Political Dilemmas: OCD Generates Tormented Activists

french flag pastel

As it is the case for many sufferers, OCD is for me very much about guilt. I’ve already talked about this issue, see here for instance.

If I don’t … [please fill in the blanks with seemingly insignificant action], something bad will happen. And if something bad happens, it’s necessarily because I omitted to… [please fill in the blanks with seemingly insignificant action]


My brain even tries to trick me into believing this is rational thinking. If I had checked that light switch 4 times before living the house, I would have left just a bit later, therefore I would have crossed the street maybe 20 seconds later, therefore the whole traffic would have been different, and that car which arrived 1 minute later wouldn’t have been there, therefore it couldn’t have had an accident two hours later because the turn of events would have been radically different.

In other words, If I had checked a light switch 4 times before living the house, the car of a complete stranger, that I don’t know and will never know, wouldn’t have had an accident two hours after passing by me while I was walking in the street.


I don’t deal very well with guilt.

Probably because I’m not afraid to face the notion of responsibility.

I’m responsible for every word I say, every action I make. I don’t easily hide behind circumstances or so-called urges. ‘I couldn’t not say it’, etc. Of course I could not have said it. I just didn’t want to not say it. I don’t shy away from responsibility.

I’m at one end of the spectrum. Some people will never admit that they did what they did. As for me, I’ll admit to have done things I haven’t done, if you say so. And oh, the self-shaming when being harassed or verbally abused… Dealing with guilt and responsibility is not a private issue. It’s political.

Speaking about politics, there’s one area where guilt is particularly tricky.

Because I don’t shy away from the notion of responsibility, I want my behaviour, my thoughts and my speech to be entirely responsible. I mean, fair. I mean, kind. I mean, I’d like to be good people.

So I’ve been interested in all things political from a very early age. I found it crucial to know what I wanted to be defending, and what I wanted to be fighting against. This has little to do with political parties. I’ve always been a lot more involved in daily politics. The way I act on a daily basis. What would be a good thing to do, everyday? What is a responsible action?

However, politics really is a tricky place to feel guilty. Because I resent being unable to fight for absolutely everything I want to fight for. Not on a world-wide basis, but even in my own life. Living an ethical life, helping people, and at the same time standing for ideals I believe in.

That’s the problem with politics. When you’re supporting one thing, many think the rest doesn’t matter to you at all, or that you’re wrong on everything else.

You can witness this at any point in history, but also throughout your own life. Every time you stand up for something, there’ll be someone thinking you’re an asshole. Or at the very least, someone telling you you’re forgetting so many other victims. You’re not being compassionate enough for all the other sides – plural, not singular. I refuse the traditional dichotomy, it’s never the case. There are so many other perspectives.

Anyway. For most people, standing up for something means rejecting everything else.

The sad thing is, part of this is true. When you’re defending one thing, you’re not defending everything at once. Just the one. There may even be contradictions in the very action of standing up for that cause – conflicting principles from your own perspective, perhaps. Because no ‘side’, out of all of these possibilities, will ever represent the complexity of human thinking. Politics is about slogans, is about rhetoric, is about how many characters you can type in a paper article without boring your reader. You have to keep it short. You have to keep it incomplete.

Politics loves short answers and easy-to-explain ideas. It has to be done immediately, and people will react straightaway, all in a very big apology of the far-too-short.

Ideals take time.
They make us good people. They make us assholes, too. Let’s not forget that.


I don’t mean that we shouldn’t have ideals; I’m saying that if you ever want to be involved in any sort of ideological or political debate, you’ll have to accept being an asshole.

Actually, it’s not just about politics.

Look. I try to be ethical.
I live in England. For great friends, I’d be willing to take a flight any time to support them, should they need/want it. Some would think it makes me a friend you can trust. Some would think I’m just being selfishly unethical. Because I accept all consequences of modern comfort for a weekend of friendship, rather than protect the earth from carbon emissions for generations to come. I want to be ethical. Yet it’s true, I’m not. My role in pollution is no secret to me. It’s not even that I don’t know it. I do know it. So of course, for these people, I’m a privileged asshole.

See how OCD can make me literally hate myself for making decisions? I can’t be all good. I can’t.

In every decision you make, there are bad sides (again, plural…) to it. That’s why it’s called making a decision: it’s something to act upon. It’s an action. Therefore it has consequences.

Politics? An OCD nightmare. Because you’ll never be good enough.

If you talk about one issue in particular, people will say you don’t care about other issues.
If you talk about many issues, people will say that you’re all talk and therefore useless, that you need to pick and choose in order to be productive and helpful.

If you defend someone, people will say you’re patronising, because you’re depriving this person of their own story: why are you talking for them? Let them talk!
But if you don’t try to defend them, people will say: you don’t even care what others have to experience! You’re so focused on your individual, meaningless perspective!

If you travel to discover other cultures, people will say you’re exploiting your economic superiority in a postcolonial context…
But if you don’t travel, people will say that you’re narrow-minded, because you’ve never left your own house.

No you’ll never be good enough. There’s no political group that will ever accept you for everything that you are. And yet if you feel like talking about politics, it is, in some ways, to feel that you’re not alone.

The very thing that could make you a group also divides you. And if you’re anything like me, you’ll suffer a lot from this divide. Because there are divisions that you’ve chosen, that you assume entirely, and others that are just imposed on you.



I’m going to take an example: the way we treat animals. Cause I know many animal-lovers. The problem is that they can’t even stand each other.

Some are animal-lovers and own pets. They think they treat their animals right, and therefore offer them an enjoyable life in a welcoming and loving family. Some of these pets have even been rescued. It’s true that without these people, these animals would have been killed.

Some are meat-eaters. But when they see anyone wasting the slightest piece of meat, they go crazy: ‘a living being has been killed for that, so you’re certainly not throwing it away!’ They don’t buy more than they need, and they avoid supermarkets which manage to produce chicken for under £1 the 6 wings.

Some are vegetarians. They don’t eat the flesh of any animals, because they don’t want to be involved in the killing of innocent peaceful beings. They may think that you can’t really say you’re an animal-lover if you eat animals.

Some are vegans. They don’t eat animal flesh, but also refuse any kind of animal exploitation. They don’t drink milk because it means that a cow or goat is being enslaved for life in order to produce a substance that’s only necessary for their own babies anyway.

So who respects animals there? Vegans could think vegetarians have it easy. They’re not protecting animals from exploitation if they still enjoy the great taste of cheese, are they? But vegetarians could say that at least, they’re not meat-eaters. But some meat-eaters could say yes, but I’m against any kind of waste, whereas others are not, and that’s what makes meat-eating a bad thing. Look: they still buy products from such and such unethical shops, whereas I avoid all supermarkets. And they could say: isn’t it worse to have a pet, therefore to think that an animal can be your property for life? At least once an animal has been killed for providing food, it doesn’t have to obey some master for years. The animal-owners who have pet could be very upset by such speech. How can they think owning animals as pets is a bad thing? They protect them, they provide them with everything they need: shelter, food, and love.

It’s complicated. Some meat-eaters volunteer in charities helping animals to have a better life. Some don’t. Because some don’t give a damn about the way animal are treated. But some do. Some meat-eaters try to support human-related causes instead, because they think human beings are the priority. Others will think what matters is the environment. Other thinks that being specist (= thinking that humans are superior to animals in any sort of way) is the very foundation of our bloody society.

I could tell you here what my personal opinion is on the matter… For now, though, I’ll just tell you that this issue in particular has been complicated for me. What action must I take? Some will always consider me an asshole. The question is: what asshole do I want to be?


I’m not who I was two years, or even two months ago. I experience something, and learn from it. I try to make things right, but I know, at the same time, that I’ll always be an asshole from someone’s perspective. Because I’m not good enough, because I’ve been ‘manipulated’, because I’m going to this protest, or because I’m not going, or because I don’t wear the right clothes, or because I should be naked or because I should wear more layers.

I’m not saying: then, let’s do nothing, it would be easier! No. Life’s complicated, and it’s supposed to be. I won’t refuse the complicated part of life, because that would mean refusing life altogether.

That’s why I’ve been thinking, recently, that being political is just like recovering from OCD: you’ll always know that something isn’t quite right. Because it can’t be right for everyone. Some will disagree. So you must accept the reasonable part of guilt and responsibility. The side of you telling you you’re an asshole for trying to make things right, you can say what I say to my four-time-switch-lighting side: well, I can always be held responsible for my decisions. But I’m not responsible for what other people want to think, or do.

Political dilemmas really is the OCD of the masses. I knew we all had something in common.


Dilemmes politiques: les TOC donnent des militants tourmentés

Comme c’est le cas pour beaucoup de gens qui en souffrent, mes TOC sont intimement liés à la responsabilité. J’ai déjà parlé de cette notion, voyez ici par exemple.

Si je ne fais pas … [remplacez les points de suspensions par une action en apparence insignifiante], quelque chose de terrible va arriver. Et si quelque chose de terrible arrive, c’est nécessairement parce que j’ai omis de… [remplacez les points de suspensions par une action en apparence insignifiante]

Mon cerveau essaie même de me faire croire que tout ça, c’est rationnel. Si j’avais vérifié l’interrupteur 4 fois avant de quitter la maison, je serais partie juste un peu plus tard, donc j’aurais traversé la rue peut-être 20 secondes après, et donc tout le traffic aurait été différent, et cette voiture qui est arrivé une minute plus tard ne se serait pas trouvée là, et donc elle n’aurait pas pu avoir d’accident deux heures plus tard parce que la tournure même des événements aurait connu un enchaînement radicalement différent.

En d’autres termes, si j’avais vérifié un interrupteur 4 fois avant de quitter la maison, la voiture d’un parfait inconnu, que je ne connais pas ni ne connaîtrait jamais, n’aurait jamais eu d’accident deux heures après m’avoir dépassée quand je marchais dans la rue.

La culpabilité, c’est un peu dur à gérer pour moi.

Sûrement parce qu’en fait, je n’ai pas peur de faire face à la notion de responsabilité.

Je suis responsable de chaque mot que je prononce, de chaque action que j’entreprends. Je ne me cache pas, de manière facile, derrières les circonstances or les soi-disant envies incontrôlables. « Je ne pouvais pas ne pas le dire », et tout ça. Bien sûr que j’aurais pu ne pas le dire. J’ai juste pas eu envie de ne pas le dire. Je ne fuis pas la responsabilité, elle ne m’effraie pas.

Je suis à l’un des extrêmes de l’éventail de réactions. Certains n’admettront jamais qu’ils ont fait ce qu’ils ont fait. Quant à moi, j’admettrai avoir fait des choses que je n’ai pas faites, si vous le dites. Et oh, cette auto-accusation, cette auto-culpabilisation quand on est harcelée ou agressée verbalement… Gérer la culpabilité et la responsabilité ne relève pas du domaine privé. C’est une question politique.

En parlant de politique, il y a un domaine dans lequel la culpabilité est un problème particulièrement épineux.

Parce que je ne fuis pas la notion de responsabilité, je veux que mon comportement, mes pensées et mes actions soient entièrement responsables. Je veux dire : justes. Je veux dire : bienveillantes. Je veux dire que j’aimerais être quelque de bien, quoi.

C’est pourquoi j’ai très jeune été intéressée par tout ce qui était politique. Je trouvais absolument capital de savoir ce que je voulais défendre, ce contre quoi je désirais me battre. Ça avait très peu à voir avec les partis politiques. Je me suis toujours sentie bien plus concernée par la politique quotidienne. La manière dont je me comportais chaque jour. Ça pourrait être quoi, une bonne chose à faire, tous les jours ? Qu’est-ce qu’une action responsable ?

Cependant, le domaine politique est une domaine où il ne fait pas bon se sentir coupable. Parce que cela me déplaît énormément de ne pas pouvoir me battre pour absolument tout ce pourquoi j’aimerais me battre. Mener une existence éthique, aider les gens, et en même temps représenter les idéaux en lesquels je crois.

C’est le problème avec la politique. Quand tu soutiens une chose, beaucoup pensent que tu te fous de tout le reste, ou que tu as tort sur tout le reste.

Vous pouvez vérifier ça à n’importe quel moment de l’histoire, mais aussi au cours de votre vie. Chaque fois que vous représentez quelque chose, il y aura quelqu’un pour pensez que vous êtes un connard. Ou tout du moins, quelqu’un qui vous dira que vous oubliez toutes les autres victimes. Vous n’avez pas suffisamment de compassion pour les autres côtés – au pluriel, pas au singulier. Je refuse la dichotomie traditionnelle, ça n’est jamais le cas. Il y a toujours une multitude d’autres perpectives.

Bref. Pour la plupart des gens, représenter une chose, ça veut dire rejeter tout le reste.

Ce qui est triste, c’est que c’est en partie vrai. Quand on défend une chose, on n’est pas en train de tout défendre à la fois. On ne défend qu’une chose. Il est même possible qu’il y ait des contradictions dans le fait même de soutenir une cause – des principes contradictoires de votre propre point de vue, peut-être. Parce qu’aucun « côté », parmi toutes ces possibilités qui s’offrent à vous, ne représentera jamais la complexité de la pensée humaine. La politique, c’est une affaire de slogans, de rhétorique, c’est une question de savoir combien de caractères vous pouvez taper dans votre article sans fatiguer votre lectorat. Vous devez faire court. Vous devez faire incomplet.

La politique aime les réponses courtes et les idées faciles à expliquer. Ça doit être fait de suite, et les gens réagiront au quart de tour, tous faisant ainsi l’apologie du beaucoup-trop-court.

Les idéaux prennent du temps.
Ils nous rendent meilleurs. Mais ils font aussi de nous des connards, n’oublions pas ça.

Je ne dis pas que nous devrions ne pas avoir d’idéaux. Je veux dire que si l’on souhaite s’impliquer dans un quelconque débat idéologique ou politique, on doit accepter d’être un connard.

Mais ça n’est pas juste politique.

Regardez. J’essaie d’être une personne éthique.

J’habite en Angleterre. Pour mes amis proches, je serais prête à prendre un avion à n’importe quel moment pour les soutenir, s’ils avaient besoin de moi, ou envie de me voir. Certains penseront que ça fait de moi une amie de confiance. Certains penseront que je suis juste une égoïste non-éthique. Parce que j’accepte toutes les conséquences du confort moderne pour un week-end d’amitié, plutôt que de protéger le globe des émissions carbones pour des générations à venir. Je veux être éthique. C’est vrai, je ne le suis pas. Mon role en tant que pollueuse n’est pas un grand secret. Ce n’est même pas que je l’ignore. Je le sais. Alors bien sûr, pour ces gens-là, je suis juste une connasse de privilégiée.

Voyez comment les TOC m’amènent à me haïr simplement de prendre des décisions. Je ne peux pas tout faire bien. Je ne peux pas.

Dans toutes les décisions que l’on prend, il y a de mauvais côtés (encore une fois, c’est un pluriel). C’est pourquoi ça s’appelle prendre une décision : c’est une action, on a quelque chose à y faire. Ça a des conséquences.

La politique? Un cauchemar plein de TOC. Parce qu’on ne sera jamais assez bien.

Si on parle d’un problème en particulier, les gens diront qu’on se fout des autres problèmes.
Si on parle de plusieurs problèmes à la fois, les gens diront qu’on ne fait que parler, et donc qu’on est inutile, qu’il faudrait choisir une seule chose et se focaliser dessus pour servir à quelque chose.

Si vous défendez quelqu’un, les gens diront que vous êtes condescendants, parce que vous privez cette personne de sa propre histoire : pourquoi parlez-vous en son nom ? Laissez-la parler !
Mais si vous n’essayez pas de defendre cette personne ou ces gens, on dira : tu te fous de ce à quoi d’autres sont confrontés ! T’es tellement préoccupé par ton propre nombril, tu ne vois que ça !

Si vous voyagez pour découvrir d’autres cultures, les gens diront que vous exploitez votre supériorité économique dans un contexte post-colonial…
Mais si vous ne voyagez pas, les gens diront que vous êtes étroits d’esprit, puisque vous n’êtes jamais sortis de chez vous.

Non, vous ne serez jamais assez bien, en effet. Il n’y aura jamais aucun groupe politique qui vous acceptera entièrement pour ce que vous êtes. Et pourtant si vous avez l’envie même de parler politique, c’est, d’une manière ou d’une autre, pour vous sentir moins seul.

La chose même qui pourrait vous unir vous divise. Et si vous êtes un minimum comme moi, vous souffrirez beaucoup de cette division. Car il y a des divisions que vous avez choisies et que vous assumez. D’autres que vous ne faites que subir.

Je vais prendre un exemple: la manière dont nous traitons les animaux. Parce que je connais plein de gens qui aiment les animaux. Le problème, c’est qu’ils ne peuvent pas se voir entre eux.

Certains aiment les animaux et ont des animaux domestiques. Ils pensent qu’ils traitent bien leurs animaux, et donc qu’ils leur offrent une belle existence dans une famille accueillante et aimante. Certains de ces animaux sont mêmes des rescapés de refuges. Il est vrai que sans ces gens, ces animaux auraient été tués.

Certains mangent de la viande. Mais quand ils voient une personne quelconque gaspiller le moindre morceau de viande, ils deviennent verts de rage : « un être vivant a été tué pour ça, alors il n’est pas question qu’il finisse à la poubelle ! » Ils n’achètent pas plus que ce dont ils ont besoin, ils évitent les supermarchés qui parviennent à produire 6 ailes de poulet pour mois d’un euro.

Certains sont végétariens. Ils ne mangent la chair d’aucun animal, parce qu’ils ne veulent pas participer au massacre d’animaux innocents et paisibles. Il arrive qu’ils pensent qu’on ne peut pas vraiment dire qu’on aime les animaux si on les mange.

Certains sont végétaliens. Ils ne mangent aucune chair animale, mais ils refusent également toute exploitation animale. Ils ne boivent pas de lait parce que cela signifie qu’une vache ou une chèvre est réduite à une vie d’esclavage afin de produire une substance qui de toute façon n’est de toute façon nécessaire qu’à ses propres enfants.

Alors qui, ici, respecte les animaux ? Les végétaliens pourraient penser que les végétariens se la coulent douce. Ils ne sont pas vraiment contre l’exploitation animale, hein, s’ils continuent de profiter du bon goût du fromage ? Mais les végétariens pourraient dire qu’eux, au moins, ne mangent pas de viande. Mais ceux qui en mangent pourraient dire oui, mais regarde, je m’oppose au gaspillage, alors que d’autres non, et c’est ça qui fait que manger de la viande est un problème ! Regarde : ils achètent leur nourriture dans des magasins pas du tout éthiques, alors que j’évite tous les supermarchés. Ils pourraient ajouter : est-ce que ça n’est pas pire d’avoir des animaux, et donc de penser qu’il est légitime qu’un animal t’appartienne pour toute sa vie ? Au moins une fois qu’on a mangé l’animal, il n’a pas à obéir à un maître pendant des années. Ce discours peinerait beaucoup ceux qui ont des animaux. Comment peut-on penser qu’avoir des animaux est une mauvaise chose ? Ils les protègent, et leur donnent tout ce dont ils ont besoin : un abri, de la nourriture, de l’amour.

C’est compliqué. Certains mangent des animaux mais sont bénévoles dans des associations de lutte pour la protection animale, pour que les animaux aient des vies meilleures. Certains se foutent complètement de la manière dont on traite les animaux. Certains mangent des animaux et soutiennent des causes humaines, car ils pensent que là est la priorité. D’autres pensent que c’est l’environnement, la priorité. D’autres encore pensent qu’être spéciste (c’est-à-dire penser que l’espèce humaine est supérieure aux espèces animales de quelque manière que ce soit) est au fondement même de notre société sanglante.

Je pourrais vous donner mon point de vue personnel sur le sujet. Pour l’instant, cependant, je dirai juste que cette question a toujours été bien compliquée pour moi. Comment agir ? Il y en aura toujours pour penser que je suis une connasse. La question, c’est : quelle connasse je veux être ?

Je ne suis pas qui j’étais il y a deux ans, ou même deux mois. Je vis quelque chose, et j’apprends de ça. J’essaie de corriger le tir, de faire les choses correctement, mais je sais que dans le même temps, je reste la connasse pour quelqu’un. Parce que je suis pas assez bien, parce que j’ai été « manipulée », parce que je vais à cette manif, ou parce que je n’y vais pas, ou parce que je ne porte pas les bons vêtements, ou que je devrais me mettre à poil ou parce que je devrais empiler plusieurs couches au contraire.


Je ne dis pas : alors ne faisons rien, c’est tellement plus facile ! Non. La vie est compliquée, et c’est ainsi qu’elle sera toujours. Je ne refuserai pas ce qui la rend compliquée, ce serait la refuser tout court.

C’est pourquoi ces derniers temps, je me suis dit qu’avoir des opinions politiques, c’était comme de lutter contre des TOC : vous saurez toujours que quelque chose n’est pas exactement comme il faudrait. Parce que ça ne peut pas être « comme il faut » du point de vue de tout le monde. Certains seront en désaccord. On doit alors accepter la part raisonnable de culpabilité et de responsabilité. Et la partie de vous qui vous dit que vous êtes un connard pour essayer de faire les choses correctement, vous pouvez lui dire ce que je dis à mon côté je-vérifie-quatre-fois-la-lumière : ouais, j’assume toutes mes décisions. Mais je ne suis pas responsable de ce que les autres veulent penser ou faire.


Les dilemmes politiques sont vraiment les TOC des masses que nous sommes. Je savais bien qu’on avait tous quelque chose en commun.

Top

Advertisements

Mistaking decisions for luck

french flag pastel

How many times have I witnessed this?

One or more of your friends are getting ready for a big trip, most likely to a different continent, most likely on their own. They’ve earned for months, sometimes years. They’ve quit their jobs, left the relative stability that comes with a permanent contract. They’ve done extra hours here and there to make it happen. They’ve looked into travel insurance, visa, passport requirements, etc. They’re about to embark on the trip of their lives. They’re happy, excited and scared. They’ve been thinking about it for so long… And then, someone – who probably has the best intentions – comes along, only to say: ‘oh, you’re so lucky!’


I’ve never understood such a statement in that context: ‘You’re so lucky.’

No they’re not. They’re brave, adventurous and they know what they want, that’s what it is. Luck has nothing to do with it.
Sure, some people are luckier than others. Obviously one’s lucky to be able to decide where to go. One can be lucky not to have visa restriction due to geo-politic bullshit. To be healthy enough to not require daily assisted medication. What strikes me, however, is that most of the time, the people saying: ‘you’re lucky’ are just as lucky as the person they’re talking to.

They’re as privileged as them. And by privileged, I mean that they have some of the following characteristics: being white, male, non-disabled, born in a unified country, never having experienced war, or extreme poverty, or daily violence.

I’m one of them. I am lucky. And that’s a very different sort of luck. It’s something I haven’t done anything for, ever. I’ve arrived to the world white, non-disabled and from a Western European country. That’s all it took. Being born there and then.

People talk about luck because that’s reassuring. If I think that someone is having a great life out of luck, I can’t blame myself: there’s absolutely nothing I can do.

When I’m tempted to call someone lucky, I always ask myself: what do you call luck, here? Is it really luck? It can be, when no other factors could have determined it. But if there’s any factor the person has influenced by decision-making, then it’s not luck…

Telling someone who has made many efforts to do something ‘wow, you’re lucky’, it’s a bit like telling them: ‘yeah, in the end, what you do is easy in your position.’ But if that’s so easy, and so desirable, why don’t we all do it, if we are indeed in the same position?

Saying to someone ‘you’re lucky’ really means: I wish I could live like you do.

I can’t quite get something however. You’re saying to your friend who’s getting ready to live in South America for years: ’you’re lucky’. Well, if you think that leaving your job and career stability, saying goodbye to all the people you love and you’re going to miss is luck, then why don’t you do it too?

It can apply to a lot of things.

You’re a teacher – and of course, you’re ALWAYS on holiday. Oh, you’re so lucky.

Well, if you think that having a difficult work-life balance, having to work on weekends and in your tent during the summer, having to pass an extremely difficult and/or long test or degree, dealing with each individual with infinite patience and respect, is luck, then please, by all means, become a teacher.

You work in academia. Or in a powerful company, as an engineer. Or in any high social position in society, whatever the job. You’re so lucky.

Well, if you think luck means not going out for years to study for exams, doing internships where you’re hardly being paid, going from part-time contracts to one-month contracts for years, feeling the constant pressure of million-dollars contracts and objectives, then please be my guest.

Yes, some people are more privileged than others. For instance, the fact that I’m a white girl coming from France made a lot of things really easy for me. I could live in the UK without worrying about pretty much anything. No frequent control by the police, no visa requirement, and positive reactions from most people I’ve met. I wasn’t there to steal their jobs. To them, I was the nice French girl who wanted to go to the pub.

I know many people who’ve made decisions, that others sometimes mistake for luck. To me, they’re just brave people. And not only brave. They’re smart too: they know what they want, so they try to make it happen.

My young brother decided a long time ago he didn’t want to spend his whole life at the workplace, so from the earliest age, he decided that he would work, but not too much. When came the day he had to choose his University degree, he went for one that allowed him to have the time he needed for his hobbies: meeting friends, playing video games, doing sport activities. Because he’s a very clever man, many encouraged him to go for a tougher, higher degree. He would earn more, and get to a manager position. But my brother didn’t want to sacrifice his life for work. He didn’t. And today he’s this incredibly healthy and kind man. Most important of all: he feels good.

Is he lucky? No, he chose wisely.

My older brother didn’t want to go to Uni straight away. He needed to have other experiences before. So he did. He worked for several companies. Not always in relaxing jobs, and some years have been harder than others. Then one day, he decided to go to Uni. It was important for him on many levels, and since I can’t speak for himself I’ll just leave it there… The thing is though, he succeeded. People were really impressed, of course, and he’s felt a real sense of satisfaction and achievement having done this. Although this implied many sacrifices, the first being: attending classes with 20-year old students when society expects you to be all settled down by now. Having a degree never only requires motivation and intelligence, both qualities he had. It may require, here for instance, to go against certain social norms.

Is he lucky? No, he made the decision to go back to school, a decision many wouldn’t make.

Some of my friends have amazing jobs. Or jobs where they earn a lot. Or jobs where they’re basically paid to read and write. Some of my friends/people I know truly have money.

Are they lucky? No. Every day, what they have is the result of all the decisions they’ve made over the years, and that other people didn’t want to make.

Some of my friends travel the world. They meet people from all over the planet. They speak two, three, sometimes five languages. They’ve seen places which never appeared in any movie.

Are they lucky? No, there was always this one day when they chose the unknown rather than the comfortable familiar.

Some of my friends didn’t want to feel submissive. They’ve changed jobs many times, because the concept of hierarchy is not an easy one for them, because there are limits to what they can tolerate from a manager. They’ve ended up with incredible experience, they’ve seen loads of things, and they’re confident in their own value.

Are they lucky? No, they just have clear limits. They admit that having them doesn’t make life easy, and they don’t go for an easy one anyway: they go for a life that suits them.

Some of my friends have great, loving, fun and open-minded partners or lovers. They’ve done what it takes to be with someone as nice as them: they knew how to apologise when they were wrong, they learnt how to make their partner happy, they were willing to compromise.

Are they lucky? No, they don’t own anyone. Their partner or lover can leave any day. If they stay, it’s because they have reasons to stay. – good reasons, I hope, and I think so.

Choosing wisely doesn’t mean making pragmatic choices. If what makes you happy is to never know where to sleep next, that’s okay. Likewise, in order to make decisions, you don’t need to make huge-scale decisions. Deciding of your life doesn’t mean taking a flight to Japan tomorrow for ten years. Maybe it means leaving next to your parents’ house, where you’ve grown up, so that they’ll have time to see their grandkids.

I can’t not repeat it again, because life’s unfair in itself. Some people are luckier than others. That’s a fact. But even then, people still make decisions.

What matter are the decisions you make, and why.

I don’t like to say: ‘you’re lucky.’ I say: ‘wow. Well done. Congrats. I’m really happy for you if you’re happy this way’. Because to win the lottery, I’d have to start buying scratchcards. If I don’t, I won’t feel unlucky when the name of the winner will appear on the television screen. Maybe I’ll want to buy tickets then, but that just how decision-making works…

Oh and because I’d love to buy a flat in New York, to read all in day in Brooklyn, Manhattan, and in a cliché.


Confondre décisions et chance

Combien de fois ai-je été témoin de ça ?

Un – ou plusieurs – amis s’apprête à partir pour un grand voyage, probablement sur un autre continent, probablement tout seul. Il ou elle a économisé pendant des mois, parfois des années. Il ou elle a quitté son travail, laissé la relative stabilité qu’accompagne un CDI. Il ou elle a fait des heures sup’ ici et là pour permettre aux choses de se faire. Il ou elle s’est renseigné(e) sur les assurances voyages, les visas, les règles en matière de passeports, etc. Il ou elle est sur le point de démarrer le voyage de sa vie. Il ou elle ressent de la joie, de l’impatience, de la peur. Il ou elle y a pensé pendant tellement longtemps… Et là, quelqu’un – pourtant sûrement bien intentionné – se ramène, et lui dit : « oh, comme t’as de la chance ! »


Je n’ai jamais compris ce genre de déclaration dans ce contexte : « t’as de la chance ! »


Non, ce n’est pas de la chance qui a mené cette personne ici. C’est son courage, son esprit aventureux, et le fait qu’elle sache ce qu’elle veut. La chance n’a rien à voir là-dedans.

Bien sûr, certains sont plus chanceux que d’autres. Evidemment que quelqu’un a de la chance de pouvoir décider où aller. Quelqu’un peut avoir la chance de ne pas avoir de restriction liée au visa en raison de conneries géo-politiques. La chance d’être suffisamment en bonne santé pour ne pas avoir besoin d’une aide médicale tous les jours. Ce qui me frappe, pourtant, c’est que la plupart du temps, les gens qui disent : « t’as de la chance » ont autant de chance que les gens à qui ils s’adressent.

Ils sont aussi privilégiés qu’eux. Et par privilégiés, j’entends qu’ils ont plusieurs des caractéristiques suivantes : être blanc, être un homme, ne pas être handicapé, être né dans un pays unifié, n’avoir jamais connu la guerre, ni l’extrême pauvreté, ni la violence quotidienne.

Je suis l’une d’entre eux. J’ai de la chance. Et ça, c’est une forme de chance bien différente. C’est une chose pour laquelle je n’ai jamais, jamais rien eu besoin de faire. Je suis venue au monde blanche, pas handicapée et dans un pays d’Europe occidentale. C’est tout ce que ça a nécessité. De naître là, et à ce moment-là.

Les gens parlent de chance parce que c’est rassurant. Si je me dis que quelqu’un vit une vie géniale par chance, je n’ai rien à me reprocher : il n’y a rien que je puisse y faire.

Quand je suis tentée de dire que quelqu’un a de la chance, je me pose toujours la question : qu’est-ce que tu appelles de la chance, ici ? Est-ce vraiment de la chance ? ça peut l’être, quand aucun autre facteur n’a été déterminant. Mais si un facteur a pu être influencé par le processus décisionnel de la personne, alors ça n’est pas de la chance…

Dire à quelqu’un qui a fait énormément d’efforts pour faire quelque chose : « whaou, t’as de la chance », c’est un peu comme leur dire : « ouais, finalement, ce que tu fais c’est facile quand on est à ta place ». Mais si c’est si facile que ça, et si attractif, pourquoi est-ce qu’on ne le fait pas tous, si on est de fait dans une position similaire ?

Dire à quelqu’un “t’as de la chance” signifie: j’aimerais vivre comme toi.

Il y a quelque chose que je ne comprends pas, cependant. On dit à un ami qui s’apprête à vivre en Amérique du Sud pendant des années : « t’as de la chance ». Mais si on pense que quitter son travail et la stabilité qui va avec, dire au revoir à tous les gens qu’on aime et qui vont nous manquer, ça n’est que de la chance, pourquoi on ne le fait pas tous ?

Ça peut s’appliquer à plein de choses.

Tu es professeur. Et bien sûr, tu es TOUJOURS en vacances. Oh, t’as tellement de la chance.

Okay. Alors si vous pensez qu’avoir une frontière floue entre travail et vie privée, devoir travailler les week-ends et sous votre tente l’été, devoir passer un concours ou un diplôme long et/ou difficile, devoir trouver pour chaque individu suffisamment de patience et de respect , c’est de la chance, alors je vous en prie, devenez professeur.

Tu travailles à la fac. Ou dans une entreprise puissante, où tu es ingénieur(e). Ou dans n’importe quelle haute position sociale, quel que soit le boulot. T’as tellement de la chance.

Okay. Alors si vous pensez qu’avoir de la chance, c’est ne pas sortir pendant des années pour reviser pour ses examens, faire des stages où on est à peine payé, aller de contrat à temps partiel en CDD d’un mois, ressentir constamment la pression de contrats et d’objectifs qui pèsent plusieurs millions d’euros, alors, je vous invite chaleureusement à faire la même chose.

Oui, certains ont plus de chance que d’autres. Par exemple, le fait que je sois une femme blanche, venant de France, a rendu bien des choses plus faciles pour moi. J’ai pu habiter au Royaume-Uni sans trop me soucier de quoi que ce soit. Pas de contrôles policiers fréquents, pas de nécessité de visa, et des réactions positives de la part de la plupart des gens que j’ai rencontrés. Pour eux, je n’étais pas là pour voler leur travail. Non, j’étais la gentille Française qui voulait aller au pub.

Je connais beaucoup de gens qui ont pris des décisions que d’autres prennent souvent pour de la chance. Pour moi, ce sont juste des gens courageux. Et pas seulement. Des gens intelligents, aussi, qui savent ce qu’ils veulent, et qui font ce qu’il faut pour y arriver.

Mon petit frère a décidé il y a longtemps déjà qu’il ne voulait pas passer sa vie sur son lieu de travail, alors, dès son plus jeune âge, il a décidé qu’il travaillerait, mais pas trop. Quand est venu le jour de choisir ses études supérieures, il a choisi une voie qui lui permettait d’avoir du temps pour ses différents loisirs : voir ses amis, jouer à des jeux vidéos, faire du sport. Parce que c’est un homme brillant, beaucoup l’ont encouragé à se lancer dans un diplôme plus exigeant, plus élevé : il gagnerait plus, et finirait dans une position de directeur. Mais mon frère ne voulait pas sacrifier sa vie pour son travail. Alors il ne l’a pas fait. Et aujourd’hui, mon jeune frère, c’est cet homme incroyablement équilibré et gentil. Et surtout : il se sent bien.

Est-ce qu’il a de la chance ? Non, il a choisi avec sagesse.

Mon grand frère n’a pas voulu aller à la fac directement. Il avait besoin de vivre d’autres expériences d’abord. Alors il les a vécues. Il a travaillé pour plusieurs entreprises. Pas toujours pour des boulots relaxants, et certaines années ont été plus dures que d’autres. Et puis un jour, il a décidé d’aller à la fac. C’était important pour lui à plusieurs niveaux, et comme je ne saurais parler en son nom, je n’en dirai pas davantage. Mais le fait est qu’il a réussi. Les gens ont été très impressionnés, bien sûr, et il a ressenti un vrai sentiment de satisfaction et d’accomplissement en faisant ça, même si cela a impliqué des sacrifices, le premier étant d’assister à des cours au milieu d’étudiants de 20 ans quand la société attend de toi que tu sois déjà installé dans la vie, à ton âge… Un diplôme ne demande jamais que de la motivation et de l’intelligence, deux qualités que mon frère avait déjà. Ça peut demander, comme ça l’a demandé dans ce cas par exemple, d’oser se confronter à certaines normes sociales.

Est-ce qu’il a de la chance ? Non, il a pris la décision de retourner à l’école, une décision que beaucoup ne prendraient pas.



Certains de mes amis ont des boulots géniaux. Ou des boulots où ils gagnent beaucoup d’argent. Ou des boulots où on les paie, grosso-modo, à lire et écrire. Certains de mes amis ont vraiment de gros moyens financiers.

Est-ce qu’ils ont de la chance ? Non. Tous les jours, ce qu’ils ont, c’est le résultat de toutes les décisions qu’ils ont prises au cours des années, et que d’autres n’auraient pas voulu prendre.

Certains de mes amis parcourent le monde. Ils rencontrent des gens venant de partout. Ils parlent deux, trois, parfois cinq langues. Ils ont vu de leur yeux des lieux qu’on n’a jamais vus dans aucun film.

Est-ce qu’ils ont de la chance ? Non. Il y a toujours eu ce jour où ils ont choisi l’inconnu, plutôt que le cadre familier rassurant.

Certains de mes amis ne voulaient pas se sentir soumis. Ils ont changé de boulot de nombreuses fois, parce que le concept de hiérarchie n’est pas facile à accepter pour eux, parce qu’il y a des limites à ce qu’ils peuvent tolérer de la part d’un supérieur. Ils ont fini par avoir une expérience immense, ils ont vu plein de choses différentes, et ils ont confiance en leur propre valeur.

Est-ce qu’ils ont de la chance ? Non, ils ont juste des limites claires. Ils admettent que ces limites ne leur rendent pas la vie plus simple. Ce qui tombe bien, car ça n’est pas une vie simple qu’ils recherchent, mais une vie qui leur conviennent.

Certains de mes amis sont avec des partenaires ou des amants géniaux, aimants, marrants et ouverts d’esprit. Ils ont fait ce qu’il fallait pour être avec des gens si chouettes : ils ont su s’excuser quand ils avaient tort, ils ont appris à rendre l’autre heureux, ils ont été prêts à faire des compromis.

Est-ce qu’ils ont de la chance ? Non. Ils ne possèdent définitivement personne. Leur partenaire ou amant peut s’en aller à tout moment. S’ils restent, c’est qu’ils ont des raisons de rester. De bonnes raisons, j’espère, mais je pense que oui.

Choisir avec sagesse ne signifie pas faire des choix pragmatiques. Si ce qui vous rend heureux c’est de ne pas savoir où vous dormirez la nuit prochaine, pas de souci. Dans le même ordre d’idée, prendre des décisions ne signifie pas prendre des décisions à l’échelle planétaire. Décider de votre vie ne veut pas dire prendre un avion pour le Japon demain, et y rester dix ans. Peut-être que pour vous, ça serait d’habiter à côté de la maison de vos parents, ou vous avez grandi, pour qu’ils voient grandir leurs petits-enfants.

Je ne peux pas ne pas le répéter, parce que la vie est injuste en elle-même. Certains ont plus de chance que d’autres. C’est un fait. Mais même dans ces cas-là, les gens prennent des décisions.

Ce qui compte, ce sont les décisions qu’on prend, et pour quelles raisons on les prend.

Je n’aime pas dire : « t’as de la chance ». Je dis : « Whaou. Bien joué. Félicitations. Je suis vraiment heureuse pour toi si ça te rend heureux. » Parce que pour gagner au loto, il faudrait déjà que j’achète un billet pour y jouer. Si je n’en achète pas, je ne me sentirai pas malchanceuse quand mon nom n’apparaîtra pas sur l’écran. Peut-être que j’aurais envie d’acheter des billets, à ce moment-là, mais ça, c’est juste la manière dont marche le processus de décision…

Oh et aussi parce que j’adorerais m’acheter un appartement à New York, pour lire toute la journée à Brooklyn, à Manhattan. Dans un cliché, quoi.

Top

The Power of Absence

french flag pastel

I haven’t been online much lately. Not because I didn’t want to, but because depression has also taught me this: ubiquity isn’t a superpower. It’s a ludicrous ambition that I no longer want to fulfil.

One can easily understand why being everywhere at the same time seems like an interesting perspective. To me, for instance, it’s because if it were possible, I could be with all the people I love every day. People would say that weddings have been invented precisely for that purpose… Except that in my idea of ubiquity, you see, there’s neither feeling of guilt nor obligation, there’s neither social convention nor family pressure. Only all the people I love, and they all magically get along.

So many of us are trying to be everywhere at once. And yet, being able to be absent is one of our greatest privileges.


Too often absence is considered a pain. It means death, it means deficiency, it means being all alone, it means lacking something essential and being scared. But absence might well be the strongest form of commitment: in order to help someone, you need to be absent for many others; in order to truly assist the people you cherish, others will have to miss you for a while; in order to live a longer life, you’ll probably have to face, sadly, the death of lovely friends and parents; To figure out what you really want, and who you truly are, you’ll need to be on your own, albeit spiritually, for some time.

And to truly live these moments, to be there when you need, you may have to forget everything else. Yes, everything else. There are times you need to leave all fears and hopes behind. Why hopes? This is not a pessimistic statement. Not at all. Hopes, just as fears, must be left behind sometimes, so that we can genuinely focus on what we have, and find a way to enjoy it.


I know, dreaming is wonderful. It helps us all to hope that things are going to get better. Sometimes, however, they don’t. Again, I’m not being pessimistic, I’m being honest. In that case, when things don’t turn out to be better, what do you think would be best? To remember when things were great, or when things were… well… just about okay, because we were dreaming of something else?

Being absent can be one of the strongest forms of presence. Not hoping for anything better can be the more hopeful feeling ever. And I can’t believe my last sentences sound so much like an extract of a reduced-priced self-help book. I may well turn into a pink unicorn very soon. Watch this space…


Le pouvoir de l’absence

Dernièrement, je n’ai pas beaucoup été sur internet. Pas parce que je n’en avais pas envie, mais parce que la dépression m’a aussi appris ceci: l’ubiquité n’est pas un superpouvoir. C’est une ambition absurde que je ne cherche plus à réaliser.


On peut aisément comprendre pourquoi être partout au même moment semble une perspective intéressante. Pour moi, par exemple, c’est parce que si c’était possible, je pourrais être avec tous les gens que j’aime tous les jours. Les gens vont dire que les mariages ont justement été inventés pour ça… A part que dans mon idée de l’ubiquité, voyez-vous, il n’y a ni sentiment de culpabilité ni obligation, et il n’y a ni convention sociale ni pression familiale. Juste les gens que j’aime, et, comme par magie, ils s’entendent tous merveilleusement bien.

Tant d’entre nous essaient d’être partout à la fois. Pourtant, être capable d’être absent est l’un de nos plus grands privilèges.

Trop souvent l’absence est vue comme une douleur. Elle signifie la mort, elle signifie une carence, elle signifie être tout seul, elle signifie qu’il nous manque quelque chose d’essentiel, elle signifie avoir peur. Mais l’absence pourrait bien être l’une des formes d’engagement les plus concrètes : pour aider quelqu’un, on doit se rendre absent pour beaucoup d’autres. Pour véritablement porter assistance aux gens que nous chérissons, on doit manquer à d’autres pendant un moment. Afin de vivre une vie plus longue, on doit malheureusement probablement faire face à la mort de formidables amis et parents. Pour définir ce que l’on veut vraiment, et qui l’on est réellement, on doit être seul, ne serait-ce que spirituellement, au moins pour un temps.

Et pour véritablement vivre ces moments-là, pour être là quand on en a besoin, il nous faut peut-être oublier tout le reste. Oui, tout le reste. Il y a des moments où l’on doit laisser toute peur et tout espoir derrière nous. Pourquoi tout espoir ? Ceci n’est pas un point de vue pessimiste. Pas du tout. Les espoirs, tout comme les peurs, doivent être laissés derrière parfois, pour que l’on puisse entièrement se concentrer sur ce que l’on a, et savoir comment en profiter.

Je sais bien que rêver, c’est merveilleux. Et ça nous aide tous d’espérer que les choses iront mieux. Parfois, cependant, ça n’est pas le cas. Encore une fois, je ne suis pas pessimiste, je suis juste honnête. Dans ce cas-là où les choses ne s’arrangent pas, à votre avis, c’est quoi le mieux ? De se souvenir comme les choses étaient géniales, ou comme les choses étaient… bof… à peu près bien, parce qu’on rêvait alors à autre chose ?

Etre absent peut être l’une des plus puissantes formes de présence. Ne pas espérer quelque chose de mieux peut être un sentiment rempli d’espoir. Et je n’arrive pas à croire à quel point ces dernières phrases ont l’air issues d’un livre de développement personnel en réduc. Je pourrais bien me transformer en licorne rose prochainement. Affaire à suivre…

Top

Open-mindedness

french flag pastel

It’s really tempting to look for clear, external signs of open-mindedness in people. Actually, it’s even more tempting to define yourself as open-minded, so that you can use your own characteristics as the standard on which any subsequent assessment will be made. How convenient! Because who, apart from conservative leaders perhaps, don’t like to picture themselves as open-minded?

When I was a child, I believed that travelling automatically made people more open-minded. It seemed obvious. You go to new places, meet new people, open yourself up to new cultures. I’m sorry to admit that at that time, I equally thought that anyone who hadn’t travelled was necessarily less open-minded that someone who had.

This naive prejudice is all the more important since I belong to the Ryanair generation. For instance, as a very young adult, I’ve flown to – and back from – Scotland or Italy for around fifteen euros.

Abroad, I met my peers. The Ryanair-generation individuals. Of course we were convinced that we knew what ‘real life’ meant – it meant doing like us. So when travelling, we talked about all these sad people, never leaving their native town, condemned to an eternal boring routine we’d never experience, as we were en route for our exciting adventure. How many times have I heard, during these trips, tourists – because yes, that’s what we were – say: “Nah, I don’t like that place you see… Too many tourists…” ?

I travelled a little. I lived abroad, too. Which is not the same thing, by the way.
Now I definitely see my young self as a young privileged arrogant. But I guess the arrogance you show at that age is the one you need to form your own opinion. If I wasn’t so sure I was right, I wouldn’t have travelled. I’m glad I’ve travelled. To find out just how wrong I was.

Here’s some basic knowledge about travelling and open-mindedness: yes, travellers can be awesome people, and I’ve met many great travellers. This can be said of expatriates too. Sadly, however, travellers and expatriates can also be real assholes. It has to be said: some travellers and expatriates are more narrow-minded than self-declared racist sectarians who would never set a foot outside of their fence.

So why was I so wrong?

Well, firstly, because I was a lucky young arrogant. Of course it’s fun to visit other countries when no disability whatsoever prevent you from going anywhere you want, when you have enough money to go back home whenever you want, when your life’s not at risk. Because travelling has become somehow trendy, many don’t see the difference between someone living on the road and someone (like me) who travelled mostly for leisure, having a stable base somewhere. Anytime I used ‘should’, as in ‘people should travel more’, I obviously forgot that not everyone could.

Secondly, travelling doesn’t mean that you know anything about the country you’re visiting. Yes, it’s true: people travel. And what do they do? (me included – I’m not pretending I’m any better.) They probably stay in the same area for two weeks, taking pics for their friends, buying souvenirs and never speaking to a local. Oh, yes, sometimes they speak to locals… To tell them how wrong they are. Or to see how poor they are, and feel even richer when they go back home.

The travelling prick and slut-shaming: a demonstration

It’d be no mystery for anyone who has walked the streets at night in Ireland, Scotland or England, that women don’t wear the same clothes as women do in France. Let me stop you there: I’m not saying one is better or worse than the other. Quite frankly, I just don’t care, as long as they can wear whatever they want.

The problem is that I’ve heard far too many times French people, men and women alike, comment on these women’s outfits with this sort of eloquent discourse: ‘oh my god, they dress like sluts!’

Just so that there’s no misunderstanding. It’s not that these women wear skirts that really is the issue… It’s that non-standard-looking women ALSO wear whatever they want. Now that’s something the French-normative brain can’t accept. ‘What? Women wearing stuff? We can’t tolerate that. Give me my boundaries back so that I can feel ashamed of my own body by insulting others!’

Let’s not be naive however. I’m not saying that there’s no social judgement at all there. I’m saying that when it comes to clothes and style especially, as well as gender-stereotypes, we’re so much behind in France that I’m in no rush of getting back there.

Please let me set you the scene, so that you get an idea of what I’m talking about.

I’m 22 at the time. I just arrived in Ireland a few days before. I go out, order my first Guinness with a guy I met in Dublin when it was pouring rain, on my first day. We danced the night away. It was nice. It was also six in the morning.
Two days later, in that pub, I’m so impressed. I’m the only one wearing a casual outfit. In fact, I’m the only woman wearing jeans and no make-up. Women wear yellow dresses, glittery skirts… And just when I was thinking: great! that’s one thing I’m not used to!, I hear a French voice behind me : “Oh putain, regarde-moi toutes ces salopes! Et elles boivent en plus! Ben putain si elles faisaient ça en France on les niquerait direct !” [‘Oh fuck, look at all these bitches ! And they drink ! Fuck, if they did that in France, we’d screw them straightaway!’]

I turn around, to see what kind of supra-asshole could say something like that. A very elegant, white, privileged men. The perfect avatar of my Ryanair-generation. Sad story: he wasn’t there for one night. He was there to spend one full year abroad. Now of course he never visited Ireland during that year, but took many pictures to show his children someday. ‘See honey, daddy was so adventurous!’

Obviously, that guy remained convinced that Irish women were all sluts, never questioning his own stupid behaviour and speech. To be fair though, there’s so much to question, I understand it could seem a daunting task. Anyway. That man could have gone abroad looking for a change. He clearly didn’t.

I don’t mind that people like him travel. What I care about, however, is that he’s the kind of people judging others at home for not travelling, when all he knows about travelling is to sit in a plane and wait, and then, in a luxurious room, wait for the room service.

The same goes for people mocking someone’s accent or appearance.

It’s heartbreaking, isn’t it? You can travel the whole world and still be a prick.

Travel doesn’t necessarily change you. I tend to think that it’s a bit like alcohol: it reveals who you really are. It’s just going to be more visible after a sip or two.

Since my very first day in Ireland, for it was the first time I was gone for more than 3 weeks, I decided to forget this clear divide: people who travel = nice open-minded people, people who don’t = narrow-minded sectarians.

Because actually, it goes like this: travel = people. No better or worse than those you already know.

Be ready for no change, other than the ones occurring in yourself.

Thank you for choosing predictedprose airlines, we hope you had a pleasant flight.


Ouverture d’esprit

Il est très tentant de chercher chez les gens des signes extérieurs, visibles, d’ouverture d’esprit. En fait, c’est même encore plus tentant de se définir soi-même comme étant ouvert d’esprit, pour pouvoir ainsi instituer ses propres caractéristiques en standard du genre, ce qui nous permettra de mieux juger les autres par la suite. Comme c’est pratique ! Parce que qui donc, à part des politiques conservateurs, n’aime pas s’imaginer comme étant ouvert d’esprit ?

Quand j’étais enfant, je croyais que voyager rendait automatiquement les gens plus ouverts d’esprit. Le processus me semblait évident. On se rend à de nouveaux endroits, on rencontre de nouvelles personnes, on s’ouvre à d’autres cultures. Je suis désolée d’admettre qu’à l’époque, je pensais de la même façon que quelqu’un qui n’avait pas voyagé était nécessairement moins ouvert d’esprit que quelqu’un qui l’avait fait.

Ce préjugé naïf est d’autant plus important que j’appartiens à la génération Ryanair. Par exemple, en tant que jeune adulte, je suis allée en Écosse ou en Italie pour environ 15 euros.

A l’étranger, j’ai rencontré mes pairs. Les individus de la génération Ryanair. Bien sûr, nous étions convaincus de savoir ce que c’était que la « vraie vie ». Ça voulait dire faire comme nous. Alors en voyageant, on parlait de ces gens si tristes, qui ne quittaient jamais leur ville d’origine, condamnés à une mortelle routine que nous ne connaîtrions jamais, nous qui étions en route pour notre épatante aventure. Combien de fois ai-je entendu, pendant ces voyages, des touristes (car oui, c’est bien ce que nous étions) dire : « Nan, je n’aime pas cet endroit tu vois… Trop de touristes… » ?

J’ai voyagé un peu. J’ai habité à l’étranger, aussi. Ce qui n’est pas la même chose, d’ailleurs.
Maintenant, je considère vraiment mes pensées de l’époque comme celles d’une jeune arrogante privilégiée. Je pense que l’arrogance dont on fait preuve à cet âge est celle dont on a besoin pour former sa propre opinion. Si je n’avais pas été si persuadée d’avoir raison, je n’aurais pas voyagé. Je suis heureuse d’avoir voyagé, justement. Pour me rendre compte à quel point j’avais tort.

Voici quelques connaissances de base concernant le voyage et l’ouverture d’esprit : oui, les voyageurs peuvent être des gens géniaux, et j’en ai rencontré des formidables. Même chose pour les expatriés. Malheureusement, cependant, voyageurs et expatriés peuvent aussi être de vrais connards. Ceci doit être dit : certains voyageurs et expatriés sont plus étroits d’esprit que des racistes sectaires assumés qui ne mettrait jamais un pied hors de leur enclos.

Alors pourquoi est-ce que j’avais tant eu tort ?

Tout d’abord parce que j’étais une arrogante chanceuse. Bien sûr que c’est marrant de visiter d’autres pays quand aucun handicap ne nous empêche d’aller nulle part, quand on a assez d’argent pour rentrer à la maison dès qu’on le souhaite, quand notre vie n’est pas en danger. Parce que voyager est devenu tendance, beaucoup ne font pas la différence entre quelqu’un qui vit sur la route et quelqu’un (comme moi) qui a surtout voyagé pour son loisir, tout en ayant une base stable quelque part. Toutes les fois où j’ai utilisé « devrait », en disant par exemple « les gens devraient voyager davantage », j’oubliais clairement que tout le monde ne le pouvait pas.

Deuxièmement, voyager ne signifie aucunement connaître le pays qu’on visite. Oui, c’est vrai : les gens voyagent. Mais qu’est-ce qu’ils font alors (Moi y comprise, je ne prétends pas être meilleure)? Ils restent probablement au même endroit pendant deux semaines, prennent des photos pour leurs amis, achètent des souvenirs et ne parlent pas aux gens du coin. Ah, si, des fois ils leurs parlent. Pour leur dire qu’ils ont tort. Or pour voir combien ils sont pauvres, et se sentir plus riches encore une fois rentrés à la maison.

L’enfoiré voyageur et le slut-shaming: une démonstration

Cela n’est en rien un mystère pour quiconque a marché dans les rues la nuit en Irlande, en Écosse ou en Angleterre ; les femmes ne portent pas les mêmes vêtements que les femmes en France. Je vous arrête tout de suite : je ne dis pas que l’un est meilleur que l’autre, pour la bonne raison que franchement, je m’en fous complètement, du moment qu’elles portent ce qu’elles veulent.
Le problème, c’est que j’ai entendu beaucoup trop de Français, hommes comme femmes, commenter les tenues de ces femmes avec ce discours fort éloquent : « mon dieu, elles s’habillent comme des salopes ! »

Simplement pour qu’il n’y ait pas de malentendu : ce n’est pas le fait que ces femmes portent des jupes qui pose problème… C’est que les femmes dont l’apparence ne correspond pas aux standards habituels portent aussi ce qu’elles veulent. Et ça, c’est quelque chose que le cerveau normatif français ne peut pas accepter : « quoi ? Des femmes portent des trucs ? On ne peut pas le tolérer. Redonne-moi mes limites pour que je puisse avoir honte de mon corps en insultant les autres! »

Ne soyons toutefois pas naïfs. Je ne dis pas qu’il n’y a pas de jugement social, là. Je dis qu’en ce qui concerne les vêtements et le style vestimentaire en particulier, tout comme en ce qui concerne les stéréotypes de genre, la France est tellement loin derrière que je n’ai aucune envie de précipiter mon retour.

Permettez-moi de vous dresser le décor, pour que vous ayez une idée de ce dont je parle.

J’ai 22 ans à l’époque. Je viens d’arriver en Irlande quelques jours plus tôt. Je sors, commande ma première Guinness avec un gars que j’ai rencontré à Dublin alors qu’il tombait une pluie torrentielle, le premier jour. On a dansé toute la nuit. C’était chouette. C’était aussi six heures du matin.

Deux jours plus tard, dans ce pub, je suis hyper impressionnée. Je suis la seule à porter des fringues décontractées. En fait, je suis la seule femme à porter un jean et pas de maquillage. Les femmes portent des robes jaunes, des jupes à paillettes… Et juste au moment où je me dis tiens, voilà une chose à laquelle je ne suis guère habituée, j’entends une voix française derrière moi : « Oh putain, regarde-moi toutes ces salopes! Et elles boivent en plus! Ben putain si elles faisaient ça en France on les niquerait direct ! »

Je me retourne, histoire de voir quel genre d’enfoiré peut dire un truc pareil. Un homme blanc, très élégant, privilégié. Le parfait avatar de ma génération Ryanair. Triste histoire : il n’était pas là pour une nuit seulement. Il s’apprêtait à passer toute une année à l’étranger. Bien sûr, il n’a jamais vraiment visité l’Irlande cette année-là, mais il a pris beaucoup de photos pour les montrer à ses enfants plus tard. « Regarde, chéri, papa était un vrai aventurier ! »

Évidemment, ce gars est resté persuadé que les Irlandaises étaient toutes des salopes, et n’a jamais questionné son propre comportement, ni son propre discours. Pour être honnête, cela dit, il y a tellement à remettre en question, je comprends que la tâche lui ait paru intimidante. Bref. Cet homme aurait pu partir à l’étranger pour changer. Ce n’était clairement pas le cas.

Je me fiche que des gens comme lui voyagent. Ce qui m’embête, toutefois, c’est qu’il est le genre de personne à juger ceux qui ne voyagent pas, alors que tout ce qu’il connaît du voyage, c’est comment s’asseoir dans un avion et attendre pour, plus tard, installé dans une chambre luxueuse, appeler le room service.

Même chose pour les gens qui se moquent de l’accent de quelqu’un, ou de son apparence.

C’est tragique, non ? On peut faire le tour du monde et rester un beauf.

Le voyage ne nous transforme pas forcément. J’ai tendance à penser que c’est un peu comme l’alcool : ça révèle qui on est vraiment. Car ça devient juste plus visible après une gorgée ou deux.

Depuis mon premier jour en Irlande, comme c’était la première fois que je partais pour plus de trois semaines, j’ai décidé d’oublier cette division : gens qui voyagent = gentils et ouverts, gens qui ne voyagent pas = sectaires étroits d’esprit.
Parce qu’en fait, c’est plutôt comme ça : voyage = gens. Ni mieux ni moins bien que ceux qu’on connaît déjà.

Soyez prêts à ne pas voir d’autres changements que ceux qui s’opèrent en vous-mêmes.

Merci d’avoir choisi Air predictedprose, nous espérons que vous avez fait bon vol.

Top