Vulgarisms

 

french flag pastel

Vulgarism (n., pl. vulgarisms) : What’s beyond the pictures. Or every post that I’ll publish on this blog.

And why vulgarisms, if I may?

Because I believe that there are things we’re not the only ones to experience. Proof is: encounters have taught me everything I know or believe in. And when I say everything, I mean: EVERYTHING. Also because I think that saying this is no breaking news.

Because it doesn’t mean vulgarisation.

Because scientific approaches, whatever they are, are not an easy thing for me to deal with.

Because what I’m writing in this blog might not be true.

Because the moments I’ve learnt the most were certainly when my brain was the most messed-up.

Because at times I’m using rude expressions. Because I use swear words even when it’s not a real requirement, and I’m not even ashamed. Because I’ve been taught that it was so ugly, coming from a girl’s mouth. Especially when I was wearing lipstick.

Because I have less to teach than to be taught.

Because I admit that all of the words I’m writing might seem completely useless.

Because it’s been a while now since I’ve lost my arrogance, the one which makes you think you’re sooo much better than everyone else. Because I know since that there’s no such thing as moral purity, and that believing in such myths caused only pain to me.

But because there’s still some banal nonsense I’d like to say. Particularly since personal circumstances recently led me to completely redefine the way I was considering things and what is considered banal. Hence this intro.

This banal nonsense, I’ll say it on this blog too. Thanks to all of those who helped me not to talk straight.

To help you navigate more easily on the site, here’s a list of all of my vulgarisms:

A story: what you can change in your life before dying. And why my dad is an incredibly wise man.
Guilt: what you’re not forgiving yourself for – and why you should, au contraire.
Open-mindedness: why travel doesn’t necessarily make you open-minded.
Happiness VS Freedom: why I thought you could either be free OR happy.
How Depression Saved My Life – Part I: where I explain how experiencing depression may have been the more powerful catalyst of optimism in my life.
How Depression Saved My Life – Part II: the title says it all.
The Power of Absence: why accepting to miss something, and to be missed, is a superpower.
A Material Girl: why I used to hate the very idea of having a body.
Unconditional Support: where you’ll meet my wonderful mum, and I’ll say that the idea of feminine competition is bullshit.
Indecent: where I talk about consent, internet, and porn.
The Good, the Bad and the Unacceptable: Because I get really angry when someone doesn’t respect someone else’s consent.
The First Sick Leave: why you should indeed take that sick leave you’re dreading.
From Passive Hoarding to Active Living: why the objects you own don’t require you to be forever careful.
Existence as an asymmetrical experience: where I try to describe OCD in simple terms.
Re-defining Rigid Beliefs for a Better Life: how CBT can help you live a better life by showing you a more flexible way of interpreting reality.
Is ‘mistake’ another word for ‘choice’?: when a mistake you’ve done haunts you.
How to save time by doing less: why trying to convince someone is only a waste of time.
The Violence of Breathing: Some reasons for having wrong prejudices towards sophrology, meditation and yoga.
Mistaking Decisions for Luck: Why we should think twice before saying to a friend ‘you’re so lucky’, when it has nothing to do with privileges.
Family Matters: Why Developing a Positive Attitude Doesn’t Mean Welcoming Everyone and Accepting Everything: On setting boundaries.
Gratefulness:Illness (here, cancer) as a good reminder that being grateful doesn’t mean everything that happens to you has a positive side.
You’re an Actor, So Start Performing. But This Time, Decide What the Performance is Going to Be: On building up confidence through conscious choices or realizations.
How We Could All Benefit From Kindness and Empathy, but Why It’s Much Easier Not to Try: Social media and disagreement.
Not a Symbol, Only Death: How we speak about the dead.
Political Dilemmas: OCD Generates Tormented Activists: How to make up your mind and be an activist when you live from mental health issues.
How Others Can Help Us To Break Free From Denial… Without Being Judgemental: On workaholism and admitting to having an addiction.
Drugs : Can There be Such a Thing as a Good Addiction?: Fluoxetine, Diazepam and the combination drugs + CBT therapy.
OCD Doesn’t Mean Hallucination , Yet It Is Quite Visual: Vivid intrusive thoughts of death.
The Inner Struggle: Fighting Against our Thoughts: OCD: mistaking thoughts for actions or strong desires.
Peaceful Rage: Grief and Acceptance : An account of my dad’s death.
A Believer not Believing in Death – nor in the After-Death. I’ve Lost Religion’s Directions for Use. : When you believe in God, yet don’t believe in the afterlife, should you pray, still?
Can’t say ‘I love you’? Say: ‘do you feel loved?’ instead: When we try and say, sometimes with great difficulty, ‘I love you’, we might be actually asking a question rather than stating a fact: ‘do you feel loved?’
Feelings’ Conformity: What Philosophy, Sociology and Psychology Tell Us about Rejecting Reality: To deal with life, we may have to go through the stages of grief for existence itself.
We May All Be the Same, but There’s No Need to Force It : Inner Life Without Judgement: Mindfulness helps us to accept how we feel without ‘should’ or ‘shouldn’t’.
Birthdays, Anniversaries and Grief: My first birthday without my dad.
I don’t know what to say… – That’s cool, nobody does. Or why words aren’t the opposite of silence, and vice-versa: Don’t avoid talking to the recently bereaved simply because it feels uncomfortable.
At Least, I Can Say ‘At Least’, Sometimes: On Dark Thoughts, Positive Thinking, and Empathy.: The extremely difficult task of showing empathy towards… yourself.
The Definitive List of Reasons Why to Attend/Not Attend Funerals: We don’t attend funerals to pay our respect to those who passed away, but to help and share the pain of those still alive.
Sentenced to Live: Six months before my dad passed away, I wrote a blog about that time when I asked him: what would you do if you only had six months left to live? Writing blog can be uncannily close to magical thinking.
Can I Have Both OCD and a Blog? What a Year of Blogging Has Taught Me: Developing an online presence considerably helped me with OCD, perfectionism and anxiety, even though it is still challenging.
‘I’m Not Crazy!’ OCD, Depression and the Fear of Being a Freak:Why are we so scared of being considered crazy? And how does that affect our chances of living a better life?
Taking Care of Others While Taking Care of Yourself: Interacting with Someone Living with Mental Health Issues: Carers, parents and relatives deserve self care too. A few things to consider if you’re blaming yourself for not always being supportive.
Will I ever be able to work again? What happens after long-term sick leave:Your fear of never being able to return to work is widely shared among anxious people – so here are some reassuring facts.
Choices and Pain – Mission: Not Impossible: Even carefully made (and right) decisions can cause pain. A good example of this is: intentionally moving places. You may have wanted to go live 1000 miles away, still it doesn’t mean you won’t miss people, or some places.
Need to Feel Inspired? Talk to the People Around You. Or Call My Mom: If you don’t know yet that my mom is the best, here’s the piece to read.
Clichés of a Celebration Day: A text written one year after my dad passed away.
Contradictions? People Living with OCD Don’t All Live in Pristine Homes: I may be a perfectionist, I can be incredibly messy precisely because of my OCD. A text to go beyond this most widely shared image of the perfectly clean, organised and tidy OCD sufferer.
Long-lived Deads: Grief is a never-ending process.
Daily routine, OCD rituals: 24 hours with a depressed, then no-longer-depressed me: Detailed daily schedule told from two different perspectives, yet belonging to the same person. Or how mental health impacts everything, from the most obvious to the most trivial.
How I dealt with a very intense day (spoiler alert: I may have experienced a tiny breakdown, but all is well that ends well): About that significant and challenging day filled with friendship and feminist activism.
It is found. What is ? – Eternity: The shortest blog of all. Short lines to encapsulate pain, two years after my dad passed away.
God Knows I’ve Tried: What Religion and OCD Have in Common: I don’t want to be controversial for the sake of it, but it has always struck me that OCD, with its rituals and beliefs, functions a little bit like religion…
Towards, Perhaps, A Better Understanding of Happiness: Do yourself a favour and don’t try to develop the same external signs of happiness the whole world would like you to adopt, be it constant smiling or uninterrupted social gatherings. To develop happiness in a unique way doesn’t make that happiness any less real.
Being Your Own Doctor: the NHS and Its Contradictions: On a national hypocrisy: NHS patients are taught to recognise the triggers, patterns and signs of any mental illness crisis to be available to reach for help then, but when they do, NHS institutions are frankly too busy for them.
How Academia Actively Encourages the Development of Mental Illness: Increasing pressure, drastic cuts: it’s never been harder to deny the fact that today’s academia is a toxic environment for staff and students alike.


Vulgarisme (n. masc. pl. vulgarismes) : L’au-delà des images. Ou tous les posts que je publierai sur ce blog.

Et pourquoi « vulgarismes », si je peux me permettre ?

Parce que je pense qu’il y a des trucs qu’on n’est pas seuls à vivre. La preuve, ce sont les rencontres qui m’ont tout appris. Et quand je dis tout, je veux dire : TOUT. Et parce que je pense aussi qu’en disant ça, je n’ai pas inventé l’eau chaude.

Parce que ce n’est pas la même chose que la vulgarisation.

Parce que la démarche scientifique, quelle qu’elle soit, me paraît problématique.

Parce que ce que j’écris sur ce blog pourrait bien n’être pas vrai.

Parce que les moments où j’ai le plus appris, c’est certainement quand l’organisation de mon cerveau était la plus bordélique.

Parce que je suis parfois trop vulgaire. Parce que j’emploie des insultes même quand il n’y a pas vraiment besoin, et que je n’en ai même pas honte. Parce qu’on m’a dit que c’était tellement moche dans la bouche d’une fille. Surtout si je portais du rouge à lèvres.

Parce que j’ai moins à enseigner qu’à apprendre moi-même.

Parce que j’admets parfaitement que tous les mots que j’écris puissent apparaître complètement inutiles.

Parce que j’ai perdu depuis longtemps l’arrogance qui me faisait croire que je savais telllllement mieux que tout le monde. Parce que je sais depuis que la pureté morale n’existe pas, et que c’est surtout moi que je tuais à le croire.

Mais parce que malgré tout ça j’ai bien deux trois conneries ordinaires à dire. Surtout depuis que des circonstances personnelles m’ont amené à complètement redéfinir ma façon d’envisager les choses et ce qu’on considère comme ordinaire. D’où cette intro.

Alors ces conneries ordinaires, je les dirai sur ce blog, aussi. Merci à ceux qui m’ont aidé à ne pas parler droit.

Pour vous aider dans la navigation du site, voici une liste de tous mes vulgarismes:

A story. : ce qu’on peut changer dans une vie avant de mourir. Et pourquoi mon père est un pur philosophe.
Coupable : ce qu’on ne se pardonne pas – et pourquoi il le faudrait, au contraire.
Ouverture d’esprit : pourquoi voyager ne rend pas forcément quelqu’un ouvert d’esprit.
Bonheur contre Liberté : pourquoi je pensais qu’on était soit libre, soit heureux. Jamais les deux.
Comment la dépression m’a sauvé la vie – 1ère partie : où j’explique en quoi l’expérience de ma dépression a sûrement été le plus grand déclencheur d’optimisme de ma vie.
Comment la dépression a changé ma vie – 2eme partie : le titre ne ment pas.
Le pouvoir de l’absence : dans quelle mesure notre capacité à manquer quelque chose, ou à manquer à quelqu’un, est notre superpouvoir.
Une fille matérielle : pourquoi je détestais l’idée même d’avoir un corps.
Un soutien inconditionnel : où vous rencontrerez ma formidable maman, et où vous verrez que je dis: la soi-disant compétition féminine, c’est des conneries.
Impudique : où je parle de respect, d’internet et de porno.
Le bon, la brute et l’inacceptable : parce que je m’énerve pas mal quand quelqu’un ne respecte pas le consentement de quelqu’un d’autre.
Le premier arrêt maladie : pourquoi vous devriez en effet accepter ce congé maladie dont vous avez si peur.
De l’accumulation passive à une existence active : pourquoi les objets qu’on possède ne devraient pas nous rendre éternellement prudents.
L’existence, cette expérience asymétrique : où j’essaie d’expliquer les TOC en termes simples.
Redéfinir ses croyances rigides pour vivre mieux : les TCC peuvent vous apprendre à vivre mieux, en vous montrant comment rendre plus souple votre manière d’appréhender la réalité.
Est-ce qu’une « erreur » ne serait pas plutôt un « choix » ?: Quand une erreur que vous avez commise vous hante.
Comment gagner du temps en en faisant moins : pourquoi tenter de convaincre quelqu’un est une perte de temps.
La Violence d’une respiration : quelques raisons pour avoir des préjugés négatifs (et faux) à l’égard de la sophrologie, de la méditation ou du yoga.
Confondre décisions et chance: Pourquoi on devrait réfléchir avant de dire à un ami “comme t’as de la chance!” quand ça n’a rien à voir avec un privilège.
Affaires de famille: Développer une attitude positive ne signifie ni tout accepter, ni accueillir tout le monde à bras ouverts: De l’importance d’établir des limites.
Gratitude: La maladie (ici, le cancer), un bon rappel que non, tout ce qui nous arrive n’a pas forcément de bon(s) côté(s).
Nous sommes des acteurs, alors jouons notre rôle. Mais cette fois-ci, choisissons-le, ce rôle: Gagner en confiance en soi grâce à nos choix et nos prises de conscience.
Pourquoi nous pourrions tous tirer avantage de la gentillesse et de l’empathie, mais pourquoi c’est quand même beaucoup plus simple de ne pas le faire: Réseaux sociaux et désaccords.
Pas un symbole, juste la mort : La manière qu’on a de parler des gens décédés.
Dilemmes politiques: les TOC donnent des militants tourmentés: Se forger une opinion et militer quand on est angoissé et qu’on a des TOC.
Comment les autres peuvent nous aider à quitter le déni… sans pour autant nous juger.: Addiction au travail et admettre sa dépendance.
Médicaments: ça existe, une addiction saine ? : Fluoxétine, Diazépam et la combinaison médicaments + théropie cognitivo comportementale
Avoir des TOC ne veut pas dire avoir des hallucinations, mais un imaginaire très visuel malgré tout: Pensées intrusives concernant la mort.
La lutte intérieure: quand on se bat contre ses propres pensées : Les TOC: une confusion entre pensées, actions et désirs réels.
Une rage paisible: perte d’un être cher et processus d’acceptation: Récit sur la mort de mon père.
Une croyante qui ne croit ni en la mort, ni en l’après non plus : la religion, j’ai perdu la notice.: Quand on croit en Dieu mais pas en la vie après la mort, est-ce qu’on doit prier quand même?
Vous ne pouvez pas dire « je t’aime? » Essayez : « est-ce que tu te sens aimé(e) ?» : Quand on essaie de dire, parfois avec grande difficulté, “je t’aime”, peut-être qu’on est davantage en train de poser une question que d’exprimer un fait: “est-ce que tu te sens aimé?”
Des sentiments conformes : ce que la philo, la socio et la psycho nous disent du refus du réel : Pour vivre, il nous faut peut-être par les étapes du deuil, le deuil de l’existence elle-même.
On est tous pareils, mais on n’a pas à se forcer à l’être davantage : une vie intérieure sans jugement : La mindfulness nous aide à accepter nos ressentis sans aucune injonction.
Anniversaires et deuil : Mon premier anniversaire sans mon père.
Je ne sais pas quoi dire… Ben t’inquiète, personne sait quoi dire. Ou pourquoi les mots, ça n’est pas le contraire du silence, et vice-versa: Ne vous retenez pas de parler aux gens qui viennent de perdre quelqu’un simplement car vous vous sentez gênés.
Au moins, je peux parfois dire “au moins”: à propos de nos pensées sombres, des positives, et d’empathie: Sur cette tâche extrêmement difficile de montrer de l’empathie envers… soi-même.
Liste exhaustive, claire et précise des raisons de se rendre ou non à des funérailles: On ne se rend pas aux funérailles pour rendre hommage à ceux qui sont partis, mais pour aider et partager le chagrin de ceux qui sont encore vivants.
Condamnation à vivre: Six mois avant le décès de mon père, j’avais publié un post ici sur la question que je lui avais un jour posée : qu’est-ce que tu ferais, s’il ne te restait que six mois à vivre? Tenir un blog, c’est parfois étrangement proche de la pensée magique.
Est-ce que je peux avoir des TOC et un blog? Ce que bloguer pendant un an m’a appris: Maintenir une présence en ligne m’a considérablement aidée vis-à-vis de mes TOC, de mon perfectionnisme et de mes angoisses, bien que cela soit éprouvant.
« Mais j’suis pas folle ! » TOC, dépression, et la peur d’être tarée: Pourquoi a-t-on si peur de passer pour un.e taré.e? Et en quoi cela nous empêche-t-il d’avoir une meilleure qualité de vie?
Prendre soin des autres tout en prenant soin de soi : communiquer avec quelqu’un vivant une dépression ou des problèmes psychologiques: Accompagnants, parents et proches ont tout autant droit au souci de soi. Quelques points à prendre en compte lorsque vous culpabilisez de ne pas pouvoir soutenir quelqu’un.
Est-ce que j’arriverai un jour à reprendre le travail ? Ce qui se passe après un long arrêt maladie: Cette angoisse de ne jamais pouvoir retourner travailler est très répandue parmi les personnes anxieuses. Voici quelques faits rassurants à connaître.
Choisir et souffrir : mission pas impossible: Certaines de nos décisions peuvent être mûrement réfléchies (et être les bonnes), il n’en reste pas moins qu’elles peuvent générer certaines douleurs. Un bon exemple: choisir de déménager. On peut choisir de partir vivre à 1000 km, ça ne veut pas dire que les gens ou certains endroits ne nous manqueront pas.
Besoin de vous sentir remotivés? Parlez aux gens autour de vous. Ou appelez ma mère: Si vous ne savez pas encore que la meilleure, c’est ma mère, voici le texte à lire.
Clichés des jours de fête: Billet écrit un an après le décès de mon père.
Contradictions? Les gens qui vivent avec des TOC ne vivent pas tous dans des maisons ultra propres, ultra rangées: Il m’arrive d’être bordélique précisément à cause de mes TOC. Un texte pour aller au-delà de l’image la plus répandue des TOC, celle d’une personne ultra propre, organisée et soigneuse.
La longévité des morts: Le deuil, ce processus qui n’en finit pas.
Routine quotidienne et rituels des TOC : 24 heures dans la vie d’une moi en dépression, puis d’une moi qui n’est plus en dépression: Programme détaillée d’une journée depuis deux points de vue différents, appartenant pourtant à la même personne. Ou comment l’équilibre psychologique influence les choses les plus évidentes comme les plus banales.
Comment j’ai géré un jour particulièrement intense (spoiler alert: j’ai failli m’écrouler au milieu, mais tout est bien qui finit bien): Récit d’une journée importante et difficile, marquée par l’amitié et le militantisme féministe.
Elle est retrouvée. Quoi? – L’éternité: Le plus court billet. Phrases ramassées pour contenir la douleur, deux ans après le décès de mon père.
Dieu sait que j’ai essayé: ce que la religion et les TOC ont en commun: Ce n’est pas pour faire une polémique gratuite, mais j’ai toujours été frappée de voir à quel point les TOC (avec ses rituels, ses croyances) et la religion avaient un fonctionnement ressemblant.
C’est quoi être heureux ? Tentative d’indéfinition: Rendez-vous ce service-là: arrêter de vouloir reproduire les signes extérieurs de bonheur que le monde entier semble vouloir que vous adoptiez, que ce soit un sourire constant ou des soirées non-stop. Le bonheur n’est pas plus factice d’être une affaire personnelle.
Être son propre docteur: la NHS et ses contradictions: D’une hypocrisie nationale: on apprend aux patients de la NHS (équivalents de la Sécu britannique) à reconnaître les signes avant-coureurs ou les seuils d’une crise d’ordre psychologique, afin d’être en mesure de demander de l’aide à ce moment-là, mais quand vient ce moment, les institutions de la NHS sont en fait bien trop occupées pour s’y intéresser.
Quand le système universitaire favorise le développement de troubles psychologiques: Pression toujours plus forte, coupures budgétaires de plus en plus sévères: difficile de nier que le milieu universitaire actuel est toxique pour le personnel comme pour les étudiant.e.s.

top

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s