plus loin que de simplement penser à ces questions. Comme j’étais très obsessive, j’ai décidé de noter les réponses noir sur blanc. Voici quelques exemples : « il n’y aura pas de troisième guerre mondiale parce que j’ai fait une faute de frappe. » « Personne ne mourra dans un an parce que mon gâteau a le goût de pieds. »

C’est bon d’en rire. Non pas que je ridiculise ces pensées – je sais trop bien à quel point elle peuvent sembler absurdes pour un être humain équilibré, mais je ne pouvais m’arrêter d’y penser. Je me suis servi de ce sens de l’humour pour enrayer les obsessions. Une fois les réponses écrites sur la page, elles n’étaient plus des pensées intrusives : elles étaient devenues des scénarios impossibles. Elle étaient de la littérature, parfois. J’ai écrit des poèmes. C’était génial.



Cette méthode a fonctionné pour moi car je pouvais encore me livrer à des TOC. Il m’était impossible de ne penser à aucun résultat dramatique. Alors je reconnaissais ce résultat dramatique : d’accord, le fait que j’ai fait une faute de frappe dans ma dissertation mettra probablement mon ou ma professeur(e) dans une situation de panique. Mais dans six mois, il ou elle s’en sera remis. Et il ou elle aura vu d’autres fautes de frappes, aussi, dans d’autres dissertations. Parce que le temps ne passe pas uniquement pour nous, mais pour tout le monde.

Les personnes souffrant de TOC comme moi savent, dans une certaine mesure, que tout le monde aura oublié la faute de frappe dans dix mois. Mais nous voilà coincés, parce que l’obsession prend la forme d’une pensée intrusive : « j’ai fait une faute de frappe abominable, je suis donc une personne abominable. »

C’est pour ça qu’il se pourrait bien que tout ça ne soit pas une question d’erreurs. Mais plutôt de choix.

Certains, comme moi, peuvent s’inquiéter des heures durant, se demandant avec angoisse quel vêtement porter pour cet entretien, ou ce qu’il leur faudra dire pendant ce discours qu’ils donneront dans un mois. Mais la plupart du temps, seule une minorité de gens se rappelleront de ce que vous portiez ce jour-là, ou des termes exacts que vous avez employés. Ce n’est pas un point de vue pessimiste ou cynique, au contraire. C’est fantastique ! La plupart des gens se concentreront sur votre aura, sur le message que vous désirez faire passer, et non sur des mots voués à l’oubli, ou sur la couleur de votre écharpe, et si oui ou non elle était assortie à vos chaussures.

Sérieusement, certain-e-s d’entre nous passent des heures à realiser un maquillage parfait, à avoir la plus belle tenue, à preparer le plus délicieux des repas pour leurs invités… et oublient l’essentiel. Je ne compte plus les fois où je suis arrivée à une soirée bien habillée, certes, mais en retard, et n’ayant pas dormi, parce qu’il me semblait plus important à ce moment-là de ressembler à ça que de passer un bon moment avec mes amis. Inutile de préciser que ce qui frappa mes amis, ça n’était pas ma robe, mais mes cernes.


Alors, dorénavant, quand je dois faire un choix, je me pose la même question. Lorsque j’hésite, je me dis : est-ce que ça aura une importance quelconque demain ? Dans une semaine ? Dans un an ? La plupart du temps, évidemment que non. Alors je prends juste le moyen le plus agréable. Celui dans lequel je peux être moi-même.


Parce que c’est un choix: d’accord, vous avez fait des erreurs. Mais dans un an, de quoi préférerez-vous vous souvenir ?

Première option : avoir été au plus bas pendant deux semaines.

Deuxième option : avoir été au plus bas pendant deux ou trois heures, et ensuite avoir fait de votre mieux pour dépasser cela, que cette entreprise ait été ou non un succès ?


Malheureusement, il y a beaucoup de choses dans la vie qui méritent qu’on s’en inquiètent. Ne gaspillons pas nos précieuses heures à s’inquiéter de chose insignifiantes. Mais je ne définis pas ce qui est ou non insignifiant. Si décider de votre tenue pour ce grand jour aura encore de l’importance dans dix ans, alors il est légitime de passer quelque temps à y réfléchir. Si ce discours est le discours de votre vie, alors ne vous sentez pas coupable de passer du temps dessus. Mais tout évenement n’est pas un évènement qui change la face du monde, même si vous êtes Président. En fait, peut-être en particulier si vous êtes Président.

Quand vous êtes sur le point de passer des heures sur quelque chose, demandez-vous toujours si vous vous en rappellerez dans un an… ou même demain. Et profitez du moment.

Top

Re-defining Rigid Beliefs for a Better Life

french flag pastel

Since there are things that cannot be changed, you and I both know that in order to feel better, you need to change the way you think. Because the only thing you can change is you. You’ve heard that before, haven’t you? In a sweet or a motivational quote on facebook, probably. Personally, I used to laugh at the thought. Hahaha, sure, and how do you do that?

I wasn’t laughing any more last year, when I literally burned out. Then I thought: I might as well give a try. Worst case scenario, nothing will change. Best case scenario: I could be… happier?

So here, I’m going to talk about what I learned from CBT – Cognitive Behavioural Therapy – when I was trying to cure the most severe symptoms of my OCD. But I believe this can be helpful for everyone. Or, at least, a great deal of people. We can all suffer from inflexible thinking and a disproportionate feeling of guilt.

This post has been inspired by many self-help books on OCD, worry and anxiety, and by my psychological CBT sessions.

I believe in examples more than mere speech. So let’s take an example. Say you had a bad day. First, you arrived at work late, because your bus didn’t arrive on time. Then, a customer yelled at you for no apparent reason, probably because they were having a bad day too… Two hours later, you realised you forgot your lunch in your fridge this morning, and had to eat a very unappetising sandwich from a vending machine. Finally, you went back home looking forward to a skype session with your friends, but the wifi didn’t work. Great! Now even the evening is ruined!


There are two ways you can look at this story: either the facts were terrible, therefore you were upset. Or your expectations in general were extremely high, your beliefs very rigid, and that’s why you’re upset, because reality is then overwhelming.

I used to think that I was the first type of worrier: I was only worried when bad things happened to me. But I’ve come to realise that I was definitely the second type. For the good reason that there’s no such things as type 1: only bad things happening to you.


Let me be more explicit though: I’m not, of course, talking about anything traumatic. Obviously, there are horrible facts and events, and dealing with them requires other tools, that I don’t have at my disposal right now… Help from professionals can be a good start. Also, confiding in friends, family, etc. What I’ll be focusing on in this post is not the worst events that can happen in a lifetime – and we all have to experience a few, sadly, sometimes a lot of them, even… – but the daily contrarieties which make you feel frustrated, worried and irritable. Everything that prevents you from enjoying every day.


So, back to the point.

Living a day such as the one I described to you a few lines ago would have made me feel devastated. Yes, really. Maybe I only have first-world problems. But the fact that these were first-world problems didn’t make me feel any better at the time, and it certainly didn’t make me worry less. On the contrary, I blamed myself constantly for having upper-class concerns…

So let’s start the whole day again. But this time, instead of looking at events, the so-called ‘facts’, I’ll look into the expectations or beliefs that you can hold about these events. This will prove, hopefully, that it’s not the fact/event itself that is upsetting you, but your rigid beliefs about it.


First: you arrived at work late because the bus was late.

Why you’re frustrated: because you’re convinced that if you arrive late at work this one time, either you’ll get fired or you’re a terrible human being. You think that you should never be late to work. You don’t forgive yourself for being late, even if they are mitigating circumstances, even if this is the first time.

What you could have done: not much, really. Oh, yes, you could have left home two hours earlier every morning just to make sure that in the case the bus is late that day, you on the other hand won’t be late… We can’t always predict what’s going to happen. And it’s a reasonable assumption that you made, to think that the bus will be on time, if it is on time every other day.


Second: a customer yelled at you for no apparent reason, probably because they were having a bad day too…

Why you’re frustrated: because you think that people should never speak to anyone like this. Because it affects you deep down, and you’re afraid you’re going to think less of yourself because this person was aggressive, perhaps insulting. Because you think that once a customer at yelled at you at work, there is no way the day can be good.

What you could have done: well, again, you’re not responsible for other people’s behaviour, especially if they’re being abusive. If you’ve been polite and your interlocutor hasn’t, there really is nothing you could have done better. Don’t blame yourself for that. Don’t think about the scene over and over again. Because now, at least, it’s gone.

Third: You realised you forgot your lunch in your fridge this morning, and had to eat a very unappetising sandwich from a vending machine.

Why you’re frustrated: because you think you’re an imbecile. Because you think you must always remember to take your lunch with you. Because no one is as stupid as you. Is it that complicated to think about one’s lunch? Yes, you hate yourself… for a sandwich.

What you could have done: yes, you could have taken your lunch with you. Or you could have not prepared any. Because really, to what extent is this lunch really going to affect your day anyway? Will you remember it in a month? A year? Is it food that you’ve wasted, or you can have it tonight? Is it the kind of meal you can only do once in a lifetime? – if so, please contact me, I’d love the recipe. Anyway, the bad sandwich will only make your dinner taste better.

Fourth: you went back home looking forward to a skype session with your friends, but the wifi didn’t work. Great! Now even the evening is ruined!

Why you’re frustrated: because you think that the wifi should work every day, all the time. Because a technical failure is preventing you from enjoying your time at home. Really? Are you sure you can’t do anything else tonight, and worry about it when the wifi is back on? What is making you waste more time: trying to get it to work for two hours for nothing, or, during these two hours, watching a movie that’s been sitting on your shelf for months?

What you could have done: well, you could have considered a career as a wifi expert with Free or Virgin. Other than that, there’s really nothing you could have done. It’s not your fault, it may also be no one’s fault.

So in all of those cases, it’s not the events that you have to change in order to be more relaxed and happier. What you need to change is your system of beliefs.

Are you constantly, like I do, speaking or thinking with terms such as: ‘must’, ‘should always’, ‘have to’? Then there’s probably something incredibly unrealistic here. It’s good to have ideals. It’s terrible to think you’re a failure if you can’t always make them work.

Example: The wifi should work.

No.

In an ideal world, the wifi would work all the time – well, you see what I mean… But this is reality. Sometimes it doesn’t. So what’s the best way to deal with it? Stick to your belief, or let it go?


Another example: People should always be nice to one another.

Man, I’d love that.

Although sadly it’s not realistic. In an ideal world, people would always be nice to one another. Thing is, they’re not. So what would make you happier? Stick to your belief and be disappointed pretty much every day, or show a little flexibility, so that you are better prepared when it happens? When you accept the fact that it’s going to happen, you’re going to develop strategies to cope with it afterwards, I guarantee it…

There are more posts to come about these issues. But personally, changing ‘should always’ to ‘could’ or ‘would’ changed my life. I no longer think that everything should be perfect. I think that it’d be nice if it was, but it’s not. So I find ways to make the best out of it.


Last thing before I go: is this post about not being responsible for what we are doing? Not at all. I will soon write a post about making mistakes, actually, and also about political opinions…

Letting go of rigid beliefs doesn’t mean accepting everything. It means having ethics, but developing ways to cope with reality too. If you’re late at work not because your bus has been late, for instance, but because you’ve overslept, yes, it is indeed your fault. But again, there are two ways to look at it.

Option 1: I’m such a failure, I should never oversleep, no one other than me has ever overslept in the whole history of humanity, and if I do oversleep my company is going to make half the profit for this year…

Option 2: In an ideal world, I would not oversleep. But I did, and I’m frustrated enough, so if I remain frustrated I’m running the risk to not be very professional at work… Let’s forget about it for the time being, concentrate on today’s tasks. Tonight, when I’ll get back home, I won’t blame myself, but I’ll try to understand what happened. If my body needed more sleep, there’s a reason. Is it a one-off or a regular thing? Is it likely to happen again in the near future, and why? And then, see if there’s something I need to change. But I can’t change what’s done.


Be responsible, but stop blaming yourself for every mistake you make, and even worse, for facts you’re not even responsible of…


Redéfinir ses croyances rigides pour vivre mieux

Puisqu’il est des choses qu’on ne peut pas changer, vous et moi savons bien que pour se sentir mieux, c’est notre façon de penser qu’on doit changer. Parce que la seule chose qu’on peut changer, c’est soi-même. Vous avez déjà entendu ça quelque part, non ? Dans un bonbon ou une citation motivante sur facebook, sûrement. Personnellement, je me marrais quand je lisais ça. Hahaha, et comment tu y arrives, à ça ?

Je ne rigolais plus après mon burn-out de l’année dernière. Et c’est là que je me suis dit : autant essayer. Dans le pire des cas, rien ne changera. Et dans le meilleur des cas : je pourrais être… plus heureuse ?

Ici, je vais parler de ce que j’ai appris grâce à la thérapie cognitivo-comportementale – TCC – quand j’essayais de guérir les symptômes les plus sévères de mes TOC. Mais je pense que ça peut être utile à tous. Ou en tout cas, à pas mal de gens. On peut tous souffrir de pensées inflexibles et d’une culpabilité disproportionnée.


Ce post m’a été inspiré par des livres de développement personnel sur les TOC, les inquiétudes et l’anxiété, et par mes sessions pscyhologiques de thérapie cognitivo-comportementale.

Je crois davantage aux exemples qu’au simple discours. Alors prenons un exemple. Disons que vous avez passé une mauvaise journée. D’abord, vous êtes arrivé en retard au travail, parce que le bus n’est pas arrivé à l’heure. Ensuite, l’un de vos clients vous a hurlé dessus sans raison apparente, sûrement parce qu’il ou elle avait aussi passé une mauvaise journée. Deux heures plus tard, vous vous rendez compte que vous avez oublié votre déjeuner dans votre frigo ce matin, et vous devez manger un sandwich peu appétissant au distributeur. Enfin, vous êtes rentré impatient de faire un skype avec vos amis, mais le wifi ne marchait pas. Super ! Maintenant même la soirée va être pourrie !

Il y a deux façons de lire cette histoire : soit les faits ont été terribles, et c’est pour ça que vous êtes contrarié. Soit vos attentes en général étaient très élevées, vos croyances inflexibles, et c’est pour cela que vous êtres contrarié, parce que la réalité, c’est simplement trop à gérer.


Avant, je pensais que je faisais partie du premier type d’inquiet : j’étais inquiète et contrariée quand de mauvaises choses m’arrivaient. Mais j’ai progressivement réalisé que j’étais le second type. Pour la bonne raison qu’il n’y a pas de type 1 : seulement des choses horribles vous arrivent.

Laissez-moi être plus explicite cependant: je ne suis évidemment pas en train de parler de quelque chose de traumatisant. Bien sûr, il existe des faits horribles, et y faire face nécessite des outils que je n’ai pas à ma disposition tout de suite… De l’aide de la part de professionnels peut être un bon début. De même, se confier à des amis ou à sa famille. Ce sur quoi je vais me concentrer ici, ce ne sont pas les pires événements qui peuvent arriver en une vie (et malheureusement nous aurons tous à faire face à quelques-uns, ou à beaucoup de ces événements), mais les petites contrariétés qui nous frustrent, nous stressent, nous inquiètent, nous rendent irritables. Tout ce qui nous empêche de vraiment profiter de chaque jour.


Revenons donc à la conversation d’origine.

Vivre une telle journée, celle que je vous ai décrite quelques lignes plus haut, m’aurait dévastée, avant. Oui, vraiment dévastée. Peut-être que ce ne sont que des problèmes de riches. Mais le fait que ces problèmes soient des problèmes de riche ne me faisait pas me sentir mieux, et ça ne m’empêchait cartainement pas d’être anxieuse. Au contraire, je m’auto-flagellais constamment pour pleurer de problèmes de bourges.


Alors recommencçons la journée du début. Mais cette fois, au lieu de regarder les événements, les soi-disant « faits », je me concentrerai sur les croyances que l’on a à leur propos. Ce qui prouvera, je l’espère, que ce ne sont pas les événements ou les faits eux-mêmes qui nous contrarient, mais nos profondes croyances à leur égard.

Premièrement: vous arrivez en retard au travail parce que le bus était en retard.

Pourquoi vous êtres frustré, irrité : parce que vous êtes convaincu que si vous arrivez en retard au travail cette unique fois, vous allez vous faire virer, ou que vous êtes un être humain abominable. Vous pensez que vous ne devriez jamais être en retard au travail. Vous ne vous pardonnez pas de n’être pas à l’heure, même s’il y a des circonstances qui l’expliquent, et même si c’est la première fois.

Ce que vous auriez pu faire: pas grand-chose, en fait. Oui, vous auriez pu partir de la maison deux heures plus tôt chaque matin juste pour être sûr que si un jour le bus était en retard¸ vous ne le seriez pas. On ne peut pas toujours prédire ce qui va se passer. Et c’est une hypothèse raisonnable que vous avez formulée en vous-mêmes, en pensant que le bus serait à l’heure, s’il est à l’heure tous les autres jours.


Deuxièmement: l’un(e) de vos client(e)s vous hurle dessus sans raison apparente, probablement car il ou elle a passé une mauvaise journée également…

Pourquoi vous êtres frustré, irrité : parce que vous pensez que les gens ne devrait jamais s’adresser à personne comme ça. Parce que cela vous affecte profondément, et vous avez peur de vous dénigrer vous-mêmes parce que cette personne était agressive, voire insultante. Parce que vous pensez qu’une fois qu’un de vos clients vous a hurlé dessus au travail, il est impossible que la journée se passe bien.

Ce que vous auriez pu faire: une fois de plus vous n’êtes pas responsable du comportement des autres, surtout s’ils vont trop loin. Si vous étiez poli et que votre interlocuteur ne l’était pas, il n’y a vraiment rien que vous auriez pu améliorer. Ne vous accusez pas vous-même pour ça. Ne repensez pas à la scène encore et encore. Parce que maintenant, au moins, elle est passée.



Troisièmement : vous réalisez que vous avez oublié votre déjeuner dans votre frigo ce matin, et vous devez manger un sandwich peu appétissant au distributeur.

Pourquoi vous êtres frustré, irrité : parce que vous pensez que vous êtes un(e) imbécile. Parce que vous pensez que vous devez toujours prendre votre déjeuner avec vous. Parce que personne n’est aussi stupide que vous. Est-ce que c’est si compliqué de penser à son repas ? Oui, vous vous haïssez… pour un sandwich.

Ce que vous auriez pu faire: oui, vous auriez pu prendre votre déjeuner avec vous. Ou bien vous pourriez n’en avoir préparé aucun. Parce qu’en vérité, dans quelle mesure ce déjeuner va-t-il affecter votre journée de toute façon ? Est-ce que vous vous en souviendrez dans un mois ? Dans un an ? Est-ce de la nourriture gaspillée, ou pouvez-vous la manger le soir venu ? Est-ce un type de repas qu’on ne peut préparer qu’une seule et unique fois dans sa vie ? (Si c’est le cas, envoyez-moi la recette SVP) Quoi qu’il en soit, votre mauvais sandwich vous fera simplement davantage apprécier votre dîner.

Quatrièmement: vous êtes rentré chez vous impatient de faire un skype avec vos amis, mais le wifi ne marchait pas.Super ! Maintenant même la soirée va être pourrie !

Pourquoi vous êtres frustré, irrité : parce que vous pensez que le wifi devrait marcher tous les jours, à toute heure. Parce qu’une défaillance technique vous empêche de profiter de votre temps de repos à la maison. Vraiment ? Etes-vous de ne rien pouvoir faire d’autre ce soir, et vous inquiétez de tout ça une fois que le wifi sera revenu ? Et qu’est-ce qui vous fait perdre le plus de temps : essayez de faire marcher le wifi pendant deux heures pour rien, ou, pendant ces deux heures, regarder un film qui traîne sur votre étagère depuis des mois ?

Ce que vous auriez pu faire: vous auriez pu envisager une carrière en tant qu’expert wifi chez Free ou Virgin. A part ça, il n’y a rien que vous auriez pu faire. Ce n’est pas de votre faute, et il se pourrait bien que ça ne soit la faute de personne.

Bref, dans tous ces cas, ce ne sont pas les événements que vous devez changer pour être moins stressé et plus heureux. Ce que vous devez changer, c’est votre système de pensée.

Est-ce que, comme moi, vous pensez ou parlez constamment en utilisant des mots tels que : “devoir” (“je dois toujours”, “nous devons”, “cela devrait”…), “il faut absolument” ? Alors il y a sûrement quelque chose de tout à fait irréaliste là-dedans.

C’est bien d’avoir des idéaux. C’est terrible de penser que vous n’êtes qu’une incarnation de l’échec si vous ne pouvez pas toujours faire en sorte qu’ils marchent.

Exemple: le wifi devrait marcher.

Non.

Dans un monde idéal (enfin on se comprend…), le wifi marcherait tout le temps. Mais ce qu’on vit, c’est la réalité. Parfois, il ne fonctionne pas. Alors quel est le meilleur moyen de gérer ça ? Rester accroché à sa croyance, ou lâcher prise?


Un autre exemple: les gens devraient toujours êtres bons les uns envers les autres.

Attends, j’adorerais ça moi aussi!

Mais malheureusement c’est irréaliste. Dans un monde ideal, les gens serait toujours bons les uns envers les autres. Mais le fait est qu’ils ne le sont pas. Alors qu’est-ce qui vous rendrait le plus heureux ? Vous accrocher à cette croyance et être déçu quasiment tous les jours, ou montrer un peu plus de flexibilité, et ainsi être mieux préparé quand ça arrive ? Quand on accepte le fait que ça va arriver, on développe des stratégies pour le gérer au mieux ensuite, je vous le garantis…

Je publierai d’autres posts à ce sujet. Mais personnellement, transformer les impératifs catégoriques en conditionnels modérés a changé ma vie. Je ne pense plus que tout doit être parfait. Je pense que c’est bien si ça l’est, mais ça ne l’est pas. Alors je trouve des moyens pour gérer ça au mieux.


Dernière chose avant que je m’en aille : est-ce que ce post parle de ne pas assumer la responsabilité de nos actions ? Pas du tout. J’écrirai bientôt un billet sur le fait de faire des erreurs, d’ailleurs, et aussi sur les opinions politiques…

Lâcher prise face à des croyances rigides ne signifie pas tout accepter. Ça signifie avoir une éthique, mais développer des moyens de gérer la réalité également. Si vous n’êtes pas en retard au travail parce que votre bus était en retard, mais parce que vous n’avez pas entendu le réveil, en effet, c’est de votre faute. Mais encore une fois, il y a deux manières de le voir.

Première option : je suis un incapable, je devrais toujours entendre mon réveil, personne d’autre que moi n’a jamais ignoré son réveil dans toute l’histoire de l’humanité, et si je ne me lève pas à l’heure alors mon entreprise fera moitié moins de profit que les années précédentes…

Deuxième option : dans un monde idéal, j’entendrais mon réveil. Mais je ne l’ai pas entendu, et je suis suffisamment frustré, si bien que si je reste frustré ainsi je risque de ne pas avoir une attitude très professionnelle au travail… Oublions ça pour le moment, que je puisse me concentrer sur les tâches à effectuer ce jour. Ce soir, quand je serai chez moi, je ne m’accuserai pas, mais j’essaierai de comprendre ce qui s’est passé. Si mon corps a besoin de plus de sommeil, il y a une raison. Est-ce que ça n’est arrivé qu’une fois, ou est-ce que ça arrive régulièrement ? Est-il probable que cela arrive dans un futur proche, et pour quelle raison ? Enfin, je verrai s’il y a quelque chose que je dois changer. Mais je ne peux changer ce qui s’est déjà réalisé.


Soyez responsable, mais ne vous accusez pas sans cesse pour chaque erreur que vous faites et, pire encore, pour des faits dont vous n’êtes pas même les responsables.

Top

Existence as an asymmetrical experience

french flag pastel

As explained in this blog already, I’ve decided to publically admit the fact that I’ve suffered from very severe OCD, and that I still suffer from it to a smaller degree. However, I realise that admitting something publically doesn’t make it any clearer. It is, above all, a statement against the stigma surrounding mental health issues. But to truly tackle this stigma, maybe I should go deeper into what it meant – and still means, for me, to have OCD.

Of course, you won’t ever see me pretending that my attempts at describing this mental disorder are the best ones – nor the right ones. As usual with these things, there are as many ways of describing OCD as there are sufferers in the world. But I’ll try to take part in the discussion for two main reasons. The first reason is that if you suffer from OCD, hopefully you’ll remember that you’re not alone, and that there’s no shame in it. Only pain. And that help does exist. The second reason relates to those not suffering from OCD. Because I hope that after this short text, you’ll be better able to understand what it means when one of your friends asks you for the thirtieth time: “are you sure I switched the lights off?” with a real look of despair on their face.

Suffering from OCD is having this perpetual feeling that things are not quite right. And it’s uncomfortable. And it’s scary. And you feel stupid because on some level, you know that things ARE right, but your brain just doesn’t want to accept the idea, and to finally let it go. You keep thinking about your discomfort over and over, and as expected, it gets even more uncomfortable.

If I could use a metaphor to describe it, I’d say that for me, having OCD is having half of my body perpetually soaking wet, while the other half is perfectly dry. I’m sure you know the feeling. For instance, you’re walking by a river, and suddenly you lose your balance and stumble. You fall into the river just enough to have one leg soaking wet. Now I’m asking you: how many of you, in such a case, think that it would be better to actually have both legs soaking wet at the same time? How many of you would like to put both their legs in the water, as to feel right? It’s extremely uncomfortable being asymmetrical…

I have this feeling every day, at any time, to various degrees.

Care for examples? I will give them in the past tense, but I will still give them to you.

If I went to bed and felt like I hadn’t closed my eyes at exactly the same time, I needed to open and close them again, until it felt right. Sometimes I would need to repeat the process for a few minutes.

If I was in bed lying on one side, it was also rather common that I’d suddenly think: ‘I need to lie on the other side right now to make things square!’ And if for any reasons I couldn’t do it immediately, it drove me crazy. It really did.

This asymmetrical curse also invaded my body and mind with numbers. I don’t know if that’s because I used to dance, but my magic number was 4. In my mind, it always went like this: 1, 2, 3, 4 and 1, 2, 3, 4 and 1, 2, 3, 4… I needed to count to myself. Most of the time, until I had reached four. Or until I had reached four four times. And so it went…

Let’s say I shut a door, for instance. If for any reason I needed to open it again, then I started to panic. Because if I opened it again, it would only make 2 (= I would have had touched the door two times). So when I closed it, it will only make 3… And the 4, the magic, perfect 4 would be missed. So the door couldn’t align perfectly with the walls and the other doors, and maybe it would not even be locked properly, and maybe etc…

Or if I repeated something. Then I needed to find a subtle way to repeat it 2 more times, so that it would make 4 (= I would have said the same thing four times).

Any checking had to be accompanied by this series of numbers: 1, 2, 3, 4. If anything else grabbed my attention while doing it, I had to start again. For instance, if I was… thinking. Yes, you know, when you do something and at the same time, you think: ‘oh, I must remember to go to the post office’. Then I needed to start again. 1, 2, 3, 4.

These were – still are – compulsions. The ‘C’ of OCD. I didn’t do them just because I wanted to. But because I was terrified that if I didn’t, something bad would happen. And of course, it would be my fault.

That’s where obsessions – the ‘O’ of OCD – come into the whole picture.

The lingering fear of hurting someone. The dreadful scenes depicted in my mind. The guilt of being responsible for such thoughts.

At my worst, I could check the road I had walk on four times to make sure I didn’t injure anyone on the way. In a car that’s more understandable, perhaps.

Then I must tell you: I don’t drive. Because every time I drive, I need to drive the exact same way again to check that I didn’t kill anyone on my way… Which, of course, leads me to go check again. And so on and so forth.

I’ve also done this a lot while walking. Particularly when I’d seen kids and babies. Probably because I really loathe the fact that some pieces of shit really do hurt children. Anyway, if I was walking in the street and passing by a child, I had to then find a pretext to pass by him again to check that I didn’t hit him… Yes. I was afraid I would have hit him without noticing. Just as in a car: I was afraid I would have killed twenty people while driving, without ever noticing them.

All in all, I checked various things hundreds of time. It led me to have fewer social activities. It’s a bit weird to always be forty minutes late because you need to check the gas, the lights, the door, and the passers-by. This consistent lateness made me feel even more guilty. So I got into the habit of cancelling things. And when I moved, I decided to no longer make friends. So that I wouldn’t have to hide this from anyone. Smart move, isn’t it? I was suffering from OCD and alone. I’ve really had hit the jackpot!


Things are a lot better now, and within the coming weeks I’ll try to explain which exercises really helped me to finally live a normal life, and stop devoting entire nights to feeling devastated by guilt and worry. But in the meantime there are three things I want to say.

Firstly, I know that it can be difficult for people around us. But telling someone with OCD: “are you dumb or what? Can’t you see that the light’s switched off?” is absolutely useless. You could have said this to me a thousand times, I’d still have wanted to check. It’s not that I wouldn’t have trusted you. It is that I didn’t trust myself, my own senses. You have to re-educate your brain. It has to find new connections, to think differently. It’s possible, but it takes time.

Secondly, I need to emphasize that living with OCD is possible too. Let’s face it: I’ll never be someone without OCD. Because there’s something in my personality that is too strongly connected to this shit. – Did I mention that I am a perfectionist? – For years, that’s why I didn’t seek help. Because I was thinking: ‘well, if you can’t cure OCD, then what’s the point of going through all the trouble?’ Well, the point is that you can live. Of course these days I’m still worried about doors, lights, gas, windows, exits, flames, people, cars… But I go out. I can finally go out. I’ve even started to work again! And of course I struggle. The other day, I so badly wanted to check something that I had already checked that I had to sit for several minutes, praying for my brain not to explode. But then I felt better. I said to myself: no, you won’t check. And I didn’t. It took me three days to accept it. During these three days, I still wanted to check again… It woke me up at night. But now I know this in itself is an achievement: I haven’t checked again. I might have cried in the street because I thought that a pen would cause flames to spread throughout the town. And yes, it’s still OCD. But I haven’t checked again.

Thirdly, I want to say that if you suffer from any sort of mental health issues, remember that there’s an incredible amount of things that you can change just by diminishing the intensity of your worries. Do seek help. Whatever the form of this help. Please do ask for help.


OCD is still an important part of me. But it’s no longer controlling my every move. I couldn’t be more grateful.

So dear asymmetry, let me most sincerely send you to hell.


L’existence, cette expérience asymétrique

Comme je l’ai déjà expliqué sur ce blog, j’ai décidé d’admettre publiquement que j’avais souffert de TOC très sévères, et que j’en souffre encore à un moindre degré. Cependant, je réalise bien qu’admettre quelque chose publiquement ne rend pas la chose plus claire. C’est avant tout une manière de lutter contre la stigmatisation qui entoure ces questions de santé mentale. Mais pour s’en prendre réellement au stigma, peut-être faudrait-il que je m’enfonce davantage dans ce que cela a signifié (et ce que cela signifie) pour moi d’avoir des TOC.

Bien sûr, vous ne m’entendrez jamais prétendre que mes tentatives de description de ce trouble mental sont les meilleures ou les plus justes. Comme d’habitude pour ce genre de choses, il y a autant de manières de décrire les TOC qu’il y a de personnes qui en souffrent dans le monde. Mais je vais prendre part à la discussion pour deux raisons. La première, c’est que si vous souffrez aussi de TOC, peut-être peut-on espérer que vous vous souviendrez que vous n’êtes pas seuls, et qu’il n’y aucune honte là-dedans. Seulement de la douleur. Et que l’aide existe, quelque part. La seconde raison concerne ceux qui ne souffrent pas de TOC. Parce que j’espère qu’après ce court texte, vous serez mieux à même de comprendre ce que ça signifie, quand un(e) de vos ami(e)s vous demande pour la trentième fois : « t’es sûr(e) que j’ai éteint la lumière ? » avec un regard désespéré.

Souffrir de TOC, c’est avoir en permanence le sentiment que les choses ne sont pas exactement comme il faut. On ne se sent pas bien. Et c’est effrayant. Et on se sent idiot parce qu’à un certain niveau, on sait bien que les choses sont en fait comme il faut, mais notre cerveau refuse d’accepter cette idée et de passer à autre chose. Avoir des TOC c’est penser constamment qu’on ne se sent pas bien, encore et toujours, et comme on pourrait s’y attendre, on se sent alors encore moins bien.

Si je pouvais recourir à une métaphore pour le décrire, je dirai que pour moi, avoir des TOC c’est comme avoir la moitié de mon corps trempé en permanence, alors que l’autre moitié est parfaitement sèche. Je suis sûre que vous voyez ce que je veux dire. Par exemple, vous marchez le long d’une rivière, et soudain vous perdez l’équilibre et vous trébuchez. Vous tombez dans la rivière juste assez pour avoir une jambe complètement trempée. Maintenant je vous le demande : combien d’entre vous, dans ce cas, pensent qu’il serait mieux, finalement, d’avoir les deux jambes trempées en même temps ? Combien d’entre vous tremperaient l’autre jambe dans l’eau, histoire de se sentir mieux ? C’est vraiment une sensation désagréable d’être asymétrique…

Je ressens ça tous les jours, tout le temps, à des degrés divers.

Des exemples, ça vous dit? Je les donnerai au passé, mais je vous les donnerai quand même.

Si quand j’allais au lit j’avais l’impression que je n’avais pas fermé mes paupières exactement au même moment, j’avais besoin de rouvrir les yeux, et de les refermer, jusqu’à ce que je sois sûre de l’avoir fait comme il faut. Parfois je devais répéter ce processus pendant plusieurs minutes.

Si dans mon lit j’étais couchée sur le côté, il était également courant que je pense tout à coup : « il faut absolument que je me couche de l’autre côté immédiatement pour que les choses soient équitables ! » Et si pour une raison ou pour une autre je ne pouvais pas le faire dans l’instant, ça me rendait folle. Vraiment.

Cette malédiction de l’asymétrie a aussi envahi mon corps et mon esprit de ses chiffres. Je ne sais pas si c’est parce que je dansais, mais mon chiffre magique était le 4. Dans ma tête, ça faisait toujours : 1, 2, 3, 4 et 1, 2, 3, 4 et 1, 2, 3, 4… Je devais compter en moi. La plupart du temps, jusqu’à ce que j’atteigne quatre. Ou jusqu’à ce que j’atteigne quatre fois le chiffre quatre. Et ainsi de suite…

Disons par exemple que j’avais fermé une porte. Si pour une raison ou pour une autre il me fallait la rouvrir, je commençai à paniquer. Parce que si je la rouvrais, ça ferait seulement 2 (= toucher la porte deux fois en tout). Et donc quand je la refermerai, ça ferait 3… Et le 4, ce 4 magique, ce 4 parfait, serait alors inatteignable. Alors la porte ne pourrait être parfaitement alignée au mur et aux autres portes, et peut-être qu’elle ne fermerait même pas correctement, et peut-être que ci ou ça…

Ou quand je répétais quelque chose… Je devais trouver une manière subtile de le répéter encore 2 fois, pour que ça fasse 4 (= que j’aie dit la même chose quatre fois).

Et n’importe quelle vérification devait s’accompagner de cette série de chiffres : 1, 2, 3, 4. Si quoi que ce soit retenait mon attention pendant que je le faisais, il me fallait recommencer. Par exemple, si je… pensais. Oui, vous savez, quand on est en train de faire un truc et qu’en même temps, on se dit : « tiens, je ne dois pas oublier d’aller à la poste ! » Alors il me fallait recommencer. 1, 2, 3, 4.


C’étaient – ce sont toujours – des compulsions. Les compulsions du Trouble Obsessionel Compulsif. Je ne faisais pas ces choses-là juste parce que j’en avais envie, mais parce que j’étais terrifiée par le fait que si je ne les faisais pas, quelque chose d’horrible se produirait. Et que bien sûr, ça serait de ma faute.


C’est là qu’entrent en jeu les obsessions. Ces obsessions du Trouble Obsessionel Compulsif.

La peur incessante de faire du mal à quelqu’un. Des scènes abominables dans ma tête. La culpabilité d’être responsable de telles pensées.

Quand j’étais au pire de mon état, je pouvais vérifier la route sur laquelle j’avais marché jusqu’à quatre fois pour être sûre que je n’avais blessé personne sur mon chemin. C’est peut-être plus compréhensible avec une voiture.

C’est pour ça que je vous le dit : je ne conduis pas. Parce qu’à chaque fois que je conduis, je dois refaire exactement le même trajet ensuite pour vérifier que je n’ai tué personne sur la route… Ce qui me conduit donc, encore une fois, à refaire le trajet pour vérifier… Et ainsi de suite.

J’ai aussi beaucoup fait ça à pied. En particulier quand je voyais des enfants et des bébés. Probablement parce que je vomis ces grosses merdes qui font du mal aux enfants. Bref, si je marchais dans la rue et que je passais à côté d’un enfant, je devais ensuite trouver un prétexte pour repasser à côté de lui pour vérifier que je ne l’avais pas frappé… Oui, j’avais peur de l’avoir frappé sans m’en être rendu compte. Comme dans la voiture : j’avais peur d’avoir tué 20 personnes sur ma route, sans les avoir remarquées.


Ainsi, j’ai vérifié différentes choses des centaines de fois. Ce qui m’a amenée à avoir moins d’activités sociales. Parce qu’en effet, c’est un peu étrange d’arriver toujours 40 minutes en retard parce qu’on doit vérifier le gaz, les lumières, la porte, et les passants. Ce retard constant me culpabilisait encore plus. Alors j’ai commencé à prendre l’habitude d’annuler des trucs. Et quand j’ai déménagé, j’ai décidé de ne plus me faire d’amis. Comme ça, je n’aurais plus à leur cacher ce genre de choses. Intelligent, hein ? Je souffrais de TOC, et j’étais seule. J’avais vraiment gagné le gros lot.

Les choses vont beaucoup mieux à présent, et dans les semaines à venir j’essaierai d’expliquer quels exercices m’ont aidée à vivre une vie normale, et à arrêter de passer des nuits entières à me sentir dévastée par la culpabilité et l’inquiétude. Mais en attendant il y a trois choses que je voudrais dire.

La première, c’est que je sais que cela peut être compliqué pour les gens autour de nous. Mais dire à quelqu’un qui a des TOC : « non mais t’es con ou quoi ? Tu vois bien que les lumières sont éteintes, non ? », ça ne sert absolument à rien. Vous auriez pu me dire ça des milliers de fois, j’aurais toujours eu envie de vérifier. Ce n’est pas que je ne vous aurais pas fait confiance. C’est que je ne me faisais pas confiance à moi, à mes propres sens. On doit ré-éduquer notre cerveau. Il doit se trouver de nouvelles connexions, penser différemment. C’est possible, mais ça prend du temps.

La deuxième chose, c’est que je dois insister sur le fait qu’on peut aussi vivre avec des TOC. Acceptons-le : je ne serai jamais quelqu’un sans aucun TOC. Parce qu’il y a quelque chose, dans ma personnalité, qui est bien trop accroché à cette saloperie. (Ai-je déjà mentionné que j’étais perfectionniste ?) Pendant des années, c’est pour cette raison que je n’ai pas cherché d’aide. Parce que je me disais : « ouais, ben si on ne guérit pas complètement des TOC, pourquoi s’embêter avec des tentatives, franchement ? » Pourquoi ? Ben parce que si on le fait, il est possible de vivre. Bien sûr que même aujourd’hui je m’inquiète pour les portes, les lumières, le gaz, les fenêtres, les sorties, les flammes, les gens, les voitures… Mais je vais dehors. Je peux enfin aller dehors. J’ai même recommencé à travailler ! Et bien sûr que c’est une lutte constante. L’autre jour, je voulais tellement vérifier encore une fois un truc que j’avais déjà vérifié que j’ai dû m’asseoir un moment, priant pour que mon cerveau n’explose pas. Mais ensuite je me suis sentie mieux. Je me suis dit : non, tu ne vérifieras pas. Et je n’ai pas vérifié. Il m’a fallu trois jours pour l’accepter. Pendant ces trois jours, j’ai encore eu envie de verifier… Mais maintenant je sais que ça, en soi, c’est une victoire: je n’ai pas re-vérifié. J’ai peut-être pleuré dans la rue parce que j’ai pensé qu’un stylo pouvait provoquer des flammes qui se répandraient dans toute la ville. Et oui, c’est encore un TOC. Mais je n’ai pas re-vérifié.

Enfin, la troisième chose que je voulais dire, c’est que si vous souffrez d’une quelconque forme de maladie mentale, rappelez-vous qu’il y a énormément de choses que l’on peut faire pour diminuer l’intensité de vos inquiétudes. Cherchez de l’aide. Quelle que soit la forme que prenne cette aide. S’il vous plaît, demandez de l’aide.


Les TOC font toujours pleinement partie de moi. Mais ils ne contrôlent plus chacun de mes mouvements. Je ne pourrais pas être plus reconnaissante.

Alors ma chère asymétrie, laisse-moi simplement te dire que je t’emmerde respectueusement.

Top